Ces végétaux qui vont faire la peau au cuir animal

Le cuir a été utile aux hommes du temps où ils dormaient dans des abris sous roches, où leur technologie se limitait à des silex et de petits outils en os, et où se succédaient les glaciations.

Outre la mise à mort d’animaux que sa fabrication suppose, qui ne se justifie plus lorsqu’on dispose de techniques modernes, le cuir constitue aujourd’hui l’une des industries les plus polluantes de la planète.

Cuir ou skaï ?
Cuir ? skaï ? cuir végétal ?

Le tannage du cuir au chrome fait partie des dix sources de pollution les plus problématiques dans le monde avec une population à risque de 1 848 100 personnes1. En Inde, dans la seule région de l’Uttar Pradesh, les tanneries déversent chaque année au minimum 10.000 tonnes de chrome dans le Gange2. Une étude a montré que dans la vallée du Chiampo, en Italie, ce sont plus de 30 solvants qui sont quotidiennement relâchés dans l’air par les tanneries locales3.

Outre le skaï, qui fait parfaitement illusion lorsqu’il est fabriqué avec soin mais qui reste issu du pétrole, de nouveaux matériaux imitent aujourd’hui le cuir et s’en tirent avec honneur. Ils ont l’avantage d’être naturels et 100% végétaux. Vegactu vous en présente quelques uns.

Le cuir de champignon

Bon d’accord, le champignon n’est pas biologiquement parlant un végétal ! Mais aucun animal n’est mort pour produire ce cuir parfaitement biodégradable, extrait des chapeaux de champignons et “tanné” en utilisant des méthodes sans aucun produit chimique.

Le cuir de champignon ressemble à du daim, mais en plus doux encore, selon ses concepteurs, de la manufacture italienne Grado Zero Espace. Ils le décrivent comme respirant, très souple, naturellement déperlant ; il freinerait aussi la prolifération des bactéries — le problème des sacs à main, quel que soit leur matière, puisqu’ils ont tendance à traîner un peu partout sans jamais être lavés.

Cuir de champignon
Cuir de champignon

Grado Zero ne commercialise pas encore de sacs (la marque vend uniquement des rouleaux de matière première) .
Quelques artisans roumains vendent déjà des sacs tout en champignon, mais on peut douter qu’il s’agisse déjà de la même technologie. Plus probablement taillent-il directement dans l’amadou. Vous pouvez ainsi vous procurer sur le site fungi.com un petit sac tout en champignon, ou encore chez Everything Mushroom, en attendant que la technologie Muskin décolle enfin.

Le cuir d’hévéa

Au Brésil, une coopérative fabrique le « tissu de la forêt » : un cuir végétal fait à partir de latex, la sève de l’hévéa. Les couturières locales réalisent ensuite des sacs en main à partir de cette matière45.

Cuir d'hévéa
Cuir d’hévéa

Le cuir de thé

Doit-on plutôt parler de thé de kombucha ? Des chercheurs de l’Iowa State University ont en effet mis au point ce cuir synthétique à partir de fibres de celluloses récupérées dans du kombucha : une boisson fermentée grâce à un complexe de levures et bactéries cultivées dans du thé.
C’est la symbiose de ces micro-organismes qui va produire la cellulose que l’on retrouve alors à la surface du liquide6.

Les chercheurs ont fabriqué des prototypes de vêtements à partir de ce tissu — qui peut être teint — et travaillent actuellement à le rendre plus résistant à l’eau.

Son intérêt réside dans le fait qu’il est lui aussi entièrement biodégradable, permet de recycler des ressources naturelles et génère très peu de déchets. Une innovation à suivre…

Cuir de thé
Cuir de thé

Le cuir d’algue

L’algue est un matériau incroyable. Nous en consommons tous les jours — il y a même des extraits d’algue dans les dentifrices. Mais nous ne voyons jamais en elle le matériau qu’elle peut représenter, et je pense qu’il a des propriétés qui n’ont pas encore été reconnues.

La designer Julia Lohmann pense que des bandes d’algues séchées et correctement travaillées — elle utilise une machine laser pour les découpes — peuvent remplacer le cuir7.

Cuir_algue
Cuir d’algue

Comme elle, Eude Panel s’est lancé dans le défi du cuir d’algue :

Le cuir d’ananas, le cuir végétal le plus prometteur

Vous connaissez peut-être déjà le piñatex, qui a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps.

Ce cuir végétal est fabriqué à partir des feuilles de la plante qui produit l’ananas.

Sa créatrice est espagnole, et dit avoir eu cette idée après avoir découvert aux Philippines une tenue cérémonielle fabriquée à partir des fibres de feuilles d’ananas8. Elle a alors conçu ce cuir sans cruauté, raffiné et solide, ressemblant à s’y méprendre à l’original.

Piñatex'
Cuir d’ananas

La boutique en ligne Po-zu est l’une des pionnières sur lesquelles on peut se procurer des chaussures en piñatex (hélas, pour femme seulement). En France la boutique Naitika propose deux modèles femmes de la marque NAE.

Ce cuir végétal est sans conteste le plus prometteur de ce qui se fait actuellement : d’une part on peut lui donner la texture que l’on souhaite (avec un imprimé façon crocodile par exemple), d’autre part il nécessite comme matière première des déchets agricoles : les feuilles inutilisées de la plante après récolte. Il est donc extrêmement écologique. Enfin, sa fabrication s’inspire d’un procédé ancestral, et relève d’une tradition probablement aussi ancienne que le tannage du cuir animal.

Ananas

Précisions :

  1. World worst pollution problem report 2011 []
  2. Huffington Post — Cuir et pollution []
  3. Etude – Chiampo Valley []
  4. Cuir d’hévéa []
  5. Acheter un sac en cuir d’hévéa sur Etsy []
  6. 42tea.com – Cuir de thé []
  7. Deezen.com – Cuir d’algue []
  8. Huffington Post – Cuir d’ananas []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !