Rencontre avec Carole, créatrice de Cosméthique

Carole est fondatrice du blog Génération Cosméthique, qui se veut « le blog de la cosmétique naturelle & bio, joyeuse, éthique, décomplexée, sans surpromesse ! »

Après douze ans passés à travailler dans l’industrie cosmétique classique, elle est en quelque sorte une infiltrée, qui parle en connaissance de causes des dérives de cette dernière…

Son blog est justement en train de donner naissance à une marque de cosmétiques bio et véganes, qui sortira en fin d’année.
Pour célébrer cette grande occasion, nous l’avons interviewée.

Peux-tu nous parler de ton blog Génération Cosméthique (bravo pour le nom, qui nous plaît beaucoup !), nous raconter sa création, son histoire, ce qu’on y trouve… ?

Génération Cosméthique fait suite à son grand frère, Génération EcoGreen, dans lequel je partageais mes découvertes de ces belles initiatives qui changent et réinventent le monde… Comme j’ai longtemps travaillé dans l’industrie cosmétique (12 ans), j’ai voulu créer un blog dédié sur lequel je partage depuis plus de 4 ans ma vision de la beauté, à la fois en tant que professionnelle et consommatrice !

logogenercsm
J’explique les dessous des cosmétiques, comment déchiffrer une liste INCI, les ingrédients à privilégier et à éviter, des tests produits en tout objectivité (billets jamais sponsorisés).

Je mets également en valeur des acteurs et actrices engagés qui proposent une cosmétique plus respectueuse de l’environnement, du bien-être social et animal.
Je parle des événements responsables qui ont lieu partout à Paris (pas forcément liés à la beauté), et de tout ce qui concourt à la beauté holistique, c’est à dire ce qui invite à prendre soin de soi de manière globale avec par exemple l’alimentation ou la pratique d’activité sportive.
Et enfin, un de mes sujets de prédilection, comment lutter contre les diktats de la beauté parfaite ! Aujourd’hui, j’ai transformé mes écrits en une toute nouvelle marque de cosmétique bio, locale et vegan qui s’appelle Les Happycuriennes.

Raconte-nous ton parcours, en tant que professionnelle de l’industrie cosmétique et en tant que végé…

J’ai passé 12 années dans l’industrie cosmétique, dans une grande entreprise, en tant que responsable de formulation cosmétique (où j’ai pu côtoyer les produits synthétiques qui me desséchaient pas mal la peau, notamment avec les sulfates dans les produits moussants, à fuir de toute urgence) et j’ai eu l’occasion de reprendre mes études en marketing & communication. A cette occasion, j’ai fait un mémoire sur la cosmétique bio et une thèse sur les enjeux de l’industrie de la beauté en matière de développement durable qui m’ont fait prendre conscience qu’il existait de nombreuses opportunités pour concevoir et consommer les produits cosmétiques autrement.

les_happycuriennes_notre_philosophie_slide04

C’est à cette époque que j’ai écrit sur le webzine Marcel Green et fondé mon blog Génération EcoGreen.
J’ai passé 4 années à contempler le champs des possibles dans l’environnement et le développement durable avec du bénévolat pour l’association SVPlanète puis la Fondation GoodPlanet où je suis devenue chargée de la communication. Ces expériences ont continué à me sensibiliser sur la beauté du monde, et c’est ainsi que j’ai eu tout naturellement envie de partager avec les internautes, une autre vision de la beauté à travers Génération Cosméthique.
L’envie de partager avec eux une cosmétique plus sensée, joyeuse, sans langue de bois et empreinte de respect. Le respect de la Nature, des hommes et les femmes qui la consomment et qui la créent, des animaux et de soi-même en prenant soin de sa peau, de son corps, de son esprit.
L’envie de partager une vision de la beauté holistique et non égo-centrée, qui passe par l’intérieur avant de s’exprimer à l’extérieur….

Je suis végétarienne avec quelques phases « flexitariennes ». J’ai commencé à devenir végétarienne pendant mes années chez GoodPlanet où l’on avait la possibilité de manger nos repas du midi sans substance animale, grâce à une excellente cuisinière qui nous proposait des bons plats avec fruits et légumes de saison. Je n’ai jamais été une grande mangeuse/fan de viande et quand j’ai pris conscience des effets collatéraux de la consommation d’origine « animale » (changement climatique et maltraitance animale), j’ai diminué puis arrêté. Mais, ce choix de consommation est difficile à assumer et à vivre au quotidien car je viens du Sud-Ouest donc refuser certains plats à sa famille peut vite devenir un sujet à polémique, de même en soirée avec des ami(e)s, on devient vite la bête noire incomprise donc je m’adapte aux situations, c’est la solution que j’ai choisie pour le moment.

Comment définis-tu un produit cosmétique éthique ? Est-ce que la nouvelle loi européenne qui interdit les tests sur animaux dans les produits cosmétiques a facilité l’accès à de tels produits ?

Un produit cosméthique est selon moi et avant tout, un produit qui véhicule des valeurs en cohérence avec celui qui le crée. Donc exempt de toutes formes de greenwashing, socialwashing, brainwashing…c’est marrant pour un domaine où l’on parle d’hygiène, tous ces « washing » inadaptés ! Bref.Ensuite, il s’agit d’un produit conçu en respectant la Nature (point précieux pour cette industrie qui y puise ses actifs) avec par exemple des ingrédients issus de ressources renouvelables, cultivés sans polluants, le moins transformés possible.
Ce sont aussi des produits qui intègrent le respect des personnes qui les fabriquent (que ce soit au niveau des ingrédients ou des produits finis) avec de bonnes conditions de travail (je pense notamment à toutes ces personnes qui inhalent des produits dangereux pour la santé toute la journée), des salaires décents (que ce soit dans le sud comme dans le nord).

Equitable

Sans oublier le respect des personnes qui vont les utiliser, nous les consommateurs ! Cela signifie de la transparence de la part du créateur (expliquer les ingrédients des produits, leur origine…), le non recourt aux sur-promesses inutiles (jeunesse éternelle et minceur à tout prix), le respect de la peau en évitant les ingrédients inutiles, à risque (dont les perturbateurs endocriniens), polluants, et qui leurrent la peau (les silicones & cie qui colmatent les rides et donnent une impression de peau rajeunie, de façon éphémère puisque quand on démaquille, il n’y a plus personne au portillon !).
Enfin un produit cosméthique est pour moi un produit « vivant » exempt d’ingrédients d’origine animale, non testé sur les animaux, et riche en ingrédients bruts (non transformés), en substances végétales.

C’est difficile d’expliquer un produit cosméthique en quelques lignes car en coulisse c’est bien plus compliqué qu’il n’y parait de réunir tous ces aspects cités. Et là, c’est la professionnelle qui parle, plus la consommatrice 😉

La loi qui interdit les tests sur les animaux en Europe est une belle et heureuse avancée et nous pouvons remercier Anita Roddick, cette femme militante très inspirante, qui a initié ce combat avec sa marque de cosmétique dont je tairai le nom car elle a bien changé depuis son départ regretté. Je pense qu’en effet, elle rassure beaucoup de consommateurs sensibles au bien-être animal et que certains sont arrivés à ce type de produits par leur conviction liée à l’expérimentation animale.
Mais il me semble que les consommateurs recherchent de plus en plus des démarches éthiques globales avec la prise en compte de l’intégralité de notre écosystème : nature, animaux et hommes, puisque tout est lié.
Chacun(e) d’entre nous est bien-sûr plus touché par l’une de ces 3 composantes en fonction de nos valeurs personnelles, de notre expérience, de notre culture…bref de notre vision du monde, qui influence nos choix de consommation.
Toujours est-il que l’annonce de cette loi a été vécue comme un « eurêka », vivement qu’elle se généralise au monde entier 😉

Que penses-tu du plan Reach (Enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques), qui sous prétexte de supprimer les produits les plus toxiques oblige à faire des tests, même quand il n’y a pas de méthodes alternatives aux tests sur animaux ? Est-ce que le doute subsiste que certains composants aient été testés sur animaux ?

C’est une très bonne question, c’est un sujet assez complexe que j’ai justement évoqué sur ma page facebook et je suis en train de creuser dessus car tu t’en doutes, il y a beaucoup de zones d’ombre et les informations précises ne sont pas toujours faciles d’accès…

J’ai eu moi-même un doute sur un ingrédient composant ma gamme, pourtant naturel (donc même ce type d’ingrédients peut être vérifié dans le cadre de Reach) et utilisé dans pléthores de produits. J’ai su grâce à ma démarche d’éco-socio-conception qu’il était potentiellement à risque et allait être testé dans le cadre de Reach cette année (mais dans quelles conditions ?) : le sujet étant très obscur, j’ai préféré éliminer cet ingrédient quitte à supprimer le produit qui devait le contenir ! C’est souvent une question de convictions et de valeurs du professionnel qui met sur le marché.

Sais-tu si ton lectorat est essentiellement végane, ou au moins sensible à la cause animale ?

Je ne pense pas que mes lectrices soient spécialement véganes, par contre, certaines sont sensibles à la cause animale d’après les échanges que nous avons pu avoir en aparté ou en commentaires. Quand j’ai commencé à m’intéresser au véganisme, j’ai rapidement eu des commentaires de Melle Pigut et des échanges avec Ôna Maiocco, qui m’ont permis de me questionner davantage sur le sujet.
Je les remercie au passage ! 😉

Parle-nous de la nouvelle ligne de cosmétiques bio et véganes que tu es en train de lancer !

Ma nouvelle marque de cosmétique bio, vegan et locale est tout naturellement le fruit concentré extrait de ce blog et de ma vision de la beauté ! 😉 Je l’ai baptisée Les Happycuriennes pour véhiculer du slow bonheur, de la joie de vivre et pour rendre hommage aux 700 femmes qui participent à sa co-création depuis ses débuts. C’est ainsi la 1ère marque de cosmétique collaborative au monde !

les_happycuriennes_cosmétique_bio-002-logo

Les Happycuriennes sont bien évidement très attachées à la beauté du monde et de la vie, c’est à dire au respect de l’environnement, au bien-être social et animal avec tous les aspects que j’ai mentionnés précédemment en terme de cosméthique.
Pour cela, j’ai intégré dès l’amont une démarche dite d’éco-socio-conception, accompagnée d’une entreprise spécialisée dans le domaine. En quelques mots, il s’agit de développer une gamme qui intègre le minimum d’impacts environnementaux et sociaux sur la totalité de son cycle de vie (matières premières, fabrication, distribution, utilisation, fin de vie).

Les Happycuriennes est composée d’une ligne courte pour le soin du visage, par type et état de peau, avec une action anti-stress renforcée pour protéger la peau de tous les stress qu’elle subit au quotidien, et la pauvre, elle en subit beaucoup ! Mais comme les soins ne suffisent pas pour avoir une belle peau, la ligne sera accompagnée de conseils pour prendre soin de soi et des autres (oui car il faut partager les bonnes choses avec son entourage), de manière globale.

Il y a La Joyeuse, l’Optimiste, l’Audacieuse et la Re-belle : 4 soins pour une peau heureuse et nous rappeler que toutes ces qualités sommeillent en chacune de nous, il suffit de les laisser s’exprimer ! 😉
C’est la première ligne de soins confectionnée à froid et concentrée en ingrédients bruts pour des actifs préservés. Elle est bien sûr exempte d’huile de palme (et dérivés) et de squalane : deux sujets que j’ai abordés plusieurs fois sur mon blog !

Et enfin, Les Happycuriennes souhaitent insuffler une beauté plus naturelle et joyeuse, affranchie des diktats de la beauté parfaite ! Bref une beauté positive pour des femmes imparfaites, re-belles et fières de l’être !
Pour continuer à co-créer cette marque, je viens de lancer une campagne de financement participatif, destinée notamment à fabriquer mes premiers produits en France, les faire certifier bio et mettre en place une collecte des emballages pour assurer leur recyclage. J’invite tous les lecteurs de Vegactu à rejoindre la famille des Happycuriennes (ouverte aux hommes, oui oui !) en participant à notre collecte et/ou en la partageant avec leur entourage. Nous vous en remercions par avance 😉

A très bientôt !
Carole

les_happycuriennes_notre_philosophie_slide02

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Régina Phalange

    Chouette projet 🙂

  • Super projet, la route semble encore longue mais l’expérience de cette entrepreneuse est solide. J’aimerai avoir l’exemple d’un ingrédient utilisé dans la cosmétique bio et qui puisse engendrer un test sur les animaux. Je travaille à éclaircir la position de certaines marques de cosmétiques bio et cela pourrait être un argument intéressant. Bon courage à « Les Happycuriennes »

  • Pingback: Génération Cosméthique invitée par le webzine vegan()

  • Pingback: Retrouvez les chouettes cancans sur Les Happycuriennes()

  • Ôna

    Super ITW et bravo à Carole pour le lancement de sa marque ! Quelle aventure ! Tous mes voeux de succès…

  • Merci de nous faire découvrir Carole, la cosméthique et les happycuriennes!

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer