Ours slovène

Bientôt deux ours de plus dans les Pyrénées ?

Nous vous parlions récemment de la procédure judiciaire engagée par l’Europe contre la France,  pour le non-respect des ses engagements envers la biodiversité pyrénéenne : le projet de repeuplement de l’ours semblait au point mort…

Dans ce marasme, enfin une bonne nouvelle : deux plantigrades slovènes pourraient être lâchés au printemps prochain dans les Pyrénées ! 
C’est ce que viennent d’annoncer les associations Pays de l’ours-Adet et Férus, qui militent pour la réintroduction de ces ours dans le massif pyrénéen.

Ours slovène

Aurélie Puerta, chargée de mission pour Férus, explique :

Avec une vingtaine d’individus, la pérennisation de la population des ours n’est pas assurée… C’est également une façon façon de mettre le gouvernement devant le fait accompli et de connaître ses intentions en la matière.

Si les communes où auront lieu les lâchers ne sont pas connues, on sait que que les départements de Haute-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques ont été choisis pour accueillir les deux nouvelles ourses slovènes.
Comme pour les lâchers précédents, il s’agira de deux femelles âgées d’au moins quatre ans, données par le gouvernement slovène.

Le tout est financé par les fonds propres des partenaires associatifs et privés des deux associations à l’origine du projet.

Avec les coûts techniques et logistiques, l’opération se monte à 40 000 euros par ours,

explique Alain Reynes de Pays de l’Ours-Adet.
Une opération qui pourrait être renouvelée, selon ces associations : en 2009, le rapport de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage indiquait qu‘il manquait, dans les Pyrénées, 17 ours pour stabiliser la population.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer