« Le mythe végétarien », un livre incroyablement stupide

Lierre Keith est un écrivain américain, qui se définit elle-même comme une  activiste alimentaire, une écologiste et une féministe radicale.
Elle a été végane durant près de vingt ans, et après être redevenue omnivore elle va plus loin en publiant un indigeste pamphlet anti-végétariens et anti-végétaliens, « The Vegetarian Myth ».

Je ne m’attarderai pas sur son cas dans un trop long article, car l’énervement ne mène pas à grand chose. Néanmoins, il est utile de relever rapidement quelques une des perles qui émaillent sa pensée pervertie. Son cas est en effet réellement fascinant. Comment est-il possible, après des années de véganisme, de proférer (et publier) de telles énormités ? De se renier à ce point ?

Pour Lierre Keith, manger de la viande est en fait bien préférable à un régime végétalien car « la vérité est que l’agriculture est la chose la plus destructrice que les humains aient fait pour la planète, et ajouter plus d’agriculture ne nous sauvera pas. La vérité est que l’agriculture nécessite la destruction massive d’écosystèmes entiers. »  Et les bœufs que tu manges, Nounouille, ils mangent quoi ? Du pétrole ? Les rayons solaires ?

Veg-mythPlus loin, on peut lire : « Je ne voulais plus voir un nouveau groupe de jeunes gens idéalistes détruire leur santé. Le régime végétarien – et spécialement celui des végétaliens – ne prévoit pas le suivi à long terme et la réparation du corps humain. Donc, les végétariens encaissent en fonction de leurs réserves biologiques. » Va dire ça à Rich Roll ou Zátopek, Lierre…

Lierre Keith classe ensuite les végéta*iens en 3 catégories selon leur motivation initiale (leur santé, l’écologie, le refus de la souffrance animale) et s’attaque tout particulièrement à ceux qu’elle nomme les végétariens moraux : « Les végétariens moraux croient que c’est possible de manger avec un régime qui n’inclut ni animaux ayant soufferts, ni animaux morts. (…) [Mais] il n’existe aucune option sans donner la mort. Les seules options dont nous disposons sont de comprendre que la mort est une partie du cycle de la vie (…) Notre corps est un cadeau du monde, et notre cadeau final est de nourrir les uns les autres. » Je pense qu’une overdose de visionnage du Roi Lion, de Walt Disney, pourrait expliquer son cas. Sinon, je ne vois pas.

lierre
Lierre Keith

Et Lierre Keith s’étonne sincèrement, dans une interview, de la réaction du monde végan, qui devrait continuer à la chérir puisqu’elle en a fait partie. Bien qu’elle traite les végans, comme vous pouvez le lire dans cette même interview, de gens empêtrés dans un « culte », d’« imbéciles » et de « fondamentalistes »
Heureusement, Lierre Keith est rassérénée par ses nouveaux admirateurs : « Je reçois des courriels tous les jours d’ex-végétaliens me remerciant de leur avoir sauvé la vie. C’est pourquoi cela en vaut la peine. »
Pincez-moi, je rêve.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Sebastien Kardinal

    Whaou ! Son cas relève de la psychiatrie à mon avis !

  • vegzarb

    Pour les végétarien qui veulent de la viande j’en ai gratuitement.

    Parce que là je vais aller me pendre.

    Bisou à la rédaction de vegactu.

  • Jez

    Elle n’a en tout cas pas tort en ce qui concerne les méfaits de l’agriculture et elle ne prone certainement un elevage intensif comme le notre non plus. Il me semble qu’elle est plus tournée vers la permaculture (mais j’ai lu le bouquin il y a quelque temps déjà), donc reprendre son argument, hors contexte et la qualifier de « nounouille » je trouve ça plutôt de mauvaise foi.
    De même que quand elle dit qu’il n’est pas spossible de se nourrir sans donner la mort, désolée, mais elle est loin d’être à côté dela plaque. En étant vegan on évite un certain type de mort (celles des animaux d’elevage, entre autres) mais pas une autre: les moissons et le maraichage sont également un massacre à grandre échelle.
    Je ne suis pas d’accord avec elle sur bien des points mais je ne crois pas que ça soit une raison pour dire que son cas relève de la psychiatrie non plus (c’est pas du tout insultant pour toutes les personnes qui en ont besoin réellement, soit dit en passant), comme cela a été dit dans un commentaire.

    Bref une critique argumentée ok, mais là c’est juste des attaques ad hominen et je ne trouve pas ça terrible.

    • liligondawa

      1) Oui pour les méfaits de l’agriculture. Raison de plus pour être végé : un animal qu’on mange c’est un entonnoir à céréales ; de 7 à 16 kg de céréales ou produits végétaux sont nécessaires pour produire 1 kg de viande. En étant végé on réduit donc les cultures nécessaires à l’alimentation, les « massacres » qui vont avec, etc.

      2) J’insiste : « La mort est une partie du cycle de la vie (…) Notre corps est un cadeau du monde, et notre cadeau final est de nourrir les uns les autres » c’est quasiment plagié du Roi Lion de Disney. Admets que c’est un peu étrange, ce mysticisme à quat’sous, dans une argumentation qui se veut scientifique et raisonnée.

      • SACHAN 2

        LILIvousavez parfaitement raison de plus ilya l’agricuture pour animaux qui s’ajoute à celle de l’humain et les patuages ça déboise les grandes forets dans le monde.Pour JEZ,je lui rappelle que meme s’il faut tuer quelqe chose pour manger qu’il faut prendre dans le plus bas de l’échelle alimentaire.

      • fanfan

        « La mort est une partie du cycle de la vie » copié ou pas c’est vrai

        • TZ

          Et donc, nous avons plus le droit de vivre que les animaux ? Ou alors sont-ce ces derniers qui ont plus le devoir de mourir ?

          • fanfan

            Un an après…

            Mais bref, tu es humain, tu es censé lutter pour la survie de ton espèce. Pas celle des animaux autour de toi.
            Vis à vis de l’échelle alimentaire, oui, ils en auraient plus le devoir.
            Rien n’empêche de replanter des graines pour les forêts ni de laisser les animaux s’accoupler.

          • on est plus « censé » de rien à partir du moment où lutter pour la survie des uns amènera celle de l’autre.
            -> http://www.huffingtonpost.fr/kevin-barralon/sauvegarde-animaux-humanite_b_6097050.html

            la chaine alimentaire qui devient une échelle, c’est pour faire moins bête quand on veut se dire qu’on est au sommet ? Les vers qui mangent tout le monde sont où alors ? Les -vrais- carnivores, on est « au dessus » aussi ? Pourtant on les mange pas tous, alors que eux pourraient ? Un arbre met des dizaines d’années à être mature, on rase encore 40 terrains de football chaque minutes, ca fait pas beaucoup de graines a replanter ? En plus on nous dit tout le temps qu’y a plus de place, où va t’on les planter ? « laisser les animaux s’accoupler », c’est la nouvelle façon soft de désigner l’insémination artificielle systématique de tous les animaux d’élevage ?

          • fanfan

            Bah, y’a des gens qui mangent des vers et autres insectes.
            Pas commode, mais possible.
            On les mange pas tous? Question de sélection.
            Enfin, tant que l’on trouve ça bon bien sûr!

            Je suis d’accord pour la reforestation, ça prend du temps. Je ne dis pas qu’il faut tout boiser non plus! Mais qu’on prenne le nécessaire (et pas n’importe quelle raison) sans oublier de réparer comme on peut. Avec la technologie, on peut déjà économiser du papier, c’est déjà ça.

            « on n’est pas censé lutter [blabla] » : Et jamais je n’ai dit que l’on devait exterminer tous les animaux. Le point de cet article,c’est plus « si on doit être végétarien ou pas ». Pas si on devrait faire un génocide pour satisfaire le ventre de la terre entière. Bien sûr que l’on aura du mal s’ils disparaissent.
            Moi je suis d’avis qu’on en consomme moins, mais c’est tout.

            Comme le dit l’article, vers 2050 ça va devenir serré avec l’augmentation de la population. Auquel j’avais déjà réfléchi en passant. Mais attendons d’y être sans trop nous avancer.
            Si il y a une surpopulation, il faudra qu’on se mette des freins, la Terre est grande mais pas au point d’accueillir autant de milliards d’habitants. Enfin c’est un autre sujet…

            Du coup je ne comprends pas ton point de vue; tu admets que l’on doit les sauver pour pouvoir continuer à les manger ou tu veux qu’on les sauve tout court et qu’on devienne végétariens?

            Tu m’as mis une image d’insémination artificielle dans la tête maintenant…

      • GhostWolf

        Encore une fois vous n’avez pas lut ce livre, elle explique pourquoi nous avons un rendement si terrible, et elle nous explique que jamais la viande ne devrai demander 7 à 16kg de céréale, alors qu’elle peut être produit avec 0kg de céréale (du moins de céréale digeste, les tiges de blée, la paille quoi, leur permet de ce nourrire, alors que nous… bin voila à part y foutre le feu ou faire des isolations de maison avec…)

        Et ce n’est plagiée du Roi Lion, c’est drole ça, beaucoup de végane sorte des citations boudihiste ou indouiste (alors que dans le premier cas il mange de la viande des fois) ou ont dit aussi  »La mort est une partie du cycle de la vie » c’est présente dans la bible  »tu état poussière et tu redeviendra poussière » et comme disait un grand chimiste français d’on beaucoup connais le nom  »rien ne ce perd, rien ne ce crée, tout ce transforme » Le roi Lion à rien inventée, beaucoup de religions, de science ect…Ont comprit l’ordre de ce cycle qui nous dépasse.

        En plus votre attaque est ridicule, vous l’insultée, et vous vous en prenez à sa personne peut être plus qu’a ses arguments , ce qui n’a rien d’intelligent et de critique ,vous êtes juste agressive , vous voulez juste décréditée cette personne pour vous dire que ces arguments sont du coup aussi faux, plutôt ratée pour une personne qui parle de biais cognitifs….
        Faudra vous y faire, la nature s’entre bouffe d’en tout les sens ,et ses des cadavres et des excréments de cadavres qui nourrice nos plantes notre humus,notre terre, et au finale nos estomac, rien d’extraordinaire, sauf dans l’esprit de beaucoup de vegan ou la vie pour eux c’est juste vivre, et que la mort est forcement à l’opposée, alors que tout bêtement elle en fait partie, avant et après nous, les règles ne changerons jamais.

        • Lirienne Calarenne

          C’est marrant comment les gens acceptent que la mort fasse partie de la vie quand ça ne les concernent pas.

          • Super NVG

            Ah? Vous avez rencontré des immortels?

          • Lirienne Calarenne

            Npn, juste des gens qui remettais beaucoup plus facilement en cause le « cycle de la vie » quand c’est leur vie qui est en danger…

        • yann

          votre français et orthographe feraient honte à un enfant de cinq ans…retournez en classe avant de débattre ( mal ) un sujet qui vous échappe…

          • Yann : Soyons bienveillants et accordons lui un chance 🙂

            Ghostwolf : Encore et toujours cette apologie du pâturage extensible. Une vache dans un pré ne consomme que de l’herbe ou autres débris végétaux inutilisable en tant que tel par l’homme ? Fausse bonne nouvelle, telle méthode d’élevage ne nourrira en aucun cas une planète de sept milliards d’individus. Uniquement les privilégiés dont vous faites partie. Eh non, la valorisation des déchets n’a pas que des avantages, surtout si c’est pour maintenir en place un système inégalitaire.

            Plagiat du Roi Lion ? On vient au monde, on vit, on vieillit, on meurt…Combien il y en a, des véganes religieux ou pas je n’ai pas de chiffre à sortir d’un chapeau, il n’est cependant nullement question de cycle dans une pensée purement scientifique, voire athéiste. Après, si une phrase « religieuse » remplace aisément un long discours, où est le problème au juste ? Une phrase assassine plus qu’un discours ne choque.

            « rien d’extraordinaire, sauf dans l’esprit de beaucoup de vegan ou la vie pour eux c’est juste vivre »
            L’hédonisme n’est pas l’apanage des Véganes, sauf que l’on ne néglige pas notre impact sur le monde et sur ses autres habitants. La remise en question permanente faisant partie intégrante du véganisme, ceux que vous généralisez et accusez n’en sont pas et n’existent tout simplement pas, on vous a trompé sur la marchandise désolé.

            Bref et pour finir, à part défendre une personnalité publique qui s’expose de son plein gré même au feu de la critique, vous faites quoi vous de votre vie ?

            P.S. : Ah, et Anaxagore était philosophe, pas chimiste 😉

          • ju pouf

            tout le monde n’a pas la chance d’avoir fait des études, ou d’avoir la capacité d’écrire correctement l’orthographe grammaticale (dys). Votre commentaire est risible de mépris et de pauvreté. Il est bien plus facile de s’attaquer à la forme quand le fond dérange, hein ?!

      • Emmanuel Delor

        Penser que nous sommes faits pour nous nourrir les uns les autres est un fait constatable par une simple observation de la nature, nul besoin pour cela d’avoir des prétentions didactiques ou autre. Penser que toute vie mérite d’être préservée part d’une bonne intention, mais la généralisation de cette idée mène au végétarisme sentimental, en contradiction avec la biologie elle-même. En poussant cette idée à l’extrême, aucun organisme vivant ne devrait en ingérer un autre, ce qui revient à l’annulation de la vie animale, fondée sur la prédation. De même comme les végétaux sont vivants, pourquoi ne pas s’en priver également ? En fin de compte il faudrait vivre d’amour et d’eau fraîche, une eau qui contient des bactérie qu’il ne faut par conséquent pas boire par respect pour ces bactéries, puisque toutes les formes de vie se valent.

      • Juju

        Les vaches mangent de l’herbe pas des cereales ! Dans une praire donc laissez les paitre tranquille !

        • Ah mais on les laisserait bien paître tranquille mais y’a des connards qui les envoient à l’abattoir, qui leur enlèvent leurs petits, vous appelez ça « tranquille » ?

      • Juju

        Et oui on ne mange que des choses vivantes ou plutôt anciennement vivantes. On ne se nourrit pas encore de roches ! Et quand nous mourrons on sera surement bouffé par des vers et autres joyeusetés..
        Et la vie végétale ne merite pas plus (moralement) d’etre tuée que la vie animale. Ce sont seulement des êtres autotrophes quand nous sommes des hétérotrophes. Il faut respecter la vie dans sa globalité point barre. Marre de lire des naïvetés anthropocentrées partout..

      • ju pouf

        bonjour, je tombe sur votre commentaire, avez-vous vraiment lu le livre ? parce qu’elle explique bien dedans qu’il est possible et même souhaitable de nourrir les animaux d’élevage avec autre chose que des céréales pour éviter qu’ils soient en compétition alimentaire avec nous…les ruminants peuvent et doivent manger de l’herbe et autres végétaux de pâture, et donc des céréales qui acidifient leurs estomacs et détruisent leur flore bactérienne. En ce qui concerne l’idée sur la mort, elle a raison de dire que la vie est un cycle et que les matières organiques nous composant serviront à nouveau à nourrir d’autres êtres… bref, je vous trouve méprisante sans aucun argument, c’est dommage, je venais ici afin d’avoir une autre vision raisonnée que la sienne, mais vos attaques ne comportent aucun argument intéressant qui pourrait m’éclairer …

    • DUMAS

      completement dacor avk toi et je rajouteré c la honte cet article

    • Lirienne Calarenne

      Alors par où commencer ?
      Quand tu manges un animal il a été nourri grâce à l’agriculture.

      http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-environnement-la-planete-en-peril/

      http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3375_empreinte_carbone_viande.php

      Ensuite les plantes n’ont ni cerveau ni système nerveux.

      • Ghostwolf

        La nourriture des vaches n’est pas bonne, elle devrai pas manger ce qu’on mange, voila tout ,élevage veut pas forcement dire hyper pollution intensif.
        Suffit de raisonner l’élevage.
        Et puis la souffrance des plantes existes aussi, pas la peine d’avoir un système nerveux, la souffrance n’est pas que la nociceptions, la souffrance existe aullieur sous forme de stresse chimique, les plantes qui ce font agresses font des phéromones qui pousse les autres à faire plus dépine, à faire plus de poisson ect.. elle sont mise en stresses sans pour autant avoir de nerf.

        • Lirienne Calarenne

          A moins que chez vous les vaches n’aient pas besoin de manger ni de boire, ça me parait difficile de continuer à consommer autant de viande sans polluer.
          Et pour la souffrance des plantes, je vais faire comme si ça existait et faire comme si vous en aviez quelque chose à faire. Quand bien, même les plantes souffrirait le meilleurs moyens de les épargner serait d’être végétalien puisque le bétail que vous mangez à au préalable manger des plantes.

          • Vous pourriez manger 70% d’herbe?

          • Lirienne Calarenne

            ???
            Je pas manger de viande ne signifie pas manger du gazon…

  • Personne

    Moi, ce que j’ai du mal à comprendre, c’est comment les végétariens peuvent à la fois mourir plus vite (selon l’opinion générale et Lierre Keith) et vivre plus longtemps (selon les études qui s’enchaînent depuis des années). A moins qu’en devenant végétarien, on acquière un état quantique de Schrödinger, à la fois mort et vivant… Oui, ça doit être ça.

    • Didjé

      Comme je le dis dans mon commentaire plus haut, les « études » sont partisanes : les « chercheurs » eux mêmes végétariens vont n’y trouver que des bienfaits, les « chercheurs » omnivores vont aller dans le sens inverse.

      • liligondawa

        Et tu crois qu’il y a autant de chercheurs végétariens qu’omnivores ? 😀
        Les statistiques les plus optimistes donnent 13% de végés aux Etats-Unis, donc en gros chez les chercheurs américains aussi un sur dix environ doit être végétarien. Selon ton raisonnement les études trouvant des bienfaits au végétarisme ne devraient jamais voir le jour.

        • Flanelle

          Et le rapport Campbell ?

          • Ghostwolf

            Désolée, mais personne ne le lit en entier, campbell avoura apres que que  »ne plus consommer aucun produit animale n’est pas non plus vitale, »’ sont étude nous voudrai frugivore, en s’inspirent des singes, qui sont omnivores… bref, un peu de maladresses de ça part. (de plus l’étude à un peu viellie)

          • Emy

            Le rapport de Campbell a été démonté déjà.

    • liligondawa

      Le végétarien de Schrödinger… J’adore ^^
      On aurait matière à un article, là… Ou à un dessin d’Insolente Veggie !

      • Alex

        Je viens de tomber sur cet article complètement affligeant. Avant de vous astiquer la nouille sur Schrödinger que vous n’avez probablement jamais compris, et si vous souhaitez réellement paraitre crédible, donnez des sources, scientifiques, et non pas pseudo scientifiques. Donnez des articles publiés dans des revues de choix, et non pas des arguments « je dis donc c’est vrai ». Ce qui est réellement insupportable, c’est que vous dites haut et fort que vous détenez la vérité, et vous êtes par ailleurs terriblement méprisents. Alors continuez à vous endoctriner, mais ayez au moins un peu de respect en ne citant pas des « frères bogdanovs » de l’étude de la nourriture. Avec de tels modes de pensée, j’ai peur pour mes enfants.

      • Mon nom est

        Euh… Si c’est un article du style  » 3 raisons de ne pas manger de miel », c’est pas la peine de vous fouler.

    • NATHALIE

      En ce qui concerne L’écrivain LIERRE KEITH, je crois que c’est clair, elle a tout simplement profité de son expérience pour RE basculer du coté obscur et se faire un maximum de fric! c’est quand meme simple à comprendre. C’est un vrai business et elle a compris qu’elle pourrait comme cela , vendre son ame à un excellent prix! Se faire plaisir en se déculpabilisant et manger son steak tous les jours au final en ayant tout l’assentiment et l’absolution des fans de la viande !

      C’est son choix. N’essayons de voir ici une démarche sincère de sa part, c’est une pure démarche commerciale afin de se faire un max de blé POINT

      Je n’ai pas lu son livre, je serai franche, juste quelques passages. Pourquoi? parce que cela ne m’interesse pas de savoir ce que l’on sait déjà et que la vraie raison de notre plantage total sur la terre c’est d’abord notre démographie qui déborde….Nous sommes trop d’humains sur la planète et oui il faut se controler au quotidien dans sa consommation soi meme en ayant un rapport éthique ou au plus proche avec la nature.

      Devenir végétarien, vegan est tout un concept qui vise à préférer l’harmonie et l’égalité chez tous les êtres en gérant nos plaisirs immédiats, notre ego, et notre envie d’acheter du bling bling pour avoir une collection de chaussures inutiles et de sacs à mains guucchiote….C’est un concept idéologique certes peut etre utopiste mais BEAU

      Alors savoir si oui ou non il sauvera la planète n’est meme pas le problème , il est de dénoncer les méthodes d’élevage épouvantables afin de faire manger finalement n’importe quoi n’importe comment. C’est donc bien à nous de nous controler.

      Au final, on peut piquer beaucoup d’idées aux vegans, comme remplacer certains produits par des produits type soja. Mais le tout ce n’est pas non plus de remplacer chaque repas par du tofu car cela aura des conséquences aussi sur l’environnement. Perso je suis une vraie végétarienne, je ne mange aucun produit animal mais je ne vais pas non plus à chaque fois mettre du tofu partout pour imiter le foie gras, les saucisses etc…Car là est le danger aussi. Il faut savoir manger des lentilles, des graines etc.

      Donc la solution est vraiment dans LA PRISE DE CONSCIENCE et aussi , je dirais de montrer à quel point manger VEG est BON POUR LA SANTE.

      Depuis que je suis végétarienne, et je vous jure que c’est vrai , je ne suis plus jamais malade, plus de rhumes, de rhinites, de toux, de cystite etc…

      C’est quand meme fou et en plus j’ai une super ENERGIE!

      Donc voilà ce qu’il faut monter aux autres, une super image de ce que le végétarisme fait pour nous. Stigmatiser les foules ne donnera JAMAIS rien de bon. La haine attise la haine. Il faut encourager et arrêter de décourager ceux qui mangent « quand meme » du poisson! c’est déjà une démarche!

      Aussi on peut avoir une démarche spirituelle dans le bouddhisme notamment en lisant des livres de MATHIEU RICARD en s’interessant au KARMA;

      Qui peut etre réellement sur qu’il n’aura pas de futur vie avec un karma épouvantable? s’il ne fait pas attention à sa façon de vivre?

      Saviez vous que le grand astrophysicien Trinh xuan thuan croit dans l’existance du karma??
      Ainsi nous pouvons dire aux viandards, pouvez vous réllement être certains de ne pas finir dans une assiette vous meme dans une autre vie? perso je ne prends pas le risque!

  • Veggi Nours

    Bah ! Elle a trouvé un filon pour se faire du fric. Tout comme certains renient leur appartenance à une certaine fratrie et crachent dans la soupe espérant recevoir encore du pognon en trahissant la mémoire d’un défunt.

    • liligondawa

      Oui, c’est ce qu’on se disait : elle a saisi l’occasion en toute opportunisme. Tu connais le biais de confirmation ? C’est le processus mental qui fait que les gens vont chercher à retrouver un peu partout les idées qui les confortent dans leur opinion première, en laissant les autres de côté. Ici, tous les gens mal à l’aise avec le végétarisme, qui pensent que c’est un truc d’illuminés, sont sûrement ravis de lire The Vegetarian Myth et d’y retrouver ce qu’ils pensent déjà, bien mis en forme.

      • Veggi Nours

        Je ne connaissais pas « le biais de confirmation » mais ce processus je le connais bien :-

      • Heckler

        Oui, c’est transposable aux Végés également…

      • Emmanuel Delor

        C’est surtout que le végétarisme n’a cessé d’accumuler des arguments spécieux et qu’un tel livre a au moins le mérite de les contredire pour casser le mythe selon lequel le végétarisme aurait des arguments scientifiques irréfutables, et permettre aux gens de ne pas s’y lancer tête baissée, écoutant certains gourous de la diététique sans avoir accès à la critique. Pensez-vous sérieusement échapper à ce processus mental qui pousse l’humanité entière à retrouver un peu partout ces idées qui les confortent dans leur opinion première ? Personne ne détient la vérité, dans le meilleur des cas on peut prétendre la chercher. Moi j’ai cherché, j’ai testé, et ne me suis pas contenté de mon opinion première. Malheureusement, les faits m’ont montré que mon opinion première n’était pas si mal que ça.

        • Monty

          « C’est surtout que le végétarisme n’a cessé d’accumuler des arguments
          spécieux et qu’un tel livre a au moins le mérite de les contredire pour
          casser le mythe selon lequel le végétarisme aurait des arguments
          scientifiques irréfutables, et permettre aux gens de ne pas s’y lancer
          tête baissée »
          Remplacez « végétarisme » par « théorie de l’évolution » et « un tel livre » par « la bible », c’est assez troublant il faut dire :-/
          Plus sérieusement, c’est bien plus le rapport malsain entre un discours pompeusement scientifique côtoyant un mysticisme plagié d’un célèbre film des studios Disney qui pose problème avec ce livre.
          Le jour où je tomberai dessus je le lirais sans hésiter.
          Sauf qu’avec une prose contenant de telles phrases, je doute très sérieusement pouvoir lui envoyer un jour un mail pour la remercier de m’avoir sauvé la vie 😉

          • Emmanuel Delor

            « Remplacez « végétarisme » par « théorie de l’évolution » et « un tel livre » par « la bible », c’est assez troublant il faut dire :-/ »

            Je suppose que vous faites allusion à ce fameux débat stérile entre créationnisme et évolutionnisme. Ces questions sont sans réponse, et je ne me situe dans aucun de ces camps. Pour moi tout est à la fois science et spirituel. Concernant ma prise de position, je n’attribue à aucun des camps, végétarien ou anti végétarien le statut de bible irréfutable. Je souligne simplement que dans ce domaine les contradicteurs sont rares. Votre comparaison n’est pas très bonne car la bible oppose à des arguments scientifiques des arguments de foi, ce qui n’est pas le cas ici. Si l’on se pose la question, pourquoi le végétarisme, à l’origine sentimental, a-t-il cherché à prouver scientifiquement qu’il était bon pour la santé ? N’est ce pas encore une fois « ce processus mental tendant à nous faire chercher les arguments qui correspondent à notre opinion première »( pour citer l’auteure) ? Dans ce cas, toute recherche de la vérité est impossible, puisque comme le dit Descartes, la recherche de la vérité nécessite « un sol certain » qui ne peut exister qu’en abandonnant les certitudes. Les ténors du végétarisme ont-ils réellement fait ce travail de remise en question, ou se sont-ils contentés de conforter leur certitude première, fondée sur le présupposé du respect absolu de toute vie ?

            Si l’auteure de cet article, qui est en colère contre ce livre, n’a trouvé qu’une seule phrase un peu risible de tout l’ouvrage, soit elle ne l’a pas lu, soit le reste du livre, à part une phrase est cohérent dans le style. En conséquence, cette tentative avortée d’attaque sur la forme se retourne contre son auteure, tendant à montrer que le livre est correctement écrit dans son ensemble puisqu’elle n’y trouve qu’une seule phrase à critiquer.
            De manière générale les attaques sur la forme témoignent d’une absence d’idées à répliquer sur le fond de la part des contradicteurs.
            Peut-être que ceux qui s’apprêtent à se lancer dans un végétarisme mal documenté seront plus prudent, grâce à « un tel livre ». Après tout, peut-être que lire la Bible peut parfois donner plus de sens à la vie que de lire Darwin, voire permettre d’aborder Darwin avec un état d’esprit différent. la science moderne n’est pas moins religieuse que la plus stricte des religions. Le rationalisme est omniprésent et n’a pas toujours été bénéfique pour la santé mentale…

          • Monty

            Effectivement, je faisais allusion au fameux débat évolutionniste/créationniste, c’est hélas un peu le même schéma que l’on retrouve dans le débat carniste/vegan 🙁

    • Ghostwolf

      Vous avez bien tort, un livre rapport presque rien un livre de 20 euro, rapport qu’elle que centime, l’Auteur touche moins de 10% de la vente d’un livre, elle à fait ça car elle avait un avis à donner et qu’elle à eu une expériance tres grave avec le veganisme, voila c’est tout.

  • Plantte

    Je n’aime pas cet article, il est insultant. Même si l’auteur se trompe il serait préférable de donner une critique détaillée du livre et d’informer les gens plutôt que de dénigrer des personnes.

    • liligondawa

      Il s’agit d’une critique en trois points. Peut-être l’aurais-tu voulue plus détaillée. Mais en même temps tu me reproches d’affirmer tout du long que je ne suis absolument pas d’accord avec l’auteur. Mieux vaut alors que j’aie fait bref !

    • Veggi Nours

      Tu m’excuseras mais quand on dit de telle inepties : « La vérité est que l’agriculture est la chose la plus destructive que les humains aient infligé à la planète »

      Faut pas s’attendre à être brossé dans le sens du poil ! Depuis quand l’agriculture est une arme de destruction massive ?

      Cette félonne confond agriculture et agrochimie.

      Culture pour nourrir les élevages massifs et maraichage.

    • Lirienne Calarenne

      En même temps on doit toujours répondre aux mêmes absurdités…

      • fanfan

        c’est vrai pour le poisson…

  • Didjé

    Maintenant, il est clair que ce n’est pas sur ce site qu’on va lui donner raison 🙂 Il est très difficile de déterminer le vrai du faux, même dans les articles écrits par des médecins ou des scientifiques, car ceux qui écrivent ou donnent des avis positifs sur le végétarisme ou végétalisme en font partie eux même. Pour ma part, c’est comme pour la religion : pratique ce qui te plait, mais ne juge pas les autres parce qu’ils ne font pas ou ne pensent pas comme toi, et n’essaie pas d’imposer tes opinions à tout prix.

    • liligondawa

      Et la personne qui mange une côtelette d’agneau, n’impose-t-elle pas son opinion à l’agneau ?

      Ce que tu dis est valable pour pas mal de situations, mais pas pour celle qui consiste à tuer d’autres êtres vivants afin de se nourrir. Les végés, qui veulent éviter la mort de ces mêmes êtres vivants, essaient, c’est vrai, de convaincre les autres humains du bien-fondé de leurs opinions. Si tu y réfléchis,bien, c’est tout de même assez logique.

      • Didjé

        On peut entrer dans un débat sans fin….un légume, un fruit est un organisme vivant qui meurt une fois qu’on l’arrache à la terre ou à l’arbre, qui dit qu’il ne souffre pas :). Des vegans ont des chiens, des chats, qu’ils nourrissent avec de la viande en boite, avec des animaux tués par l’homme donc, et là ça ne leur pose pas de problème, car ces animaux sont « carnivores »….c’est un peu hypocrite je trouve, qu’ils les laissent chasser seuls alors 🙂

        • liligondawa

          Oh, « le cri de la carotte », ça faisait longtemps !
          Si tu te soucies tant des végétaux, sois végé, puisqu’il faut de 7 à 16 kg de céréales ou produits végétaux pour produire 1 kg de viande.
          Quant aux végans qui ont des chiens ou chats, c’est là un autre débat. D’ailleurs, tous n’en ont pas. Que tu trouves ceux qui en ont incohérents n’a rien à voir avec le véganisme en lui-même.

          • Personne

            Le cri de le carotte, once again :
            http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article40
            (Mais sinon, je compte bientôt faire un documentaire sur l’élevage et les abattoirs de carottes. Nul doute que la vue de la souffrance des végétaux sera insupportable et poussera tout le monde à devenir praniste. Je veux dire, on est tous capables d’une empathie flagrante pour les végétaux, tellement leur sensibilité crève les yeux, tout le monde pleure en voyant une carotte torturée, donc c’est l’évidence que ça marchera.)

            Les vegans qui ont des chiens et des chats… La réponse est pourtant simple : Les croquettes AMI.
            http://wiki.vegan.fr/nourrir_ses_animaux_de_facon_vegane

          • liligondawa

            Héhé, « un documentaire sur l’élevage et les abattoirs de carottes », j’adorerais voir ça 🙂 Lance un projet kickstarter, je souscris !

          • Nounouille

            Qu’est qu’il y avait avant le champ de carotte ? Un biotope préservé.

          • Personne

            L’agriculture sert à nourrir les animaux d’élevage.
            Moins d’élevage = Moins d’agriculture.
            Fin du débat.

            http://blog.mondediplo.net/2012-06-21-Quand-l-industrie-de-la-viande-devore-la-planete

          • Tony

            Et pour le bœuf, tu crois qu’il faut quoi ? De l’herbe venu de l’espace ?
            6m2 pour faire 1kg de carottes.
            323m2 pour 1kg de bœuf.
            Viande.info

          • Nounouille

            Le problème c’est que le pâturage est durable, il se renouvèle naturellement et ne nécessite pas de produits chimiques. A contrario, le champ de carotte détruit la couche arable et consomme nombre de pesticides, herbicides et autres engrais.

          • vache = herbe, ahahahah ! et les carottes bio tu connais ?

          • Coquillette

            Quand on n’a pas d’arguments, on a recours à la moquerie et l’ironie. Ceci dit, nourrir des animaux naturellement carnivores de façon végétalienne relève du pathologique ou de la folie. Vous êtes qui pour vouloir vous substituer à la nature ? C’est quoi la prochaine étape ? Nourrir la faune entière avec des « croquettes AMI » ?

          • Tony

            Coquillette, renseignez-vous sur la provenance de la viande des croquettes (« viande impropre à la consommation humaine », aux USA, ce sont mêmes des animaux de refuge qu’on pique et qu’on transforme en bouffe pour chiens).

            Autrement dit des « déchets » qu’on transforme en nourriture pour nos animaux « mignons ».

            Les carnivores dans la nature chassent eux-même leur propre proie, ils n’ont pas besoin de nous (heureusement). Ils n’ont pas besoin de cuire leur viande, n’ont pas besoin de couteau.

            Nos animaux de compagnie se feraient bouffer par les animaux sauvages.

            On est qui pour substituer à la nature ? Et le déboisement des forêts pour planter des maïs et soja OGM ? C’est naturel ?

            Forcer la naissance de futur bétail, les nourrir avec des céréales (qui ne sont pas leur nourritures naturelles), les zigouiller à 1/4 de leur espérance de vie, c’est plus naturel ?

            Et je ne parle pas d’arrachage de testicules des porcs, de dé-cornage des bœufs, dé-bequetage des poules, gavage des oies… c’est tellement « naturel ».

            C’est hôpital qui se fout de la charité là.

          • Coquillette

            « Autrement dit des « déchets » qu’on transforme en nourriture pour nos animaux « mignons ». »

            Avant que l’agro alimentaire n’en fasse un business, à ton avis ils mangeaient quoi les chats et les chiens ?

            « Et le déboisement des forêts pour planter des maïs et soja OGM ? C’est naturel ? »

            Qui a dit que ça l’était ? Pas moi.

            « Forcer la naissance de futur bétail, les nourrir avec des céréales (qui ne sont pas leur nourritures naturelles), les zigouiller à 1/4 de leur espérance de vie, c’est plus naturel ? »

            Qui a dit que ça l’était ? Pas moi.

          • Lirienne Calarenne

            Ils ne mangeaient certainement pas des vaches ou des porcs et ne tuaient pas leur proies en masse et à la chaîne…
            Pour le reste vous ne l’avez pas dit mais vous en êtes en partie responsable en achetant des produits d’origine animal ou/et des croquettes.

          • Personne

            Pouvez-vous me définir « la nature » ?
            Si vous ne vous substituez pas à « la nature » en prenant des animaux de compagnie, je ne sais pas comment on peut appeler ça… Si en nourrissant ses animaux de compagnie avec des animaux d’élevage, on ne substitue pas à « la nature », c’est à n’y rien comprendre.
            La question est « Les animaux de compagnie nourris avec des croquettes végane sont-ils en bonne santé ? ». C’est la seule question à se poser.

            Quant au animaux sauvages, on entre dans une question bien trop large et complexe pour y répondre simplement. Nourrir la faune entière avec des croquettes AMI est simplement impossible physiquement. Et les conséquences en seraient impossibles à prévoir. Donc la question est idiote. On n’a pas besoin de poser une question idiote à la suite, pour répondre à la première. C’est la technique de tous les opposants aux évolutions sociales : « Ah oui, mais si on leur donne ce droit-là, qu’est-ce qu’on va faire ensuite => proposition absurde ? ». « Et si on commence à donner l’égalité aux femmes, ça sera quoi, ensuite, il faudra autoriser les hommes à accoucher ?! ». « Et si on autorise les homosexuels à se marier, ça sera quoi, après, on pourra se marier avec des animaux ?!! ».
            La deuxième question n’a aucun sens. La première question est simplement soluble, et c’est tout ce qu’il y a à savoir.

          • Lirienne Calarenne

            http://insolente0veggie.over-blog.com/article-jeu-de-bingo-64425347.html
            En même temps quand on doit répondre toujours aux même pseudo-arguments…

          • Maowlo Loa

            et benevo 😉

        • Lirienne Calarenne

          Les légumes n’ont pas de cerveau (toi non plus apparemment) ni de système neveux.

    • Personne

      Tu veux des sources suffisamment diversifiées pour te faire un avis ?

      Si jamais la position officielle sur le végétarisme et le végétalisme de la plus grosse association de diététiciens au monde (c’est-à-dire l’ADA et ses les 70.000 diététiciens), position qui est constante depuis plus de 20 ans, ne te suffit pas, tu peux toujours comparer les recommandations officielles des différents pays d’Europe, des USA, du Canada et d’autres :

      http://www.dietethics.eu/fr/nutrition/contexte-extra-europeen.php
      http://www.dietethics.eu/fr/nutrition/recommandations-nationales.php

      La question n’étant pas quel régime est le plus sain, mais oui ou non existe-t-il une nécessité de la viande ?
      Car « absence de nécessité de la viande » => « problème éthique à résoudre »
      Autrement dit, la souffrance et le préjudice subis par les autres animaux pour la consommation de viande des humains sont-ils bien réels ? Et si oui, sont-ils totalement superflus, donc doit-on y mettre fin ?

    • SACHAN 2

      digié vous imposez la mort et la souffrance par la consommation de viande et c’est bien pire que d’imposer une opinion végétalienne qui n’est est ni plus ni moins qu’un rappel moral à l’humanité par la compassion.

    • Lirienne Calarenne

      On a pas demander l’avis des gens quand ça concerne les droits des autres. On ne demande pas l’avis des tueurs quand il s’en prennent aux droit des autres (droit de vivre, droit au respect de l’intégrité physique…)

  • IV

    « Nounouille » 😀 rien de plus à dire je pense.

  • Twiggo

    Convaincu, je redeviens omnivore… ou pas. Par contre, je serais quand même intéressé de savoir ce qui l’a motivée à être vegan pendant 20 ans, parce que ça fait juste peur là !

    • liligondawa

      Je serais surtout intéressée pour savoir ce qui l’a tout-à-coup faite penser qu’être végane n’était plus une bonne idée… Peut-être, comme Hayden Panettière, a-t-elle cru que le véganisme consistait surtout à se nourrir de salade verte, auquel cas elle s’est rendue compte au bout d’un long moment que ce n’était effectivement pas viable !
      http://www.vegactu.com/actualite/hayden-panettiere-plus-vegetarienne-774/

    • Lirienne Calarenne

      Elle a probablement juste honte d’avoir craqué alors elle se cherche des excuses (même les plus débiles)

  • Hanael

    Le « Nounouille » m’a sauvée du suicide, je pense. Certains trouvent l’article insultant, je le trouve justifié. Il y a un moment où il faut arrêter les conneries, Lierre.

    • doudoune34

      Je suis d’accord avec vous… Quelle idiotie que le présent article… Voici ce que j’ai relevé ailleurs :

      « Voici le point culminant de la bêtise de certains humains : nourrir ses animaux carnivores de façon Vegan… OMFG !!!!http://wiki.vegan.fr/nourrir_ses_animaux_de_facon_vegane
      Cela me rappelle cet extrait d’épisode de Futurama :http://www.youtube.com/watch?v=nRSLQu-d6ZQ

      Encore une fois, l’apathie de la science main dans la main avec l’obscurantisme des croyances.

      Ignorer que nous sommes pas absent de la nature et que nous en faisons parti et l’exploitons car étant membre de multiples chaînes alimentaires. Ignorer la plastique du corps pour celle qui arrange les croyances. Ignorer l’évolution naturelle et sélective. Ignorer son empathie pour le conformisme vert. Ignorer son formatage culturel. Ignorer son anthropocentrisme et son anthropomorphisme. Ignorer tout simplement la science et ce qu’elle est (http://www.veganquebec.net/IMG/pdf/Anthropocentrisme.pdf). Preuve à l’écrit :
      « Il est temps de se débarrasser de nos vieilles conceptions et de les actualiser à l’heure de récentes découvertes. Alors qu’au 17e siècle la science devait lutter pour combattre les dogmes de l’Église (le géocentrisme), on s’aperçoit aujourd’hui que les rôles se sont inversés. Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est désormais la science (la nouvelle religion) qui impose ses dogmes.
      Il est ahurissant de constater que toutes les idées véhiculées autrefois par la religion furent reprises par la science. En effet, celle-ci n’a rien inventé. D’un côté, Dieu a crée l’univers et ensuite les humains; de l’autre, le Big Bang a crée l’univers et ensuite apparurent les humains. Dieu créa d’abord la faune et la flore pour ensuite y inclure l’homme; l’évolution biologique a d’abord créé la diversité des espèces animales et végétales, pour ensuite arriver au sommet de l’évolution avec l’humain…»

      Combien de qualificatifs pour ces mouvements sans morale et moratoire. Combien de morts d’enfants, d’adolescents, d’adultes et de vieillards faudra-t’il pour que ce culte s’auto-détruise par les maladies, cancer, de dégénérations des tissus, organes et neurones ? »

      • liligondawa

        Hey, je ne suis pas sûre d’avoir compris ton point de vue… Est-ce que tu attaques mon article ou le livre de Lierre ? :S
        Hanael trouve mon article justifié. Et toi ?

        • doudoune34

          Je faisais de l’ironie quand à votre article Lili.

          • Luluqian

            Quant au fait de nourrir ses animaux carnivores de façon vegan, ça s’explique tout simplement parce que la nourriture pour animaux que tu vas trouver dans les supermarchés par exemple, est elle aussi issue de l’élevage industriel, ce que tout « bon » vegan refuse de cautionner. M’enfin, je crois que je perds mon temps à répondre, tu m’as tout l’air d’être un troll.

          • Chantal Hourdeau

            La nourriture bio pour animaux existe. Il suffit de chercher un peu sur le net. J’achète porta21 pour ma fifille. http://www.biofan.com/animalerie_bio/defu-croquettes-bio-chat-volaille-adulte.html

            Et si j’ai changé pour des croquettes bio, c’est parce que les grandes marques qui sont des sous marques de Nestlé, Proctle&Gamble, palmolive font souffrir les animaux pour tester leur nourriture. Du style enlever un rein pour voir si tel ingrédient fonctionnera, les rendre cardiaques, les rendre obèses et autres horreurs. Il faut aussi savoir que les marques qui testent cruellement sur les animaux et qui les euthanasient, les restes de ces animaux se retrouvent dans la nourriture des animaux donc le chat mange du chat ou du chien et de même pour les chiens. Et la viande des marques bios n’est pas issue des élevages industriels justement.

            Parce que pensez vous qu’un jour, le lion sera vegan? Ou le leopard? Ou tous les autres carnivores?

          • Dr.Tetrahc

            C’est sur que ça va changer le monde vos petites initiatives.. C’est vraiment ce qu’on appelle des ‘first world problem’, pendant que certains meurent de faim juste en bas de chez vous, vous préférez vous souciez d’un animal qui n’a aucun respect pour vous. L’animal, d’accord, mais l’homme d’abord!

          • Nat

            Parce que vous faites quoi, vous, pour les humains ? Vous avez deux cœurs ? un pour les humains pis un (beaucoup) plus petit pour les animaux ? c’est bien une réflexion de quelqu’un qui n’a aucune empathie ça !

          • Dr.Tetrahc

            Nat > Vous vous permettez de me juger alors que vous ne savez rien de moi, c’est bien dommage! Ce que je fais pour les humains ? Rien de spécial, seulement des études de médecine pour pouvoir un jour peut-être pouvoir contribuer à un monde plus sain. En effet, je ne prend pas seulement la décision de me priver de viande ou d’ouvrir ma gueule pour défendre une cause. Je crois en l’être humain et c’est pour ça que je me permet de vous dire que l’Homme n’est pas supérieur à l’animal, mais qu’il est doté d’une conscience et c’est pour ça que je le mettrai toujours en premier.Je n’ai pas deux cœurs non plus, j’en ai un seul, qui sait faire la part des choses, ce qui n’est pas le cas de tout le monde malheureusement. Par ‘faire la part des choses’, j’entend que je ne vais pas haïr les humains et les mépriser pour donner un amour infini et disproportionné aux animaux. Défendre l’habitat naturel des animaux, leur donner des droits, les respecter.. je suis d’accord à 100%. Cracher sur les ‘bouffeurs de viande’, essayer de faire culpabiliser, se sentir supérieur parce qu’on a ‘compris la vérité’; NON! Vous qui êtes de fervents admirateurs de la nature, n’oubliez pas qu’elle fait bien les choses et qu’elle ne nous a pas donné des canines pour faire joli.

          • Lesly

            Des études de médecines.. Pour aller inoculer des métaux lourds dans le corps de vos patients.. Superbe ! Merci docteur, avec ça vous allez sauver l’espèce humaine !

          • Schmitz Christine

            Nos canines sont anecdotiques, et nous ne sommes pas équipés pour courir derrière des proies vivantes. Manger de la viande? Oui, sans doute, mais pas souvent. Dans la nature, on va au plus facile car l’énergie est précieuse pour la survie. Alors bouffer 300 gr de steack par jour me semble totalement anti-naturel, sauf si vous êtes champion olympique du 200m avec obstacles (150 gr par mois me semble plus proche de la vérité, les coquillages, le poisson et les insectes étant bien plus faciles à attraper et les fruits bien plus proches de notre goùt naturel…) . D’ailleurs, les amateurs de viande restent rarement en bonne santé très longtemps…

          • Ghostwolf

            c’est faux, les populations qui vive le plus longtemps mange des poissons (un petit archipel japonais) de la viande de façon tres occationelle (un petit vilage de berger en chine)
            apres c’est sur que la viande en barquette est pas top, antibio, hormone, surplus de conservateur, et puis la consommer en charcuterie avec plein de sel c’est pas bon… le pire c’est la viande cacher, dans les bonbons ects… arrêter de consommer de la viande, c’est du coup manger moins de sel, arreter les fast food (jamais vue un vegan demander justes des frites et un coca) ect… c’est pas parceque la viande de nos jour est devenue mauvais, que elle la toujours était ou que par opposition elle est forcement un poison.
            Et je rappelle aussi que les hommes sont des chasseurs non pas grâce à leur vitesses, mais à leur endurance, et leur esprit d’équipe.
            Apres c’est sur que le cerf, c’est plutot en hiver quand on à plus de fruit et de tubercule sous la mains, ça fait partie d’un equilibre,ont en consommer en petit quantitée depuis longtemps, c’est claire qu’on ce mange pas 3 boeuf par jour…

          • titeléone

            Eh Doc, il te faut rattrapper ton retard dans le domaine de l’ETHOLOGIE…
            Il y a quelques livres très intéressants qui combleraient efficacement tes ENORMES lacunes…
            Et puis donne-moi ton adresse complète pour que JAMAIS je ne puisse un jour te rencontrer et prendre le risque de me faire « soigner » par toi.
            Ah mais j’oubliais, je suis VEGAN et oups je ne suis jamais malade…

          • Schmitz Christine

            C’est stupide ce que vous dites! S’il y a bien des gens conscients et responsables, avec des idées sociales et politiques respectueuses de la vie, ce sont les végéta(r)(l)iens! La survie des êtres vivants est impossible si tous continuent à manger des produits animaux. Regardez ce très sérieux documentaire d’Arte https://www.youtube.com/watch?v=clQ3-AuwrbQ
            Et vous verrez que nous allons droit dans le mur. Et arrêtez de dire « l’homme d’abord ». L’homme n’a aucune supériorité sur la nature, si ce n’est dans la connerie. La preuve: on n’est même pas foutus de réguler notre nombre et encore moins de diminuer notre impact sur notre environnement. Et ça nous reviendra très vite dans la figure comme un boomerang (c’est déjà le cas avec des populations que NOUS exploitons et qui meurent effectivement de faim à cause de NOTRE mode de vie). On préfère faire du fric et admirer les financiers qui nous plument… C’est pas débile, ça?? Mes animaux ne sont en rien responsables de ce merdier, et méritent à ce titre aussi, tout mon respect.Et le premier qui touche à un de leurs poils, je l’explose 😀

          • Emma

            Alors déjà vous n’étiez qu’étudiant en médecine au moment de votre message, mais vous vous appelez déjà « Dr Tetrahc »… On vois déjà un peu le personnage. Ensuite, si vous ne savez pas avoir de la compassion envers les animaux ET les humains, les deux à la fois, et bien je plain votre future clientèle… scoop: vous pouvez faire les 2 ! être végan/végé/fléxitarien ET faire des dons ou agir directement pour les humains ! Incroyable non ? MIEUX ! En agissant pour les uns, vous agissez souvent pour les autres ! car préserver les habitats sauvages c’est aussi préserver notre planète et DONC notre santé ! Elle est pas belle la vie ?
            Ha oui, autre scoop, vous dites plus bas que l’homme à une conscience et c’est pourquoi vous le faites passer avant. Mais incroyable, les animaux AUSSI ont une conscience !!!! Conscience d’eux même, conscience de l’autre et de ce que l’autre peut penser, conscience de la vie et de la mort etc…
            Quand au respect des animaux envers l’homme, vous pourriez être surpris si vous vous documentiez un peu de tout le respect et la reconnaissance qu’un animal peut avoir pour l’humain (ou d’autres animaux).
            Ho et encore une chose: comment croyez vous que les grandes révolutions de notre monde ont débuté? Oui oui, par des gens en minorité au départ. Par de petits gestes. Qui progressivement ont pris de l’ampleur. Un peu comme un petit zygote qui se développe pour former 9 mois plus tard un petit humain.
            Sortez un peu le nez de vos bouquins de médecine, ouvrez vous à autre chose que ce que les firmes pharmaceutiques viennent vous marteler en tête, soyez un VRAI futur médecin: le désir d’aider, de soigner et de stopper les souffrances doit être universel et ne pas se limiter à une espèce. Chaque petit geste compte. Ouvrez un peu votre esprit et votre cœur cher peut-être futur docteur, il n’y a que comme ça que vous pourrez soigner les gens correctement.

          • titeléone

            Cette réponse n’est que de la provoc,ridicule et sans intérêt !
            L’homme d’abord ? Non mais n’importe quoi !
            Et de quel respect est-il question ?
            Vraiment, certains devraient arrêter de faire perdre leur temps aux autres et puis cher Doc’ que fais-tu pour véritablement pour venir en aide aux SDF en « bas » de chez toi ?
            Je pense connaître la réponse….
            Allez j’ai déjà perdu assez de temps !

          • M@nu ☮

            l’homme d’abord mais quelle connerie c’est jsute du spécisme ce aque vous faite, certains à une époque disait l’homme d’abord la femme ensuite, le blanc d’abord le noir ensuite et si je vais plus loin la race arienne d’abord le reste ensuite !

            L’humain d’abord reste un slogan communiste ! un slogan d’individualiste primaire.

          • Schmitz Christine

            Oui! C’est effectivement un sérieux problème moral! On donne à bouffer de malheureuses bêtes d’élevages industriels à nos chats, puis on refuse une invitation à un barbecue… C’est schizophrénique. Perso, je le vis mal, parce-que j’ai vraiment l’impression d’anihiler mes efforts à chaque fois. Et si je donne des aliments bio (charte de qualité incluant un certain « bien-être » des animaux de boucherie), pourquoi dois-je me priver, moi? C’est ça en fait la question. Et bien, juste pour diminuer le nombre d’animaux sacrifiés. Pensons aussi à éviter d’entretenir l’élevage de chiens et de chats en adoptant plutôt qu’en achetant. Et faisons stériliser nos petits compagnons 🙂

          • GhostWolf

            Je suis daccord sur certain point… mais quand un vegan me dit qu’il pense qu bien être de ces animaux en lui donnent uniquement de la pattée vegan… Quand à ce qui sont aussi pour la fin de la domestication des animaux et qui pousse à stérilisée tout leur bébéte, je me dit que l’amour pour les animaux, il manque de couille… si vous voyer ce que je veut dire..

          • Lirienne Calarenne

            Moi, je dis qu’au carniste de base il manquait un peu de virilisme.

  • Son propos et les termes qu’elle emploient laissent transparaitre de la frustration et de la jalousie. Ce que cet article ne dit pas c’est qu’elle est tombée malade peut de temps après être devenue vegan et que vraisemblablement, son régime était déséquilibré ce qui a aggravé sa maladie. C’est de là probablement qu’est née sa jalousie à l’égard de ces végétariens qui se portent si bien…

    • Surtout les végétariens « moraux », ceux qui sont pas forcément passionnés de diététique et qui arrivent à être en parfaite santé sans se prendre la tête… quel monde injuste 😉

    • liligondawa

      Bonjour,
      Son cas rappelle celui d’Hayden Panettière, qui a cessé d’être végé parce qu’elle ne mangeait que de la salde et ne pouvait donc plus faire son jogging.
      http://www.vegactu.com/actualite/hayden-panettiere-plus-vegetarienne-774/

      Cordialement.

  • Nounouille

    L. Gondawa a écrit: « Pour Lierre Keith, manger de la viande est en fait bien préférable à un régime végétalien car « la vérité est que l’agriculture est la chose la plus destructrice que les humains aient fait pour la planète, et ajouter plus d’agriculture ne nous sauvera pas. La vérité est que l’agriculture nécessite la destruction massive d’écosystèmes entiers. » Et les bœufs que tu manges, Nounouille, ils mangent quoi ? Du pétrole ? Les rayons solaires ? »

    Si vous aviez lu l’ouvrage de Lierre Keith dans son intégralité – ce dont je doute vu le contenu de votre article – vous auriez réalisé l’inanité de votre commentaire repris ci-dessus.

    Qui est vraiment la Nounouille dans cette histoire ? Savez-vous ce que « mangent » les végétaux ?

    Principalement de l’azote.

    Les céréales annuelles, comme les autres végétaux sont « nourries au pétrole » (composés azoté dérivés des hydrocarbures). Une minorité est nourrie aux engrais naturels, qui proviennent essentiellement des os et des arêtes … d’animaux.

    Keith montre que la seule source de nourriture durable est la viande provenant du pâturage extensif (les animaux fertilisent l’herbe qui les nourrisse) et, qu’à contrario, la culture intensive de céréales annuelles a détruit la couche arable, pollué la planète et anéantit les biotopes où vivaient les animaux sauvages.

    Keith condamne tout autant les élevages intensifs que les cultures intensives. Tous deux relevant d’une pure logique de profit au mépris de la planète, des animaux et des êtres humains.

    Le végétarisme éthique (visant à réduire la souffrance animale) est pavé de bonnes intentions, mais, en dernière analyse, ce sont bien les cultures intensives qui ont anéanti notre faune sauvage tandis que le pâturage extensif laisse une empreinte écologique négligeable voire nulle.

    Il serait tellement plus pertinent de commenter un ouvrage après l’avoir intégralement lu (et compris), si toutefois l’objectif est d’en dresser une analyse objective.

    Si l’objectif est simplement de défendre aveuglement une croyance qui permet de se sentir spécial, différent, éthique, bon alors nous entrons dans le champ du subjectif, de l’identitaire,

    Dès lors un livre comme celui de Keith n’est plus un simple média porteur d’informations ouvertes à analyse mais une menace devant être éliminée avant même d’être consultée.

    • liligondawa

      Savez-vous ce que mange le bétail ?

      • Coquillette

        Dans un monde normalement constitué, de l’herbe.

        • Sccweb

          Malheureusement, nous ne vivons pas dans un monde normalement constitué.

          Ils mangent des céréales génétiquement modifiées pour être engraissés plus vite, c’est plus rentable.
          Ils tomberont malade mais pas d’inquiétude, nous avons des antibio.

          Nous « violerons » les femelles afin de faire naître rapidement la future « nourriture » pour la demande du consommateur.

      • Nounouille

        cf. mon message précédent :

        « Keith montre que la seule source de nourriture durable est la viande
        provenant du pâturage extensif (les animaux fertilisent l’herbe qui les
        nourrit) et, qu’à contrario, la culture intensive, de céréales
        annuelles par exemple, a détruit la couche arable, pollué la planète et
        anéantit les biotopes où vivaient les animaux sauvages. »

    • DUMAS

      super merci a toi;) enfin kelkun d’inteligent

      • Lirienne Calarenne

        Je ne suis pas sûre, nous au moins nous savons écrire. On peut donc en conclure que manger de la viande rend idiot, ou que les gens idiots mangent de la viande.

    • Lirienne Calarenne

      Bon, LES ANIMAUX MANGENT DES CEREALES PRODUITENT PAR L’AGRICULTURE. Et tous les végétaux produit pourraient servir à nourrir l’humanité plutôt qu’a engraisser le bétail des occidentaux.

  • Pour quelqu’un qui n’a pas lu le livre, vous n’êtes pas en mesure de le critiquer.

    • liligondawa

      Si un livre affirme que 2+2=5, et que cette affirmation est relayée dans les médias, dois-je vraiment attendre d’avoir lu l’ouvrage en intégralité pour le critiquer ?

      • Cet livre n’est pas « relayée dans les médias ». VOUS êtes « les médias » faussent dans ce cas. Une personne normale qui lit ce livre apprendrait que 2 + 2 = 4

      • Nounouille

        Le problème avec cette analogie c’est que le livre de Keith ne prétend pas que 2+2 = 5. Mais pour comprendre cela, il faut avoir lu le livre. Sinon on tombe dans le champ de la critique partisane, de la croyance, de la subjectivité.

      • smash Beurth

        Voici un article violent dans ses mots qui ne peux pas apporter un regard objectif sur le sujet. Je suis moi-même végétarien, j’ai lu se livre et je trouve que sortir les phrases de leurs contexte ne peux qu’apporter frustration et incompréhension. Il est facile de démolir, mais demandez à vos lecteurs de lire ce livre et d’y apporter leurs opinions! Alors que la communauté doit se tenir dans le respect plutôt que de démolir un travail de recherche et d’écrire un article à sensation du style médias de masse! Moi j’encourage tout ceux qui lisent cet article de lire se livre car Lierre Kieth parle avec respect (elle)! Son point de vue peux être un PLUS pour renforcer nos choix et même améliorer nos rôle de végétarien en rapport avec l’environnement. Lili, avant de vouloir militer pour les animaux, il faut pouvoir vivre entre les humains avec respect.

    • Ghostwolf

      Oui daccord! surtout que la critique vient d’un profs… critiquer un livre (c’est plein d’argument, d’idée, ça prend du temps, surtout que celui ci est construis) sans le lire, ça revient à dire :
       »’tu aime Harry Poteur? »  »non c’est de la pur merde! »
       »tu la vue au moins ? » ‘
      ‘non Mais j’aime pas ça ! voila! »
      Serieux, mince quoi…

  • Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas perdu votre capacité de penser, méfiez-vous que derrière ce mouvement végétarien est « Big Agriculture » et les producteurs d’OGM comme Monsanto, qui dépensent beaucoup d’argent sur ​​la propagande, en particulier à travers des « bloggers ».

    • lol, alors là le coup du lobby végétarien, tu me fais rire. Je crois qu’on va t’élire troll de l’année toi.
      (sur ce : le plus gros consommateur d’OGM, c’est le bétail).

      • Je mange de la viande nourri à l’herbe qui est des bovins qui sont élevés naturellement.

        • Gros problèmes : le bovin meurt, et de toute façon, c’est pas applicable à l’ensemble de l’humanité, seulement à une frange privilégiée comme toi.

          • Tout meurt dans ce monde. Et tout est consommé par quelque chose d’autre. Je suis désolé, je souhaite qu’il y ait une autre façon, mais c’est la vie.

            Nous devrions respecter la vie, bien sûr. Les animaux, comme les humains, ne devraient pas avoir à souffrir plus que ce qui est absolument nécessaire pour maintenir la vie. Les êtres humains ont compris cela depuis longtemps, mais l’homme moderne est tellement malade et hors d’équilibre avec la réalité que nous nous sommes probablement seulement une ou deux grandes catastrophes écologiques de l’extinction.

          • liligondawa

            « Tout meurt dans ce monde » : la question du moment n’est-elle pas importante ? T’es-t-il vraiment égal de mourir aujourd’hui ou plus tard ?

            C’est la même chose pour l’animal. Nous pouvons nous nourrir sans abréger sa vie. Et nous avons un cerveau suffisamment élaboré pour prendre en considération l’éthique. Mieux : les études abondent pour dire qu’un régime végétalien est meilleur pour la santé (voir la position officielle de l’Association de Diététique Américaine, celle du Conseil de recherches médicales et de la Santé nationale australienne…)
            Ça ressemble alors à du vice de continuer à « consommer », comme tu dis, les animaux.

          • Coquillette

            La prédation fait partie de ce monde, à un moment il faut l’accepter. L’homme est naturellement constitué pour être carnivore, c’est un fait. Consommer des animaux ne veut pas dire qu’on ne les respecte pas ni qu’on est insensible à la souffrance animale. Les peuples dits primitifs sont tous carnivores / chasseurs-cueilleurs. Ils honorent la vie de l’animal, et ne consomment pas plus que ce qu’ils ont besoin de consommer. Ils sont assez humbles pour reconnaître qu’ils font partie de la nature (et non qu’ils sont au dessus d’elle), et que dans le cycle de la nature, un jour, leurs cadavres nourriront aussi d’autres organismes. C’est peut-être pas Bisounours, mais c’est le monde dans lequel on vit.

          • Tony

            Si tu penses être carnivore, va chasser avec tes petites jambes , attrape le gibier avec tes bras (pas de fusil, pas de couteau, rien que tes « armes naturelles »), tue le avec tes ongles et dépèce-le avec des petites canines.

            Ensuite (mais ça m’étonnerait que tu passes cet étape), mange la viande, les tripes sans la faire cuire.

            Bravo, t’es carnivore.

            Tu vas acheter de la viande au supermarché ? C’est vrai que c’est naturel car le lion aussi va faire ses courses à Carrefour et ça fait de toi un carnivore.

          • Nounouille

            Les carnivores devraient aller chasser tandis que les végétariens peuvent aller faire leur course au supermarché?

          • Tony

            « Des végétaux dont le mode même d’exploitation a détruit la faune sauvage » … j’ai l’impression que tu fais référence à l’exploitation du maïs et soja OGM en Amazonie servant à nourrir des animaux à « viande »

            Si tu as tellement d’attention pour la faune sauvage, commence par te renseigner sur la surface de sol nécessaire pour produire un kg de viande.

            http://www.viande.info/fichiers/visuels/schemas/ressources-agricoles/surfaces-de-sol-necessaires-800×600.png

          • Nounouille

            Encore une fois le pâturage est durable, il se renouvèle naturellement et ne nécessite pas de produits chimiques. A contrario, le champ de carotte détruit la couche arable et consomme nombre de pesticides, herbicides et autres engrais.

            Alors il vaut mieux 269 m2 de pâturage qui préservent l’environnement ou 6 m2 qui le détruisent ?

          • Tony

            Si tu penses que la viande vienne exclusivement d’animaux « heureux » ayant la « chance » d’avoir leur pâturage qui ne se dégrade jamais, que la viande industrielle n’existent pas, que la culture de céréales pour nourrir ces animaux qui déboise les forêts n’est qu’une propagande et que les végéta*ien(ne)s ne mangent que des végétaux bourrés de pesticides, herbicides et autres engrais pour vénérer Monsanto, je ne peux rien faire pour toi, je préfère te laisser avec tes œillères.

            http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2006/1000448/index.html

          • Nounouille

            Comment le bétail en pâturage extensif préserve non seulement le biotope mais permet également de contrer la désertification (en majeure partie due à l’agriculture intensive):

            http://www.humanosphere.info/2013/07/comment-manger-de-la-viande-et-stopper-la-desertification-par-ici/

          • Comparer un pâturage extensif avec le pire de l’agriculture, sérieux, tu ne trouves pas ça faux ? Compare avec du bio et rotation des cultures etc…
            Ton raisonnement est biaisé depuis le départ. Tu compares le « meilleur » (si on peut dire ça…) de l’élevage avec le pire de l’agriculture…. normal quoi.

          • Nounouille

            Les végétaux ont besoin d’azote pour pousser. En intensif on utilise de l’azote issu des hydrocarbures, en bio on utilise de l’azote issu des os d’animaux.
            Pour faire pousser la carotte bio, il faut tuer des bœufs (généralement issu de l’élevage intensif).
            La carotte bio donne certainement l’illusion de réduire la souffrance animale mais quand on creuse…

          • Mais oui c’est bien connu, on tue les bœufs pour faire pousser des carottes. C’est bizarre, les agriculteurs qu’on connait et qui sont bio n’utilisent pas d’azote.

          • Nounouille

            Vraiment ?

            Pour que les carottes bio ne soient pas naines, il faut labourer le sol (destruction de la couche arable) et l’amender.

            Certains agriculteurs bio « amendent » naturellement leurs terres mais comme les autres ils doivent trouver des sources d’azote, de phosphate, de potassium et de calcium.

            Tous ces minéraux sont essentiellement d’origine animale. Certaines autres proviennent de carrières dont les conséquences environnementales sont bien connues.

            Demandez à l’agriculteur un sac de son engrais (ce qui n’est autre qu’un mélange d’agents d’amendement « naturels ») et lisez-en la composition.

            La réalité est très simple: Notre nourriture doit manger avant que nous ne l’a mangions.

          • Juste pour info, l’agriculture sans labour ça existe..

          • Nounouille

            C’est vrai des exemples de permaculture bio sans labour et sans amendement existent, mais là on rentre dans l’ultra anecdotique (à contrario de l’élevage intensif) et ces modes de cultures raisonnés affaiblissent malgré tout la couche arable (à contrario de l’élevage extensif).

          • Non c’est pas anecdotique, et c’est viable pour toute la population, contrairement à l’élevage extensif, qui ne peut s’appliquer qu’à une tranche ridicule de la population. Tu peux te renseigner ici sur les méthodes d’agriculture, qui s’appliquent même sur des champs de Maïs aux Etats-Unis.. mais oui c’est ultra anecdotique! http://agriculture-de-conservation.com/

          • Nounouille

            Attention à ne pas tout mélanger.

            La majorité du travail « sans labour, » pratiqué aux États-Unis exclut seulement le labour profond mais procède à un labour superficiel (échaumage ou scarifiage). C’est une technique effectivement répandue aux États-Unis (50% des surfaces agricoles) mais encore confidentielle en France. Sa principale vertu est de détruire la couche arable moins rapidement.

            La deuxième catégorie est le « semis direct » où aucun labour n’a lieu (hormis les sillons). Cette technique est rare aux États-Unis et très rare en France.

            Le problème est que les sols non labourés pompent moins les engrais que les sols labourés et que l’absence de labour induit une prolifération de « parasites » et de « mauvaises herbes » d’où une utilisation accrue d’engrais, de pesticides et d’herbicides (tout cela est dans le lien que vous avez vous-même envoyé: http://agriculture-de-conservation.com/sites/agriculture-de-conservation.com/IMG/pdf/non_labour_TSL_zanella.pdf – voir page 5 et page 15).

            Le bio est confidentiel (moins de 4% des surfaces agricoles françaises) le semis direct est extrêmement confidentiel en France. La combinaison des deux est rarissime car il sont quasiment antinomiques (moins de labour = plus de pesticides et d’herbicides).

            Mais même pour le bio en semis direct, le problème de l’amendement est toujours là. Le bio, comme le non bio, nécessite d’amender les terres pour contrer l’appauvrissement induit par les cultures. Cet amendement est principalement d’origine animale (cultures bio) ou chimique.

            Bio ou pas, la capacité de charge de la planète a été dépassée il y a bien longtemps. La terre n’est simplement pas capable de produire toute la nourriture que nous consommons, et ce même si les 7 milliards d’humains devenaient végétaliens.

            Cette surcharge est due à l’émergence de l’agriculture il y a 10000 ans qui a fait exploser la population humaine et qui a détruit la population animale. Pour faire face à cette demande la capacité de charge de la planète et les rendements ont été augmentés artificiellement par l’injection massive de produits dérivés des hydrocarbures dans les sols.

            Le point de non-retour a été dépassé depuis bien longtemps (désertification, terres infertiles, pénurie d’eau douce…). L’agriculture a détruit notre planète y compris sa faune.

            Maintenant au niveau nutritionnel chacun est libre de faire ce qu’il veut mais clairement le végétarisme avec ses apports en gluten, lectines, hydrates de carbone et caséine ne correspond pas du tout à ce que l’homme consomme depuis son apparition sur Terre et les effets néfastes de ces substances sont très largement documentés.

            Franchement ne vous en tenez pas aux commentaires d’individus qui n’ont même pas lu le livre de Lierre Keith. Lisez « Le Mythe Végétarien » et je suis persuadé que vous verrez l’agriculture d’un œil tout à fait différent.

          • Ce n’est pas parce que tu as lu Lierre Keith qui’l faut tout gober.
            En 1800 on disait aussi que le point de non-retour était dépassé.

            Alors mange ta viande extensive, et ne propage pas ton mode de vivre car il ne peut convenir qu’à une frange ridicule de la population.

            Et encore une fois, les arguments que pour faire pousser les carottes il faut tuer un boeuf, c’est l’une des plus grandes conneries que j’ai jamais lu. Va mettre du purin d’ortie si tu veux l’azoter.

            Sur ce, va lire toute la documentation scientifique de la FAO, OMS, plutôt qu’un livre ridicule de Lierre.

          • Nounouille

            Nicolaï,

            Pourquoi s’énerver ? Pourquoi tant d’agressivité ? Le végétarisme n’apaise-t-il pas les âmes et les esprits? J’ai certainement dû égratigner l’une de vos vaches sacrées (sans jeu de mot).

            Si j’ai bien compris je dois m’abstenir de mettre en avant les vertus du livre de Keith y compris le régime paléo tandis qu’un site pro végétarien démonte ledit ouvrage sans même l’avoir lu… Cette posture respire l’impartialité et l’objectivité.

            En outre me voici réorienté vers des sources fiables comme la FAO et l’OMS (sans commentaire !) plutôt que le livre de Lierre Keith jugé ridicule… bien que, comme dit, vous ne l’ayez pas lu.

            Quant au caractère marginal de l’élevage extensif, que dire alors d’une agriculture bio, en semis libre sans amendement d’origine animale. Et encore je n’ai pas abordé le thème des ressources en eau potables consommées par l’agriculture.

            Pour terminer, au sujet de la capacité de charge de notre planète, je vous recommande la lecture de William Catton intitulé « Overshoot » (malheureusement non traduit). qui traite exhaustivement de la capacité de charge de notre planète et qui montre qu’elle a été dépassée aux alentours du XIXe avec l’avènement des machines agricoles motorisées et surtout la découverte du procédé Haber-Bosch (synthèse de l’azote à partir d’hydrocarbures).

            Catton souligne que l’équation est simple, pour nourrir un individu il faut de la surface cultivée et chaque hectare cultivé c’est un hectare de biotope qui disparait ainsi que la faune qui le peuplait.

            C’est pour cela que le végétarisme moral est un mythe. Ce régime alimentaire est fondé sur l’exploitation agricole (raisonnée ou pas) qui est elle même fondée sur la destruction de la faune et de la flore.

            Oui, la carotte se nourrit du bœuf. La carotte se nourrit du taureau, l’ancêtre sauvage du bœuf. C’est sur la dépouille de son territoire que ses champs ont été établis.

          • liligondawa

            C’est beau, on dirait un poème !

          • Kyn

            Donc si on vous écoute, on doit se nourrir que de viande, je n’ose pas imaginer l’état de vos organes…

            Ne vous contentez pas de sources similaires sur le sujet, variez les avis, vous pourrez enfin avoir un avis objectif sur la question!

          • Nounouille

            Le régime cétogène ou paléolithique n’est pas à proprement parler riche en protéines qui, lorsque consommées en excès sont transformées en sucre par notre foie.
            (Voir Getgaudas, Primal body, primal mind)

            Ce régime est riche en graisses, principalement d’origine animale, et limite les apports en protéines et en hydrates de carbone. Il correspond au mode d’alimentation que nos ancêtres ont connu pendant des dizaines de milliers d’années avant l’avènement récent (à l’échelle de l’évolution) de l’agriculture.

            À ce sujet, les paléontologues évaluent très aisément les habitudes alimentaires des squelettes humains qu’ils étudient.
            Ceux liés à un régime moderne (issu de l’agriculture) présentent caries, arthrite et ostéoporose. Leurs os sont cassant jaunâtres et relativement fins. Ceux liés à un régime de chasseur/cueilleur sont à contrario plus blanc, plus robustes et relativement plus épais.
            (Voir Price, Douglas T., et Anne Birgitte Gebauer. « Last Hunters, First Farmers »)

            Avant l’avènement des antiépileptiques c’est le régime cétogène qui était utilisé, avec succès, pour lutter contre ces affections
            (voir G. Segura, « Une présentation du régime cétogène »)

            En fait il est utilisé par des équipes scientifiques dans de très nombreux types de maladies dont les spasmes infantiles, l’épilepsie, l’autisme, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Lou Gehrig, la dépression, les accidents vasculaires cérébraux, les traumatismes crâniens, la maladie de Parkinson, la migraine, les troubles du sommeil, l’anxiété, l’ADHD, l’irritabilité, la maladie des ovaires polykystiques, le syndrome du côlon irritable, le reflux gastro-œsophagien, l’obésité, les maladies cardiovasculaires, l’acné, les tremblements, l’insuffisance respiratoire, quasiment tous les problèmes neurologiques et bien sûr le diabète de type 2
            (Voir A Paoli et al. « Beyond weight loss: a review of the
            therapeutic uses of very-low-carbohydrate (ketogenic) diets. » European Journal of Clinical Nutrition (2013) 67, 789 – 796)

            Son efficacité a même été prouvée dans le cadre du traitement du glioblastome, une des tumeurs cérébrales les plus redoutables.
            (Voir T. Seyfried et al., « Is the restricted ketogenic diet a viabkle alternative to the standard of care for managing malignant brain cancer », Epilepsy Research , 2012)

          • Lirienne Calarenne

            Et encore je n’ai pas abordé le thème des ressources en eau potables consommées par l’agriculture.

            Pour élever un bœuf il faut non seulement de l’eau pour les végétaux qui serviront à le nourrir mais en plus il consomme lui de l’eau (oui, les animaux boivent c’est absolument incroyable).

            http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/qr/d/eau-faut-il-litres-eau-produire-932/

          • Isabelle Laurent

            C’est toi qui le dis, ça. Quand on devient végétarien/lien, généralement on essaye aussi de consommer « bien », de pas acheter des choses qui détruisent l’environnement vois-tu. Bien sûr dans la mesure des moyens de chacun. De plus il est à la portée de tout le monde de cueillir, etc.. Pas de courser un animal, le tuer à main nue et le manger tel quel.

          • Coquillette

            « Tu vas acheter de la viande au supermarché ?  »

            Non.

            Tiens, cadeau : http://fr.sott.net/article/2700-Les-vegetariens-sont-ils-vraiment-ecolos

          • Lirienne Calarenne
          • Lirienne Calarenne

            Donc je peux te tuer et te manger ? Si je ne te fais pas souffrir ça ne te dérange pas ? Si des animaux essayaient de te manger tu ne te défendrais pas ?

          • Niall

            Uhm, non, si tu essaye de me manger, je t’arrete et appeler la police et les docteurs psychologiques. Si des animaux essayaient de me manger, je les arreter ou tuer.

          • Lirienne Calarenne

            Alors pourquoi TOI tu aurais le droit de les manger ? Soit tu acceptes que c’est la vie d’être mangé et la loi de la nature s’applique à tout le monde (sachant qu’il y a des cannibales dans la nature). Soit tu admet que c’est cruel et stupide et tu cesses de manger des êtres conscients.

          • fanfan

            on est en haut de l’échelle alimentaire et selon la loi de la nature, c’est donc nous qui les mangeons.
            On est plus intelligents d’où l’utilisation d’outils plutôt que de griffes.
            Cruel? Crois-moi, les animaux qui nous bouffent -et se mangent entre eux- n’y pensent pas.

          • En haut de l’échelle alimentaire ? … quelle blague.
            http://www.vegactu.com/actualite/chaine-alimentaire-lhomme-au-meme-niveau-que-lanchois-11653/

            Contrairement à toi, l’animal n’a pas le choix. Toi tu as un cerveau, et tu as la possibilité d’éviter de tuer pour rien.

          • fanfan

            pas pour rien, pour se nourrir.
            On ne tue pas par plaisir.

            Vis-à-vis de l’article (encore écrit par un végan, hein?), lis les commentaires, ils répondent bien:
            « En tous cas les anchois sont omnivores… Ils mangent donc d’autres animaux. »

            Oui, on mange des animaux, mais pas QUE ça.

            3Nous autres végétaliens » ; c’est une minorité dont l’article parle. C’est pas sérieux, les « habitants du Burundi » ne représentent pas la masse. Notre indice à nous, serait au moins de 3.

          • Tu peux très bien te nourrir sans tuer d’animaux, donc les tuer ne sert à rien.
            Sinon je peux dire je tue les animaux car j’aime les voir souffrir, car je veux les voir mort, car je suis sadique. Il n’y a aucune nécessité à tuer des animaux.

            T’es au même niveau qu’un anchois, que tu le veuilles ou non, c’est l’IFREMER qui le dit, et le Burundi c’est un autre cas. 2,2 c’est ton niveau moyen, et le plus haut c’est 2,54, mais pour ça faudrait lire les articles avant de les commenter.

          • fanfan

            J’ai lu mais je ne crois pas tout ce qu’on nous pond.

            « c’est l’IFREMER qui le dit » lol l’excuse.

            « Tu peux très bien te nourrir sans tuer d’animaux »
            Ah, ça reste à prouver. En attendant, vive les carences!

            Les plantes sont vivantes aussi, et tu les « tues » pour les manger.

            Toute façon à chacun son régime !

          • Troll de haut niveau dis donc… L’ADA, la plus grande association de diététique au monde, avec 72 000 médecins membres, approuvent le végétalisme pour tout le monde (enfant, malades, personnes agées, sportifs), et même l’autorité de santé australienne.

            Quand on ne veut pas voir…

          • fanfan

            Votre alimentation est bancale sans viande donc vous utilisez des substituts, preuve que tu ne peux rfaire sans. C’est pas pr rien qu’ils ont changé de régime, les ex-végans

            Lis ça: http://www.courrierinternational.com/article/2011/02/17/renoncer-a-la-viande-une-fausse-bonne-idee

            Au passage, y’a aussi une question de gout, donc si tu préfères brouter de l’herbe…

          • Quand j’avais dit troll de haut niveau, je ne pensais pas si haut.
            allez oust, je m’en vais, pas le temps à perdre avec des imbéciles qui ne connaissent même pas le mode de vie vegan.

          • fanfan

            c’est ça retourne prendre du tofu!

          • Lirienne Calarenne

            Les animaux se laissent guider par leurs instincts nous ont a un cerveaux plus développé qui nous permet de différencier ce qui est éthique et ce qui ne l’est pas. Surtout que l’ont peux tout à fait vivre en bonne santé sans manger de chaire animale.
            Et on est au niveau de l’anchois sur l’échelle alimentaire.

          • fanfan

            des êtres guidés par leurs instincts ne sont justement PAS des « êtres conscients », comme tu les appelles. Ils n’ont pas développé de cerveau pour, car ils ne sont sans doute pas faits pour. Si l’animal avait pu être l’égal de l’homme, ça aurait été différent. Un animal sauvage n’aurait aucun mal à s’attaquer à toi et te tuer, même te dévorer toute crue.

            Encore aujourd’hui, des gens subissent des attaques d’animaux dans leurs villages, car on les laisse prendre le dessus. (ben oui, à défaut de les manger, c’est eux qui vont le faire)

          • Lirienne Calarenne

            Ils ressentent la douleur, il ressentent certains sentiments, ils sont conscient de ce qui les entoures… on ne doit pas avoir la même définition de conscient.

            « Encore aujourd’hui, des gens subissent des attaques d’animaux dans leurs villages, car on les laisse prendre le dessus. (ben oui, à défaut de les manger, c’est eux qui vont le faire »

            Mon dieu, je vais me faire dévorer par des vaches, des poules et des lapins… c’est terrifiant.

            Et si tu fais référence aux animaux comme le loup et l’ours je ne vois pas en quoi on les laisse prendre le dessus puisque on les a quasiment éradiquer (génocide ?) et les attaques sur les humains sont très rare :

            http://www.veganimal.info/spip.php?article526

            http://www.veganimal.info/spip.php?article474

            Allez un petit coup sur les gentils chasseurs qui nous protègent des méchant sangliers (et des faisans sanguinaires) :

            http://www.veganimal.info/spip.php?article447

          • fanfan

            Bha c’est normal si ils prennent pas le dessus vu qu’on les a quasiment exterminés. Sinon ce serait une autre affaire. Tu vis pas dans un village où t’as vu ta famille se faire bouffer je pense? Non? Ouais, je pense aussi.
            Vaches, poules, lapins, singes…si innocents…et pourtant porteurs de tant de maladies!

            Conscient: t’es lucide, clair dans ta tête, tu es au courant du fait que ce que tu vas manger, ce n’est pas juste une proie. Ex: le lion va te sauter dessus et te bouffer s’il a faim. Nous, on est sur ce forum, en train de faire ce débat, car certains pensent que les animaux ont le droit de vivre et pas de finir dans nos assiettes. Tu vois la différence avec un animal qui veut juste remplir son estomac ou pas? Parce que crois-moi, le lion va pas tenter de discuter avec toi ni de t’apprivoiser, il ouvrira sa gueule et tu finiras dans son ventre. Instinct de prédateur. Pas d’un être humain « conscient ». Je pense que ut vois où je veux en venir, là?

            Sentiments, émotions, etc….Hem…Encore une fois, ils sont régis par leurs instincts; on est pas dans leur tête, mais les animaux se comportent presque comme des robots; programmés pour entrer en chaleur et sauter sur tout ce qui bouge ensuite, recommencer l’an prochain à la même période, faire sa migration pour survivre, manger d’autres animaux pour survivre….etc. Bref, rien ne semble guidés par des « sentiments » comme ceux que l’on a.

            Le plus proche, ça pourrait être les chiens, ou les dauphins. Voire les chats. Ce sont les seuls animaux que je ne manga pas, car je pense qu’ils ont prouvés qu’ils peuvent être de bons compagnons aussi, se révéler intelligents, tout ça. Et puis ils sont herbivores. Ou presque. Mais le reste… (d’ailleurs y’a pas d’intérêt de défendre le reste, ce sont des animaux qui n’hésiteraient pas à te tuer, comme j’en ai cité un exemple précédemment).

          • Nounouille

            Et qu’est qu’il est advenu des animaux qui vivaient là où le fermier s’est installé ?

        • Cassandre

          Deux petites questions à Niall :

          1) Imaginez que sept milliards d’êtres humains fassent comme vous, croyez-vous sérieusement qu’il soit possible de trouver autant de pâturages sans nuire davantage à l’environnement ?

          2) Je ne pense pas que vous vous occupez personnellement de l’élevage et de l’abattage des bovins destinés à votre consommation. Mais supposez un instant que vous n’ayez personne pour faire le sale boulot, vous sentiriez-vous capable de le faire vous-même ?

          • 1.) Je suis d’accord. C’est impossible. Le problème est que nous sommes passés d’un équilibre stable à une croissance démographique démesurée lorsque nous avons commencé l’agriculture et nous sommes devenus dépendants des glucides. Il est trop tard pour réparer les dommages causés à l’environnement, mais on peut au moins les limiter et aussi commencer à améliorer notre santé avec la nourriture pour laquelle nous sommes faits. En effet, jusqu’à l’avénement de l’agriculture il y a 10000 ans nous avions depuis des centaines de milliers d’années un régime essentiellement carnivore. Le Vegetarian Myth de Lierre Keith explique cela en détail.

            2.) Bien sûr. Je l’ai déjà fait. Nous sommes des prédateurs, ils sont nos proies. Mais nous pouvons au moins les élever et les tuer humainement. Par comparaison, la proie de l’humanité, les psychopathes, ne se soucient pas le mal qu’ils nous font quand ils se nourrissent de notre souffrance.

          • Lirienne Calarenne

            Haha ! Les animaux que tu manges tu crois qu’ils se nourrissent comment ? Eh bien, ils se nourrissent grâce à l’agriculture, grâce à des hectares entier de céréales qu’on fait pousser dans les pays pauvres, ces céréales qui pourraient nourrir la population locale plutôt que les animaux des riches.

        • Lirienne Calarenne

          Non, tu manges des bovins nourrit avec des céréales issues de l’agriculture.

          • Niall

            Non, je mange de la viande nourri à l’herbe qui est des bovins qui sont élevés naturellement. Pas toutes fois, mais le plus possible.

          • Lirienne Calarenne

            Tu as la preuve qu’ils mangent de l’herbe et rien que de l’herbe ?

          • Niall

            « preuve » n’existe pas. nous faisons des choix sur la base de la meilleure information disponible

          • MIsealamande

            Maxiiiiiii bullshit!!!

    • Lirienne Calarenne

      Et les animaux que tu mange tu penses qu’il n’en mange pas de Monsanto ?

  • DUMAS

    jsui juste degouté ke ta rien compris a son oeuvre.. c dommage ke finalemen tu soi a ce point STUPIDE…..

    • Lirienne Calarenne

      Ouai, mais nous on sait écrire…

  • Coquillette

    Pour ceux qui n’ont pas encore le cerveau totalement ramolli par la consommation de gluten, de soja, de « céréales complètes », de lentilles, de légumes bourrés de lectines, et autres poisons prônés par les vegans et végétariens, le livre admirable de Lierre Keith est disponible en français :
    http://www.amazon.fr/Le-Mythe-végétarien-Lierre-Keith/dp/2916721541/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1374489376&sr=8-1&keywords=le+mythe+végétarien

    Je recommande aussi cet excellent article sur le régime paléolithique – le seul adapté à l’humain : http://fr.sott.net/article/8684-Le-regime-paleolithique-revisite
    Bonne lecture, et surtout bonnes découvertes !

    • Lirienne Calarenne
    • CQFDiiir

      « Lectines » pour le « blé complet » (bio comme non bio) mais pas pour tous les groupes d’individus…

    • Emma

      Hum, donc en gros on ne bouffe plus que des graisses animales, de la viande, des abats, et quelques rares légumes… Et c’est censé être le régime typique de nos ancêtres ? Désolée mais j’ai du mal à adhérer, nos ancêtres paléo étaient chasseurs – cueilleurs; et la part de la cueillette est bien moins anecdotique qu’on le penses. On a toujours mis en avant le côté chasse, plus viril, plus spectaculaire et plus remarquable dans les peintures, mais justement, qu’a-t-on envie de peindre? les exploits, les choses rares. Pas le truc qu’on fait tous les jours comme ramasser des noix, baies, insectes…
      Je ne penses pas que ce régime soit bon. Changer le type (de maigre à bien gras, de « muscle » à abats…) et la provenance (élevage sur herbe et non sur céréales) des aliments, ok; faire « disparaitre » tout ce qui est cultivé (céréales…) et transformé (sucres…), ok. Mais faire disparaitre fruits, légumes, baies, herbes etc, je ne crois pas que ça soit la bonne direction. Je penses au contraire que les hommes du paléolithique consommaient énormément de plantes en fonction des saisons: fleurs et fruits, baies, noix, tubercules et même ecorces…, des insectes et de temps à autre du petit gibier (œufs dans les nids, oiseaux, lapins capturés…) et plus rarement du gros gibier tels bovins, ours, mammouth…

      L’article que vous mettez en lien cite une population ayant ce régime (qui semble trop bête pour faire des trous dans la glace pour attraper des poisons d’ailleurs), mais si vous regardez les populations « tropicales » (Afrique, tribus d’Amérique centrale…), vous découvrirez un régime encore bien différent, allez en asie vous en trouverez un autre encore, en océanie encore un, en alaska/groenland ils ne consomment absolument que des viandes et poissons…
      On a beau être de la même espèce, nous avons évolué différemment sur le plan nutritionnel en fonction de nos contraintes géographiques. L’industrie agro-alimentaire à accéléré le décalage entre les produits qu’on ingére et ce qu’on est capable d’assimiler correctement, je suis donc d’accord à 1000% sur le fait de revenir à du non transformé, local et de saison. Mais dire que le régime paléo est LE régime… non. N’oublions pas que ce régime concerne actuellement une population soumise à un climat extrême, et qu’à l’époque « typique » de cro-magnon, nos ancêtres évoluaient aussi dans un climat extrême (air glaciaire).

      PS: j’aime bien l’ironie de votre pseudo 😉
      de la part d’une fléxitaLienne (végé à tendance végane) qui malgré le fait d’avoir d’après vous le cerveau complétement ramolli, s’intéresse à votre point de vue et ses incohérences comme ses bon points (car oui, on mange tout ces trucs que vous citez, mais pas que 😉 )

    • M@nu ☮

      cet article cite Seignalet qui n’a jamais prôné le regime paléo, il prône l’arrêt du gluten et des produit laitier et la cuisson basse température. Le régime paléo n’est pas le régime rattaché au sans gluten …. il a juste pris le train en marche et s’approprie apparemment ce mode du sans gluten, c’est une fourberie.
      J’ai lu le pavé de seignalet et nul part il ne mentionne le régime paléo alors on arrêt les conneries maintenant.

  • INTRASER

    en tout cas, ca en fait des commentaires contre ce livre.
    J’ai également trouvé que ce livre est une honte, d’après ses interviews, et ce que j’ai pu en lire comme resumés, car je n’ai pas l’intention d’instiler du venin dans ma conscience en le lisant (ni encore moins l’acheter, faut pas deconner). Je pense que cette femme a une mission : retenir le plus de gens dans la densité ou elle se trouve. Et on ne peut pas comparer le fait d’arracher une carotte a tuer un mouton. La carotte n’a pas les memes arrangements de molecules que l’animal, qui lui a un coeur, un cerveau, des yeaux reliés a des glandes, une emotion. Et ceux qui affirment ca sont des etres sans conscience. D’autre part, le fait d’etre vegetarien, ou vegetalien, ou frugivore ou crudivore est un choix personel, et je pense que faire un livre contre ce choix est digne des pires dictateurs qui ont sevits sur la planete : ce choix regarde chaque personne, et prendre l’excuse bidon de l’agriculture, no comment. Quand on sait que c’est macdo qui a incité a produire en masse de la viande et des cereales, et que ca s’est acceleré par la suite. Comme quelqu’un l’a dit, je pense aussi que cette femme, soit-disant ecrivain, ouais, si on veut, et scientifique tant qu’on y est, c’est gratos aux states, et bien je pense que cette femme est frustrée d’avoir échoué car elle semble etre quelqu’un de très ancrée dans le materiel et l’apparence, et doit etre somme toutes très malheureuse. Mais de la a pondre une telle m….e, franchement faudrait arreter un peu. Decidement, ces americains n’ont pas fini de faire chier la planete, et ce dans tous les domaines. Vraiment un peuple nocif.

  • INTRASER

    De toute facon, entre les lobbyes de la viande, des produits laitiers, et des medocs, le systeme n’a vraiment pas interet a ce que trop de gens deviennent vegetariens, et encore moins vegetalien. Alors autant les faire culpabiliser. C’est vrai que manger de la viande c’est tellement plus sain pour le corps et tellement plus viable pour la planete.

    Au fait, un lien pour un site d’une vraie vegetarienne et vraie amie des animaux, disparue trop tot, Madame Jacqueline Bousquet, qui a été salie car ayant pris position contre les experimentations animales dans la medecine et la science.

    http://arsitra.org/yacs/articles/view.php/279/v-233-g-233-tarisme-et-spiritualit-233

  • mag

    Ce sont juste des citations sorties du contexte ou vous avez vraiment lu le bouquin ?
    Si c’était le cas, vous comprendriez que cette femme a tenté pendant 20 ans de défendre la cause animale selon la façon qu’elle trouvait la plus juste et elle a été de désillusion en désillusion en comprenant le système.
    Les animaux devraient être nourris dans des paturages, un paturage n’est pas une surface agricole, nouille, mais un écosystème préservé. Ni les humains, ni nos animaux ne sont faits pour manger des graines, seuls les oiseaux et les rongeurs ont les enzymes nécessaires pour désactiver les anti-nutriments.
    Tous les consommateurs de céréales (puisque c’est bien de ça qu’il s’agit quand elle parle d’agriculture) impliquent une destruction des écosystèmes, une élimination de la biodiversité et l’utilisation d’engrais azotés obtenus à partir d’animaux d’une façon ou d’une autre;
    Ca fait mal au coeur, encore plus à l’auteure qu’à vous, mais c’est la triste réalité. Quoi qu’on consomme, des animaux mourront, pas forcément ceux qui se retrouvent dans l’assiette.
    J’ai lu ce livre et j’en ai pleuré du début à la fin car elle a raison et un monde dans lequel aucun animal ne meurt n’existe pas, qu’on soit omni ou végétalien.
    Commencez déjà par stopper toute nourriture industrielle, je pense à tous ces orang-outangs tués par les machines de déforestations pour produire l’huile de palme du nutella, la souffrance animale est partout dans le supermarché dans des produits que bon nombre de végétaliens consomment, il y a un vrai paradoxe, lié au manque de connaissances sur les pratiques de l’agroalimentaire, plus je m’informe, plus je pleure…

    • Kyn

      Un monde parfait est impossible, il y aura toujours des morts, des catastrophes dans ce monde. Tous les êtres humains ne seront jamais d’accord sur un système unique. Mais cela n’est pas une raison pour abandonner, et être « esclave » de ce monde guidé seulement par l’argent. Les vegans n’aspirent pas à un monde utopique. Chacun tente seulement de faire de son mieux. C’est ce qui compte, faire son possible, pour un monde meilleur. Même si son possible consiste seulement à réduire sa consommation de viande de 3 steaks à 2 par jour, c’est déjà un progrès qu’il ne faut pas négliger aussi minime qu’il soit, il en est de même dans tous les domaines.

      « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » G.

    • Lumi

      Les engrais biologiques peuvent être d’origine animale mais ne le sont pas nécessairement: http://www.consoglobe.com/engrais-naturels-jardin-bio-3906-cg

    • Lirienne Calarenne
      • Herbivore ? Je ne vois pas ce que vient faire ce lien ici, l’auteur confond même végétalien et herbivore, ce qui n’a rien a voir tu en conviendras. D’autant plus qu’il ne cite JAMAIS ses sources.

    • fouilleuse

      tout a fait, je pense qu’il ne faut pas avoir de certitude, car dès que l’on croit etre « dans le vrai », on arrête de se renseigner… Je pense que l’on peut manger de tout, du moment qu’on se renseigne sur la provenance. Et donc, déjà, privilégier le local, le vrai local, celui que l’on peut vérifier, et réduire sa consommation de tout, tout simplement…. Mais encore une fois, j’espère qu’avec le temps je continuerais a trouver d’autres solutions, sans m’arrêter à une idéologie quelquonque. Stoppons déjà l’industrie effectivement, et n’oublions pas que chaque achat que l’on fait equivaut a un vote pour l’avenir. Et ne laissons pas des personnes comme le pdg de nestlé, qui veut que l’accès a l’eau soit privatiser, prendre les renes de l’avenir….

    • Jérémie

      Bonsoir, j’aimerai vous apporter une vue plus positive sur tout cela. J’ai bien compris ce que vous avez expliqué, je me suis bien renseigné sur ce livre et étant vegetarien je connais tous les enjeux qui se contredisent un peu. J’en suis venu à la conclusion que OUI le régime vegeta*ien POURAIT épargner infiniment plus de vies animales ( et humaines ainsi que supprimer les effets néfastes de la consommation de viande sur notre planète (pollution,.. Vous savez de quoi je parle)). En effet dans le livre on est dans la logique d’une agriculture « mono » c’est à dire des champs entiers produisant le même aliment à l’échelle industrielle et c’est cela qui cause la perte des écosystèmes malheureusement. Mais connaissez-vous la PERMACULTURE? En gros c’est une forme d’agriculture mais qui a la place de faire de la monoculture sur un terrain on cultive pleins de types de végétaux différents qui s’harmonisent entre eux. Cela recrée un écosystème très riche (on favorise la vie dans ce cas) et cela rend les terres de plus en plus fertiles. Il a été démontré qu’avec cette méthode de culture alternative on pourrait produire de beaucoup plus grande quantité d’aliment par unité de surface. C’est aussi le type d’agriculture que l’on peut faire sois même dans son jardin. Je vous engage à vous renseigner sur ce type d’africulture sur internet c’est vraiment magique et ça redonne espoir 🙂

      • Et vous savez vous que la permaculture utilise intensément des animaux?
        http://www.permaculture.eu.org/blog/2012/07/la-place-des-animaux-dans-un-systeme-en-permaculture/
        J’adore les végans sortant le joker perma sans vraiment connaitre ce que c’est…

        • Police des sophismes

          Le site que vous signalez, malgré son adresse, ne représente en rien la permaculture dans son ensemble, mais uniquement une expérience de permaculture, « Le chant des cerises » qui est, et là je cite, « un projet de vie en permaculture, situé à la rencontre des départements du Lot (46), de l’Aveyron (12) et du Cantal (15), commencé au courant de l’année 2011 ».

          Au sein de la permaculture, il existe plusieurs mouvements, et pour ce qui nous intéresse ici, il existe bel et bien une permaculture végane (tout comme il existe une agriculture en biodynamie végane également). Je vous propose deux premiers liens pour que vous puissiez constater de la réalité du phénomène :
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biologique_v%C3%A9gane (1)
          http://www.veganicpermaculture.com/

          C’est très humain d’avoir tendance à s’arrêter dès qu’on tombe sur une source qui conforte notre opinion, mais il nous faut tous lutter contre. Moi compris, car je suis tout autant membre de l’espèce homo sapiens sapiens que vous, et en tant que tel nos mécanismes de pensée comportent des biais cognitifs, des raccourcis retenus par la pression évolutive pour nous permettre de prendre des décisions plus rapidement, mais au risque d’aboutir à une conclusion erronée. Et en l’occurence je pense que vous avez été victime du biais de confirmation (2), mais allez savoir, peut-être qu’en y voyant un biais de confirmation sans aller plus avant sous prétexte que les symptômes collent, je suis peut être moi-même en cette fin d’intervention victime de ce même biais 😉

          (1) Comme toujours avec Wikipédia, la page est surtout intéressante pour ses sources, et à ce titre je vous invite aussi à vous tourner vers la version anglaise de cette même page qui propose d’autres sources pour continuer à creuser le sujet s’il vous intéresse.
          (2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation

          • A pârt les copiez collés vegans approved et des memes à la con c’est assez peux vraie votre poste, car désolé mais la permaculture est basée sur la NATURE et sauf erreur la nature il y a des animaux… SEUL la fausse et presque inexistante permaculture végane (très peux productive car très peux balancée du au manque crucial de la part animale),il ny que els végans por croire que c’est mieux sans animaux demandez à des profs de perma…

            Désolé j’ai pas de meme idiotes pour vous répondre

          • Police des sophismes

            Pourriez-vous me donner vos sources allant dans le sens que la permaculture vegan serait peu productive ? Et à supposer qu’elle le soit effectivement moins, en quoi cela serait forcément un problème, puisque nous aurions a priori besoin de bien moins de terre avec une consommation moindre de chaire animale, à moins que vous puissiez me prouver le contraire là également ? Comme mon nom l’indique, je suis très ouvert à toutes les informations que vous pourriez m’apportez, mais en attendant, une ce qui est affirmé sans preuve peut être réfuté sans preuve.

            Et sinon, tout ce qui est naturel n’est pas forcément bon, et tout ce qui est bon n’est pas forcément naturel. Déjà, il faudrait s’entendre sur ce qui est naturel ou pas, et rien que ça ce n’est pas gagné, et faire de même sur ce qui est bon ou pas, et là aussi c’est en général bien difficile. L’appel à la nature n’est que de peu d’intérêt dans un débat argumenté pour convaincre autrui.

    • Jos

      Cracher sur le véganisme parce que les animaux de boucherie ne sont pas élevés dans des pâturages comme ils le devraient, c’est assez surréaliste comme propos.
      Quant aux engrais azotés obtenus à partir d’animaux… Faites donc un tour dans une usine de nitrates ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Ammoniac

    • Fleur Ouarda Didoune

      La même malheureusement.

  • L.

    Pour écrire des articles un peu plus interessant et ne plus faire passer les végétariens/liens pour justement des « Nounouille », je vous conseille de lire le livre plutôt que sortir des phases hors contextes d’un livre sans même savoir de quoi le livre est question…
    Pour avoir l’esprit critique, il faut également lire les arguments de son opposant. Ca rendra votre discours moins fade !

  • Geoffroy

    SVP arrêtez de dire n’importe quoi.

    Un régime, quel qu’il soit s’il n’est pas équilibré est mauvais pour la santé.

    Alors oui, dans un monde idéal la vache ayant vécue heureuse pendant 20 ans dans un pré amoureusement entretenu par un éleveur respectueux de sont bien-être au soir de sa vie offre généreusement son corps en remerciement à l’humain avec qui elle a partagé sa vie…

    (Je l’imagine assez mal la manger d’ailleurs après tout ce temps passé avec… mais bon admettons).

    Dans ce même monde idéal, chaque humain a l’espace nécessaire pour cultiver son propre potager et ne mange que des légumes de saison.

    L’alimentation industrielle est bannie.

    Malheureusement nous ne vivons pas dans ce monde-là.

    Dans notre monde, l’humain détruit la vie d’animaux innocents, pour des raisons de goût et de confort, qu’il force à vivre dans des conditions désastreuses.

    Sur notre magnifique caillou nous cultivons de façon complètement stupide, céréale, légumes et fruit pour produire des aliments manufacturés qui nous empoisonne.

    Alors oui, un steak de tofu rempli d’OGM et d’additif alimentaire est mauvais pour la santé et pour la planète…

    Autant qu’une tranche de jambon industrielle composée de 14 cochons différents recomposés et pleine d’additifs alimentaires est toute aussi mauvaise pour ceux-ci.

    On pourra toujours objecter que dans le deuxième cas, en plus, elle conduit à un génocide de cochons.

    Mais il ne me semble pas que question est de choisir entre deux produits de merde.

    La question est de l’ordre de la responsabilité personnelle et des choix qui en découlent.

    Et une fois pour toutes la question d’un choix d’alimentation ne se fait pas en fonction de la santé de la personne qui le suit, mais des responsabilités qu’il accepte de prendre.

    Pour ma part, je suis fraichement devenu vegan (végétarien de longue date) et j’ai bani de mon alimentation les produits industriels dont la traçabilité n’est pas fiable depuis de nombreuses années et bordel c’est du boulot, car oui ça prend du temps de l’argent et ce n’est pas facile, mais c’est mon choix, je ne vous force pas à le faire, je ne vous demande pas d’être en accord avec moi, je ne vous demande rien.

    Par contre, cesser de balancer de fausse vérité à la face de mon monde sous prétexte que vous ne voulez pas faire les efforts que votre conscience vous dicte.

    Car à moins d’être sourd, aveugle, muet et débile profond je ne vois pas comment on peut justifier les massacres que notre mode de vie produit.

    Merci et bon week-end.

  • objecteur de con

    J’aime voir à quel point les végans ( qui sont anti-secte et tutti quanti) sont dans leur bien pensance, celle qu’il dénonce chez les autres, car c’est bien connu seuls eux détiennent la vérité ( je vous invite à relire gandhi ) il y a de multiple vérité. Manger du paté végétal à l’huile de palme n’est ce pas cautionner la prostitution des oran-outang, la destruction de leur habitat etc, bref ce que j’ai retenu de ce que l’auteur dit c’est manger local exit le soja qui déforeste l’amazonie ou le quinoa qui oblige d’autre à crever de faim, exit les fruits exotique en hiver tout cela est mauvais pour la planete. Bref certains végans sont éclairés ils ne sont pas extremes, ils sont mesurés et oui nourrir un carnivore de croquette végans c’est débile un chat n’est pas une vache…

    • Dire que le soja déforeste l’amazonie… Ce soja là sert aux élevages de bétail. 10kg de soja pour 1kg de boeuf environ.
      Un petit tour en magasin bio et tu verras d’où vient le soja, France, France, France, Autriche peut-être, et c’est tout.
      En une phrase, ça en dit long sur ta connaissance du sujet.

      • Carine

        Nicolai, Muah !! J’aime ta réponse, courte et concise 🙂

  • Moi

    On atteint vraiment le niveau zerro de la critique… Un article incroyablement nul… Avec des opposants pareil, Nounouille a encore de beaux jours devant elle…

  • Céline

    Je trouve l’article irrespectueux, arrogant et absolument pas perspicace. C’est un ton très décevant qu’on trouve beaucoup trop souvent chez les vegans/végétariens. On peut ne pas être d’accord avec quelque chose, mais il y a des façons d’exprimer sa critique.

    Si Lierre critique l’agriculture moderne, c’est parce qu’effectivement son bilan écologique est catastrophique, car 1. les industriels nourrissent les animaux de façon NON naturelle avec des céréales et 2. les êtres humains mangent des céréales (non physiologique).

    Lierre est probablement parfaitement consciente du fait que beaucoup d’animaux sont nourris aux céréales. Ce qu’elle essaie de dire, c’est que les animaux se nourrissent naturellement de nutriments que nous ne pouvons nous-mêmes pas consommer (l’herbe). Il s’agit juste de revenir à un élevage naturel.

  • lionel

    bonjour à tous, devenir végétarien,c’est la meilleur chose que j’ai fait dans ma vie,c’est très facile et je me porte très bien,

  • Vassili Zaïstev

    Bonjour,

    Ce n’est pas la première fois que je vois ici un article qui juge, insulte et qui ne se fonde pas sur une recherche précise et détaillée, de façon sereine et objective. Je le voyais concernant le miel par exemple.
    C’est dommage car j’avais pris l’habitude de venir ici pour me renseigner mais je constate que l’information n’est pas donnée comme je le souhaiterais. Bien sûr, ce que l’auteur en pense, ce qu’il ressent, c’est une chose importante, mais que cette pensée se retrouve dans cet article en lui ôtant une grande partie de son objectivité et donc de l’information qui pourrait nous être donnée, c’est dommage.

    Pourtant j’aime bien ce site, malgré tout, mais je me dis de plus en plus qu’il me faudra aller ailleurs pour trouver des informations objectives.

    Je n’ai pas lu ce livre. Quand je suis tombé dessus ( sur Amazon ) ça m’a fait mal, vraiment mal de lire les commentaires d’anciens végéta*iens qui disent être redevenus omnivores. Le plus douloureux c’est que ça vient toucher ma  » bonne conscience  » car oui, c’est pour gagner en sérénité que j’ai aussi passé le cap du végétarisme, puis du végétalisme.
    Malgré cela j’ai été – et je le suis encore – tenté d’acheter ce livre pour voir ce qu’elle a à dire et ensuite me faire mon idée avec des recherches. Bien sûr, il est possible que mon choix ne soit pas le meilleur, même si continuer à consommer de la viande est, pour ceux qui le font, un meilleur choix au final, je ne pourrais tout de même pas en consommer, car je ne le veux et ne le peux plus, c’est aussi simple que cela.

    Nous pourrions avoir ici des discussions plus sereines, même si je sais que recevoir régulièrement des arguments similaires est épuisant moralement, le conflit est encore plus épuisants à mon sens.

  • eviie94

    Hahahaha OMG j’ai jamais ris autant sur un de vos articles ! vos répliques m’ont bien fait rire !

  • Euh, un peu léger comme critique de livre, non ?
    Quels sont vos arguments vous permettant d’étayer que ce livre est stupide ?
    Pas très convaincant tout ça…

    • Est-ce une blague ? En quoi est-ce stupide ???!

      • jeremy71

        Je ne sais pas si vous comprenez ce que les gens écrivent.
        Vous répondez  »en quoi c’est stupide », comme si Florian@Naturo-Passion avait écrit que votre article est stupide….vous savez lire ou vous le faites exprès?
        Il vous demande de vous justifier en argumentant quand VOUS affirmez que le livre est stupide….(titre de votre article: le mythe vegetarien: un livre incroyablement stupide).

  • Schmitz

    Bonjour! Je comprends que ce livre ait été écrit, parce-que, nouvellement vegan, je vois que beaucoup tombent dans des extrémités carrément sectaires. D’abord plus de produits animaux, ensuite plus de céréales, puis surtout ni épices ni sel, pas de chou, plus de fruits secs, aucune huile, etc. Reste à brouter des légumes verts (crus!) et avaler des hectolitres de smoothies (ou mieux de jus), en trouvant ça dé-li-cieux! Pas étonnant qu’on en ait marre, surtout que cette « voie royale vers la santé absolue » est difficilement crédible et vivable à long terme. Une remarque qu’on fait souvent aux végétaliens concerne leur extrême maigreur et leur mine parfois affreuse… Il est difficile de trouver son équilibre et chacun doit tâtonner pour y arriver. Lisez Frédéric Patenaude et vous verrez que le monde des végétaliens, c’est la planète mars, peuplée de gourous extraterrestres… Faut s’accrocher et ne pas céder aux dogmes des amateurs de minimalisme alimentaire, de jeûne voire de breatherianism. D’où l’allergie aigüe de cette dame 🙂
    Alors, take it easy!

  • Delphine Laville Monnier

    « Notre corps est un cadeau du monde, et notre cadeau final est de nourrir les uns les autres », alors ma foi Lierre, je vous propose de vous sacrifier et d’utiliser votre corps pour nourrir un lion ou même un loup, nous ne sommes pas au sommet de la chaine alimentaire et il n’y a pas de raisons que ça soit toujours les mêmes qui paient…

  • mariealma

    Je crois que la nature nous enseigne là-dessus. Nous ne pouvons que constater qu’il est normale que des animaux servent de nourriture à d’autres animaux. C’est une question de survit pour ces carnivores. Il peut donc être normale pour nous aussi que des animaux nous servent de nourriture. Et je trouve anormale que des humains soient obligés de prendre de la B12 pour ne pas avoir de carence! Aussi je trouve que les végétariens ont l’air malades. Pour toutes ces raisons je retrouve de la viande bio succulente dans mon assiette environ 2 fois par sem.

    • MYM

      Oui il est normal pour un carnivore de manger d’autres animaux…mais nous n’avons ni leur système digestif, ni leur dentition pour se considérer, nous humains, comme carnivores…nous sommes omnivores on PEUT manger de tout mais on ne DOIT pas forcement manger de tout pour survivre. Jane goodal (qui a l’air malade selon vous puisque végétarienne?) dit que les primates nos proches cousins mangent selon ce qu’ils ont a disposition au maximum 2% de viande (fourmi, termites mais aussi de plus grosses proies)…calcul rapide sur une portion de 500g ça ferait 10g de viande…on est bien loin de ces proportions. Et surtout les animaux dont les omni se nourrissent sont eux meme complementes en B12 (y compris bio) pour leur permettre d’avoir leur « dose » (tellement on a dénature leur conditions de vie) et que nous l’ayons par ricochet…donc qu’on complemente les animaux que certains mangent ou qu’on se complemente soi meme, a part faire l’autruche, je vois pas la différence ?
      Quelques exemples de végétariens (-liens, ou vegan) qui ont l’air malades : théodore monot, clint Eastwood (depuis les années 60), nathalie portman, Brad Pitt, Carl Lewis….il faut éviter de faire des généralités.

    • Gérard Suzuky

      Votre oeil constitue évidemment foi en ce qui concerne la médecine ?
      Perso, toute cette belle brochette d’obèse qui sortent de l’hippopotamus (et qui porte bien son nom) doivent vous paraitre en pleine santé, Il faudrait peut-être réviser ses préjugés et même sa science :).

      La B12 proviens de bactéries, pas d’autre choses. pas d’animaux, pas du lait, pas du poisson.

      Les herbivores d’élevage sont supplémentés en B12. Je trouve perso anormal de filtrer un nutriment bactérien à travers le corps de quelqu’un d’autre. David Olivier et son article les « animaux-emballages » répondra a vos question soudaines : http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article405

      Ca commence a devenir éculé comme préjugé, cet article a quand même plus de 2 ans.

      Comment on obtient la B12 ? Par fermentation, comme on fait du vin, de la bière, du vinaigre et du fromage, qu’il soit de lait animal ou végétal (oui, le sojami est aussi fait avec des ferments).
      A partir de là, c’est quoi que vous appelez anormal ? Qu’on utilise un procédé vieux de plusieurs milliers d’années (on retrouve du vin jusqu’a quand ?) pour fabriquer un nutriment bactérien en prise directe du producteur au consommateur ?

      Alors vos jugements sur ce qui est normal ou pas me laissent un peu de marbre, ce qu’il y a dans votre assiette je m’en contrefout. Par contre, avant de l’ouvrir sur un sujet, on s’assure de s’être documenté avant de venir pérorer ses préjugés périmés.

      Bordel.

  • mariealma

    De plus je n’en ai aucun remord puisque Dieu lui-même(Jésus) en mangeait quand il était avec nous sur terre.

    • Gérard Suzuky

      Faites pas genre a parler de religion alors que vous n’avez pas lu la bible.

      • jeremy71

        Mr Suzuky et VGCedric ont surement lu la bible, eux??????

        Mais ils ont dû oublier quelques passages.

        Luc 24:
        …il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger? 42Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. 43Il en prit, et il mangea devant eux.

        Vous devriez la (re)lire consciencieusement ( même si vous n’êtes pas croyants, les messages qu’elle contient ne vous ferons que du bien.

        • Notely

          Par pitié, pas de monothéisme et de ses messages emplis de haine et de violence pour justifier la consommation animale.
          Les messages de ce soi disant livre ne fait de bien à personne, les mythes qui y sont véhiculés, ne sont, que pour une part, que plagiat de croyances plus anciennes, et d’autre part que violence et haine.
          Je ne fait que nommer les passages, je ne les recopie pas, vous pourrez vérifier vous même : Mathieu 10:34-37 , et son message sur l’amour familial qui a moins d’intérêt que la croyance, le fait de monter les membres d’une famille entre eux, Luc 9:49-62, où le grand messie du n’importe quoi ne permet pas l’adieu aux proches, morts et vivants, sous peine d’être impropre au royaume de dieu, Luc 6:1-5, où il fait dit des propres règles de son « Saigneur » sous prétexte d’être engendré par lui, au détriment de tous les autres. La « genèse », avec sa désacralisation de la femme, son message fratricide et inceste, exhibant un dieu préférant le sang à la paix. L’apocalypse, celle là même pas besoin de citer un passage, déjà qu’elle à été plagié de révélations d’un païen à l’encontre du monéthéisme, et modifiée en conséquence…

          Je m’arrête là, les passages de ce genre sont nombreux, dans l’ensemble de la bible, et cités en contexte, le message reste très clair.
          Lisez là vous-même, à l’aide de votre esprit critique affûté, relevez les messages, comparez le « contenu » au travail historique gargantuesque que de nombreuses personnes, non avilies par ces religions et aveuglées par leurs messages, ont pu produire.

          L’état dans lequel le monde actuel est se doit en partie (et de façon non négligeable) aux messages de ces monothéismes destructeurs, de l’avilissement du vivant, parce que, si nous ne sommes que sur cette terre de façon temporaire, en attendant un prétendu paradis, à quoi bon en prendre soin ?

          • jeremy71

            Pourquoi vous me répondez ‘’pas de monothéisme’’, je n’impose
            à personne la lecture de la bible, je réponds juste à VGCedric qui dit que Jésus était végétarien (je cite donc Luc 24 pour lui montrer que c’est faux).

            Je lui suggère donc de relire la bible, ainsi qu’à Gérard qui accuse mariealma de parler de religion sans avoir lu la bible, alors que son
            message (celui de mariealma quand elle dit que Jésus n’était pas végétarien) est correcte.

            Ne nous lançons pas dans un débat sur les religions, ce n’est
            pas le sujet de votre site.

          • Notely

            Vous prétendiez que lire la bible et ses messages ne pouvait faire que du bien, je vous ai répondu que non en démontrant mon propos, et en appuyant que la misère écologique et que l’idéologie de domination du vivant (ce à quoi s’oppose le veganisme, du moins en ce qui concerne les animaux) sont dus à ces croyances et à ces messages, qui ont fini par s’inscrire dans une espèce de mémoire « laïque » collective au fil des siècles. Cette précision me semblait importante, et du fait pas tellement hors contexte.

          • jeremy71

            Vous êtes encore un de ceux qui croit que dieu est un petit
            homme barbu assis sur son nuage, et qui envoie aux hommes un message de violence.
            Comme j’ai dis plus haut il faut interpréter la bible correctement
            et il y a des gens pour vous y aider si vous ne comprenez pas.

            Vous isolez des passages de la bible pour démontrer ce qui n’est
            pas, comme si aujourd’hui vous condamniez tous les musulmans car certain d’entres eux interprètes le coran comme ça les arrangent pour justifier leurs comportements violents.

            Vous affirmez ‘’ que la misère écologique et que l’idéologie
            de domination du vivant (ce à quoi s’oppose le veganisme, du moins en ce qui concerne les animaux) sont dus à ces croyances et à ces messages’’, vous sortez ça d’où, comme si les croyants étaient tous moins respectueux de l’environnement et du vivant
            que les athées, vous tirez bien vite des généralités, et donc pour vous végétarisme et religion serait incompatible ???

            Je suis athée, mais je suis sûr qu’il y a dans toutes les
            religions des messages d’amours et de paix pour les hommes, sauf pour ceux qui ne veulent pas les voir.

            Je me répète, je ne voulais pas imposer une discussion sur
            les religions, ni la lecture de la bible à tout le monde, je m’adressais à VGCedric et à Gerard Suzuki pour qu’ils lisent la bible avant de dire des bétises sur celle-ci (réf message VGCedric)

            Notez que vous ne leur avez pas reproché de parler de Jésus
            et de la bible, quand VGCedric affirmait que Jésus était végétarien dans son message plus haut.

            Pourquoi alors me le reprocher ? Votre jugement n’est pas juste.

          • Lirienne Calarenne

            Si, on peut faire dire ce qu’on veut à la Bible en occultant les passages gênants et ce que font celleux qui veulent y voir un message de paix et d’amour, comme celleux qui veulent y voir de la haine et de la violence pure (perso, j’y vois plus de haine que d’amour, mais bon).
            Sinon, je n’ai pas lu les messages de VGcedric et je n’ai aucunement l’obligation d’être d’accords avec tout-e-s les végétarien-ne-s/végétalien-ne-s/véganes du monde et je continues de dire que les croyances ne sont pas des arguments, même employés en faveur de végétarisme.

          • jeremy71

            Si je comprends bien vous répondez à mes messages qui font suite à ceux de VGCedric et de Gerard Suzuky sans avoir lu ceux ci, c’est bien ça?
            Et après vous nous dites avoir tout compris sur tout, aller lire le message de VGCedric et échangez avec lui, ça évitera qu’il dise des âneries et qu’il décrédibilise le végétarisme.

          • VGCedric

            Même pas le courage de t’adresser à moi directement (et sur le bon forum de surcroit). T’es un imbécile ! La seule chose de décrédibilisée ici, c’est toi pauv’ tâche !

          • jeremy71

            Tiens VGCedric, qui reviens enfin pour nous redire une connerie.

            Pour te répondre, tu crois que mon premier message du 23 juillet à 11h43, il s’adressait à qui ?

          • Lirienne Calarenne

            Je répond à votre réponse en dessous du commentaire de « mariealma », il n’y a aucune réponse de VGCedric… de plus ça ne change strictement rien au fait que je n’ai abolument l’obligation d’être d’accord avec tous ses arguments.
            Mais excusez moi, je devrez lire tout les commentaires de l’article pour avoir l’insigne honneur de vous parler.

        • Lirienne Calarenne

          Vos croyances ne sont pas des arguments. Et on peut faire dire ce qu’on veut à la Bible :

          Et Dieu dit : « Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. » (Gen. 1:29-30. RSV.)

          Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang. Sachez-le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme […]. (Gen. 9:4-5, RSV.)

          • jeremy71

            Lirienne nous dit que l’on peut faire dire ce que l’on veut
            à la bible, je ne pense pas, il faut juste l’interpréter correctement et si l’on ne comprend pas il y a des gens pour vous y aider.

            Je précise que je suis athée et que j’ai cité Luc 24 après avoir fait une recherche de 2 minutes sur le net pour vérifier si Jésus était végétarien comme l’affirmait faussement VGCedric.

            Je m’étonne aussi des réponses de Lirienne et de Notely ci après , qui me reproche de parler religion alors qu’il ne l’on PAS reproché à VGCedric quand il a avancé comme argument d’être végétarien que Jésus l’était (d’après lui seulement).

            Soyez un peu cohérents messieurs dames ça n’en serra que
            mieux pour la crédibilité de se site internet, ou abstenez vous d’intervenir.

    • VGCedric

      Faux ! Jésus était végétarien, comme tous les esseniens, ethnie dont il était issu !

  • Antisecte

    Démonstration de la pensée unique de la secte Vegan :
    j’ai lu de nombreux commentaires qui pourles uns m’ont plu et d’autre moins,
    comme invité je ne peux que voter pour et jamais contre ;-D
    Mais pour avoir de nombreux amis qui ont tourné Vegan, rien ne m’étonne !

    • Gérard Suzuky

      roh t’es chou toi <3.
      Si t'étais plus au courant tu accuserait plutôt le plut-in disqs qui a changé de fonctionnement, mais c'est pas grave, j'espère que tu bosse au ministère de la justice, y aurait que les coupables qui te plairaient <3.

  • Mary

    Il faut qu’elle rajoute une 4ème catégorie … les personnes qui adopte du végétarisme pour des raisons spirituelles … Manger des animaux morts c’est abaisser son taux vibratoire …
    Pour ma part je ne peux plus manger de viande … car j’ai été déprogrammé d’en manger .. et maintenant quand j’en mange « Je n’aime plus ça » …
    Je n’aime pas le goût ni l’impression en bouche …

    Vraisemblablement cette personne était végétarienne car elle a été enrôlé, il ne s’agissait pas d’un choix 100% par elle même …

    Néanmoins je comprend un peu ce qu’elle veut dire … tout extrémisme est mauvais dans la vie … Elle en a certainement eu marre d’un certain extrémisme parmis les vegans.

    Bien sûr que c’est mieux de ne pas tuer d’animaux et de ne pas manger leur chair, ni l’utiliser, ni l’exploiter à de mauvaises fin …
    Néanmoins qui peut prétendre n’avoir JAMAIS tué ???
    N’avez-vous jamais écrasé un escargot qui passait par là en pleine pluie ?

    Je ne suis par « pour » manger la viande des animaux, mais l’exploitation animal est à mettre en question …
    La vie c’est un équilibre … je pense qu’il n’est pas mauvais de manger un oeuf de temps en temps si la poule a été respectée …
    Je pense qu’il n’est pas mauvais de manger du miel si l’apiculteur chouchoute ses abeilles …
    Le lait en revanche est un peu plus questionnable , le lait peut être très facilement remplacé par du lait végétal …
    Tout n’est qu’une question de « comment » faire et d’équilibre.

    Beaucoup d’animaux « servent » les humains par « mission » / limite par « plaisir » de rendre utile … Regardez le nombre d’animaux qui « sauvent » les humains, ou qui montrent une obéissance inégalable envers leurs « maitres » …
    Ce qui est vraiment mauvais c’est cette surexploitation massive et cette guerre de prix …
    Ce qu’il faut ce n’est pas de rayer l’utilisation animal de notre vie coutumière, mais manger ou consommer en conscience de ce que ça représente.

    Les animaux ne sont pas sur Terre afin d’être « sanctuarisés » comme le font les vegans …
    Se sont des êtres « humains » que l’on côtoient qui font parties de la société et avec qui on « travaille » …
    Nous
    on doit bien se lever chaque matin, aller travailler, se coucher pour
    gagner des misères … donc pourquoi faudrait il traiter les animaux
    différemment ?
    Les habits que vous portez sont souvent filés dans des pays sous-développés où se sont des enfants parfois très jeunes qui travaillent, certains ont des accidents avec des amputation à vie car les normes de sécurités sont mauvaises dans ces pays … Est-ce que cela vous empêche de vous vêtir ?

    Le combat actuel est plutôt de traiter les animaux à notre égal …

    pas de les traiter comme des dieux, ni de les traiter comme des poubelles …

    Si l’humanité est capable de considérer les animaux comme « leur égaux » … on aura fait un pas énorme …

  • Oulala

    Bonjour,
    Je suis militant animaliste et, après 18 ans de renoncement à la zoophagie, j’envisage de remanger des animaux car j’ai des problèmes de santé. En outre, il y a beaucoup d’incohérence dans le concept de «végétarisme» promu par les associations de défense des animaux (préférez-vous être réincarné en vache laitière en stabu ou en vache à viande sur pâturage?).
    J’incrimine en particulier tous le transport et l’agriculture végétale qui cause beaucoup de victimes animales.
    Mais je doute encore. Pour l’instant je me suis remis à manger de la viande trouvée dans les poubelles. Même comme ça, je redécouvre l’impression de satiété avec une demi assiette… Très agréable.

    • misealamande

      Obvious troll is obvious.

    • MYM

      Tu peux développer les problèmes de santé – et l’agriculture végétale qui cause beaucoup de victimes animales (le transport je vois) ? Qui t’as conseillé et pourquoi de remanger de la viande ?
      Il y a et aura toujours des « malades » VG et omni…sans que le régime alimentaire soit en cause…
      Perso être réincarné en vache libre me va bien…je ne prends aucune de tes options 😉

  • Antispécisme

    On trouve des médiocres partout. Cette Lierre Keith a dû se faire pécho par un grizzly en rut, d’où ce retournement de situation.
    Elle se définit elle-même comme une activiste alimentaire, une écologiste et une féministe radicale. Une bipolaire à la double personnalité empêtrée dans un culte d’imbéciles fondamentalistes sociopathes et spécistes quoi…. Qu’elle arrête le whisky ça ne lui réussi pas. Faire d’un côté ce que l’on diabolise ensuite de l’autre n’est pas signe de bonne santé mentale. Retourner sa veste n’est pas non plus signe d’intégrité et je doute fortement de son veganisme de 20 ans. C’est comme si un grand bouddhiste devenait subitement boucher en prônant la mort de ses victimes et en diabolisant la communauté bouddhiste. A d’autres! Elle ne me dupe pas. Elle n’a jamais été vegane mais l’a fait croire pour pouvoir ensuite s’en servir comme paravent contre les VG moraux dont l’intention est purement de les discréditer. Genre le raciste / homophobe qui a des copains arabes / gays mais qui vomi leur communauté et ce qu’ils sont. Lierre Keith est une suppôt du « diable » carniste. Elle bosse pour le lobby de la viande dont nous autres VG moraux sommes leur bête noire. Ces mafieux ne sont pas à une manipulation minable près pour nous discréditer. Voir le C.I.V et leur propagande carniste dans les écoles française. Tout pour redorer son blason souillé de scandales tout en critiquant le vegata*isme qui séduit tjrs plus.

    C.I.V : Le CIV a pour mission de faciliter la connaissance et la compréhension
    des éléments scientifiques qui étayent l’appréciation des impacts des
    filières élevage et viande, et de contribuer à la mise en débat des
    sujets de controverse: http://www.civ-viande.org/qui-sommes-nous/

    Prosélytisme C.I.V dans les écoles: http://laterredabord.fr/articles9/civ.html

    Conclusion: GO VEGAN !!!

  • Pariez Nathalie

    Je n’arrive pas à comprendre comment elle peut avoir de tels propos après avoir été vegan pendant plusieurs années. Elle a menti donc pendant toutes ces années en prétendant être pour la cause animal.
    Son livre est une grosse « connerie ». Elle a dû l’écrire car elle n’a peut-être pas de quoi se payer « son bout de steak ».
    Quoi qu’il en soit, qu’elle s’occupe de manger « sa viande morte », qu’elle laisse les végétariens, végétaliens, vegans en paix. Nous, nous sommes honnête avec nous-même puisque nous défendons reellement les animaux. De plus, je suis végétarienne et en pleine forme et elle????????

  • Jibsi Chaton

    Pour aller plus loin à propos de Lierre Keith et des liens avec le mouvement écologiste Deep Green Resistance Movement :

    https://xconfrontationx.wordpress.com/2014/07/12/transphobie-profondement-verte/

  • David Ruffieux

    Une cinglée, ou une opportuniste, passons…

  • Jeremy71

    Elle parle des effets sur la santé à long terme.
    Zatopek était surement un grand champion grâce à son travail d’entrainement. Il est mort à 78 ans (pas si vieux) d’une longue maladie, peut être du fait de son alimentation.
    ( https://en.wikipedia.org/wiki/Emil_Z%C3%A1topek ).
    Je crois que c’est vous qui avez abusé des Walt Disney.

  • Emmanuel Delor

    L’homme n’a jamais été végétarien

    Et moi je me demande comment l’être humain peut nier à ce point ses origines. L’histoire et l’archéologie prouvent que l’homme n’a jamais été végétarien et des analyses des ossements permettent de détecter quel type d’alimentation avaient les premiers hommes, qui étaient omnivores. L’entêtement des végétariens et des végétaliens à vouloir s’auto-carencer, et par là même à inciter autrui à le faire, relève du sectarisme le plus extrême. Si certaines études montrent que les végétariens vivent plus longtemps, d’autres montrent le contraires, car chacune financée tantôt par la grande distribution, tantôt par des pro végétariens. Les études ne sont donc pas fiables. Dans les faits, l’homme qui mange trop carné vivra moins longtemps à cause d’un manque de variété, provoquant des carences. Le végétarien, biens qu’étant lui aussi en carence, aura tendance à faire plus attention à son alimentation, à prendre compléments alimentaires et ainsi pallier sa carence. Comparer un végétarien avec un individu s’adonnant à la malbouffe n’a donc aucune valeur argumentative, puisque il ne peut pas être prouvé que la cause de la meilleure espérance de vie du végétarien est liée à l’absence de consommation de viande. A l’inverse, les problèmes de santé d’un omnivore auraient tendance à survenir quand celui-ci ne varie pas assez son alimentation et s’alimente essentiellement de fast-food ou de conserves. J’ai mangé végétarien durant une année, suivi par un médecin formé à la nutrition, et par conséquent pratiquais correctement ce régime alimentaire. Je me suis retrouvé amaigri, certes plus léger, plus « calme » apparemment mais ce calme apparent n’était en fait qu’un état d’épuisement, qui était mis en évidence lorsque je ne pouvais plus pratique mon sport correctement sans être épuisé, alors même que je ne cherche pas la performance maximale. Suite à l’arrêt de ce régime inepte, j’ai retrouvé toutes mes forces, la masse musculaire perdue tout en continuant à consommer fruits, légumes en quantité supérieure à la viande. J’en conclus que tout extrême est mauvais, et que l’être humain étant omnivore, il doit accepter sa propre nature et cesser de culpabiliser de devoir tuer pour se nourrir. Ni le végétarisme sentimental, ni le végétarisme arguant de ses bienfaits pour la santé ne tiennent la route. Nul besoin d’avoir des crocs de loup ni des griffes d’ours pour manger de la viande. Nos canines ne sont pas aussi acérées que celles d’un tigre mais notre cerveau nous permet de créer des outils nous rendant aussi redoutable qu’un grand prédateur, voire davantage. Certes l’outil n’est pas le corps, l’homme se serait donc fourvoyé à cause de sa raison ? Dans ce cas, pourquoi la castor ne peut-il pas faire un barrage sans couper de bois ? Le castor se serait-il fourvoyé ? Nous sommes des « adaptivores », n’en déplaise à tous les grands théoriciens moralisateurs qui voudraient nous faire croire que parce que notre intestin est long, comme celui des grands herbivores, nous sommes par conséquent des herbivores. Le rat est un rongeur omnivore, pourtant sa dentition ne semble pas adaptée à manger de la viande. Mettez une souris avec un rat dans la même cage, et vous verrez qu’il a moins de scrupules que vous 🙂

    • Notely

      Tiens tiens… n’est-ce-pas le commentaire censuré ? Mais bon, vous avez dû porter un jugement trop hâtif en ne prenant pas en compte le fait que ce système gérant les commentaires était parfois assez capricieux, prenant son temps pour bien mettre tout en place.

      Ah non, j’oubliais, ce sont les nombreuses carences dont souffrent les végéta*iens qui ont poussé les modérateurs à ne pas vraiment censurer votre commentaire. Parce que ce n’est pas comme si ils l’avaient déjà affirmé : ils ne censurent pas, afin que chacun puissent avoir la liberté d’exprimer son point de vue et de le confronter à celui des autres.

      D’ailleurs, puisque j’en viens là, vous amenez un formidable non-débat, n’annonçant que de sacro-saintes vérités basées sur quelques lectures sur internet et/ou livres, et votre expérience avec un « nutritionniste » (et avec beaucoup de guillemets, car la formation en nutrition des médecins est bancale à se rouler par terre), et du haut de votre unique année de végétarisme, visiblement assez mal menée, à la vue de ce que vous rapportez. Le tout, sans citer de sources consultables pour les points qui pourraient y référer.

      Vous rendez vous-compte que vous amenez un argumentaire en tout point similaire à ce que vous semblez dénoncer vis-à-vis du discours d’un végéta*ien, selon votre ressenti ?

      Au final, êtes vous meilleurs que ceux que vous dénoncez ?

      Vous ne faites, selon mon humble avis, que répéter le même schéma qui vous semble si peu crédible, mais tout en prêchant pour votre paroisse.

      Je ne tenterai pas, pour le reste, de vous convaincre des nombreux bienfaits d’un végéta*isme bien mené, autant pour soi-même que pour la planète (et même surtout pour elle et notre avenir en tant que locataire de son sol), puisque vous semblez avoir vos propres idées bien arrêtées.

      • Emmanuel Delor

        Parmi les grands mythe du 21 ème siècle figure celui de l’absence de droit à l’erreur, sur lequel un petit pamphlet serait souhaitable. J’ai commis, ô la grande faute impardonnable de ne pas m’être rendu compte que le système de commentaires était un peu tardif. Peut-être une carence en légumes du coup ? Je vous reprends directement sur ce que vous affirmez à propos de la formation des médecins nutritionnistes. Qu’en savez-vous ? Etes-vous vous mêmes médecin ? Pour votre gouverne, un médecin passe des années à étudier le corps humain dans son ensemble, la formation de nutrition est universitaire, formation de qualité basée sur les dernières découvertes, et vous, vous arrivez du haut de votre petit article, à surpasser un médecin formé en nutrition ! C’est tout de même formidable à quel point votre ego semble gonflé à bloc, apparemment il n’y aurait pas de carence de ce côté là et c’est une attitude récurrente parmi les adeptes de votre secte. Que cela vous plaise ou non, une année suffit largement pour se rendre compte si un régime alimentaire est efficace. Vous ne savez rien de ce que j’ai pu lire ni de ce que je sais de la nutrition et du corps humain de manière globale ; vous arrivez sur vos petits chevaux, avec votre prétention de savoir, et vous perdez en conjectures au sujet de mon niveau de connaissances. N’est-ce pas vous qui jugez de manière hâtive ? Si l’avenir de la planète dépendait du fait de manger ou non de la viande, tout serait tellement simple ! Malheureusement vous ne prenez pas en compte le problème du libéralisme ni celui du capitalisme qui sont les deux fléaux majeurs à laquelle la planète est exposée. Tout s’achète et se vend, tout est soumis à la loi du marché au détriment de la santé des gens et de l’environnement, pendant que certains pensent que se priver de viande va enrayer le fléau. Vous présentez votre diététique comme une doctrine politique qui réglerait tous les problèmes d’un coup de baguette magique. Or, il y a un marché du végétarisme largement récupéré par le marketing, et j’espère au moins que vous boycottez les supermarchés qui vendent ces produits…. Ce n’est pas en mangeant de l’herbe qu’on va faire la révolution, ni en se gargarisant de bien-pensance moralisatrice que vous allez parasiter la loi du marché. De nombreuses personnes qui mangent de la viande font bien plus que vous pour combattre le nouvel ordre mondial. Libre à vous de m’assimiler à une sorte de réac’ parce que je n’apprécie pas la doctrine qui est derrière le végétarisme. Je ne pense pas que c’est en se transformant en moutons qu’on va éradiquer la prédation, et il y aura toujours des loups qui ne voudront pas s’élever à votre champ vibratoire subtil’…
        Pour le reste, je ne suis vraiment (!) pas le seul à avoir des idées arrêtées.

  • Emmanuel Delor

    Tiens tiens je vois qu’on a censuré mon commentaire contre le végétarisme : apparemment les esprits sont très étroits par ici, à se demander si les carences causées par le végétarisme ne provoqueraient pas un état cérébral végétatif : après tout dis moi ce que tu manges je te dirai qui tu es 🙂

  • Pingback: Liens utiles | Pearltrees()

  • Chris

    Bouquin pas lu (et pas envie) mais je mets néanmoins un petit bémol sur le « Les végétariens moraux croient que c’est possible de manger avec un
    régime qui n’inclut ni animaux ayant soufferts, ni animaux morts. (…)
    [Mais] il n’existe aucune option sans donner la mort. (…) » avec lequel je suis d’accord.
    L’agriculture tue aussi des animaux – des souris qui se font faucher, des vers écrasés et j’en passe.
    Après, ce qu’elle a l’air d’oublier c’est qu’il y a une différence entre ne pas pouvoir éviter la mort de certains animaux (car oui, la mort fait partie de la vie, on exploite notre environnement, comme n’importe quel être vivant) – mais limiter au maximum notre impact destructeur – et participer activement et sciemment au meurtre totalement inutile de milliard d’animaux SUPPLÉMENTAIRES.

    • Comprendre

      Vous dites, je cite : participer activement et sciemment au meurtre totalement
      inutile de milliard d’animaux SUPPLÉMENTAIRES

      Je ne comprends pas quelque chose chez les vegans :

      Ils ne veulent pas tuer d’animaux, une vache, un poisson,une poule, une abeille…. leurs vies sont sacrées.

      Mais comme vous dites dans l’agriculture, même bio, raisonnée, permaculture…. la plus respectueuse de l’environnement, on tue des
      animaux, des vers, des pucerons, des moucherons, des papillons (piérides)…..

      Mais alors, si une vie en vaut une autre, redevenez tous omnivore.
      Pourquoi?
      Combien de vie prenez-vous quand vous cultivez, recoltez et lavez votre salade ?

      Même si c’est une vie d’un puceron (c’est en réalité beaucoup plus), combien de personne cette salade va-t-elle nourrir.

      Si le chasseur prend une vie, celle d’un chevreuil, combien de personne va nourrir ce chevreuil ?

      En terme de vie prise, je me demande si le jardinier que je suis n’en prend pas plus que le chasseur.

      Quand vous dite : participer activement et sciemment au
      meurtre totalement inutile de milliard d’animaux SUPPLÉMENTAIRES

      Vous parlez bien de tous ces vers et moucherons et pucerons et papillons que l’on sacrifie dans la culture maraichère n’est ce pas ?

      Ou alors pour vous la valeur d’une vie n’est pas la même pour tous les animaux.

      Expliquez-moi votre échelle de cotation de la vie.

      La grosseur de l’animal, s’il est mignon…c’est totalement arbitraire, ce n’est pas juste.

      Voyez, je ne comprends plus grand-chose.

      • Chaque personne ayant sa propre sensibilité et sa propre opinion de ce que « doit » être et comment « doit » agir un(e) végane, il serait bien présomptueux de s’avancer à répondre à une telle pensée au nom d’une philosophie végane plus fantasmée que réelle.
        On vit avec des paradoxes que l’on tente de résoudre dans un monde où la norme est justement de ne jamais se poser la moindre question… Et c’est nous qui devons sans cesse nous justifier : Cherchez l’erreur.
        Dans l’immédiat, il serait infiniment plus gratifiant à la communauté que vous nous expliquiez comment vous arrivez jour après jour à gérer et à vivre avec un tel raisonnement :-S

      • VGCedric

        La perfection n’est pas de ce monde (ce ne sera un scoop pour personne) mais on peut toujours essayer de tendre vers. Au nom de ce principe, les véganes proposent de ne jamais faire EXPRES de tuer ou de « faire tuer » (ce qui revient rigoureusement au même) des animaux, quels qu’ils soient et à quelles que fins que ce soient.
        Après, on peut toujours faire mieux, mais commençons par ça, ce sera déjà pas mal….

        • « Je préfère vivre en optimiste et me tromper, que vivre en pessimiste pour la seule satisfaction d’avoir eu raison. » Milan Kundera 😉

      • Chris

        Quand je parle d’animaux supplémentaires, je veux dire que malheureusement, à partir du moment où on arrive sur Terre, on tue, qu’on le veuille ou non. On marche sur des fourmis qu’on ne voit pas, on tue des animaux quand on cultive son jardin pour manger, on peut couper un ver quand on croque dans une pomme, comme vous l’avez dit. Malgré toute l’attention qu’on peut porter au Vivant avec un grand V, il y a des choses dont on ne se rend pas compte et qu’on ne peut malheureusement pas éviter. Je connais assez peu d’omnivores qui mangent UNIQUEMENT de la viande.
        S’ils mangent équilibré, il mangeront forcément des légumes en plus de
        la viande. À partir de ça, c’est là que je me dis qu’en mangeant de la viande, on tue forcément plus d’animaux (après, possible que j’aie tort…)
        Pour ce qui est de la valeur que j’accorde à la vie, j’ai une phobie des araignées par exemple mais considère néanmoins leur vie aussi importante et précieuse que la mienne (donc je ne les tue pas bien entendu, je me contente de les mettre dehors en hurlant 😉 ) Donc pour répondre à votre question, je considère que toute vie est précieuse et que s’il est possible de la préserver, je la préserve. Je n’achète/cueille même plus de fleurs pour les mettre dans un vase par exemple. J’ai bien entendu encore pas mal d’efforts à faire mais j’y travaille. Ceci dit, pour me répéter, étant donné qu’on ne peut pas forcément éviter, justement, de marcher sur une fourmi ou autres choses énoncées plus haut, j’estime que quand on PEUT éviter de participer à la mort et à la souffrance, autant le faire.
        Voilà, j’espère avoir éclairé votre lanterne sur mon point de vue. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à redemander ce qui ne serait pas clair.

  • Smash Beurth

    Voici un article violent dans ses mots qui ne peux pas apporter un regard objectif sur le sujet. Je suis moi-même végétarien, j’ai lu se livre et je trouve que sortir les phrases de leurs contexte ne peux qu’apporter frustration et incompréhension. Il est facile de démolir, mais demandez à vos lecteurs de lire ce livre et d’y apporter leurs opinions! Alors que la communauté doit se tenir dans le respect plutôt que de démolir un travail de recherche et d’écrire un article à sensation du style médias de masse! Moi j’encourage tout ceux qui lisent cet article de lire se livre car Lierre Kieth parle avec respect (elle)! Son point de vue peux être un PLUS pour renforcer nos choix et même améliorer nos rôle de végétarien en rapport avec l’environnement. Lili, avant de vouloir militer pour les animaux, il faut pouvoir vivre entre les humains avec respect.

  • Smash Beurth

    Voici un article violent dans ses mots qui ne peux pas apporter un regard objectif sur le sujet. Je suis moi-même végétarien, j’ai lu se livre et je trouve que sortir les phrases de leurs contexte ne peux qu’apporter frustration et incompréhension. Il est facile de démolir, mais demandez à vos lecteurs de lire ce livre et d’y apporter leurs opinions! Alors que la communauté doit se tenir dans le respect plutôt que de démolir un travail de recherche et d’écrire un article à sensation du style médias de masse! Moi j’encourage tout ceux qui lisent cet article de lire se livre car Lierre Kieth parle avec respect (elle)! Son point de vue peux être un PLUS pour renforcer nos choix et même améliorer nos rôle de végétarien en rapport avec l’environnement. Lili, avant de vouloir militer pour les animaux, il faut pouvoir vivre entre les humains avec respect.

  • Smash Beurth

    Voici un article violent dans ses mots qui ne peux pas apporter un regard objectif sur le sujet. Je suis moi-même végétarien, j’ai lu se livre et je trouve que sortir les phrases de leurs contexte ne peux qu’apporter frustrations et incompréhension. Il est facile de démolir, mais demandez à vos lecteurs de lire le livre et d’y apporter leurs opinions! Alors que la communauté doit se tenir dans le respect plutôt que de démolir un travail de recherche et d’écrire un article à sensation du style médias de masse! Moi j’encourage tout ceux qui lisent cet article de lire le livre car Lierre Kieth parle avec respect (elle)! Son point de vue peux être un PLUS pour renforcer nos choix et même améliorer nos rôle de végétarien en rapport avec l’environnement. Lili, avant de vouloir militer pour les animaux, il faut pouvoir vivre entre les humains avec respect.

    • Robert Bourassa

      TOUT LES VÉGÉTARIENS ET VÉGÉTALIENS devraient lire ce livre. Pas pour que vous changiez d’opinions mais pour grandir encore plus et renforcer le choix que vous avez fait. Cet article démolisseur sort du respect entre nous les humains et ne cadre pas avec l’objectivité journalistique. Smash Beurth à raison!

  • Smash Beurth

    Voici un article violent dans ses mots qui ne peux pas apporter un regard objectif sur le sujet. Je suis moi-même végétarien, j’ai lu se livre et je trouve que sortir les phrases de leurs contexte ne peux qu’apporter frustration et incompréhension. Il est facile de démolir, mais demandez à vos lecteurs de lire ce livre et d’y apporter leurs opinions! Alors que la communauté doit se tenir dans le respect plutôt que de démolir un travail de recherche et d’écrire un article à sensation du style médias de masse! Moi j’encourage tout ceux qui lisent cet article de lire se livre car Lierre Kieth parle avec respect (elle)! Son point de vue peux être un PLUS pour renforcer nos choix et même améliorer nos rôle de végétarien en rapport avec l’environnement. Lili, avant de vouloir militer pour les animaux, il faut pouvoir vivre entre les humains avec respect.

    • Quatre fois le même message : C’est bon, on a compris hein 😉

    • Notely

      Je ne pense pas que quiconque sain d’esprit ait réellement envie de lui faire profiter du contenu de son porte monnaie.
      Je n’ai pas lu son livre, je ne le lirai pas, et de toute manière, je n’ai pas envie de le lire. A quoi bon faire une chose déplaisante ?

      Mais, j’ai tout de même fait l’effort de lire quelques unes de ses interviews, afin de cerner le personnage, les pensées qu’il fait partager, et ce qu’il veut révéler de ses écrits.

      Je ne lui accorde qu’un seul bénéfice : mettre en cause notre système d’agriculture. Il est mauvais, les personnes censées le savent pertinemment. Il faudrait se tourner vers un modèle de permaculture, qui est bon à la fois pour les sols et la biodiversité. J’ai entendu dire que la Bolivie commençait à promouvoir ce genre de choses, preuve que des choses avancent.

      Mais mettre en cause toute agriculture ? Promouvoir un retour complet à la nature ? Et c’est en tout cas ce qu’elle laisse entrevoir dans ses réponses incisives aux questions des journalistes. Mais elle vit où cette dame ? Certaines peuplades peuvent le faire. Mais il faut rester réaliste : a moins d’une réduction de près de 80% de la population (chiffre sorti de mon chapeau magique), c’est courir vers une famine mondiale. Il n’y a pas, dans la nature « sauvage » suffisamment de ressources pour nourrir tous les animaux, population actuelle humaine comprise. Une belle utopie, certes, mais non viable. Et je ne suis pas certain que beaucoup acceptent l’idée d’un suicide collectif, ou d’une stérilisation sur dossier.

      Elle avance aussi que les végéta*iens sont des souffrants latents, puisant grandement sur leurs ressources biologiques pour subsister, et dont la santé ne repose que leur robustesse inné. Dans la même ligne, en suivant le même raisonnement interne, en me basant sur des théories naïves, que, parce qu’elles viennent de moi, ayant écrit un livre qui s’est vendu, sont forcement vraies, (on me dit dans l’oreillette que les études scientifiques c’est du cacamou), j’affirme, en occultant tout le bon sens commun autre que le mien, que les omnivores sont des morts qui marchent, se faisant dévorer lentement de l’intérieur par les composés des produits animaux qu’ils consomment, et, que s’ils subsistent, c’est uniquement grâce aux pâtes et au riz qui accompagnent leur escalope à la crème. Ridicule non ?

      Elle prétend que les choix de vie personnels ne sont pas politique, parce qu’il faut absolument, pour avoir un impact politique, aller claquer à la tête de ces bons messieurs-dames, nos dirigeant, nos quatres vérités. Pour finir en garde à vue avec un beau procès verbal en prime. Cette femme à du faire l’ENA pour prétendre ça. Quelle profondeur, quelle vérité. Ou pas. Les producteurs sont les premiers à le dire : ils produisent parce qu’il y a de la demande. Parce que sans demande, eux ne servent à rien. Celui qui demande est formaté à faire certaines demandes par les médias, politiques, et (surtout) les industriels. Qui eux même doivent régulièrement changer de stratégie en fonction des prises de conscience du consommateur. Au final, comme pour le vote, c’est le consommateur qui détient réellement le pouvoir. Encore faut-il qu’il s’en rende compte et qu’il l’utilise à bon escient. Ce qui est rarement le cas (et explique le raccourci de l’auteur, qui visiblement n’est pas allé chercher très loin), mais une vague émergente commence à pointer le bout de son écume. Tant mieux.

      Elle affirme que les végéta*iens font parti d’une sorte de culte, font preuve d’une violence extrême, et qu’elle arrive à se stigmatiser afin de s’apporter crédit, à elle et ses pensées, en cherchant un peu la petite bête là où il ne faut pas forcement, à l’aide d’un sens diplomatique et social qui ne m’a pas l’air très développé chez elle. Ça me fait d’ailleurs penser que moi, ma femme, et quelques amis sommes allés agresser un boucher l’autre jour, en lui balançant des navets (c’est de saison !), parce que cet odieux personnage faisait l’apologie de la viande. C’est bien de mettre en avant une minorité braillarde qui aime se faire remarquer pour catégoriser l’ensemble d’un pan de la population en affirmant que « si si, vous avez vu, ils me donnent crédit, j’ai raison, ils sont tous comme ça ».

      Je passerai sur la manipulation visant à leurrer le lecteur, pour montrer que ses neurones miroir fonctionnent bien, alors qu’en regardant la façon dont elle répond, un analyste de bas étage peut simplement déduire qu’elle semble ne faire ça que pour son flatter son égo. Qui « se » félicite des vies des végéta*iens sauvés, parce qu’ils ont lu un recueil de pensées ? Qui « se » félicite des petits ziozios revenus nicher dans des zones où ils n’avaient pas été vus depuis des centaines d’années ? (attention, on pourrait faire revenir les dodos et les archéoptéryx). Elle en retire une satisfaction personnelle. Quand on défend une idée, si noble soit-elle, on évite de dévoiler son côté égocentrique afin d’éviter de perdre du crédit.

      J’ai vu aussi sur cet article des personnes faisant l’apologie du régime « paléo », vous savez, ces gens qui se réclament d’un régime ancestral, dont on ne connait que de faibles traces grâce à deux trois crottes fossiles, qui veulent vivre « comme avant », jusqu’à 35 ans avec de la chance, en se nourrissant de denrée qui n’étaient pas les mêmes, et qui n’avaient pas les même valeurs nutritives qu’aujourd’hui. Il est louable de vouloir retrouver une nourriture originelle, mais soyons tout de même sérieux.

      On peut vivre en étant végétalien, en mangeant le produit de la permaculture (bio en bonus ! Du tout gagnant), qui avouons le, est meilleur à tous points de vues pour la planète.

      Alors oui, écoutons cette brave dame, continuons la barbaque (un tiers de l’eau douce), et allons-y franchement, plus de nucléaire (60% de l’eau douce en France). Si on prend l’agriculture, il reste quoi pour la consommation humaine ? 5%, en étant large. Alors oui, prenons des douches, moins souvent, sans laisser couler l’eau quand on se savonne, ça sauvera le monde. Écoutons cette dame, ça sauvera le monde. Ou tout du moins fera revenir trois pigeons d’une espèce disparu.

      Quand à votre remarque sur le respect entre humain avant celui envers les animaux, vous faites preuve d’un spécisme aberrant. L’expérience montre que celui qui vit avec respect avec les animaux est plus enclin à la bonté envers les humains que le contraire. Je donnerai bien un exemple extrêmement parlant, mais vu les actualités récentes, j’éviterai de m’asperger d’essence devant une foule prête à m’incendier.

  • Van Asbrouck Corentin

    Bonjour, tout d’abord permettez moi de vous saluer et de vous expliquer ma position : Je ne m’y connais que très peu dans tout ce domaine de l’alimentation, les régimes,… etc, donc je ne vais aucunement me prononcer sur les arguments de Miss Keith ainsi que les vôtres.
    Simplement : Je suis actuellement en questionnement pour devenir végétarien, étant moi même un grand admirateur de la nature et de sa protection, n’aimant pas du tout la civilisation. Un ami m’a donc parlé de ce livre et c’est comme ça que je me suis retrouvé sur votre article.
    Je compte le lire, tout comme je vais à tout les coups lire des ouvrages d’avis contraire, à but informatif, simplement. J’aime me renseigner et comparer toutes les positions d’un point de vue neutre avant de choisir ma direction. Tout comme j’ai lu « The God Delusion » de Richard Dawkins ainsi que ses arguments contraire de Keith Ward. Ce qui m’a amené à être agnostique à tendance athée.
    Je veux juste vous dire ceci : D’un premier point de vue, votre réaction ne joue pas en votre faveur. Même si j’ai un avis tranché et opposé à celui qui débat, je le respecte, je l’écoute et je prends en considération ce qu’il dit, même si je ne suis pas d’accord, ce qui est mon droit le plus élémentaire, c’est ça le grand intérêt d’un débat. Et c’est de là que peut sortir une certaine forme de vérité. Sans vouloir vous vexer, votre réaction est très primitive. Vous ne cachez pas votre parti pris virulent (comme Dawkins), vous ne prenez que des passages du bouquin, ce qui pourrait indiquer que vous ne prenez que les passages qui vous arrangent, vous n’hésitez pas à rabaisser l’auteur et la dénigrer. Cela fait justement fort penser à une réaction face à des vérités gênantes qu’on ne veut pas reconnaître. Ne le prenez pas mal, je vous donne juste mon avis et comment on peut le prendre tout simplement parce que s’il est vrai que certaines personnes ont rejoint les idées de Lierre Keith et qu’il est souhaitable que d’autres rejoignent les vôtres, comme cela pourrait être mon cas après m’être informé, croyez moi, lire ce genre ne chose ne va vraiment pas aider les gens à vous défendre.
    Enfin bon, ce n’est que mon avis, vous en faites ce que vous voulez.
    Bien à vous.

  • david ruffieux

    Les gens qui veulent trouver des excuses et des justifications pour continuer à s’adonner à leur passion carniste seront contents, à défaut de rechercher raison et jugement.

  • Nonàlapenséeunique

    Certains commentaires ci-dessous sont effrayants…Obtus, absurdes, non documentés, c’est un peu le reflet de l’article qui vise davantage à condamner moralement qu’à analyser. Heureusement, tous les vegans ne semblent pas aussi limités. Il faut se renseigner un minimum avant de camper sur des certitudes. Lisez Yves Coppens, par exemple…

  • largo winch

    Pourquoi une partie des végétariens à des gros problèmes de santé ? très simple : ceux qui mangent beaucoup de céréales, riz, légumineuses pour compenser l’absence de viande. ces « aliments » sont des colles pour les intestins. Les conséquences sont catastrophiques : hyper-perméabilité intestinale, maladies inflammatoire chronique des intestins (mici), maladie de Crohn, candidat albican, constipation chronique, diarrhée chronique, etc
    le mythe de la protéine est très tenace. nous sommes physiologiquement fait pour manger une petite quantité de protéines (animales ou végétales). manger trop de protéines provoque une acidification de l’organisme et toutes les conséquences liées.

    • « Une partie des végétariens à des gros problèmes de santé »
      Une source, peut-être ?

      • largo winch

        Si vous voulez des sources voir plus bas.
        Je
        parle des végétariens pour le cas des céréales, riz et légumineuses car
        ils ont tendance à en manger plus que les autres pour compenser la
        viande. mais les autres auront aussi des problèmes mais peut-être plus
        tard ou moins grave.
        On pourrait dire que qqun qui se croit en bonne
        santé peut etre un malade qui s’ignore. exemple : il y a énormément de
        cas de gens qui découvrent un cancer à peine 1 an avant de mourir.
        Dans
        les céréales, riz et légumineuses (qui sont des graines), il y a des
        « anti-nutriments » qui sont là pour décourager les prédateurs de les
        manger. ils perturbent la digestion et l’assimilation des nutriments.
        C’est pour cette raison que les gros mangeurs de céréales, riz et
        légumineuses ont, un jour ou l’autre, des gros problèmes au niveau
        intestinal car en plus ces produits collent aux muqueuses intestinales
        (comme ils collent dans l’assiette), et donc provoquent de la
        constipation, fermentation, irritation-inflammation des muqueuses à
        cause de l’acide provoqué, entre autre, par les déchets des champignons
        (ex: candida albican) qui sont là pour les matières en stagnation.
        on
        ne se rend pas forcément compte de tout cela car il y a pas ou peu de
        nerfs sensoriels dans les intestins et le colon. on s’en rend compte
        quand on arrète les céréales, riz et légumineuses. on constate une
        digestion, puis un bien-être, une énergie grandement amélioré. les
        fruits et légumes ont la capacité de désenflammer, décongestionner,
        décrouter les intestins. dans les cas fortement dégradés, les fibres des
        légumes (voire meme des fruits meme si elle sont plus molles) sont trop
        agressives sur des intestins fragiles. dans ce cas, il faut passer par
        des jus de légumes et de fruits frais et crus (avec un extracteur de
        jus) pour apporter les nutriments nécessaires sans les fibres qui jouent
        un rôle indispensable à un bon transit. au bout de qques temps on
        pourra introduire petit à petit les fibres quand les muqueuses seront
        moins sensibles.
        si le sujet de l’hygiénisme vous intéresse,
        qui est l’une des seule pratique de santé à suivre les principes
        d’hippocrate contrairement à l’allopathie des labos qui fait tout le
        contraire, je vous conseille de vous intéresser aux travaux d’ Herbert
        Shelton, Isaac Jennings, Arnold Ehret, Robert Morse, Thierry Casasnovas,
        Albert Mosseri.
        il y a aussi le livre de Norman Walker : « votre santé par les jus frais de légumes et de fruits »

      • largo winch

        Si vous voulez connaitre la source de ce que je dis voir plus bas.
        Je parle des
        végétariens pour le cas des céréales, riz et légumineuses car ils ont
        tendance à en manger plus que les autres pour compenser la viande. mais
        les autres auront aussi des problèmes mais peut-être plus tard ou moins
        grave.
        On pourrait dire que qqun qui se croit en bonne santé peut
        etre un malade qui s’ignore. exemple : il y a énormément de cas de gens
        qui découvrent un cancer à peine 1 an avant de mourir.
        Dans les céréales, riz et légumineuses (qui sont des graines), il y a des
        « anti-nutriments » qui sont là pour décourager les prédateurs de les
        manger. ils perturbent la digestion et l’assimilation des nutriments.
        C’est pour cette raison que les gros mangeurs de céréales, riz et
        légumineuses ont, un jour ou l’autre, des gros problèmes au niveau
        intestinal car en plus ces produits collent aux muqueuses intestinales
        (comme ils collent dans l’assiette), et donc provoquent de la
        constipation, fermentation, irritation-inflammation des muqueuses à
        cause de l’acide provoqué, entre autre, par les déchets des champignons
        (ex: candida albican) qui sont là pour les matières en stagnation.
        on
        ne se rend pas forcément compte de tout cela car il y a pas ou peu de
        nerfs sensoriels dans les intestins et le colon. on s’en rend compte
        quand on arrète les céréales, riz et légumineuses. on constate une
        digestion, puis un bien-être, une énergie grandement amélioré. les
        fruits et légumes ont la capacité de désenflammer, décongestionner,
        décrouter les intestins. dans les cas fortement dégradés, les fibres des
        légumes (voire meme des fruits meme si elle sont plus molles) sont trop
        agressives sur des intestins fragiles. dans ce cas, il faut passer par
        des jus de légumes et de fruits frais et crus (avec un extracteur de
        jus) pour apporter les nutriments nécessaires sans les fibres qui jouent
        un rôle indispensable à un bon transit. au bout de qques temps on
        pourra introduire petit à petit les fibres quand les muqueuses seront
        moins sensibles.
        si le sujet de l’hygiénisme vous intéresse,
        qui est l’une des seule pratique de santé à suivre les principes
        d’hippocrate contrairement à l’allopathie des labos qui fait tout le
        contraire, je vous conseille de vous intéresser aux travaux d’ Herbert
        Shelton, Isaac Jennings, Arnold Ehret, Robert Morse, Thierry Casasnovas,
        Albert Mosseri.
        il y a aussi le livre de Norman Walker : « votre santé par les jus frais de légumes et de fruits »

        • -« Je parle des végétariens pour le cas des céréales, riz et légumineuses car ils ont tendance à en manger plus que les autres pour compenser la viande. »
          Une généralité trop vague pour être prise au sérieux, désolé.

          -« mais les autres auront aussi des problèmes mais peut-être plus tard ou moins grave. »
          Mais ? Peut-être ? Éventuellement moins grave ? C’est flou tout ça, trop flou. Moi aussi, je connais un omni qui est mort à 25 ans et un végé centenaire…

          -Le texte qui suit est très intéressant, mais j’apprécierais quand même un ou plusieurs liens en source. Navré d’insister avec ça, mais j’y tiens 😉

          -L’hygiénisme est également un domaine intéressant, mais je ne pense pas qu’on puisse le comparer à l’allopathie qui désigne plutôt la médecine conventionnelle dans son ensemble (Du point de vue de l’homéopathie en plus) dont l’hygiène (Au sens large du terme) est une discipline intrinsèque : https://fr.wikipedia.org/wiki/Allopathie

          Non plutôt le distingo entre une hygiène plutôt conventionnelle (Se laver les mains au savon par exemple) et une hygiène un peu plus « radicale » (Laver les mains à l’acide puis désinfecter au chalumeau).

          • largo winch

            végatarien ou non, peu importe, plus vous mangerez des céréales, riz ou légumineuses, plus vous dégraderez vos intestins et plus vous serez malades.
            je faisais ce raccourcis car les associations de végétariens conseillent de manger des céréales et des légumineuses, c’est tout.
            l’allopathie n’est en rien comparable à l’hygiénisme (http://www.hygienisme.org/content/6-quest-ce-que-lhygienisme). ne pas faire de raccourci hygiène et hygiénisme. car en hygiénisme, on considère à juste titre que tout ce qui est mis sur la peau doit etre commestible car ça rentre dans le corps par la peau. de plus la flore bactérienne sur la peau est là pour protéger et nettoyer. un bon coup d’eau est déjà une bonne chose. et quand on a une alimentation adaptée au système digestif (donc celle prévue par la nature), les mauvaises odeurs disparaissent. on sent même le fruit au bout d’un moment. car le fruit des l’aliment qui constitue la base de notre alimentation.

            pour ce qui est des sources, j’ai donné pas mal de noms. en tapant sur google, vous trouverez des livres, des vidéos, etc.

          • -« végatarien ou non, peu importe… »
            Sauf que cela semblait ne concerner que les végés dans votre premier commentaire. Tout au plus « les autres auront aussi des problèmes mais peut-être plus tard ou moins grave. » mais bon, passons…

            -« l’allopathie n’est en rien comparable à l’hygiénisme »
            Ben oui. Je n’ai pas prétendu le contraire ?! J’ai juste avancé que l’hygiène est une discipline faisant partie de la Médecine conventionnelle, CQFD.

            -Je suis au regret de vous dire que le lien (http://www.hygienisme.org/content/6-quest-ce-que-lhygienisme) que vous avez partagé pointe vers une page inexistante. Dommage 🙁

            -Enfin, ce que vous décrivez me fait plus penser à de la naturopathie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Naturopathie) qu’a de l’hygiénisme (https://fr.wikipedia.org/wiki/Hygi%C3%A9nisme).
            Qu’en pensez-vous ?

          • largo winch

            hygiénisme veut plutôt dire hygiène de vie.

            voici la page :
            http://www.hygienisme.org/content/6-quest-ce-que-lhygienisme

            il y a des points communs entre hygiénisme et naturopathie. je ne suis pas assez calé pour dire les différences.

            le concept d’hygiène dans l’allopathie n’a rien à voir avec celui de l’hygiénisme et sont même opposés. l’allopathie fait la guerre aux microbes (virus, bactéries, etc) alors que l’hygiénisme les entretiens. l’allopathie est juste passé à côté de l’essentiel.

            ils ont compris il y a seulement une vingtaine d’années que notre corps est composé à 90% de microbes. mais ils n’ont pas changé leur manière de traiter les pathologies, ils sont toujours sur le modèle du méchant microbes à tuer et ils tuent nos microbes au passage. seul le corps est capable de faire le tri entre le pathogène et le bénéfique. car les microbes gagnent toujours contre nos médicaments, c’est pour cette raison qu’il y a de moins en moins d’antibiotiques qui marchent. les microbes mutent, s’adaptent beaucoup trop vite pour notre intellect. il faut donner au corps le carburant adapté pour qu’il puisse se soigner, et c’est tout. le rythme d’alimentation est aussi important. manger 3 fois par jour à heure fixe n’est pas naturel. faire un gros repas, plutôt le soir, l’est beaucoup plus. Jeûner de temps en temps et aussi indispensable, car c’est, de très loin, le moyen le plus efficace pour guérir, reconstruire le corps. si le corps fait des réserves, c’est pour s’en servir.

            mes sources : qques citations d’Hippocrate.

            « C’est la nature qui guérit les maladies. Elle trouve elle-même les voies convenables, sans avoir besoin d’être dirigée par notre intelligence ».
            « Ne faire qu’un repas par jour amaigrit, dessèche et resserre le ventre, parce que l’humidité du ventre et de la chair est consumée par la chaleur de l’âme. »
            « Le jeûne purifie le corps ».
            « Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture»
            « Plus vous nourrissez un malade, plus vous lui nuisez »

          • largo winch

            hygiénisme veut plutôt dire hygiène de vie.

            voici la page :
            http://www.hygienisme.org/content/6-quest-ce-que-lhygienisme

            il y a des points communs entre hygiénisme et naturopathie. je ne suis pas assez calé pour dire les différences.

            le
            concept d’hygiène dans l’allopathie n’a rien à voir avec celui de
            l’hygiénisme et sont même opposés. l’allopathie fait la guerre aux
            microbes (virus, bactéries, etc) alors que l’hygiénisme les entretiens.
            l’allopathie est juste passé à côté de l’essentiel.

            ils ont
            compris il y a seulement une vingtaine d’années que notre corps est
            composé à 90% de microbes. mais ils n’ont pas changé leur manière de
            traiter les pathologies, ils sont toujours sur le modèle du méchant
            microbes à tuer et ils tuent nos microbes au passage. seul le corps est
            capable de faire le tri entre le pathogène et le bénéfique. car les
            microbes gagnent toujours contre nos médicaments, c’est pour cette
            raison qu’il y a de moins en moins d’antibiotiques qui marchent. les
            microbes mutent, s’adaptent beaucoup trop vite pour notre intellect. il
            faut donner au corps le carburant adapté pour qu’il puisse se soigner,
            et c’est tout. le rythme d’alimentation est aussi important. manger 3
            fois par jour à heure fixe n’est pas naturel. faire un gros repas,
            plutôt le soir, l’est beaucoup plus. Jeûner de temps en temps et aussi
            indispensable, car c’est, de très loin, le moyen le plus efficace pour
            guérir, reconstruire le corps. si le corps fait des réserves, c’est pour
            s’en servir.

            mes sources : qques citations d’Hippocrate.

            «
            C’est la nature qui guérit les maladies. Elle trouve elle-même les
            voies convenables, sans avoir besoin d’être dirigée par notre
            intelligence ».
            « Ne faire qu’un repas par jour amaigrit, dessèche et
            resserre le ventre, parce que l’humidité du ventre et de la chair est
            consumée par la chaleur de l’âme. »
            « Le jeûne purifie le corps ».
            « Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit dans ta nourriture»
            « Plus vous nourrissez un malade, plus vous lui nuisez »

  • Bitogno Jean-Paul

    Bonjour, mon chat a mangé deux souris ce matin. Dois-je le brûler en place publique parce qu’il n’est pas vegan ? Il n’a même pas touché à ses croquettes au tofu… ce glissement vers le côté obscur m’inquiète !

  • Vous avez lu le livre avant de pondre cet étron? Ou vous avez juste inventé suivant me grès de vos dogmes religieux???

    • Police des sophismes

      Pour vous aider à être plus convaincante auprès de l’auditoire ici
      présent, je vous invite à lire cet intéressant (et court) essai sur
      l’Art du désaccord.

      http://www.paulgraham.com/disa… (en)
      http://idoric.free.fr/dotclear… (traduction fr)
      http://linuxfr.org/news/commen… (autre traduction fr)

      • Désolé mais quand on lit un article aussi mal écrit, aussi plein de choses fausses c’est dure de rester cool. de plus comme l’article a été écrit par visiblement une croyante sectaire, il me sera assez dure de lui faire comprendre la logique, le raisonnement et encore moins la bio et l’écologie… J’ai déjà essayé au sujet du miel et j’ai vu son endoctrinement aveugle. Les insultes sont plus faciles à dire et ça son cerveau arrive a comprendre, contrairement aux arguments non label végan…

        • Police des sophismes

          Idée audacieuse s’il en est, certaines personnes auraient plus de chances d’être convaincues si on n’apporte aucun argument solide mais qu’on les insulte à la place et uniquement, vous pourriez développez svp ? Et si ce n’est pas le cas, alors quelle était l’utilité de votre intervention ? Vous êtes sur une discussion publique, qui espérez-vous convaincre en insultant l’auteur de l’article ?

          • Le problème c’est le filtre mentale végans qui fait dire des choses comme celles que vous dites que la perma végane existe et est ausis productive, ce qui est faux, regardez les fifres que votre lien montre en face de chiffres de peram normale, par normale j’entend une tenant compte de l’équilibre agro sylvo pastorale, 10 minutes de recherches hors sites végans vous donnerons plein d’information, mais je croie que vous ne pourrez que répondre un autre « oui mais… » suivi d’un lien vers un page végane et une meme à deux balles…

          • Police des sophismes

            Vous ne croyez pas que je vais faire votre boulot à votre place non plus ? (Que j’aime trolldi, c’est vivifiant :))

          • Police des sophismes

            Il me semble que les liens bonus n’apparaissent pas.

          • Taïra Ⓥ

            Merci beaucoup messieurs les colporteurs : Monty et Police des Sophismes ; et merci aux zététiciens que vous nous présentez.
            Vous participez pleinement à la construction d’un monde meilleur 🙂

          • Merci pour ce retour qui me dit que ça sert au moins à quelque chose.

            Et dire que j’ai découvert ce qui se cache derrière ce mot « zététique » il y a seulement quelques mois de cela…

          • Par contre si vous arrivez a le mètre off je vous conseilles ce lien qui résume toute l’utopie et la contre productivité végane:
            http://myzap.info/blog/2015/12/15/lettre-a-une-nation-vegetarienne

          • Police des sophismes

            Ha, enfin, pas trop tôt, merci. Je lirais attentivement tout cela, et reviendrais ici même en temps voulu. Ceci étant dit, un conseil : un argument à la fois, défendu ici-même serait plus efficace, car là, franchement, à part moi, je pense que nous serons peu nombreux à aller lire une aussi longue prose. D’autant qu’ensuite, si je veux revenir sur certains points où je suis en désaccord, tout faire en une seule réponse sera particulièrement indigeste. Nous verrons bien.

  • Kiwi

    Perso je trouve je trouve ça d’incroyable mauvaise foi de ne citer que quelques phrases sorties du contexte. En dehors du fait que l’on soit d’accord ou pas avec sa pensée, son livre est incroyablement riche de réflexions, de faits et d’études. Et quand bien même ils seraient contradictoires avec ta pensée, ils existent. Et c’est triste de l’avoir résumé avec quelques pauvres phrases, comme quoi « l’énervement ne mène pas à grand chose ».
    Cet article est clairement le fruit d’une attention bien trop sélective, ce qui arrive souvent quand on commence une lecture avec trop d’apriori. « Imbéciles » surement pas, mais pour ce qui est du fondamentalisme, elle n’a peut être pas tort…

    • Bonjour Kiwi.

      Toute lecture est potentiellement profitable et enrichissante, rien à redire là dessus.

      Je doute cependant qu’il existe en pagaille des lecteurs faisant preuve d’assez de pugnacité et ayant accessoirement le temps nécessaire à l’accomplissement de cette tâche…

      Avoir en plus à supporter un argumentaire qui semble faire la part belle à des sophismes aussi biaisés que l’appel à la nature comme semble démontrer le présent article, ce n’est pas donné à tous le monde et qui explique que l’on se contentent d’un résumé.

      Je ne l’ai pas encore lu manque de temps et vous semblez avoir lu ce livre : Pourquoi ne pas en publier un article fort de votre propre analyse ? Vous auriez toute mon attention, je pourrais même être le premier à vous lire 😉

      En attendant bien sûr de l’avoir lu à mon tour…

  • Pingback: Analyse et contradiction des arguments pro-omnivores | Fruitiers originels : pour forêts comestibles, permaculture. Graines fidèles. Fruits doux, rusticité... Comparatifs()

  • Vous dvriez lire le livre avant d’en parler, vous passez riez pas, encore une fois, pour une intégriste ne comprenant rien….

  • Meghan

    Ce livre est basé sur l’expérience, contrairement au véganisme qui repose sur de fausses informations nutritionnelles, non vérifiées par le temps. Cessez de mettre en danger la vie des gens. Voyez un peu comment se nourrissaient tous ces centenaires qui mangeaient de la viande et n’ont jamais connu le cancer ! Seule l’expérience est valable, pas les idéologies ou les théories douteuses.

    • Olivier

      A propos de centenaires, connaissez-vous les « zones bleues », ces régions du monde où vivent le plus de centenaires actifs. Lisez bien cet article et peut-être réviserez-vous votre opinion :
      http://www.masantenaturelle.com/chroniques/chroniques2/centenaires_zone-bleue.php

    • antikeiths

      Et bien sache que moi aussi j’ai de l’expérience avec laquelle je peut te dire que la seul alimentation réelement saine est végane.

  • antikeiths

    Lierre Keiths n’a jamais été végane, puisque qu’elle a avoué que « à chaque fois qu’elle en avait l’occasion, elle se gavait de produits animaux ». Lorsque l’on entend c’est propos en reconnait une méthode de manipulation propre à elle : entre chaque connerie qu’elle dit elle l’entoure de deux informations justes. Lierre Keiths n’est rien d’autre qu’une manipulatrice et une menteuse qui se cache derrière des lobbys.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer