Du lait de soja, une des nombreuses alternatives au lait de vache

Danger : le lait responsable de décès et de fractures

Une étude suédoise publiée dans la revue médicale britannique The BMJ1 montre que le lait a des conséquences négatives sur la santé, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes.

Plus de 100 000 personnes étudiées

Le premier groupe comptait environ 60 000 femmes de 39 à 74 ans, et elles ont été questionnées sur leurs habitudes alimentaires et leur mode de vie vie dans le cadre d’une campagne de dépistage du cancer du sein. L’autre groupe concernait 45 000 hommes âgés de 45 à 79 ans.

Les quantités de lait bu quotidiennement ont été quantifiées: entre moins d’un verre, un à deux verres, deux à trois verres et plus de trois verres. Les quantités de lait fermenté (comme le yaourt) et de fromage consommés ont également été prises en compte.

Les chercheurs ont cherché à savoir si on pouvait établir un lien entre la quantité de lait et de produits laitiers consommés et l’apparition de fractures, en particulier de la hanche, ainsi que l’augmentation de décès précoces.

Les femmes buvant du lait ont plus de risque de fracture

Les résultats de l’étude révèlent que les femmes qui boivent plus de trois verres de lait par jour (soit 680 ml) ont davantage de risques d’être victimes de fractures que celles qui ne boivent qu’un verre. Le risque de fracture de la hanche est 50% plus important chez les femmes qui consomment plus de 3 verres de lait par jour que celles qui n’en consomment qu’un.

Les hommes ont un risque plus élevé de mortalité précoce

L’étude révèle que les hommes sont moins exposés aux fractures, mais sont plus exposés à une mortalité prématurée.

Les auteurs de l’étude affirme :

Ce phénomène peut s’expliquer par le fait qu’une consommation importante de lait augmenterait l’apport de D-Galactose (une molécule qui produit le lactose, le sucre du lait), entraînant du stress oxydatif, des inflammations chroniques qui fragiliseraient les os et pouvant même entraîner la mort

Ces résultats confirment ceux d’une étude américaine de l’Ecole de médecine de Harvard publiée en novembre 2013 dans la revue médicale Jama Pediatrics2 . Cette dernière montrait que le lait était responsable d’ostéoporose et de fractures chez les seniors. C’est après avoir suivi pendant 22 ans 61 000 femmes et 35 000 hommes que les chercheurs ont constaté que «la consommation de lait était liée à une augmentation du risque de fracture chez les hommes. Mais pas chez les femmes. Chez les hommes, chaque verre de lait supplémentaire entraînait une augmentation du risque de fracture de la hanche de 9%».

Et on fait comment pour le calcium ?

Le calcium n’existe pas que dans les produits laitiers, il est présent dans de nombreux végétaux ! Selon Neal Barnard, le fondateur de PCRM (Physicians Committee for Responsible Medicine), le meilleur choix à faire pour obtenir 1000 mg de calcium en une journée est de consommer des épinards, du chou vert ou de jus d’orange ou tofu enrichi en calcium. N’hésitez pas à consulter notre page spéciale sur le calcium et le régime végétalien.

Neal Barnard tient à rappeler les conclusions d’une autre étude :

Pour avoir des os forts et en bonne santé, il est important d’avoir des apports suffisants en calcium et en vitamine D. Cependant, les produits animaux tendent à éliminer le calcium des os, ce que ne font pas les végétaux.

Le lait est aussi nocif pour les vaches

Une affiche de L214 pour lait-vache.info

Impossible de ne pas traiter de l’exploitation animale quand on parle du lait. Trop peu de gens veulent voir la réalité de l’élevage laitier. Veaux enlevés à leur mère à quelques jours et tués à 4 ou 6 mois, insémination artificielle, conditions de traite et d’exploitation abominable, tout dans le lait à éviter.

Alors pourquoi continuer à consommer des produits laitiers, alors qu’ils vous font du mal et qu’ils font du mal aux animaux ?

  1. http://www.bmj.com/content/349/bmj.g6015 []
  2. http://archpedi.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1769138 []

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !