Nathalie Portman pour Miss Dior

Natalie Portman : une végane instable

Une réflexion précoce

L’actrice est visiblement devenue végétarienne d’elle-même à huit ans environ.
Elle raconte en interview que sa mère avait, pour elle, renoncé à cuisiner la dinde lors d’un Thanksgiving de son enfance… mais qu’elle avait alors passé la soirée à essayer de réconforter la maîtresse de maison, inconsolable de voir que la tradition n’était pas respectée !

En 2007, elle est végétarienne, et déclare à The Observer qu’être végane serait particulièrement compliqué lors de ses voyages. Elle ne porte cependant pas de cuir, et s’associe la même année à la marque Té Casan pour lancer une ligne de chaussures véganes.

La transition vers le véganisme et la prise de conscience

Elle devient végane en 2009 après avoir lu « Faut-il manger les animaux ? » de Jonathan Safran Foer. Elle explique sur le site du Huffington Post qu’elle a toujours hésité à critiquer les choix d’autres personnes, y compris manger de la viande, tant elle déteste qu’on en fasse autant avec elle. Mais elle ajoute qu’en lisant ce livre elle a « compris que faire certaines choses étaient simplement mal. » Entendez par là que manger ou non de la viande ne relève pas d’un choix personnel mais de ce qui est juste ou non.

Elle dit aussi que c’est la lecture de ce livre qui a fait d’elle une militante et activiste.

Natalie Portman pour Peta
Natalie Portman pose pour Peta – Plutôt prendre une douche de pisse que porter de la fourrure

Elle soutient alors publiquement People for the Ethic Treatment of Animals (PETA). L’association fait preuve d’un goût très discutable en la faisant poser nue dans un urinoir avec le slogan « Plutôt prendre une douche d’urine que porter de la fourrure ».
Moins provocatrice, l’actrice apparaît aussi sur des timbres estampillés « PETA » et « vegetarian », et participe à des conférences anti-cuir aux côtés de l’actrice et activiste des droits des animaux Elissa Sursara.
Natalie Portman est aussi membre du mouvement One Voice.

 Le retour en arrière

Deux faits viennent ensuite nuancer cette trajectoire en faveur des animaux et de l’environnement.
Premièrement, l’actrice renonce à son véganisme le temps de sa grossesse. Voici ses explications au Daily Mail : « Si vous ne mangez pas d’œufs, vous ne pouvez pas acheter des biscuits ou des gâteaux dans n’importe quelle pâtisserie, ce qui peut devenir un problème lorsque c’est tout ce que vous voulez manger. »
Un peu léger pour quelqu’un qui est devenue végane grâce aux arguments éthiques et environnementaux de Safran Foer.
Le message adressé à l’opinion publique, l’idée qu’on ne peut être en même temps enceinte et végane, est vraiment à déplorer.

Il est aussi dérangeant de constater que Natalie Portman est devenue égérie pour le parfum « Miss Dior Chérie ». A-t-elle provisoirement oublié que le véganisme suppose d’utiliser des produits cosmétiques exempts de cruauté, donc non testés sur les animaux ?
Elle déclare : « Ce qui est agréable avec Dior c’est qu’ils fassent des chaussures spécialement pour moi sans animaux, ni cuir ou quoi que ce soit de non végan. Dior a refait ses modèles pour moi afin que je puisse les porter. »
L’actrice a souvent porté les chaussures sur mesures Dior à l’occasion de la sortie du film « Black Swan ». Mais à quoi rime la caution apportée à une marque qui utilise cuir et fourrure, avec comme seul argument un traitement de faveur dû à sa célébrité ?

Par la suite…

Précisons tout de même que l’actrice a épousé en 2012 Benjamin Millepied, chorégraphe du film Black Swan, lors d’une cérémonie entièrement végane (avec des macarons végans en guise de gâteau de mariage).

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • A quoi ça rime ? Je me pose la même question… Je trouve ça vraiment dommage venant d’un personnage célèbre et pris en exemple, que ce soit le choix de soutenir Dior, ses propos sur les gâteaux ou son abandon du végétalisme pendant sa grossesse.

  • liligondawa

    Oui, quand tu es célèbre tu sais que tes choix de vie sont susceptibles d’influencer énormément de personnes. Tu es supposée d’autant plus attention à la cohérence de ces choix… En fait, tu n’agis pas que pour toi.

  • Pitoyable !

  • Laura Popescu

    Bah moi je l’aime toujours, parce qu’elle a toujours été honnête, même si elle a été incohérente. Elle a jamais dit qu’il était impossible d’être vegane et enceinte, elle a juste craqué pendant sa grossesse au niveau des biscuits, patisseries etc, ça arrive à beaucoup de craquer, ça m’est arrivé et c’est arrivé à beaucoup de vegan que je connais.
    Pour Dior, c’est vrai que c’est contradictoire, elle sait que Dior teste sur animaux puisqu’elle demande un traitement de faveur pour elle-même, néanmoins, elle en parle, elle assume et ne se cache pas derrière des excuses. Enfin, c’est mon avis. (en même temps je suis fan de cette fille donc ça influence).

    • liligondawa

      Oui, c’est en demi-teinte… Comme tu dis, la consommation de douceurs non-vgL est présenté comme un craquage (constat d’échec) et pas complètement cautionnée, les chaussures Dior sont sur-mesures et véganes… Il n’y a que pour la pub pour le parfum (qui lui concerne tout le monde et n’est probablement pas végan) que cela m’étonne. A moins que le parfum ne soit végan et que l’on ne fasse fausse route. Avis aux spécialistes, un parfum grand public peut-il être végan ?

  • Angie

    J’ai envie de vous dire « tout doux »…….!! J’ai de plus en plus une réaction farouche face à cette notion de « craquage » (= « échec » !!), car s’agit-il d’une religion avec des dogmes, en-deçà desquels on s’exclut en cas de « digression » ?? Je n’adhère pas (/plus) à ce côté sectaire et communautariste venant de la plupart des vegans. C’est avant tout une question de relation avec sa propre conscience, on n’a de comptes à rendre à personne. Depuis que je me suis « assouplie » il m’arrive, très occasionnellement, de manger un bout de brioche par-ci, un pain au chocolat par-là ; j’ai dû me décomplexer tant la doctrine de l’accusation systématique me pesait, quand bien même aucun vegan tapis dans un recoin sombre ne peut pourtant me voir pour me montrer du doigt… « Bouuuhh ». Bref, ne la blâmons pas, elle a bien assez fait. Quant à sa prétendue incohérence, je ne suis pas d’accord. C’est à cause de ce quasi-intégrisme que je ne veux plus m’étiqueter « vegan ». Question de termes… C’est regrettable.

    • liligondawa

      Vouloir être végétalien à 100%, sans craquage devant un pain au chocolat, n’a rien à voir pour moi avec un dogme ou de l’extrémisme. C’est de la cohérence et de la simplicité.
      Je m’explique : moi aussi j’aurais de temps à autre une envie de viennoiserie en marchant dans la rue. Encore que lorsque je me dis que cela contient du lait, je vois un petit veau séparé de sa mère, meuglant désespérément puis embarqué dans le camion pour l’abattoir, en général l’envie de pain au chocolat passe assez vite et je vais plutôt m’acheter des speculoos. Mais c’est un autre débat.

      Ce que je veux dire, c’est que si je m’autorise cet achat, bien sûr ce n’est pas si grave, mais où sera la limite ? Ce ne sera pas si grave le lendemain non plus, et je pourrai me dire la même chose le troisième jour. Ensuite au travail devant un gâteau porté par un collègue je me dirai que j’ai mangé des pains au chocolat récemment, qu’est-ce qu’une part de ce gâteau va changer ?
      Et ainsi de proche en proche cela peut durer longtemps.

      Où placer la frontière entre un presque-végétalien qui a fait un « craquage » et un simple végétarien qui consomme effectivement des produits laitiers ?
      Cette frontière ne peut exister que si le végétalien se tient à son végétalisme.
      Et, je le répète, cette frontière n’est importante non pas parce qu’elle constitue un dogme mais parce qu’elle est extrêmement signifiante, c’est le refus de l’exploitation et de la souffrance animale.

      • Steffy Veggie

        Propos très justes.

        • liligondawa

          Oh ben merci 🙂

      • Noemie

        Vouloir être cohérente avec soi-même et refuser à 100% la souffrance, c’est très louable et je vous félicite.
        Ce qui est extrémiste et dogmatique, c’est d’imposer ce 100% aux autres, et de les rabaisser de leurs « échecs ». Sauf que le concept d’échec est propre à chacun, et ce n’est pas à vous de décider pour les autres de ce qui est un échec ou une réussite.
        Tout au long de l’article, au lieu de féliciter l’actrice pour son engagement et ses principes et de vous en réjouir, vous avez relevé toutes ses incohérences d’un ton très négatif avec des extrapolations.
        Bien sûr, c’est dommage de craquer. Mais qui est infaillible ? Plus de positivité ferait le plus grand bien au véganisme.
        De plus, dire qu’on a une responsabilité quand on est célèbre comporte des limites. Cela revient à infantiliser les « fans » d’une part, mais aussi à empêcher les gens d’être naturels. En gros, elle devrait mentir pour préserver la cause ? Et les « fans » ont tellement peu d’esprit critique et d’intelligence que les végé doivent prononcer des paroles en total accord avec l’ordre dogmatique établi des vegans ?
        Je trouve vos propos castrateurs vis-à-vis de la liberté et de l’évolution personnelle des gens.
        Cela dit, j’aime beaucoup tout ce que vous écrivez quand même et je vous admire pour votre engagement et votre ligne de conduite 🙂 C’est juste la négativité que je me suis permise de souligner, affaire de sensibilité personnelle.
        Bien à vous 🙂

    • VGCedric

      Ce qui est regrettable, à mon sens c’est ton obsession du regard et de l’avis d’autri. Comme j’ai déjà été amené à le dire (ailleurs, à d’autres) soit vegan si tu as envie de l’être, ne le sois pas si tu n’en n’as pas envie mais en fonction de TON ressenti, pas de celui des autres… Tu dis (je te cite) « C’est avant tout une question de relation avec sa propre conscience, on n’a de comptes à rendre à personne » Mais c’est pourtant très exactement ce que tu fais dans ton commentaire : tu rends des comptes. Ceci dit, je mettrai juste une toute petite nuance à cette phrase. Tu n’as de compte à rendre à personne effectivement SAUF… à toi même… J’en viens au fait : En fait, tu n’es pas 100% vegan, non à cause des autres (trop facile), mais tout simplement parce que tu n’es pas, au fond de toi, totalement convaincu par le bien fondé e la démarche ! Me trompe-je ? Si tu l’étais, le moindre écart TE serait pénible… En tous cas personne ne te reproche quoi que ce soit. Simplement ,les puristes (dont je suis) considère que l’on est vegan ou que l’on ne l’est pas, c’est tout. C’est un concept binaire. Point d’intégrisme ici, c’est juste une question de cohérence intellectuelle. On est pas vegan par ci par là, sauf le dimanche, sauf quand on sort, sauf avec telle ou telle personne, bref en fonction de l’humeur du jour. On est vegan ou on ne l’est pas . Sinon on est dit « végétarien » (dans ton cas) ce qui – encore une fois – n’est pas passible de l’Inquisition je te rassure. A titre perso, je trouve ça déjà pas mal du tout d’ailleurs. Si l’Humanité entière était comme toi, ce serait absolument génial !

  • Laura R.

    Je me dis que personne n’est parfait et qu’on est jamais certain qu’on ne fera pas un faux-pas… Elle a quand même une ligne de conduite à laquelle elle a l’air de tenir. Bon, elle a craqué enceinte… Pour ma part, j’avais tellement envie de fromage que j’en rêvais la nuit… Elle a eu l’honnêteté de le reconnaître au moins.

    Nous devons faire preuve d’indulgence sinon nous ne valons pas mieux que les non-vegans qui nous jugent avec mépris et sans ménagements.

  • Carine

    Ma question est : Des macarons vegan ???? Qui a la recette je vous en prie !!

    • Sophie Prundup

      Le catalan Toni, de « Lujuria Vegana » a réussi a en faire!!

  • Karine Humal

    Avant d’être devenue vegane, j’étais une sacrée bouche sucrée et de produits laitiers. Mais lorsque j’ai vu la vidéo de Gary Yourofski, j’ai compris qu’il ne suffisait plus d’être végétarienne, mais que le lait était aussi sanglant que la viande ! j’ai donc renoncé de suite aux produits laitiers, je me suis énormément documenté sur ce sujet, et j’ai constaté qu’en plus ils sont très mauvais pour notre santé. Donc maintenant, quand je vois des gâteaux,etc…. je repense à comment ces pauvres vaches sont maltraités et leur bébé veau envoyé à l’atroce abattoir, et je n’ai vraiment plus envie de consommer ce genre de produits ! Je n’ai aucun regret dans mon choix 😉 je trouve des plaisirs gustatifs dans d’autres produits beaucoup plus sains et innocents ! Go Vegan ,)

  • Leclercq

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer