Ces manipulations génétiques qui sont déjà parmi nous

Clonage, exogreffe, transferts de gènes d’une espèce à l’autre… les manipulations génétiques seraient-elles en train de se banaliser ?

Nous vous en avions parlé dans cet article sur des animaux génétiquement modifiés (poissons, souris, lapins, moutons…) rendus phosphorescents par l’introduction d’un gène de méduse.

Voici d’autres exemples qui prouvent qu’hélas, les OGM font peut-être déjà partie de notre quotidien.

OGMLa révolution OGM est en marche

Selon l’ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-Biotech Applications), les surfaces cultivées avec des plantes transgéniques ont augmenté l’an passé de 20% dans le monde pour atteindre 81 millions d’hectares, soit une fois et demi la superficie de la France. A elle seule, l’Inde a augmenté de 400% ses superficies consacrées au coton OGM.

*

4lapins_flouDes lapins OGM à Paris

Aujourd’hui, à côté de Paris, l’entreprise française Bioprotein Technologies élève déjà 500 lapines transgéniques qui produisent des protéines humaines dans leur lait. Selon le responsable marketing de Bioprotein,  l’objectif à terme serait d’intégrer le gêne humain codant l’insuline dans le génome du lapin pour soigner les diabétiques. Difficile pour l’heure de savoir à quoi cela sert vraiment.

*

AllercaUn chat hypoallergénique

La société californienne Allerca annonce commercialise depuis 2007 les clones d’un chat génétiquement mofidifié hypoallergénique, grâce « à une technique qui désactive dans l’ADN du chat les gènes responsables des allergies qui affectent près de 30 millions de personnes dans le monde ». Prix de vente : 3500 $.

*

roses_bleuesDes roses bleues

L’entreprise japonaise Florigene commercialise depuis 2008 des roses bleues. Dans la nature, le pH d’une rose est bien trop acide pour permettre cette couleur. Ici, le bleu provient d’une molécule dont le gène présent dans la pensée a été implanté dans la rose. Le groupe a dépensé 22,8 millions d’euros pour obtenir ce résultat.

*

20.1-P1.tifUn poisson fluorescent

A Taïwan, la société Taikong a réussi à fabriquer un poisson transgénique qui émet une lumière dorée, en transfèrant dans son embryon une protéine fluorescente extraite d’une méduse. Les poissons sont mis en vente à 1,43 euros l’unité.

*

patate-chaudeUne patate qui brille

Des chercheurs écossais sont parvenus à créer une pomme de terre qui devient fluo lorsqu’elle manque d’eau, en introduisant, comme pour le poisson taïwanais, un gène de méduse dans son ADN. Elle permettra aux agriculteurs de vérifier si leurs cultures ont été suffisamment arrosées. Des études prétendent cette technique pourrait tripler le volume des récoltes.

*

carpeUne carpe exclusivement mâle

Des Australiens de l’institut CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation) ont introduit dans des carpes européennes un gène qui ne donne naissance qu’à des mâles, entraînant à terme la disparition de l’espèce. Ces carpes ont été relachées dans les rivières australiennes afin de détruire d’autres carpes devenues trop nombreuses et nuisibles.

*

1000755-Ver_à_soieDes vers à soie qui filent de la collagène humaine

Au Japon, des chercheurs font produire des protéines humaines par des vers à soie. Les premières applications concernent la production de collagène utilisée en chirurgie esthétique. Ils introduisent pour cela un gène humain dans l’ADN de l’insecte dont la larve file ensuite la fameuse protéine.

*

araigneeogmUne brebis hybridée avec une araignée

L’entreprise canadienne Nexia Biotechnologies travaille depuis des années avec l’armée américaine pour fabriquer des gilets pare-balles ultra-résistants à partir de soie d’araignée produite dans du lait de brebis. La soie arachnéenne est à la fois la substance la plus légère et la plus résistante que l’on connaisse, elle n’a jamais été égalée par l’homme. Les expériences consistent alors à insérer les gènes de deux espèces d’araignées différentes dans l’ADN d’une brebis. Devise de la société : « Pour chaque problème biomédical, il existe un animal qui offre la solution. »

*

poules-dentsDes poules avec des dents

Des chercheurs de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon sont parvenus à faire pousser des dents aux poules par transplantation de cellules souches dentaires de souris dans des embryons de poulet. En septembre 2002, des chercheurs américains avaient déjà réussi à faire pousser des dents de porc à l’intérieur d’intestins de rats…

*

BibDeux vaches qui produisent du lait humain

Des scientifiques chinois ont donné naissance à deux vaches clonées contenant le gène humain de la lactoferrin. En d’autres termes, les deux mammifères génétiquement modifiés sont désormais capables de produire du lait maternel humain.

*

oignonDes oignons qui donnent bonne haleine

Au Brésil, l’entreprise agroalimentaire Embrapa a inventé par sélection génétique une nouvelle espèce oignon qui ne fait pas pleurer et qui ne donne pas mauvaise haleine, grâce à une teneur très faible en acide piruvique. Elle devrait être commercialisée très rapidement.

*

A Vegactu, tout ceci nous inspire de la crainte et de la répulsion plutôt qu’une éventuelle admiration envers la science… Un ressenti partagé par Gérard Liebskind, de l’association OGM Dangers, pour qui « il y a mensonge sur les expérimentations », et qui se dit opposé par principe aux organismes génétiquement modifiés. Pour lui, toute manipulation « amène forcément à des contaminations, à des résistances et, à terme, à des catastrophes écologiques mondiales».
Une opinion que ne partage pas la directrice de recherches de l’INRA, qui souligne « l’intérêt d’étudier toute innovation au cas par cas ».
Selon le journal Le Monde, qui s’est longuement penché sur la question, “la question n’est plus de savoir si l’on est ”pour” ou ”contre” les OGM, mais plutôt de définir la ligne jaune à ne pas franchir.”

En tant que végans, la limite est depuis longtemps dépassée lorsqu’un animal est enfermé dans un laboratoire.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • « Pour chaque problème biomédical, il existe un animal qui offre la solution. »
    Bande de tarés..

  • Celine

    Vraiment horrible tout ça!

    • liligondawa

      C’est peu de le dire…

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer