Cultures de peau humaine

Une start-up toulousaine développe des alternatives aux tests sur animaux

Le journal « Midi-Pyrénées info », distribué gratuitement par le Conseil Régional de ma région, prend pour thème de son numéro de mars l’innovation. Un dossier expose le fonctionnement de « l’incubateur », structure cofinancée par la région pour aider à la création de projets (qui bénéficient alors d’un coaching sur-mesure, avec accompagnement juridique, commercial…) Le projet choisi pour illustrer cet incubateur : le développement d’une start-up destinée à mettre sur le marché des tissus de peau humaine cultivée en laboratoire, avec pour but de rendre obsolètes les tests sur animaux

Cultures de peau humaine
Cultures de peau humaine réalisées par la société Genoskin

Genoskin: stop aux tests sur animaux

Pas évident lorsque l’on est chercheur de se transformer en chef d’entreprise ! Il aura donc fallu deux ans «d’incubation»pour que le Dr Descargues donne naissance à sa société, Genoskin, issue de ses travaux menés dans un laboratoire du CNRS. Son concept, plusieurs fois récompensé lors de concours à l’innovation, répond pourtant à un vrai besoin : créer et commercialiser des modèles de peau humaine, in vivo et ex vivo, destinés aux tests dermatologiques. «Le marché va prendre de l’ampleur, c’est certain, car nos modèles de peaux permettent d’éviter les tests sur animaux, de moins en moins bien acceptés par l’opinion», explique le Dr Descargues. L’Union Européenne vient d’ailleurs de les interdire pour les produits cosmétiques. De belles perspectives donc pour cette société soutenue par la Région via une aide au conseil stratégique.

Même si l’Union Européenne ne vient pas exactement d’interdire les tests sur animaux pour les cosmétiques, comme l’affirme l’article, il n’en reste pas moins vrai que nous commençons à prendre un chemin plus éthique. Des sociétés comme Genoskin qui ont su prendre ce tournant avant les autres, sont d’une aide concrète pour la défense animale, en proposant des alternatives efficaces aux tests plein de cruauté. Leur réussite n’en est que plus méritée.

Il faut savoir que Genoskin reconstitue de la peau à partir de « débris » récupérés après des opérations de chirurgie réparatrice, et propose deux « modèles de peau » différents qui permettent de réaliser des tests en cosmétologie et pharmacologie : un modèle de peau saine, et un échantillon de peau atteinte d’eczéma.

Cosmétique

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer