Enfin du bio et du vegan au marché de Rungis

Une halle entièrement consacrée au bio a ouvert à Rungis en 20151. Située au milieu de la zone “traiteur et gastronomie”, ce pavillon constitue la plus grande halle bio d’Europe avec 5 500 m2.

L’investissement nécessaire à son installation a été lui aussi colossal : deux millions d’euros.

Le plus gros stand est celui de Pronatura, leader des fruits et légumes biologiques.
Certaines enseignes, comme Bonneterre, n’ont pas souhaité déménager et sont restées à leur ancienne place.

70 entreprises proposent aujourd’hui du bio à Rungis. Pour l’instant, il reste encore des stands vacants, mais la halle bio se remplit peu à peu.
Comme rien n’est parfait, elle accueille, en plus des fruits et légumes, des produits carnés et laitiers bio. Mais aussi des produits d’épicerie vegans2, devant lesquels se sont extasiés — avec un brin d’ironie — les journalistes du Monde :

L’occasion de découvrir sur les étagères les merveilles de la créativité vegan sous barquette plastique  : tranches de jambon, salami, chorizo qui n’en sont point  ; impressionnante gamme de végé-saucisses aussi peu appétissantes que leurs homologues à base de minerai de viande  ; plats cuisinés tels le Rosbiv végétal, le végé’Roulade au romarin ou le Veg’escalope à la viennoise. C’est aussi cela, le label bio.

Rosbiv végétal. A Vegactu, on le trouve drôlement appétissant ! Crédits : Bioalaune
Rosbiv végétal. A Vegactu, on le trouve drôlement appétissant !
Crédits : Bioalaune

Une aubaine pour les restaurateurs végé-friendly

L’un des objectifs affirmés des créateurs de cette halle bio est de proposer aux circuits traditionnels, comme la restauration, une offre bio facile d’accès, dans les mêmes conditions et au même endroit que l’offre “classique”.

En tant que vegans, c’est un motif de satisfaction. Imaginons un gérant de brasserie ou de fast-food en région parisienne, qui constaterait que l’alimentation végétale se développe à toute vitesse, et qu’il serait judicieux pour lui, financièrement parlant, de proposer par exemple un hamburger vegan, un hot-dog à la saucisse végétale, un sandwich au simili-salami. Si ce restaurateur n’est pas végétarien lui-même, s’il n’est pas familier de cet univers, il allait auparavant buter sur des considérations pratiques (et en premier lieu : où s’approvisionner ?) qui risquaient fort de le faire abandonner l’idée.
Désormais, lorsqu’il ira acheter ses ingrédients habituels à Rungis, il pourra ajouter à sa commande les “merveilles de la créativité vegan ». En toute simplicité.

Veg'escalope de chez Wheaty. Crédits : Fabulous
Veg’escalope de chez Wheaty.
Crédits : Fabulous

Un marché en plein essor

Le grand commerce prend enfin conscience que ces deux secteurs très liés — le bio et le vegan — sont très prometteurs car en expansion continue.

Selon Stéphane Layani, PDG qui gère le Marché international de Rungis:

La demande [en produits bio] est très forte  : plus 10 % par an. Nous sommes sûrs que c’est un cheminement de marché très porteur et très puissant.

Une manne inespérée, au regard de la crise économique actuelle.

Ce pavillon bio de Rungis générerait un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros par an (8,6 milliards d’euros pour l’ensemble du marché).

Il est clair que le chiffre d’affaire de l’alimentation vegan est, lui aussi, en train de grimper à toute allure.

Produits Maison Bio Sain
Produits Maison Bio Sain
  1. Flash info Bio Addict []
  2. Un exemple : Maison Bio Sain []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !