Barbaba Hendricks, ministre allemande de l'Environnement

En Allemagne, la viande bannie des repas officiels du ministère de l’Environnement

En Allemagne, la ministre de l’Environnement Barbara Hendricks vient d’annoncer que la viande et le poisson ne figureront plus au menu des dîners officiels de son ministère.

Dans un communiqué, la ministre rappelle que les produits carnés sont les plus nocifs pour l’environnement :

Nous voulons montrer l’exemple en termes de protection de l’environnement, car la nourriture végétarienne est meilleure pour le climat que la viande et le poisson.

Des menus végétariens, mais aussi bio, locaux et de saison

Selon le quotidien le plus diffusé en Allemagne, les produits utilisés pour les repas officiels du ministère devront être de préférence bio, locaux, de saison et issus du commerce équitable.

Une mesure critiquée, mais indispensable

Difficile de faire passer un tel message dans une société où les conflits d’intérêts sont si latents, et où il est quasi-impossible de raisonner scientifiquement lorsqu’on parle de viande. Cependant, de très nombreux rapports scientifiques mettent en évidence que l’alimentation à base de produits d’origine animale n’est pas souhaitable, que ce soit pour l’environnement ou pour la santé des consommateurs.

Ainsi l’Organisation des Nations-Unies, à travers ses divers organismes, a tiré la sonnette d’alarme quant à la consommation de viande. En 2015, l’OMS (autorité directrice dans le domaine de la santé) alertait sur les risques cancérigène de la consommation de viande ; en 2006 déjà la FAO (organisme dédié à l’agriculture) montrait que l’élevage a plus de responsabilité dans le réchauffement climatique que l’ensemble des transports réunis ; et l’an passé l’UNEP (spécialisé dans l’environnement) recommandait de taxer la viande pour prendre en compte les coûts de pollution environnementale des productions animales.

La décision du ministère de l’Environnement d’outre-Rhin s’inscrit donc dans un faisceau de preuves scientifiques et de rapports accablants. Saluons cette mesure courageuse et avant-gardiste.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !