Une manifestation de Greenpeace, en juillet 2012

Droit de réponse de Greenpeace

Il y a peu, nous avions écrit un article sur l’attitude incompréhensible de Greenpeace et du WWF qui s’opposent à l’inscription de l’ours polaire dans la catégorie d’espèces les plus protégées. Une telle inscription offrait à l’animal une protection maximale contre le commerce de toute partie de son corps, commerce qui deviendrait interdit.

Suite à cela, nous avons envoyé un mail à Greenpeace pour vérifier leur position sur ce sujet, et leur en demander la cause.
Voici la réponse reçue :

Bonjour,
Tout d’abord merci de votre mail et de l’intérêt que vous portez aux causes que nous défendons.

Cette question a été longtemps débattue au sein de Greenpeace au niveau international, notamment avec Greenpeace USA, Greenpeace Canada et Greenpeace International. La proposition d’inscrire l’ours polaire à l’annexe 1 de la CITES vient du gouvernement US. Au même titre que le WWF et Polar Bears International, nous avons décidé de ne pas soutenir la démarche.
http://www.polarbearsinternational.org/about-polar-bears/what-scientists-say/why-polar-bear-hunting-allowed
http://www.polarbearsinternational.org/about-polar-bears/what-scientists-say/threatened

Pour nous il apparait clairement qu’il s’agit d‘une “diversion” des USA, là où la véritable menace qui pèse sur l’ours polaire est la fonte de la banquise. Ce sont les changements climatiques qui représentent un danger, et l’ours polaire pourrait disparaître avec la fonte de la banquise prévue d’ici 15/20 ans. Et ce sont les US, avec la Russie et le Canada, qui mettent des bâtons dans les roues de la lutte contre les changements climatiques et la protection de l’Arctique.

Cordialement,
Guillaume Billé – Greenpeace France

A Vegactu, nous apprécions la franchise de la réponse, qui semble honnête. Néanmoins, nous ne la comprenons pas : en quoi l’interdiction de chasser l’ours et de vendre sa peau empêcherait Greenpeace ou qui que ce soit de lutter encore contre la fonte de la banquise ?

Autre question, pourquoi Greenpeace n’a-t-il pas clairement explicité les raisons de sa positions sur son site ?

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer