Le Prince Khaled bin Alwaleed. Crédit : Arabian Business

Devenu vegan, le prince saoudien Khaled bin Alwaleed est en train de métamorphoser son pays

En 2015, le prince Khaled bin Alwaleed critiquait publiquement le changement climatique et le gaspillage énergétique face à une assemblée d’hommes d’affaires ayant bâti leur empire sur le pétrole1 .

Et il s’exprimait en connaissance de cause : son pays, l’Arabie Saoudite, est le premier pays producteur de pétrole au monde, ainsi que le sixième consommateur. C’est aussi l’un des quelques pays qui ont refusé de signer l’accord de Paris sur le climat à l’ONU2 — pourtant critiqué pour son manque d’ambition3.

Pourtant, le futur s’y annonce beaucoup plus riant : vegan depuis 5 ans, véritable défenseur de la cause animale, préoccupé par le réchauffement climatique, le Prince Alwaleed sera l’artisan du changement.

Son galvanisant discours au Business Forum se traduit en actes : Khaled bin Alwaleed refuse les investissements financiers liés à l’élevage4, et préfère investir dans des restaurants 100% végétaux au Moyen-Orient, tels que le Plant Café au Bahreïn, et dans les énergies renouvelables 1 .

Il a déjà décidé son propre père, Alwaleed Bin Talal Alsaud, grand prince d’Arabie Saoudite et première fortune du Moyen-Orient, de devenir vegan également1 .

Une génération progressiste monte ainsi en puissance en Arabie Saoudite ; dans un autre registre, le frère du prince bin Alwaleed a récemment pris position pour affirmer que les femmes doivent pouvoir conduire ; leur père a quant à lui affirmé qu’il léguerait toute sa fortune — 29 milliards de dollars — à des causes philanthropiques et notamment la lutte pour les droits des femmes.

Cheesecake vegan à la fraise et aux noix de macadamia, Plant Café, Barheïn

Vegan pour la santé

Khaled bin Alwaleed est d’abord devenu vegan pour se sentir mieux, inspiré par l’ouvrage Reboot your life ! de Joe Cross, comme il l’explique à Start-Up Magazine4. Avant de devenir vegan, le prince pesait 110 kg et prenait en permanence des médicaments anti-cholestérol. Le voici aujourd’hui, au milieu :

Au milieu, le prince Khaled bin Alwaleed

Vegan pour la planète

Le prince a par la suite pris conscience de l’impact environnemental positif de ce mode de vie :

Je veux être une meilleur personne que je ne l’étais la veille, et contribuer, avec de la chance, à laisser cette planète dans un meilleur état que lorsque j’y suis arrivé.
Ma motivation, c’est voir des changements, des résultats. (…)

Rappelons que la production de viande et de produits laitiers constitue la première cause d’émission de gaz à effet de serre, et est donc première responsable du réchauffement climatique. Selon une récente étude de l’université d’Oxford, devenir vegan permet de diminuer d’au moins 70% sa production de gaz à effet de serre5.

Je pense à mes filles. Quel monde est-ce que je leur laisse ?6

Nul besoin d’être un scientifique de pointe pour comprendre que le changement climatique est réel. J’ai lu les études et franchement, c’est très inquiétant.

Ethique animale

Il y a un marché avec lequel je ne voulais pas avoir à faire : les importations de bétail. Pour des raisons éthiques, je ne voulais pas faire partir de cela. Ce n’est pas quelque chose dans lequel je voulais être impliqué, en terme d’investissements je veux dire. (…) Il y a certaines lignes que je ne veux pas franchir, et l’élevage, pour moi, est l’une d’entre elles7.

Depuis que le prince a adopté une alimentation 100% végétale, il en parle volontiers dans les médias ; il est un véritable défenseur de la cause animale, engagé par exemple auprès de l’association Mercy for Animals. Sur les réseaux sociaux, il suit et diffuse les messages de Peta ou de VeganTruther.

Tout est lié, précise le prince. le bien-être animal, l’environnement — normalement c’est un problème qui peut se résoudre si on le considère sous un angle économique mais humain plutôt que d’une façon avide1.

Contre la faim dans le monde

Interviewé par le National Observer, le prince Bin Alwaleed explique que l’industrie de la viande est néfaste non seulement à cause de son énorme empreinte carbone, mais aussi parce que des végétaux nutritifs qui auraient pu servir à nourrir des femmes et des hommes (dans les pays où sévit encore la malnutrition) servent à engraisser les animaux des pays riches, qui finiront assassinés. Ce processus n’a « absolument aucun sens » , précise-t-il.

Menus princiers

Interrogé sur ses pratiques alimentaires, Khaled bin Alwaleed ne se fait pas prier pour détailler ses menus4 :

Eh bien, commençons par le petit-déjeuner. Je prends d’habitude un immense smoothie avec des bananes, des dattes, des baies etc…
[A midi,] je mange souvent une énorme salade. Beaucoup de légumes. Je trouve mes protéines dans les haricots, les lentilles et aussi dans certaines graines. Pour le repas du soir, je cuisine d’habitude avec du tofu. Je cuisine beaucoup moi-même. Pour faire des pâtes, par exemple, je cuisine des pâtes de sarrasin et je remplace la crème par de la sauce au tofu. Certains de mes amis ne voient même pas la différence.

Interrogé sur son plat préféré, le prince évoque la start-up américaine Beyond Meat et ses incroyables simili-carnés18 et montre une photo d’un de leurs hamburgers vegans, dégusté à l’occasion d’une visite à Los Angeles :

Je peux les aider à vendre leurs produits à l’étranger. Le marché ici (en Arabie Saoudite) est énorme, donc je vais vraiment aider cette compagnie.

Hamburger 100% végétal Beyond Meat : bientôt en Arabie Saoudite ?

Un vent de changement en Arabie Saoudite

Qu’a changé le véganisme dans la vie du prince ? Quel sera l’impact sur son pays ?

Devenir vegan a vraiment changé ma vie. J’ai commencé à aimer davantage la Terre. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne veux pas investir dans le bétail. C’est un problème de développement durable. Je m’en soucie, et l’Arabie Saoudite devrait s’en soucier aussi4.

Outre ses investissements dans l’univers de la restauration végétale, le prince bin Alwaleed a vendu toutes ses actions dans l’industrie du pétrole et du gaz pour investir dans des entreprises tournées vers le développement durable, qu’elles concernent la haute technologie ou le bâtiment1.

KBW Investments, le groupe qu’il a fondé avec l’assentiment de sa famille, installe depuis l’été dernier en Jordanie une technologie écologique novatrice : des ampoules alimentées à l’énergie solaire fournissent assez de lumière pour les routes de la capitale de ce pays frontalier.

Dans sa vie quotidienne, il a vendu ses voitures de collections et ne possède plus qu’une voiture électrique Tesla. Le prince ne vit plus dans un palace et compense financièrement les émissions de gaz à effet de serre de ses voyages en avion.

Et à l’aide des immenses capitaux dont il est l’héritier, l’homme d’affaire essaie de donner « l’impulsion au 100% végétal » : pour convaincre, il dit préférer l’expression « 100% végétal » (« plant-based » ) au terme « vegan »:

Quand je dis le mot en V, les gens se mettent automatiquement sur la défensive. Mais si vous parlez de « 100% végétal », ils sont à l’aise et c’est alors facile de converser avec eux.

L’héritage maternel

Khaled bin Alwaleed explique ainsi sa façon de voir le monde :

Je ne pourrai pas remercier assez ma mère pour ce qu’elle a fait — en ce qui concerne l’éducation qu’elle m’a donné, les valeurs qu’elle m’a inculquées, qui me viennent vraiment d’elle. Elle est très ouverte, généreuse avec les gens, elle va vers les gens, c’est vraiment d’elle que je tiens ma personnalité.

Précisions :

  1. National Observer — Meet the vegan Saudi prince who’s turning the lights on in Jordan [] [] [] [] [] []
  2. France TV Info — Qui n’a pas signé ? []
  3. Libération — L’accord de Paris entre en vigueur, et maintenant ? []
  4. Start-Up Magazine — Inside Story KHALED BIN ALWALEED [] [] [] []
  5. Oxford Martin School — Plant-based diets could save millions of lives and dramatically cut greenhouse gas emissions []
  6. Arabian Business — The real deal : Prince Khaled bin Alwaleed []
  7. Start-Up Magazine — Inside Story Khaled bin Alwaleed []
  8. Beyond Meat []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Pingback: Devenu vegan, le prince saoudien Khaled bin Alw...()

  • VGCedric

    Cool ! Qu’il vienne se présenter en France (on le naturalise « illico presto »), et je vote immédiatement pour lui (allez, on peut rêver….)

  • Aurélie

    Je suis totalement fan!!! Magnifique magnifique magnifique….cela fait chaud au cœur d’entendre parler de personne comme ce GRAND monsieur

  • tac

    j’ai rarement lu un tel ramassis de propos lobbyistes scientifiquement infondés. De l’intox pure et simple.

  • Pingback: le prince saoudien Khaled bin Alwaleed est en train de métamorphoser son pays – elricou's()

  • LDA27

    WAAAOUH !

  • Helene vr

    Pour info, l’Arabie Saoudite a signé et ratifié l’Accord de Paris sur le climat depuis le 3 novembre 2016.

  • Pingback: Ca c’est une nouvelle (enfin, des nouvelleS) | Espace perso de S (english et français)()

  • Romati

    Il pourrait déjà distribuer son argent à des causes eco planétaires !

    • Taïra Ⓥ

      C’est quoi des causes « eco planétaires » ? …

  • Dean Corso

    La prochaine fois que sa royale famille fera décapiter un mec au sabre ou lapider une meuf, je me souviendrai que son Altesse royale protège les pauvres animaux, interdit leur abattage et prône la végânerie… Comme ses semblables, il va peut-être se targuer de donner des leçons d’éthique aux méchants « karnistes »…
    Pour mémoire, il y a actuellement dans les geôles saoudiennes un pauvre gars d’une vingtaine d’années qui a été condamné à la décapitation et à la crucifixion parce qu’il est shiite et qu’il a critiqué le gouvernement. Il est prévu que son cadavre soit laissé cloué en public sur la croix jusqu’à son pourrissement. Son oncle a déjà été raccourci il y a quelques années pour la même raison. Alors maintenant, que le prince de Mekhouyes soit devenu vegan, vous en pensez ce que vous voulez, mais en ce qui me concerne…

    • VGCedric

      Les bonnes actions pour l’environnement et/ou les animaux sont bonnes à prendre d’où qu’elles viennent. Mais ton commentaire est tout de même très intéressant en ce sens qu’il nous invite à réfléchir sur les aspects que tu dénonces (à fort juste titre)….

      • Dean Corso

        Ben voyons! Ces bonnes actions, il ira les expliquer dans les geôles du régime, où des femmes attendent de se faire lapider et des hommes de se faire découper au sabre.
        Et si un jour on apprend que Kim Jong-un est vegan, on enverra une délégation pour lui cirer les pompes et passer la brosse à reluire?

        • Taïra Ⓥ

          Des sources sur ce que vous avancez ?

          Dernièrement, il m’a semblé qu’on avait évoqué ici ou sur la page fb de Vegactu, le fait qu’il ne faisait pas parti de l’exécutif saoudien, et même issu d’une famille progressiste sur les questions sociétales.
          Donc lui imputer le fait que son pays pratique toujours la peine de mort, c’est un peu facile : c’est comme si on accusait tous les français d’être raciste parce que tous les jours, des actes relevant de cette idéologie sont commis.

          De plus, il faut savoir faire la part des choses… Je ne cirerai jamais les pompes à Poutine, mais force est de constater que parfois, des horribles personnages peuvent avoir de grandes idées : regardez du côté des ours, en Russie………

          • Dean Corso

            Les preuves de ce que j’avance, il est simple comme bonjour d’en avoir illico presto. Il suffit de taper sur Google « Arabie saoudite droits de l’Homme » et vous n’avez que l’embarras du choix. Ou bien un petit tour sur le site d’Amnesty International, et le tour est joué.
            C’est vous qui simplifiez en faisant le parallèle entre qualifier tous les Français de racistes parce que ces actes racistes se commettent sur le territoire français et lui imputer le fait que son pays pratique la peine de mort, alors qu’il y a justement une grosse différence. L’Arabie saoudite est un royaume dans lequel la famille Al Saud détient réellement le pouvoir. En fait, c’est quasiment elle qui détient réellement tous les pouvoirs, qu’il soit exécutif, puisque le roi dirige directement le pays, place les membres de sa famille dans tous les ministères et dans tous les postes clefs de la société, législatif, puisque le parlement fantoche vote tout ce que le roi lui présente comme loi. Donc oui, en Arabie saoudite, quand on est un prince de la famille Saud et qu’on est blindé de thune, on a de l’influence et on a sa part de responsabilité dans ce qui se passe dans la société. Il est connu dans le monde entier, dans tous les milieux d’affaire et son père détient la plus grosse fortune du Moyen-Orient, comme l’article le souligne l’article. Même s’il ne fait pas directement partie de l’exécutif saoudien, c’est un homme d’influence et de responsabilité. En laissant faire le système dont il fait partie, il le cautionne donc.

          • Taïra Ⓥ

            La réponse à votre dernière phrase est : NON.
            Faux dilemme : « laisser faire », ce n’est pas forcément cautionner. On peut avoir de multiple raison de « laisser faire », comme la peur, par exemple…
            Tenez : « Les énergies marémotrices et géothermiques sont propres, donc écologiquement acceptables ; si elles sont écologiquement acceptables, elles sont donc forcément renouvelables. Si vous contestez cette conclusion, vous êtes un partisan du lobby nucléaire. »
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Faux_dilemme

            Après, vous me dîtes que je pourrai « taper sur Google » etc… c’est vrai, je ne l’ai pas fait par manque de temps et surtout, ce n’est pas ce qui m’intéresse.
            Ce qui m’intéresse, ce sont les animaux.

            Que voulez-vous, au juste ? Me concernant par exemple, je pourrai couper totalement les ponts avec ma propre famille, parce que sur certains aspects, notamment les mœurs (homosexualité, libération féminine, droits des minorités opprimées en général…), et malgré mes efforts, des réflexes socio-culturels conditionnés, conservateurs voir réactionnaires, sont difficiles à chasser.
            Malgré tout, je les aime, et j’arrive à faire abstraction de cet état de fait.
            Mettez-vous à la place du prince : seriez-vous vraiment à la hauteur de ce que vous prétendez ?
            Et au juste, ma question portait plutôt sur la connaissance du prince Al Waleed, pas la famille Saud. Que savez-vous vraiment de lui ? Qui vous dit qu’il n’est pas en conflit, par rapport aux faits que vous rapportez, justement (peine de mort etc…) ?…

            En Australie, par exemple, où les natifs sont dans une situation sociale insupportable, les poussant à l’alcoolisme, et au suicide, pourquoi ne pourrions-nous pas aussi, si facilement, rejeter la faute sur l’exécutif qui ne semble pas faire grand chose pour améliorer leur situation ? Voir même, avec certaines festivités, ce dernier pourrait être accusé d’homicide passif selon moi… Peter Cosgrove est un criminel.
            Des pays où le pouvoir muselle la population, prennent parfois des mesures qui peuvent aller dans le bon sens, sur l’écologie, et en ce qui nous concerne, parfois sur les droits des animaux. La Chine me vient tout de suite à l’esprit, avec ses récentes dispositions contre le commerce de l’ivoire, il me semble.

            Des exemples comme ça, il en existe probablement une multitude. Mais c’est un autre débat. Ce qui nous intéresse, nous, animalistes, ce sont les animaux. Comme vous l’évoquez, pour le reste, il y a Amnistie international à qui, pour l’anecdote, je reverse une somme modeste et mensuelle depuis le début de l’année.

            Quand à vous, vous feriez bien d’augmenter votre culture du débat, votre connaissance des sophismes et failles argumentatives dont vous semblez être friand.
            Faire le procès d’un homme, parce que le hasard a voulu qu’il naisse dans une certaine famille, c’est vil, c’est lâche, et c’est indigne.
            Allez donc agiter votre chiffon rouge ailleurs, si c’est pour être aussi peu constructif, et mener le débat là où il n’a pas lieu d’être, ici en tout cas.

          • Dean Corso

            C’est bien d’avoir des œillères, ça permet de vivre avec la conscience tranquille. « Ce qui m’intéresse, ce sont les animaux », donc ce régime peut trucider ceux qui ne pensent pas comme lui, on s’en fout un peu parce que ce n’est pas la question… Adolf aussi aimait les animaux, et selon sa goûteuse officielle, dont une interview fut publié il y a peu dans « Le Monde » (mais bon, vous n’allez pas non plus aller vérifier, puisque ça non plus, ça ne doit pas t’intéresser…), il était même végétarien.

            En fait, vous avez le tri sélectif, si on peut dire. Vous gardez ce qui vous intéresse sans vous renseigner vraiment, et vous rejeter ce qui ne va pas dans votre sens péremptoirement. Vos exemples sont particulièrement significatifs, d’ailleurs. Vous condamnez le gouvernement australien parce qu’il n’agit pas suffisamment pour aider les populations aborigènes (alors qu’il n’exerce aucune action répressive à leur encontre, leur permet de plus en plus de trouver leur place dans la société et permet leur représentation au parlement) tout en excusant un des régimes des plus obscurantistes et les plus répressifs de la planète, connu pour liquider ses opposant, museler son opinion publique et financer le terrorisme islamiste, tout ça parce que l’un d’entre eux agit en faveur des animaux.

            Vous vous voilez la face pour ne pas voir ce qui s’écarte de votre argumentation, et vous m’accusez d’écrire des sophismes et des failles argumentaires? Où sont-elles? Et vous sentez vous légitime pour donner des leçons de morale aux autres alors que vous excusez explicitement des régimes dictatoriaux?

            De plus, vous déformez mes propos. Où avez vous lu que je faisais le procès de ce prince parce qu’il est né par hasard dans la famille Saud? Je ne rends pas les enfants coupables du crime de leurs parents. Ce que je lui reproche, ce n’est pas sa naissance, c’est son silence coupable alors qu’il est un membre éminent de la dynastie au pouvoir, même s’il n’exerce pas lui-même de fonction publique. C’est d’annoncer fièrement qu’il mange vegan et lutte contre l’industrie de la viande pendant qu’un écrivain est condamné à recevoir 1000 coups de fouet en public pour avoir déplu au régime (par séances de 10 coups, parce ce ne serait quand même pas marrant qu’il meure dès le début) [je mets la source, parce que vous préférez vous enferrer dans vos convictions plutôt que d’aller vérifier http://www.marianne.net/martinegozlan/1-000-coups-de-fouets-10-ans-de-prison-pour-un-blog-c-est-l-Arabie-Saoudite_a107.html%5D ou qu’un jeune doit subir la crucifixion pour avoir déplu au pouvoir [http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/23/2183132-arabie-saoudite-decapite-crucifie-publiquement-21-ans-avoir-manifeste.html]. S’il est soit disant si progressif, et qu’il défend des valeurs morales, qu’il commence par dénoncer ce genre d’actes, d’autant plus qu’il ne risque pas grand-chose, si ce n’est le bannissement de son pays (de toute façon, avec la fortune qu’il a, il ne devrait pas avoir de problème pour s’installer ailleurs).

            Si dénoncer ce genre d’actes, c’est agiter un chiffon rouge et créer un faux débat, alors vous ne devez guère avoir de valeurs morales… Pour ma part, je vous laisse continuer à écrire l’hagiographie de ce brave homme, car je n’ai pas pour habitude de passer la brosse à reluire à la famille des autocrates…

          • Taïra Ⓥ

            Vegactu est un site qui traite des végétarisme et des droits des animaux.
            Pour les droits de l’homme, j’imagine qu’il y a des sites portés sur le sujet.
            Je ne dis pas qu’il faut feindre d’ignorer le régime qui est dictatorial, comme vous le soulevez à juste titre.
            Mais ce n’est juste pas le sujet ici.

            Concernant Hitler, c’est par ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Reductio_ad_Hitlerum
            « La reductio ad Hitlerum consisterait par exemple à rejeter les campagnes anti-tabac du fait que Hitler les soutenait en son temps. »
            « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison avec les nazis ou avec Hitler s’approche de 1 »
            Concernant son prétendu végétarisme, et in extenso son amour des animaux, cela relève désormais de la légende urbaine.

            A propos de mon exemple australien, vous m’avez sans doute mal compris : je ne faisais que soulever le fait que face à la perte de repères socio-culturels des natifs, le gouvernement est absoluement passif. Pire, en organisant sa fête nationale tous les ans, durant laquelle toute l’Australie est en liesse, sauf les natifs, qui se noient dans l’alcool, on pourrait imputer à ce même gouvernement les critique que vous faites au Prince Al Whaleed. Dans le sens où il reste passif face à cette situation sociale urgente.

            Le silence coupable du prince… mouais… je réitère : qui vous dit qu’il n’est pas en conflit fermé avec sa famille à ce sujet ?…

          • Dean Corso

            Bon, visiblement, ça censure bien ici. Ma réponse, avec des sources, a été supprimée arbitrairement, alors ciao…

    • Sam

      Dean Corso, il semble que vous ayez une vision assez simpliste de la réalité. Savez-vous combien il y a de princes en Arabie Saoudite ? Pensez-vous qu’ils ont tous les mêmes positions, concernant la religion et la condition des femmes notamment ? Si votre réponse est oui, je vous invite à faire vos propres recherches. Vous pourriez apprendre 2-3 trucs.
      Ce prince en particulier n’a très probablement aucun rôle décisionnel dans le fonctionnement de l’Etat saoudien. Vous lui attribuez un rôle et des torts qu’il n’a pas. Mais que vous ne voyez pas la portée du message émanant d’un individu aussi influent que lui est bien dommage. Ce genre de message (très progressiste, quoi que vous en pensiez) est rare dans un pays où les traditions sont toujours aussi ancrées.
      Vous pensez avoir le beau rôle avec vos moqueries, mais vous êtes à côté de la plaque. Essayez encore. Ou pas.

      • Dean Corso

        Même sans avoir participer directement à l’exécutif saoudien, et bien qu’il y ait de nombreux princes, son père détient selon l’article la première fortune du Moyen-Orient. La branche de sa famille a donc de ce fait une grande influence, tant sur le monde des affaires que sur la société saoudienne, et il est écouté à l’étranger. Comme vous le souligner d’ailleurs vous-même, « la portée du message émanant d’un individu aussi influent que lui » est très importante. De ce fait, en ne dénonçant pas les méfaits mortifères d’un système auquel il participe, il est coupable de ces agissements, ou tout du moins complice…

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer