Votre enfant ne mange pas de viande ? Vous avez sûrement raté quelque chose

L’émission « Parents ça s’apprend » nous montre une mère de famille, Jessica (oui c’est forcément la mère de famille qui cuisine pour sa fille, nulle trace du père comme d’habitude)  qui n’arrive pas à faire manger de la viande à sa fille de 4 ans, Joely. La mère est totalement déboussolée, et a peur que sa fille souffre de carences et c’est la raison, croit-elle, pour laquelle sa fille rentre fatiguée de l’école.

La mère déclare :

La viande est l’ennemi numéro 1 de Joely. On peut lui promettre monts et merveilles, s’il y a de la viande ça sera… non.

On se sent coupable, et le corps médical ne nous répond pas

Quand il n’y en a qu’un seul qui a quelque chose comme ça, on se dit qu’on a raté quelque chose

Oui si votre enfant ne mange pas de viande, vous avez raté quelque chose... ce que vous avez raté c’est qu’un enfant végétarien sera en très bonne santé, et que l’abus de viande est dangereux pour la santé (cf enfants végétariens de l’AVF).
La position officielle américano-canadienne démontre qu’un végétarisme équilibré n’a aucune incidence négative sur les enfants, tout au contraire.

Je cite le rapport de l’association américaine de diététique et des diététiciens du canada :

L’alimentation végétarienne chez les jeunes enfants et les adolescents peut aider à mettre en place de bons comportements alimentaires pour toute la vie et peut offrir d’importants avantages nutritionnels. Les enfants et les adolescents végétariens ont des apports moins élevés en cholestérol, graisses saturées et matière grasse et des apports plus importants en fruits,  légumes et fibres que les non-végétariens. Les enfants végétariens sont aussi, selon les études, plus sveltes et ont des taux de cholestérol sérique plus faibles.

Qui est responsable ?

Cet article ne vise pas à blâmer la mère de famille Jessica. Comment se fait-il que le corps médical ne lui explique pas au moins qu’un régime végétarien est tout à fait adapté pour un enfant ?

Au premier abord la pédopsychiatre répond à peu près correctement, et dit qu’il ne faut pas forcer la petite fille. Elle mentionne aussi qu’il n’y a pas de carences car elle compense avec des laitages, fromages, œufs, et poissons. Par contre la pédopsychiatre s’inquiète de la socialisation de la jeune fille, car forcément elle ne peut pas manger végétarien dans son école. Ne faut-il pas plutôt faire pression sur l’école et sur la mère de famille pour qu’elle cuisine végétarien puisque Joely aime ça?

Alors qu’en France on se bat pour faire manger 5 fruits et légumes par jour aux enfants (et aux adultes…), quand une petite fille semble les manger, on la force à manger de la viande ce qui au final la bloque totalement : elle ne mange rien de son repas (cf le reportage…)

Malheureusement, la pédopsychiatre reste évasive sur le fait que ce régime soit viable sur le long terme, et enfonce le clou en précisant que si ça dure il faut consulter.

Ce reportage fait penser (merci au lecteur Cédric) au dessin de l’excellente Insolente Veggie sur le végétarisme et la famille.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien, grand fan de Morrissey, et actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement d'images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.
  • B-Ty

    Ce reportage est vraiment dommage !

    Je pense que le but premier était de communiquer autour des troubles de l’oralité qui sont une réelle pathologie pouvant aboutir à de réelles carences avec gastrostomie à la clé parfois…

    Mais là, un gros amalgame est fait avec le végétarisme qui n’a RIEN d’une pathologie ! S’il n’y a que la viande qui ne passe pas chez cette fillette, on ne peut pas parler de trouble de l’oralité !

    Bref, j’ai bondi au plafond quand j’ai vu ce reportage sur le fil d’actualité de l’ANAE et je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule.

    • liligondawa

      L’amalgame « végétarisme = trouble alimentaire », je pensais que même les médias les plus réacs y avaient renoncé depuis longtemps, sous l’avalanche de reportages et d’articles qui énoncent les bienfaits du végétarisme. Il faut croire que non. Comme le serpent de mer, cet amalgame resurgit toujours !

      • B-Ty

        Attention toutefois, les troubles de l’oralité de l’enfant ne sont pas un problème « psy » au sens strict du terme, il ne s’agit pas d’anorexie mentale mais d’un problème lié (grosso modo) aux conséquences d’une immaturité du système digestif (souvent en lien avec la prématurité). Et quand on sait ça, on comprend bien que ça ne peut pas être juste un problème de viande !(même si la texture de la viande est souvent rejetée dans ce trouble)
        Donc 100% d’accord avec le fait que cet amalgame en dit long sur la méconnaissance des intervenants dans cette émission comme des professionnels de la santé sûrement interrogés par la maman (un peu honte de mes « collègues » sur ce plan-là…).

  • Cynthia

    Ouh lala, j’ai simplement lu votre article, parce que je sens que cette vidéo, rien que de lire le titre ça me donne envie de me taper la tête contre les murs. Mais je me demande, où sont les informations concernant la VRAIE santé ? Pourquoi certaines personnes comme nous savent tout à propos de la viande et des millions d’autres n’y ont même jamais réfléchi… Je me demande bien comment, à ce jour, on peut être ‘choqué’ par un refus de manger des animaux morts. M*rde à la fin !!

    • liligondawa

      J’aime beaucoup ton commentaire. Tes mots sont simples mais c’est tellement juste et bien dit…
      « Je me demande bien comment, à ce jour, on peut être ‘choqué’ par un refus de manger des animaux morts » -> Personnellement, je crois que toute ma vie je me sentirai un peu schizophrène que des gens qui tuent pour manger me prennent moi pour une personne à l’alimentation dérangée.

      • falouti

        Moi aussi! et je me dis que je ne suis pas de ce monde ! se qui me rassure c’est que jesus a dit « je vous donne toute herbe portant semence et qui est à la surface de toute la terre,et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant semence:ce sera votre nourriture »
        c’est pas pour rien !! et moi j’y crois!

        • Laur’Ang Pamplemouss

          être anormal dans une société malade, c’est plutôt bon signe !

  • avey

    Votre enfant est végétarien ? végétalien ?
    Commencez par un test ADN avec un peu de chance, la maternité a fait un échange.

    Sinon proposez lui un petit pot « la litière ».
    parodie la laitière: http://www.youtube.com/watch?v=jKl1c_ybBL8

    • liligondawa

      Héhé, merci 🙂

  • IV

    Et comprendre et respecter le choix d’un enfant de ne pas manger de viande, c’est pas possible?

    • quelle longue question pour une réponse si simple : non.

      • IV

        Et puis bon, j’veux pas dire mais elle s’est pas vue la maman. Elle ferait peut-être de bien de penser à arrêter la viande elle aussi.

  • sweetie veggie

    Merci Vegactu pour cet article et les liens précieux qui vont avec.

    Le végétarisme ne sera pas mentionné une seule seconde au cours de cette émission, alors qu’il est définitivement la solution dudit problème (inventé de toute pièce par les médias et intégré comme tel dans l’esprit de la maman).
    Sans prononcer une seule fois ce mot « végétarisme » qui en effraie ou en énerve plus d’un, l’émission a fait passer son message : végétarisme=folie. Hallucinant !

    Petite analyse détaillée ici : http://sweetieveggie.overblog.com/une-petite-fille-ne-mange-pas-de-viande

    • Et oui bel article, bien détaillé ! Sur le coup j’ai cru que tu disais (FB) qu’on avait mal interprété l’émission ^^ C’est vrai que c’est dingue, le mot vg n’est pas prononcé par contre on arrive à faire passer le message que c’est de la folie, bien dit.

      • sweetie veggie

        Merci nicolaï. Oh mais non, je parlais de l’émission qui déforme tout et invente une nouvelle réalité, pas de ton article ^^

    • liligondawa

      Le mot « végétarisme » n’est même pas prononcé… mais ce qui fait vraiment peur c’est que « trouble alimentaire » et « pathologie » le sont.

      • sweetie veggie

        En effet :-/

  • avey

    Je ne vois pas en quoi ne pas consommer de viande relèverait d’un problème psy, par contre laisser une heure un enfant devant son assiette n’aidera surement pas à associer le repas avec un moment agréable. Si un jour elle ne veut plus rien manger ils pourront toujours dire que tout a commencé par son refus de la viande. Pareil pour tout autre problème lié à l’alimentation.
    Grand soulagement, ces adultes ne seront pas responsables et leurs craintes initiales confirmées.

    Cette mère de famille aurait pu faire l’effort de se renseigner, sa fille consomme oeufs, poissons, lait ….pas de quoi en faire un fromage.

  • Claire-Adélaïde

    Il faut voir aussi ce qu’il y a sur la table, en dehors de la viande, de la mayonnaise, du ketchup, des boissons sucrées, il faut revoir toute l’alimentation familiale, et laisser la viande de côté bien sûr, je ne pense pas que ce soit le coeur du problème…

  • Le Chat

    Ah oui, je me rappelle qu’en visionnant ça sur Yahoo, j’étais indignée ! 🙂

  • Nadège

    Et la pédopsychiatrie: « Heuresement , elle mange des choses pour compenser: des fromages, des oeufs, du poisson… ». Bien sûr!

  • Oiseau-de-Pluie

    N’importe quoi tout ça…

    De 1) Il est absolument honteux et irrespectueux de comparer le végétarisme (et végétalisme) à un trouble du comportement alimentaire.

    J’ai 20 ans, je suis végétarienne depuis plus de 4 ans et je me porte très bien, je n’ai aucune carence, j’ai même pu faire trois fois le don du sang.

    J’ai été hospitalisée à la Maison de Solenn (une « maison des adolescents » créée en hommage à Solenn, la fille de PPDA qui s’est suicidée après des années de combat contre l’anorexie / boulimie).

    Là-bas, j’en ai vu des adolescentes anorexiques, sous sonde gastriques, en totale sous-nutrition, hospitalisées pendant parfois plus de neuf mois… Pour elles, les repas étaient des cauchemars, oui, peu importe ce qu’il y avait dans leur assiette d’ailleurs.

    L’anorexie mentale, voilà un vrai trouble alimentaire, menant pratiquement toujours à l’hospitalisation, mettant la vie en danger, pouvant conduire à la mort et au suicide. La boulimie le peut également aussi.

    Ces maladies entraînent toujours d’extrêmes souffrances. Ce qui est loin d’être le cas du végétarisme !

    Pour le végétarisme, c’est même l’exact inverse. Je suis bien plus heureuse de manger quand je sais que mes repas ne contiennent ni sang, ni souffrance ni meurtre 🙂

    Si l’on est végétarien pour les animaux / pour l’environnement, on est à l’aise avec ses idées, on se sent mieux dans sa peau.

    (Enfin, perso, je suis toujours mal dans ma peau mais pour des raisons qui n’ont aucun rapport avec le végétarisme… Si on me forçait à manger des cadavres d’animaux, ce serait bien pire, mon mal-être ne ferait que s’aggraver et je culpabiliserais à chaque fois…)

    Si à l’adolescence, sa fille tombe dans l’anorexie mentale ou la boulimie (ce que je ne lui souhaite pas), sa mère connaîtra réellement la vraie définition du « trouble alimentaire » et des « repas de cauchemar » !!!

    Elle devrait être contente que sa fille refuse de manger des cadavres (même si elle ne les refuse pas tous, mais bon…)

    C’est bien meilleur pour sa santé, pour les animaux et la planète.

    Non mais sérieusement elle préférerait quoi ? Que sa fille lui réclame McDonal’ds tous les soirs, se bourre de hamburgers et de viande à sauce, pour être une « enfant comme les autres » ?…

    Bonjour les dégâts, obésité, problèmes cardiovasculaires, etc… (et pour l’éthique, massacre de milliards d’animaux innocents 🙁 ).

    De 2°) Sa fille n’est en fait pas végétarienne, c’est pour ça que j’ai dit « même si elle ne les refuse pas tous, mais bon… »

    Car un végétarien ne mange AUCUN ANIMAL. Sa fille mange du poisson, elle n’est pas végétarienne. Les poissons sont des animaux et ressentent la douleur, ils ne poussent pas dans les arbres. Tout comme les fruits de mer.

    VégétaRien = Ne mange pas les ANIMAUX. Les poissons sont des animaux, donc poissons y compris.

    VégéaLien = Ne mange ni animaux ni produits provenant des animaux (donc ni viande, ni poisson, ni oeufs, ni produits laitiers).

    De 3°) Je conseille à la mère de la fille et à la pédopsychiatre de regarder ces 2 documentaires :

    https://www.youtube.com/watch?v=TwvKCp5z4hw

    https://www.youtube.com/watch?v=WxTDjE_FkHc

    « Il faut consulter car on refuse le massacre de milliards d’animaux innocents et la destruction de la planète ». LOL

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer