Le sac à main en cuir, véritable nid de bactéries

Selon une récente étude sanitaire, les sacs à main contiendraient un nombre affolants de bactéries, dont certaines pathogènes pour l’homme. La raison principale : le peu de temps passé à nettoyer cet objet que l’on transporte pourtant partout.

Selon une étude de l’Initial Washroom Hygiene rapportée par le Daily Mail, un sac à main contient plus de bactéries qu’un siège de toilette (publique !)

L’étude précise que le contenu d’un sac sur cinq représenterait même une véritable menace pour la santé humaine. Et que les sacs en cuir seraient les plus dangereux : ils sont rarement lavés pour ne pas les abîmer et leur texture spongieuse favorise la prolifération des microbes.  Selon les chercheurs britanniques, le cuir serait bien une matière particulièrement appréciée des bactéries en tout genre.

Dans de précédentes études, l’Initial Washroom Hygiene avait souligné l’importante présence de coliformes, des bactéries présentes dans les selles, sur les plans de travail des cuisines, les portes des réfrigérateurs et micro-ondes…

Aussi, optez pour un sac en tissu, en toile, en tyvek… Aucun animal ne sera mort pour vous donner sa peau, et vous éviterez à la vôtre le contact avec des organismes pathogènes.

Sources :
http://www.metronews.fr/info/le-sac-a-main-veritable-nid-a-bacteries-plus-sale-que-les-toilettes/mmep!kwyEjlQqsJc/
http://www.jolpress.com/hygiene-sac-a-main-plus-sale-que-des-toilettes-publiques-article-819569.html
http://www.kikassur.fr/actualites/plus-de-bacteries-dans-un-sac-a-main-que-sur-les-toilettes-publiques-212
http://www.aufeminin.com/societe/les-sacs-a-main-des-femmes-contiennent-plus-de-bacteries-que-les-toilettes-publiques-s55001.html

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Edwige Floris

    Les hommes préhistoriques sont morts à cause de çà d’ailleurs, non mais soyons sérieux ! N’importe quel sac est souillé si vous le posé en des endroits inappropriés notamment ceux que vous décrivez dans votre article…c’est une question d’éducation !

    • liligondawa

      N’importe quel sac est souillé mais les études montrent que ceux en cuir le sont davantage.

  • Edwige Floris

    Oui, le fait est évident que le cuir représente toutes les caractéristiques pour contenir un nombre impressionnant d’éléments bactériens pas forcément tous nocifs parfois même immunisants, mais vous lire, il ne retiendrait que les mauvaises bactéries et serait dans ce
    cas très fortement déconseillé à l’être humain… Les animaux pour en revenir à leur destinée sont comestibles pour l’homme et les déchets qu’ils génèrent sont heureusement récupérables. Bien évidemment, je suis contre la surproduction de viande car c’est bien de cela qu’il s’agit lorsque l’on parle des conditions déplorables des animaux de ferme industrielles et je crois que je suis comme beaucoup de mes congénères à m’en insurger tous les jours. La lutte n’est pas au niveau des consommateurs mais bien un débat
    politique qu’il faut obtenir une fois pour toutes.

    • liligondawa

      Vous êtes contre la surproduction de viande ? Nous sommes contre la production de viande.
      Cordialement.

      • Edwige Floris

        Oui, mais c’est un peu sectaire comme réponse, une manière d’envoyer les gens promener. Pas très fair-play votre réaction ! Les goûts et les couleurs ne se discutent pas et bien trop complexe pour le simplifier à cette seule affirmation vraiment trop hégémonique. De plus, le végétale subirait la même problématique si nous devions tous s’en nourrir…la surproduction engendrerait bien des maladies par la prolifération de bactéries, la fatigue de la terre…sans compter l’eau que cela demanderait. Je comprends votre aversion pour la viande mais pas votre analyse de son existence même qui nourrit tant d’êtres humains depuis des siècles… Il y a peut-être un juste équilibre à trouver sans pour autant piller la planète et faire accroître la domination des graines…c’est votre choix mais dans votre réaction, j’y vois une forme d’autocratie du langage qui engendre bien trop souvent du rejet, voir de la méprise avec ceux qui ne sont pas de votre avis…et c’est en cela que je me permets cette critique qui clôturera notre faux débat…

        Bien cordialement,

        • sectaire… mais oui c’est cela.
          pour information, la plus grande partie de l’agriculture du végétale sert à nourrir les bovins.
          Pour produire une tomate, on utilise 13 litres d’eau, pour produire un steak, 5000 litres et pour produire une tonne de blé,1000 m3 d’eau. Pourquoi ? Car le boeuf/la vache ont consommé énormément de soja

          http://blog.l214.com/2012/08/31/comment-nourrir-le-monde-en-2050

          Il faut se renseigner avant de traiter les gens de sectaire (ça s’en approche du moins).

          • Edwige Floris

            Oui, évidemment si vous faites référence aux industries bovines, mais quand je parle de juste milieu, je parle de fermes locales avec quelques bovins poules etc. Je prône pour les producteurs locaux concernant les légumes et dans le bio.
            L’agriculture végétale au niveau mondial n’est qu’une face cachée au profit de produits dérivés de la parapharmacie et le biocarburant…vous en faites quoi ? Pourquoi chaque année certains agriculteurs demanderaient-ils de faire venir du foin en période de sécheresse ou d’inondation si ce n’est que la plupart de ces récoltes sont détournées. Le site que vous m’indiquez, je le connais et ne dit que des évidences ne donnant aucune solution et surtout aucune référence du bon vieux temps de nos grands-parents qui se nourrissaient de leur production ou celle du voisinage en cela je suis ignare oui. Le monde n’est pas à notre porte mais notre ville oui et c’est en cela que je regarde l’avenir. Si j’achète local mon supermarché vendra du local. Si mon boucher m’informe de la traçabilité et du bien-être des animaux c’est tout ce qui m’importe…je pense que c’est ainsi que j’apporterais ma contribution à un monde mieux géré et meilleur mais certainement pas avec des propos si réducteurs… C’est vraiment ce que je pensais trouver des renseignements utiles mais au lieu de cela je ne vois que des personnes aux propos vindicatifs qui ne veulent entendre que le doux son de
            leur voix…si çà ce n’est pas du sectarisme…

          • Le local c’est super le bio aussi. Mais la viande, si tu es réaliste et sincère tu sais qu’il est impossible de nourrir 1/10 de la population de cette manière, surtout en élevage extensif.

            Alors oui, parle de sectarisme, toi qui fait parti d’une élite au niveau mondial qui peut manger de la viande bio alors que si tout était végétal on aurait de quoi nourrir 50 milliards d’habitants..

            Parler à des gens comme toi qui nous classent d’emblée de sectaire car on refuse de tuer quand on peut faire autrement, laisse moi rire, c’est nous la secte ?

            Et bon appétit. http://vimeo.com/7083029

          • Edwige Floris

            Si je suivais votre raisonnement, le végétal fait partie du vivant et dans ce cas pourquoi le cultiver pour l’arracher. Je ne me considère pas comme une élite…car dans le monde puisque cela à l’air de « vous » préoccuper plus que votre pays propre, les gens les plus démunis mangent très souvent local et bio sans le
            savoir.
            Et de plus tuer pour manger fait partie de la chaine alimentaire quoi de plus naturel d’en faire partie. Mais non cela semble être trop indécent pour certaines personnes qui se croient un petit peu au-dessus de tout le monde en donnant non pas de l’information ou bien des indications sur le sujet mais impose une vie radicalement opposée aux habitudes datant du millénaire.
            C’est comme quelques fois, les gens qui comme moi sont traités
            d’assassins ou d’ignares. Ce sont des mots durs qui ne devraient pas figurer dans votre langage pour se faire entendre.
            J’ai vu sur le net des conférences aux États Unis dont le but
            était de persuader de jeunes adolescents d’être végétarien, une expérience des plus choquantes avec la démonstration en vidéo de sévices dans les fermes industrielles qui étaient à mon sens hors sujet. Si c’est cela la seule défense qu’ont les végétariens celle d’injurier et de choquer le public et bien je les invite à revoir leur copie…
            Je n’ai rien contre les individus qui ne mangent pas de viande et est moi-même des amis végétariens mais ils n’en font pas tout un fromage…oups, ils se montrent conciliants, nous donnent des recettes et pour lesquels j’ai plaisir à leur faire un repas à leur goût.

            Bon appétit également si ce n’est pas déjà fait.

          • Edwige Floris

            C’est fou ce que les gens trouvent comme arguments pour justifier simplement que les débats possibles sur le végétalisme n’existent pas encore par manque de conviction ou bien de réalité ou encore de maturité…peut-être trouverais-je un jours de vrais discussions qui vaillent la peine de s’y attarder…

          • liligondawa

            Pour toi un débat c’est quand la personne tombe d’accord avec toi immédiatement ? Si tu veux des débats et que Vegactu ne te convient pas, renseigne-toi sur bon nombre de sites vegans ou par exemple l’excellent http://www.viande.info , ce sont des endroits où les sources sont TRES nombreuses et scientifiques.

          • Edwige Floris

            Ah vous revoilà, je vous croyais sous anémie de verbiage en tous genres… Bien essayé de retourner la situation mais c’est bon pour les bancs de l’école… Études scientifiques comme si la science était une assurance du bien-être des gens, cela se serait…
            Étudier toujours le pire et s’en servir pour faire peur aux gens n’est pas ma tasse de thé. Je crois que je me suis faite déjà une idée et franchement cela me suffit pour donner de mon énergie à d’autres personnes qui défendront mieux les intérêts d’autrui.

          • « Cela se saurait » et pas « cela se serait ». Pardon, je n’avais pas compris que tu étais plus forte que la science.

          • Edwige Floris

            C’était juste pour vérifier que tu n’avais pas de carottes dans les yeux et puis la science sans conscience est pour beau nombre de gens comme moi source de profits qui n’offrent aucun résultat probant.

          • June

            Pourquoi penses-tu que nous nous pensions au dessus de tout le monde? Le
            fait que nous choisissions de nous nourrir avec réflexion et éthique te
            gêne-t-il?

            La liberté de chacun à bon dos face à la souffrance.

            Je t’invite à prendre ton discours dans l’autre sens.

            – Tuer pour se nourrir => quoi de plus naturel dis-tu? Est-ce
            naturel de forcer la nature en obligeant les animaux à procréer, pour
            ensuite les tuer et les manger? Qui a t il de naturel là dedans?
            Absolument rien. Élevage bio du coin, ou pas.

            Juste un humain forçant la nature pour son simple plaisir gustatif ( car oui, la viande n’est pas indispensable)

            Aussi,non, élever et tuer des animaux n’a pas toujours été, et la
            question de cette pratique a déjà été soulevée depuis la nuit des temps,
            il ne s agit pas d’un sujet futile pour personnes en mal d’affirmation
            de soi.

            – Si tu trouves les mots « assassins », et « ignares » durs, penses-tu
            t’être intéressé au végétarisme de façon objective? Si c’était le cas,
            tu ne pourrais pas nier les bienfaits de cette alimentation et les
            sujets collatéraux que cela touche. ( prb eau, prb des sols, de la
            malnutrition, prb de santé…) et lorsque tu achètes ta viande, n
            encourages-tu pas le vendeur à tuer de nouveau? Ne participes-tu pas à
            l’abattage?

            Les mots ne sont durs que si nous les recevons comme cela. Un cadavre
            est un cadavre. Une carcasse aussi. Pourquoi avoir peur des mots? Peut
            être parce que la vérité nous rend mal à l’aise et que l’ignorance est
            plus sécuritaire. C’est compréhensible, la masse est rassurante et il
            est difficile de s’en détacher.

            -Pour la conférence, est-ce vraiment la conférence qui est choquante, ou
            bien les vidéos? Ces images sont véritables, elles existent. Il ne s
            agit là que de vérité cachée.

            Il n’y a pas d’injure, ni de choc malsain, il s agit simplement de
            mettre au grand jour ce qui est caché dans les abattoirs, comme dans le
            cerveau des gens.

            Tu le prends comme une attaque? Retourne encore une fois ta réflexion
            dans l’autre sens. Si tu le prends comme une attaque, c’est qu’il y a un
            malaise quelque part.

            Même le petit éleveur bio est contre nature. Il force la procréation, il élève, et tue.

            Peux-tu le nier?

            Est-il normal, naturel, de forcer des naissances par milliers chaque
            jour, (industriel ou familial) est-ce normal d exploiter, torturer,
            laisser agoniser des êtres vivants, sensibles, capables de ressentir la
            douleur tout comme toi, ton enfant ou ton chien? Car face à la douleur,
            le petit veau et le petit garçon se rejoignent. Dur à lire? Je te
            l’accorde. Mais peut-on le nier?

            Doit-on laisser faire, ou doit-on ouvrir les yeux?

            Si cela t’intéresse, va visionner le discours de Philip Wollen. Il n’y a
            pas d’images chocs, c’est une conférence sur la question de l élevage
            justement. c’est un discours assez court, non dégradant, mais qui résume
            beaucoup de choses.

            June

          • Edwige Floris

            Tout d’abord, je te remercie June d’élever ici le débat.
            Mais à en juger ton petit discourt, il s’agit encore une fois de la condition animale que tu défends et non pas les bienfaits du végétalisme sur l’homme. Je comprends tout à fait ton point de vue sur la condition animale qui à l’heure actuelle est déplorable et je suppose depuis toujours. Moi-même je suis sur une campagne de sensibilisation pour défendre les animaux sauvages et demande à l’Unesco que certains soient au patrimoine naturel et culturel mondial. Mais encore une fois pour en revenir à notre sujet le végétalisme, la science ethnologique nous a clairement indiquée que la première évolution de l’homme
            est définie par sa consommation de viande. Quant à sa morphologie elle est régulièrement controversée chez les scientifiques qui disent que nous avons une mâchoire d’herbivore, une mâchoire pratiquant les deux ou encore une mâchoire de carnivore, en fait personne n’a de réelles conclusions. Pendant ce temps certains débats qui se disent défenseurs des animaux et de la condition humaine dans son alimentation au niveau mondial, débats d’ailleurs soulevés très
            souvent par des personnes proches de milieux scientifiques font un amalgame entre la condition animale et la nourriture dans le monde. Ces deux situations mal établies engendrent des divergences d’opinions qui font passer le plus souvent le grand public pour des adeptes de l’obscurantisme. L’on ne peut décemment pas imposer une ligne de conduite à un public non averti sans préalablement donner tous les éléments des bienfaits et des inconvénients d’une nouvelle alimentation et en tenant des propos toujours provocants et surtout hors sujets. C’est en tout cas l’effet qui m’est souvent rapporté et que je pense également car je ne vois rien qui vienne alimenter si je puis dire ma soif de culture à peut-être une nouvelle forme d’alimentation qui ne possède ni un intérêt mondial et dont le but n’est pas clairement défini quant à son développement.
            Mais il faut tout de même savoir qu’il sera très difficile d’argumenter ce choix d’alimentation car les lois de la physique humaines ne se définissent pas seulement sur un seul et même état corporel, le cœur, le cerveau, le foie etc. que nous avons en commun. Doit entrer en jeu, l’esprit, le vécu, la croyance et un nombre incalculables de facteurs différents d’un être humain à l’autre valable chez les animaux et qui de toutes leurs actions développent leur intelligence propre; d’où l’unicité de chacun. Je conçois que l’affaire n’est pas si simple, évidemment si on ne remet pas sur le tapis la condition des animaux qui est encore là…je pense un autre débat…

          • June

            Lorsque tu parles du régime carné qui a, selon la science ethnologique clairement indiquée que la première évolution de l’homme, est définie par sa consommation de viande, je te recommande de te pencher sur la question de la verticalité de l’être humain avant tout.
            Aussi, il faut rectifier quelque chose que tu sembles oublier :

            L’ Homme, a toujours réussi a survivre malgré de nombreux changements , grâce à sa capacité d’ ADAPTATION.
            Mais adaptation ne veux pas dire que ceci reste BON pour lui.
            Oui, il peut manger de la viande, mais est-ce réellement bénéfique pour lui, surtout de nos jours? Cela lui a peut être été nécessaire, indispensable pendant une période de survie, et je dis bien peut-être. Mais actuellement, cela n’est devenu que superficiel. Et le bénéfice risque est évident.

            Nous ne parlons plus que de plaisir gustatif / prb exploitation, appauvrissement des sols/ famine/ privatisation des richesses…
            Connais-tu une maladie grave causée par la surconsommation de fruits, légumes ou légumineuses?

            Je te passe les infarctus, prb cardiaques et vasculaires, obésité, diabète, osthéoporose qu’entraînent une consommation continue de chair animale.

            Comment expliquons-nous que justement, la science ethnique nous apprend que les populations les plus vieillissantes sont des populations végétaliennes/riennes?

            Je t’invite également à faire des recherches sur la corrélation dangereuse entre le lait + la viande, et sur les dégâts que cela provoque sur les os. Comment expliquer que les pays qui consomment le plus de lait, et de calcium, obtiennent un taux plus élevé de fractures? ( pays riches, sédentarisés => + de fractures?)
            Et puis de façon évidente, nous revenons au même point => faire consommer trop de lait qu’il ne faut, force l’homme à encore une fois, s ‘ADAPTER et créer de nouveaux besoins.
            Économiquement, n’est-ce pas une belle paire? Une vache laitière apportera un bénéfice laitier + 1 an apres, un bénéfique carné. Jackpot !
            Revenons-en à notre santé.
            Écarter ne serait-ce que la viande de ton alimentation, amoindri considérablement le risque de maladies dues à sa consommation.
            A l’inverse, en quoi serait il bénéfique, d’écarter des aliments du végétalisme?
            Je te l’accorde, tu pourras parler des pesticides qui perturbent les systèmes endocriniens de l’organisme.
            Il faut donc aussi y faire attention. Il faut aussi rappeler que les 90% des animaux sont nourris avec des plantations sous pesticides.
            Tu auras donc un bon coktail explosif : graisse animale + viande sans fer ( oui, la majorité des viandes sont des animaux anémiés, notamment pour rendre les viandes blanches plus appétissantes)
            supplémentés en B12 (oui les animaux sont supplémentés en B12) des colorants ,(oui, le jambon est coloré, car là, les acheteurs veulent du rosé), bourrés d antibiotiques et nourris aux pesticides.

            Revenons en maintenant à la balance bénéfice/risque??

            Si l’on ne veux parler que du point de vue « santé personnelle », le végétalisme, apporte tout ce qui nous est nécessaire, tout en enlevant les dangers que peuvent causer la consommation de viande.

            Parlons encore de santé? La principale source de l’effet de serre, détérioration de la couche d’ozone? Le pet des vaches.OUi. Les émanassions. Deux fois plus que notre pot d’échappement.
            Les problèmes sanitaires graves rencontrés ces dernières années? Vache folle, grippe aviaire et autres joyeusetés. Ne parlons pas des transports de bétail, de souillage de l’eau, transports de foin, de graines….

            Et même si tu ne mange que du bio, un morceau de viande peut te conduite à l’hôpital car mal conservé, mal congelé, mal préparé…..
            Même en cherchant bien, je ne vois aucun intérêt santé à conserver la viande dans mon alimentation. Pour le lait par exemple => idem. Tout ce que je trouve dans mon alimentation m apporte tous les bienfaits nécessaires, alors pourquoi m’obstiner?

            Il ne s agit pas là de tout contrôler, car je suis d’accord, bien des paramètres sont à prendre en compte.
            Mais pourquoi ne pas mettre toutes les chances de notre côté, sachant (en +) tout le bénéfique que cela propage à une plus grande échelle que notre propre personne. ?

          • Edwige Floris

            Je suis d’accord pour l’adaptation de l’homme mais aujourd’hui tout dépend de la qualité de la terre et de ses ressources en eau. Ors si l’on considère qu’une partie du monde en manque cruellement et que l’évolution de l’homme ne s’arrêtera pas seulement au niveau de sa consommation de viande ou pas mais aussi par ses besoins d’appartenances à une société toujours plus moderne nous en reviendrons fatalement à aux modes originels. Cela fait partie de la l’instinct de survie cyclique de l’homme sur terre. Les animaux ne vont pas disparaître au profit de lobbyings présentant l’aspect d’une viande avec d’autres substances si nous parlons de végétal, actuellement les conditions néfastes ne seraient plus non seulement propre à l’homme mais aussi et surtout à la matrice qu’est la terre. Actuellement, je conçois que la mondialisation est en faute pour sa manière de gérer mais peut-être est-elle justifiée au vu des évènements climatiques et que cela puisse faire peur…car le monde souffre surtout d’un manque de solidarité, d’un manque de cohésions…cancérisé par les corruptions en tous genres qui entraînent cette malnutrition. Tu me parles que la viande est un danger pour la santé mais moi, je dirais plutôt que se sont les conditions animalières non appropriées qui mettent nos vies en danger, je te retourne le problème que toi-même tu as soulevé les pesticides dans les végétaux…nous en sommes au moins point.

            Au temps de nos grands-parents et arrière-grands-parents, ce n’était que les guerres qui écourtaient leur durée de vie pas leur alimentation et pourtant ils en consommaient plus que nous mais avaient des conditions d’agricultures différentes plus saines à tous les niveaux. Je n’ai jamais vu autant de centenaires venant de ces époques du passé.

            La viande et le lait dans la religion juive ce mélange est prohibé, pourtant tu peux le faire si tu attends de digérer. Tout est aussi une question d’interprétation, de connaissances et aussi d’abus dans ce que nous consommons. Le corps est une machine si parfaite que nous en oublions de le protéger…

            Pour la vache laitière, je te dirais que je ne peux pas me nourrir de sa chaire car, je la considère comme une mère de substitution, m’ayant abreuvé durant toutes mes jeunes années. Il en est de même pour tous les jeunes animaux, effectivement, je ne peux pas concevoir qu’ils soient tués un an à peine qu’ils soient nés. De plus leurs défenses immunitaires ne sont pas encore entièrement développées mais cela est tout à fait personnel et tu me diras qu’avec les antibiotiques cela ne changent pas grand chose…mais je les ne mange pas par principe … oui, là j’avoue aimer savoir que l’animal vit en famille jusqu’à sa destinée…du moins c’est ainsi que j’aimerais voir toutes les fermes de ce pays. Tu sais, June, je ne cherche à changer ou à changer les choses, je me contente de minimiser notre si dure réalité et de réagir quand je peux participer. Je comprends ton indignation à la vue de tuer, le mot est vraiment dur pour moi aussi mais le monde est aujourd’hui ainsi fait. Nous mourrons de vieillesse, nous mourrons de la violence, nous mourrons au quotidien dans notre progression vers futurs nous n’y pouvons rien, j’appelle simplement cela le cycle de la vie…fait de ses contraires contraignant certes mais nécessaires.

            Maintenant si un programme de développement des végétaux me certifiait une qualité de santé égale à celle qu’on pu vivre nos grands-parents et que rien ne pourrait engendrer la même dépravation de l’environnement que l’on peut constater aujourd’hui…alors peut-être y verrais-je là une manière de dire je ne mange plus de viande…
            C’est peut-être à tes yeux égoïstes mais ce sont les conditions que j’en attends pour assurer à mes petits enfants une vie pérenne…

            Pardonne moi cette longueur mais je me suis efforcée de commenter un maximum de tes réflexions qui sont loin d’être inintéressantes et je t’en remercie…

          • June

            Tu sais, la viande, coûte plus cher qu’elle ne vaut.

            Tu appauvris 10 fois plus les sols en les surexploitants pour nourrir les bêtes, que pour ta propre consommation de végétaux.

            Malheureusement, le système sur lequel tu voudrais revenir,
            n’est plus possible aujourd’hui. Il y a trop de bouches à nourrir à
            présent sur cette terre. Les besoin ne sont plus les mêmes. Et la
            production de viande elle non plus, ne pourra plus répondre à la
            demande. En revanche, les végétaux, si. Je parle en terme d’énergie. En
            produisant de la viande, nous perdons inutilement de l’énergie.
            L’énergie contenue dans une plante, qui va être pour simplifier la chose
            de 10, va être adsorbé par l’animal. La consommation de cette viande,
            ne donnera plus que 4 d’énergie. On gaspille alors 6 d’énergie qui
            pourrait être utiliser pour subvenir au besoin de tous.

            Tu le dis très justement très toi même, le monde manque
            cruellement de solidarité mais en mangeant ton steak, tu contribues à
            l’industrie de la viande qui enlève l’eau à des milliers d’autres
            personnes mourant de fin et de soif, car tu contribues à la
            privatisation des richesses. Il faut des terrains et de l’eau pour
            produire des graines nourrissant l’animal, ces terres seront prises au
            plus faible. est-ce cela , être solidaire?

            Penses tu cela normal, de tirer sur la corde à ce point pour mal
            nourrir les animaux que tu vas toi même manger? Pourquoi cette étape
            inutile et désastreuse pour l’environnement? L’environnement où tes
            enfants et futures générations vont vivre plus tard.

            Lorsque tu dis que le corps est une machine parfaite que nous
            oublions de protéger, je ne peux que te rejoindre. Mais justement : à
            force de faire surconsommer du lait à ce corps par exemple , tu
            l’abîmes, tu lui demandes de toujours + s’adapter et toujours plus
            demander.

            Le danger du lait + viande, n’a rien à voir avec une question
            d’interprétation, il est question d analyses de santé, dressé sur
            plusieurs dizaines d’années. Ce n’est que purement physique. La religion
            n’a rien à voir là dedans.

            En ce qui concerne la vache laitière, que tu ne consommes pas, ni les bébés, c’est tout à ton honore, vraiment bravo.

            En revanche, il n’empêche qu’en consommant le lait, tu tues toi
            même la vache laitière et avec, son petit. Car l’homme encore une fois,
            force la nature et force la vache à vêler, sépare le veau de la maman à
            la naissance, et le tue au bout de quelques mois car non rentable. En
            achetant ta bouteille de lait, tu donnes du crédit à cela. ton veau ne
            sera pas manger par dans ton gosier, mais tuer d’une autre manière.
            L’intérêt n’y est plus, la conscience un peu plus tranquille je te
            l’accorde.

            Ton action est honorable, mais malheureusement cela ne suffit pas à sauver.

            Aussi, je te trouves malheureusement un peu fataliste. dsl
            d’avance si c est une erreur. Mais dire que le monde est ainsi fait, ne
            serai-ce pas une cachette où il est tranquille de se réfugier pour ne
            pas décider d être en accord avec ces convictions, face à une masse
            plutôt rassurante?

            Tu parles aussi de nos ancêtres, qui se sont battus pendant la guerre.

            S’ils avaient eu cette même réflexion aujourd’hui, nous ne serions
            pas ici en train de parler. Il n’y a pas si longtemps que ça, le noir
            était une race inférieure, esclave des blancs. Mais cela a changé, parce
            que des gens ce sont battus pour cela.

            Nos ancêtre n’avaient pas la même vie, les mêmes besoins que nous aujourd’hui.

            Du moins en Europe. Des pays pauvres ont toujours vécus sans
            la viande, pourquoi nous, pays riche n’y arrivons nous pas, si ce n’est
            un entrelacement de traditions et plaisirs simplement gustatifs?

            Aujourd’hui nous surconsommons. Nous n’avons plus BESOIN de tout cela, nous en avons simplement ENVIE.

            Enfin, si j’ai bien compris, tu te bats régulièrement pour
            protéger des animaux. Merci. En cela, pourquoi la poule, la vache,
            n’aurait elle pas la même faveur que le chat ou le chien? Là ou dans
            d’autre pays, la vache et vénérée et le chien ébouillanté? A plume ou à
            poil, le combat est le même. Le droit de vivre.

            Nous sommes au jour d’aujourd’hui capables, de vivre en très bonne
            santé sans toute cette spirale liée à la viande. Que nous faut-il de
            plus pour arrêter tout cela?

            La réflexion sur ce sujet est dure car elle remet en cause des
            années de traditions, pratiques, habitudes, lobbys, elle nous projète
            vers une minorité, de nouvelles habitudes et nous confrontera à une
            masse qui se rassure… Mais au bout du chemin, la déprogrammation est
            merveilleuse. Je ne sais pas où ta réflexion te mènera, mais en tout les
            cas je te le souhaite de tout cœur.

          • June

            Dsl pour les fautes d’ortho, le manque de temps m’a été fatal ^^

          • Edwige Floris

            Tu sais, les fautes d’orthographe n’ont jamais tué personne.

            June, je suis très fière de toi… Ton discours amène les personnes comme moi à réfléchir à la question et en cela je te remercie…
            À réfléchir si je devais défendre la cause mais mon travail actuel est basé sur une tout autre demande et je n’ai que très peu de temps à consacrer à ma petite personne. Néanmoins, je serais encore plus vigilante quant à mon alimentation et à mon devoir d’intérêt général en matière de partage des ressources. Mais quand même plein de questions resteront en suspend quant à la réalisation fortuite de ce dessein. Le problème que ce projet engendre est tout aussi récurrent dans la forme et engendre d’autres problématiques sans réellement résoudre encore une fois le vrai fond car la faim dans le monde, n’est hélas pas qu’un problème de nourriture. En effet, il en résulte d’une gestion tout aussi ancestrale que celle des traditions et la faiblesse de l’humanité est sans limite. Les lois, les décrets n’ont pas d’impact concret sur son devenir. Il est vrai que nous sommes à la fin d’une civilisation et que nous nous tournons vers une autre peut-être meilleure mais à en juger le contenu actuel, on en est loin beaucoup trop loin quoi que l’on fasse. L’homme est en quelque sorte…en état…je dis bien en état…Je pense que malgré toute la direction que nous prendrons sera de toute façon toujours bonne pour certains et mauvaise pour d’autres. Si c’est en cela que tu vois en moi une fataliste, oui, je suis assez d’accord avec toi. Mais, je commence de par mon âge à savoir comment l’humanité fonctionne et où en sont ses besoins. Même si l’on parle d’intérêt général, l’on ne peut pas ne pas s’enrichir, à moins de trouver une toute autre façon de vivre.

            Juste une petite parenthèse, lorsque je te dis que le lait + la viande rouge sont prohibés dans la religion juive, c’est juste pour te faire remarquer l’ancienneté de cette information avant qu’elle ne fût rangée dans les tiroirs de la science. Mais là encore, l’interprétation est tout à fait différente si avant d’ingérer l’une ou l’autre substance, tu attends un temps de digestion, dans ce cas précis ce n’est plus néfaste à la santé.

            Je poursuivrai, un peu plus tard…

          • June

            Je suis ravie que cette discussion apporte des nouveaux points de réflexion. Tu sais, je ne pense pas les personnes mangeant de la viande comme des mauvaises personnes, personnellement, je pense vraiment que la plaie, c’est la non information, les traditions, la pression sociale…Attention il m’arrive souvent de m’enerver, car ma sensibilité passe souvent avant. Mais je pense foncièrement que l’ Homme est victime de lui même.
            Je pense qu’il est essentiel d’apporter ces informations pour amener à une réflexion voir un déclic. Car on fond de nous, nous savons que ce n’est pas normal, que ce n’est pas sain de faire naître pour tuer.
            Cette déprogrammation est très difficile, mais si la personne en face de toi n’a pas déjà lui même, ouvert la porte à la réflexion, rien n’est possible.
            Je pense donc que tu as fait déjà un très grand chemin en t’intéressant à ce sujet. A l’idée que ta consommation à un rôle essentiel sur cette planète.

            Malheureusement, le consommateur oublie, que c’est lui qui a toutes les cartes en main. Ton porte monnaie à un pouvoir énorme. Coluche disait une phrase très juste  » et dire qu’il suffit de ne pas en acheter, pour que ça ne se vende pas ».
            Il a raison. Tu penses que nous sommes encore bien loin du compte. Mais regarde autour de toi, les pubs commencent à mettre en avant un retour au naturel  » sans paraben, sans phtalates, aux huiles essentielles… » Le bio connaît un vrai boom. (alors que le naturel existe depuis des lustres, mais perdu dans le trop plein de nouveautés industrielles)
            De nouvelles biocoops poussent un peu partout. Pourquoi? Parce que le business se développe car la demande change.
            Il existe des forums entiers sur des ados de 10 à 17 ans qui ont déjà réfléchis sur le spécisme, l’âgisme, l’abolitionnisme, sur leur conso bref. Oui c’est une minorité, mais ça avance.

            Tu disais qu’a ton échelle en ce moment, tu ne pouvais pas agir.
            Bien sûr que si, tu agis. Tu ne dois rien faire de plus, rien faire de moins. Tu dois prendre un petit moment test simplement pour changer des petites habitudes. En cela lorsque tu iras dans ton supermarché, le geste sera le même et en même tant totalement différent. Au lieu de prendre le taboulet à droite, au poulet, tu prendras celui à gauche, à l’oriental. Au resto, au lieu de choisir ton entrecôte, tu opteras pour le risotto au morilles. Au lieu de prendre un paquet de chips toute les semaines à 1 euros. je vais en prendre un peut être au bio, qui coûtera 2euros, mais je n’en prend qu’une fois de temps en temps et ma santé n’en sera que meilleure. Rien de bien compliqué.

            Le but n’est pas de faire tout ce qu il faudrait faire, c’est impossible, mais de faire au mieux de ce qui est à notre portée et surtout, ce qui correspond le plus à nos convictions profondes. Cela fait tellement du bien je t’assure.
            Si des végétariens ou végétaliens te paraissent bruts des fois, excusent-les comme nous nous excusons les carnistes parfois. C est un sujet qui pour beaucoup est sensible, car cela touche à la vie mais aussi à la famille, à des traditions ect. Si tu remets en cause ta viande, tu remets en cause tout tes proches ect…. On est tous maladroit à un moment donné. Pardonner la sensibilité des végé vis a vis de la vie animale, et pardonner l’ignorance et le conditionnement des carnistes, qui peut pour l’un et pour l’autre actionner des réactions désagréables.

            Je suis d’accord avec toi sur la faim mondiale. Le problème est la privatisation des richesses. Mais encore une fois, le business, c’est nous, qui le créons. Plus on achète ce qui nous semble bob, plus on créer de la demande. Plus les prix baissent ect.
            Si tout le monde pouvait comprendre que leur choix est décisif à un tel point, nous n’en serions pas là…
            As-tu pris un peu de temps pour écouter le discours de Philip Wollen? je t’assure qu’il est court et simple. Mais beau. surtout si tu aimes les animaux.
            Aussi, je pense que tu es assez ouverte d’esprit pour te documenter dans notre sens. Tu peux aller par exemple sur le site de l association végétarienne de France, il a plein de fiches pratiques sur les vitamines, le fer; ect…relatifs à la santé par exemple. Cela n’est pas dans le but de te transformer, simplement de te documenter.
            Et surtout, ne mets pas ton côté un peu fataliste sur le dos de ton âge, l’âge ne veux rien dire.
            On peut être ouvert d’esprit en accord avec soi même à 40, 50 ,et l’être aussi à 12, 15 ,20 ans. Tu l’as dit toi même il y a tellement de paramètres à prendre en compte.
            Si au fond de toi, tu penses que oui, des végétariens et liens peuvent être en bonne santé durablement, ou que ce que l’on inflige aux animaux te révulse, essaye d’être en accord avec tes principes. Peut être n’y parviendras tu jamais car il est dur de faire ressortir cela face à tout ce qui nous tombe dessus, mais quel bonheur une fois cela atteint.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer