Bébé végé en danger ?

Le titre de cet article pose une question, sur un sujet qui doit être discuté sans détour pour éviter les idées reçues et la confusion, autant chez les omnivores que chez certains végétariens et végétaliens. Pour faire court : un bébé peut-il être végé et être en bonne santé ? Si la réponse est évidente pour certains (oui), elle l’est moins pour beaucoup d’autres.​
Le sujet est d’autant plus d’actualité qu’il y a eu très récemment, en Floride, le cas d’un couple vegan arrêté, parce que leur bébé de cinq mois était dans un état critique : il n’avait pris que 400 grammes depuis sa naissance. Pour cause, ses parents l’avait nourri exclusivement de purée de pomme de terre…​
Évidemment, ce fait divers apporte de l’eau au moulin à ceux qui prétendent que ne pas se nourrir d’animaux est contre-nature et même dangereux pour la santé. Ce cas leur apparaît comme une preuve supplémentaire de ce qu’ils avancent.​
Mais il y a un “mais”. N’en déplaise à certains.​
Le site 20minutes précise que le couple “avait demandé à un médecin d’élaborer un régime en conformité avec leurs principes pour le bébé”, et que “[s]ans explication, les parents ont ensuite interrompu ce régime, qui fonctionnait bien.”​
Le site Closer (oui, même Closer) fait la même remarque : le régime (vegan) proposé par le médecin consulté par les parents était “complètement adéquat à l’enfant [et] lui convenait, de sorte qu’il se trouvait en bonne santé et avait gagné du poids comme un bébé de son âge le devait.” Ce n’est qu’après la décision des parents d’arrêter ce régime que les choses ont radicalement changé.​
Ce fait divers en rappelle un autre, à l’issue malheureusement plus dramatique. En 2017, un couple belge a perdu son bébé de sept mois, parce qu’il avait choisi de le nourrir exclusivement de laits végétaux, ce qui, évidemment, ne suffisait pas à couvrir les besoins d’un nourrisson.​
Que retenir de ces deux cas ? Le véganisme est-il dangereux pour les nouveau-nés ? Comment nourrir son bébé si l’on est soi-même vegan ? Doit-on fatalement recourir au lait maternel d’une autre espèce (les vaches) pour nourrir son bébé ? Ce qui ressort des deux cas cités plus haut, c’est que ce n’est pas tant le régime qui est remis en cause. C’est clairement l’ignorance des parents qui est responsable de l’état de santé de leur bébé. S’ils s’étaient mieux informés, ils auraient pu très facilement éviter la situation déplorable dans laquelle ils se sont mis, eux, et surtout leur bébé. Comme il est d’ailleurs souligné dans un article publié à l’époque du drame du bébé belge par le site FranceInfoTV, qui cite l’ANSES, “des préparations pour nourrissons, formulées à partir de protéines végétales peuvent être prescrites par des médecins, […] préparations spécialement formulées pour couvrir les besoins des nourrissons.”​
Que l’on soit vegan ou pas, il convient de se renseigner (sérieusement) sur l’alimentation et les besoins nutritionnels de son enfant (et celui des parents aussi, tant qu’à faire). En somme, être informé et attentif. Et ne pas hésiter à en parler à son médecin, même si les médecins français sont, paraît-il, eux-mêmes assez mal informés sur ces questions de nutrition infantile. Mais mieux vaut avoir un avis et un suivi médical que pas d’avis et pas de suivi du tout.​
Et pour rappel, ce petit encart publié il y a quelques années par l’American Dietetic Association, la plus grande association de nutritionnistes au monde :​
Les alimentations végétarienne et végétalienne sont saines, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Ces alimentations sont appropriées à tous les âges, en particulier la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, et pour les sportifs.
Pour terminer sur une note un peu plus joyeuse et optimiste, n’oublions pas les nombreux cas de végéparentalité (néologisme spontané, j’assume), dont on ne parle pas et qui n’intéressent pas grand monde, parce que, justement, ils se passent bien. Sinon, vous imaginez bien qu’on entendrait parler de bébés végé en danger à chaque JT.​
Sources :
Pour aller plus loin :​
La page “Santé” de l’Association végétarienne de France : https://www.vegetarisme.fr/sante/

A propos de Sebastien D.

Sebastien D.
Étudiant en Master 2 d'Anthropologie, Philosophie et Éthologie, je suis un peu touche-à-tout, comme l'indique l'intitulé de ma formation (j'ai aussi fait un peu de linguistique et d'archéologie). Curieux et sensible aux questions d'éthique, d'écologie, de cohérence (il y a quelque chose d'éminemment esthétique dans la cohérence, enfin je crois), je m'intéresse notamment à ce que l'animal humain fait des autres (animaux). Et il y a beaucoup à dire !

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !