Le Monde critique les sans gluten… et égratigne les végétariens au passage

Tout est dit dans le dessin qui illustre ce récent article du journal Le Monde en ligne… Un homme assis à la table d’un restaurant, look intello-BCBG, assène : « Nos convictions nutritives nous interdisent de manger autre chose que de la sciure « .
Oui, tout est dit : pour Lisa Vignoli, journaliste du Monde, tout comme pour son dessinateur attitré, quiconque affiche des choix alimentaires différents de la norme se nourrit exclusivement de sciure

Tous en prennent alors pour leur grade : ceux qui choisissent de se passer de gluten (thème de l’article), mais aussi ceux qui décident d’éviter le lactose, les « végétariens, crudivores, et autres instinctivores « … Vous avez dit amalgame ?

Le sociologue interrogé pour les besoins de l’article analyse ces pratiques comme un « besoin de reprendre le contrôle de l’alimentation », niant ainsi l’idée que l’adoption d’un régime alimentaire, ou l’exclusion d’un aliment, puissent être faits dans l’attente d’un réel bénéfice santé.

Novak Djokovic est pourtant cité, lui qui a choisi d’éviter tout gluten pour doper sa forme physique. Une jeune parisienne également, qui dit avoir vu « sa peau et son corps changer » en l’imitant. Mais dans l’article du Monde, aucune étude scientifique n’est évoquée pour valider ou infirmer ceci. De recherche, point. Et l’on appelle ça du journalisme…

Pourtant, si les bienfaits d’une alimentation gluten free chez les non-intolérants sont encore à l’étude, il n’est en tout cas plus à démontrer que le gluten, énorme molécule qui confère de l’élasticité aux préparations, est aujourd’hui sur-employé dans l’industrie agro-alimentaire. Et qu’après des millions d’années de consommation d’aliments naturels, notre alimentation moderne se retrouve tout à coup saturée de ces macromolécules nouvelles, surabondantes dans le blé modifié par l’homme, et pour lesquelles enzymes et mucines sont souvent mal adaptées1 .

Le vocabulaire utilisé dans l’article du Monde est extrêmement intéressant : le titre évoque les « croisés du sans gluten », faisant de cet évitement une véritable religion. Plus loin, un régime alimentaire venu d’Angleterre, réduisant gluten et lactose, se voit qualifié de lubie, tandis que les instinctivores sont une espèce à part entière. Enfin, un savoureux café-restaurant parisien qui se veut sans gluten ni lactose n’est rien d’autre qu’un temple bobo.

L’article, en conclusion, détaille le risque (terrifiant, vous en conviendrez) qui pèse aujourd’hui sur nos sociétés occidentales :

Toutes ces modifications dans les pratiques alimentaires risquent de compliquer sérieusement les repas entre amis ou en famille.

Que sont les problèmes alimentaires des populations somaliennes face à cette perspective alarmante ? Vous voulez dire que chacun devrait faire un petit effort pour respecter les choix alimentaires de son voisin de table ? Inconcevable, pour Lisa Vignoli.

bananuts-raw-pie
La ‘bananuts raw pie’, de l’excellent site Vg-zone

Rappelons pour finir qu’il y a toujours un repas alléchant capable de représenter le dénominateur commun entre tous les convives. Vous recevez un sans gluten, un lacto-intolérant, un musulman et un végétarien à votre table ? Il existe des centaines de délicieux plats végétaliens sans gluten qui conviendront à tout le monde : un petit chaud et froid à la thaïlandaiseune tartelette crue à la banane et aux dattes… Internet regorge désormais de ce type de recettes, qui nous changent agréablement de l’éternel brownie trop cuit de fin de soirée.
Des plats qui feront découvrir à chacun, en plus d’aliments inédits, une partie de la culture alimentaire des autres.

Précisions :

  1. Sur l’énorme modification du blé par l’homme : http://www.viesansgluten.ca/articles/la-demystification-du-gluten-et-de-ses-effets/
    Sur l’influence néfaste du gluten : http://www.satoriz.fr/les-entretiens/Le-probleme-du-gluten/article-sat-info-595-5.html
    Sur l’intolérance au gluten : http://www.intolerancegluten.com/intolerance_au_gluten.html []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • mlle-cassis

    C’est oublier ceux qui préfèrent manger ce qui pousse dans leur région et non à l’autre bout du monde. Bye bye dattes, bananes et papaye verte! (j’en rajoute à dessein) 🙂

  • Juju

    merci pour cette article, en réponse à un chiffon publié par le monde!

    « Des pratiques alimentaires alternatives qui ne vont pas sans provoquer quelques agacements  » « les Français voient encore d’un oeil réprobateur les interdictions alimentaires. » Ben c’est sur qu’en pubiant des articles pareils Le Monde ne cherche pas à améliorer les choses.

    • mag

      On s’en fiche franchement de ce que disent ou pensent certaines personnes, l’essentiel est de se faire du bien tout en respectant la nature les animaux.
      Les journalistes doivent vendre et pour cela ils sont capables de parler de presque tout pour en dre presque rien, chacun reste toujours camper sur ses positions.
      Naturellement vôtre.

  • Audrey

    C’est toujours « ceux qui en mangent le moins qui en parlent le plus ». Ou du moins, ceux qui n’ont jamais réfléchit une seule seconde à améliorer leur alimentation qui grognent le plus contre ceux qui le font. (C’est quand même une réaction incroyable! Alors que c’est tellement à la mode de nos jours!)

    Belle preuve de fermeture d’esprit de la part de « Le Monde ».

    C’est déjà difficile de vivre avec des choix INTELLIGENTS et RESPONSABLE d’alimentation dans un monde d’omnivore majoritaires, alors pourquoi devraient-ils nous faciliter la tâche en montrant leur (absence de) compréhension…?

    NON, les vegan (entre autres) ne sont pas des « chiants hippies »! Nous sommes des guerriers, parce que faire ce que nous faisons, cela demande beaucoup de courage et de foi. (supporter les critiques, passer son temps à regarder les étiquettes, militer contre les injustices, sensibiliser les gens, etc)
    J’ai parfois l’impression d’être dans une « guerre » et d’être un guerrier pacifique… Luttant pour la paix via la sauvegarde des animaux et de la planète… (et de l’espèce humaine)

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer