Daniele, 38 ans, naturopathe et conseillère en nutrition vegan

Parce que chaque trajectoire de vie respectueuse des animaux est admirable et précieuse, nous interviewons volontiers les lecteurs qui le souhaitent. Bienvenue aujourd’hui à Daniele.

Bonjour Daniele, peux-tu nous parler de toi ?
Je suis d’origine brésilienne et je suis venue en Europe après ma remise de diplôme de Droit pour voyager. L’idée était de rester un an et rentrer au Brésil mais le destin en a voulu autrement : j’ai rencontré mon mari et nous sommes mariés depuis 10 ans et nous avons 2 magnifiques enfants.

Qu’est-ce qui a déclenché ta prise de conscience ainsi que celle de ton mari ?
Après avoir visionné une vidéo du militant vegan Gary Yourofsky. Le véganisme nous est apparu comme une évidence.

Ton entourage l’a-t-il bien accepté ?
La démarche a été faite en couple, mon mari et moi ne pouvions plus revenir en arrière. Mais j’étais alors enceinte de 10 semaines de mon deuxième enfant et nous avons reçu beaucoup de critiques, aussi par rapport à notre petit garçon âgé de 4 ans à l’époque. Le véeganisme est tabou en France et le corps médical, la famille, les amis me culpabilisaient d’avoir fait ce changement de vie et “d’imposer” cela à mes enfants.

Daniele et sa famille

Peux-tu présenter ta pratique ?
A l’époque j’avais un diplôme en nutrition classique mais je me sentais déjà frustrée de recevoir des personnes qui voulaient maigrir sans pour autant changer leur mode de vie.
Je me suis donc formée à la naturopathie, qui prend en compte l’être humain dans sa globalité en rééquilibrant les différents systèmes qui composent l’organisme pour maintenir une qualité de vie optimale.
Depuis, je combine la naturopathie et le conseil en nutrition vegan lors de mes rendez-vous.
Mon but est de conseiller des solutions naturelles pour bien vivre son mode de vie vegan, en bonne santé et sans carences ni frustrations. Je reçois des clients qui veulent devenir vegan et qui ont peur de mal faire. Je reçois aussi des gens qui sont carencés parce qu’ils ont tout simplement arrêté de consommer des produits d’origine animale mais qui ne l’ont pas remplacé ni pris de suppléments.

Où est-ce le plus compliqué pour toi de manger vegan ?
Au début il était très frustrant pour nous d’aller au restaurant, aux fêtes de famille, aux soirées. Mais petit à petit nous avons relativisé ce problème. Nous essayons de profiter de la compagnie des gens sans trop se focaliser sur ce que nous ne pouvons pas manger, mais j’en parle toujours au restaurateur pour essayer de trouver une solution et composer un plat adapté. Nous avons aussi trouvé quelques restaurants où nous pouvons manger vegan et sans gluten (mon fils et moi sommes intolérants).

Quel est ton restaurant préféré ?
C’est le restaurant végétalien « Les Délices de Gigi » au Perreux-sur-Marne. Une cuisine maison, bio et délicieuse avec beaucoup d’options sans gluten.


Nous allons aussi régulièrement au restaurant bouddhiste « Fo Guang Shan France Ch’an Temple » à Bussy-Saint-Georges, une ambiance zen et des protéines végétales délicieuses !
Le restaurant thaï à Serris « Chez Meilling » fait un bo-bun végé que j’adore et un simili-carné à la sauce aigre-douce vraiment délicieux !

Nous mangeons aussi aux restaurants japonais (maki concombre, avocat, radis mariné) et edamame, par exemple.
Les restaurants libanais et indiens sont aussi des bonnes adresses pour notre famille. Et étonnamment, les restaurants-cantines comme Flunch par exemple, proposant beaucoup de légumes à manger et au contraire des restaurants “all-you-can-eat” on ne paie pas pour la viande, on ne paie que pour l’option légumes.

Comment te vois-tu évoluer dans la suite de ta vie ? (régime alimentaire, véganisme, militantisme…)
Mon mari a le projet d’investir dans un restaurant vegan à Val d’Europe pour pouvoir faire découvrir le véganisme aux habitants et aux touristes de la région (nous sommes à côté de Disneyland).
Je continue à faire des formations dans le cadre de ma profession et pour moi, l’alimentation végétale est la plus saine et la solution de nombreux problèmes pour notre planète. Aujourd’hui nous avons le choix d’arrêter d’exploiter les animaux, de vivre autrement, de chercher à comprendre, de ne plus subir ce que disent les puissants industriels de l’industrie alimentaire et pharmaceutique. C’est ça le futur. Et le futur est vegan.

Comme Daniele, vous êtes vegan et vous voulez également partager votre histoire ? Répondez aux mêmes questions qu’elle et envoyez-nous les réponses — avec photos — à contact[at]vegactu.com. Nous vous publierons ici.

Une publication partagée par Vegefest (@vegefest) le

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
Vegactu la newsletter,

c'est gratuit et c'est chaque weekend !


Recevez le meilleur de l'actualité de Vegactu. Bonnes nouvelles, chroniques de livres ou de films, santé, nouvelles recettes... le tout sans cruauté !