Arthur, 27 ans, brésilien, vegan, randonneur et enseignant de français

Quel âge as-tu ? Depuis quand es-tu vegan ?
J’ai 27 ans et suis végane depuis 12 mois.

Qu’est-ce qui a déclenché ta prise de conscience ?
Je crois que le documentaire « Blackfish » m’a touché de façon critique. Le film raconte l’histoire de Tilikum, l’orque esclave du Sea World, en Floride. Je suis devenu végane surtout pour les animaux. Les avantages écologiques et de santé, je les aperçoit comme des bonus. La personne avec qui je partage la vie s’est « végétalisée » avec moi, ce qui a rendu encore plus facile la transition.

Tes parents l’ont-ils bien accepté ?
Comme j’étais déjà indépendant de mes parents, cela a été moins dur. J’ai pris l’habitude de m’organiser et de planifier mes repas : les déjeuners du dimanche en famille, s’ils demeurent sanglants (j’habite au sud du Brésil, dans une région célèbre pour ses barbecues à la broche), il y a quand même des mets véganes. Il faut dire que ma mère est beaucoup plus accueillante envers les plats végétaux ; mon père, quant à lui, aime la pêche et la chasse et ne goûte que parfois la nourriture que j’apporte ou prépare1Bref, heureusement je ne dépends plus de leur acceptation. Ce n’est pas le cas pour plusieurs ados qui prennent conscience du spécisme mais dont la famille conservatrice freine le désir de changement.

Où est-ce le plus compliqué pour toi de manger vegan ?
En général lors des voyages, et là, plus spécifiquement, dans des petites villes. Il suffit cependant de se renseigner et se préparer un peu.

Quel est ton plat ou aliment vegan préféré ?
J’adore les avocats, le guacamole est un de mes plats favoris.

Quel(s) plat(s) ou aliment(s) vegan as-tu découvert(s) ?
Avant devenir végane, je ne savais rien faire dans la cuisine. Disons que j’étais très éloigné des processus de préparation de la nourriture en général. Aujourd’hui je pense que j’ai toujours trouvé dégueulasse d’utiliser des cadavres et des sécrétions comme des ingrédients. Plaquer les « produits » issus des animaux m’a permis de découvrir le plaisir du goût d’une façon beaucoup plus satisfaisante.

Comment te vois-tu évoluer dans la suite de ta vie ? (régime alimentaire, véganisme, militantisme…)
Dans mon métier (j’enseigne le français à des brésilien.ne.s) il y a des défis à relever en ce qui concerne la cause animale. Les méthodes les plus vendues reproduisent des oppressions spécistes (et sexistes, et racistes, …) de manière à ce que la France soit souvent associée aux fromages, au foie gras, aux escargots, au jambon-beurre, aux cuisses de grenouille, au saumon fumé, à la boucherie à charmante façade. Des conseils scientifiquement douteux ont parfois une place importante dans le livre de l’élève, la fameuse pyramide du Ministère de la santé indiquant la nécessité de manger quotidiennement des animaux et leurs sécrétions, par exemple (Alter-Ego+, éd. Hachette).
Je veux donc élaborer des dossiers pédagogiques antispécistes pour essayer de changer un peu les mentalités. Si cela t’inspire aussi (toi qui me lis en ce moment), si tu t’intéresses à cela, tu peux me contacter pour que l’on en parle plus : arthuramaralreis@gmail.com.

Pour mieux te connaître, peux-tu nous raconter en quelques mots ce que tu aimes dans la vie, tes études actuelles etc ?
J’aime les animaux, la musique, les langues étrangères, la littérature, la cuisine, le vélo. J’aime faire des sorties rando, spécialement quand il y a une cascade au bout du sentier.
Actuellement je suis une formation en lettres, filière enseignement du français. Je vais bientôt m’initier à la couture aussi.

Précisions :

  1. Dans le livre « Politique sexuelle de la viande, une théorie critique féministe végane », Carol J. Adams expose bien le biais de genre imbriqué dans la consommation de viande, montrant le rapport existant entre femmes et animaux en tant que victimes de la cruauté du patriarcat. []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer