Des drones pour espionner les éleveurs et lutter contre la maltraitance animale

Non ce n’est pas un film de science-fiction, mais c’est l’association australienne de défense des animaux Animal Liberation qui s’apprête à déployer un petit drone de surveillance pour obtenir des preuves de maltraitance envers les animaux dans les fermes ou les élevages.

Rappelons qu’Animal Liberation a récemment dénoncé des actes de cruauté envers des dindes battues et piétinées dans un élevage, grâce à une vidéo anonyme leur ayant été remise.

Voler à dix mètres du sol au dessus des terrains privés, c’est légal

Équipé d’un petit drone armé d’une caméra puissante, le groupe de défense des animaux Animal Liberation s’apprête à entamer sa surveillance des élevages de volaille et de bétail australiens, afin de dénoncer tout mauvais traitement infligé aux animaux. « Par exemple, si un producteur d’œufs déclare que ses œufs proviennent de poules élevées en plein air, il serait utile de vérifier ce qu’il avance en filmant au dessus de sa propriété », déclare le directeur de l’association, Mark Pearson. « On peut réunir des preuves, sans besoin de violer la propriété privée. »

Faire voler des drones à hauteur d’arbre est légal en Australie, et d’après l’organisation, en restant à dix mètres du sol et en évitant de filmer à l’intérieur des maisons, on reste dans la légalité.

Mark Pearson d’Animal Liberation déclare :

Nous ne sommes pas intéressés par les activités des fermiers dans leur quotidien, et je respecte totalement la vie privée des gens.

Cependant, il existe de nombreux cas où les activités fermières infligent d’horribles douleurs aux animaux, le muselage étant un exemple courant. Les gens ont le droit de savoir ce qu’il se passe. Aussi, même si cela est légal, ou si nous pensons que le public sera indigné ou qu’il doit être informé, nous le montrerons. 

Petite note pour relativiser, le commissaire à la protection de la vie privée d’Australie, Timothy Pilgrim, appelle à un débat public sur la réglementation face au « caractère potentiellement importun de la technologie ».  En attendant rien n’interdit cette pratique qui on l’espère fera tomber ceux qui ne respectent pas la loi et maltraitent les animaux.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien, grand fan de Morrissey, et actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement d'images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer