Entretien entre l’auteur de EAT et le père Culat, prêtre végétarien

Gilles Lartigot est l’auteur du livre “EAT, chronique d’un fauve dans la jungle alimentaire” aux éditions Winterfields. Un ouvrage édifiant que nous vous avions déjà commenté sur Vegactu, à mettre dans toutes le bibliothèques de ceux qui se soucient de leur alimentation.

lartigot-conférence
Gilles Lartigot

Le père Robert Culat, quant à lui, est un contributeur occasionnel mais précieux de Vegactu. Ce prêtre catholique, végétarien, a aussi écrit un livre, quoique sur un tout autre sujet : “L’âge du métal” est un ouvrage qui décrit l’univers undergroud de la musique métal et de ceux qui la pratiquent. Son prochain livre sera consacré au végétarisme et s’intitulera “Méditations bibliques sur les animaux ».

Le père Robert Culat. Crédits : Benjamin Marius Petit
Le père Robert Culat. Crédits : Benjamin Marius Petit

Dans cet entretien vidéo, les deux auteurs et penseurs dialoguent. Le cadre, bucolique, est celui du Vaucluse.

La vidéo débute par une affirmation très claire du père Robert Culat :

Genèse 1.29 : il est clairement dit que Dieu donne à l’homme un régime végétarien. C’est clairement dit.

Que l’on soit chrétien ou non, cette prescription du végétarisme dans l’un des textes fondateurs de notre civilisation est intéressante. Le père Robert nous l’avait déjà analysée dans son premier article sur Vegactu ; dans un autre registre elle a été récemment reprise dans le blockbuster végéphile “Noé” (voir nos articles ici et  ou encore l’excellente critique d’Independencia).

Pour autant, les motivations du père à devenir végétarien ne sont pas, on va le voir, purement bibliques.

Cheminement d’un végétarien

Interrogé par Gilles Lartigot, le père Robert énumère les œuvres qui l’ont confirmé dans un végétarisme vers lequel il se dirigeait déjà instinctivement : les documentaires “Food.inc, les alimenteurs” (que l’on trouve gratuitement sur internet) ou “Le monde selon Monsanto”, les livres “No Steak » (Aymeric Caron) et “Faut-il manger les animaux » (Jonathan Safran Foer) parmi tant d’autres !

Il défend son idée humaniste selon laquelle “à partir du moment où l’homme fait souffrir les animaux, il se fait souffrir lui-même” en ajoutant qu’ “aucun de nous ne travaillerait par plaisir dans un abattoir”. Pour lui, manger de la viande est aussi “un crime par rapport à l’homme”.

Aucune facette nocive de la consommation de viande n’est oublié puisque le père Robert évoque ensuite “les conséquences écologiques et économiques désastreuses” du mode de vie carniste, conséquences qui ont pesé dans son choix de devenir végétarien.

GR

Elevage industriel : l’horreur

Gilles Lartigot qualifie pour sa part les abattoirs de “délivrance”, tant les conditions de vie d’un animal en élevage industriel confinent aujourd’hui à l’abomination.

Oui, la mise à mort précoce d’un animal ne doit pas nous faire oublier qu’il nous faut combattre avec autant d’ardeur la vie de misère que notre société lui réserve…

Sur ce point, le père Robert explique que s’il encourage les pratiques welfaristes, il est tout à fait conscient que l’élevage bio ne pourrait jamais nourrir la planète.

Responsabilité individuelle et respect de la nourriture

Les deux penseurs évoquent ensuite, ensemble, le côté spirituel de l’alimentation (l’émotion que l’on ressent à mettre quelque chose dans son corps) ; le gaspillage alimentaire (n’oublions pas que la viande est directement responsable de la faim dans le monde1 ) ; la responsabilité de chacun et l’éducation à donner à nos enfants ; le catéchisme adapté aux jeunes créé par Benoît XVI (ou YouCat) qui traite enfin du rapport de l’homme et des animaux sous l’angle du respect qu’on leur doit ; les musiciens végétariens et leur message…

Un débat à voir et à revoir, que vous soyez végétarien, végétalien, végane, ou encore omnivore intéressé par ces questions autant pratiques qu’éthiques.

Vegane_Blume

  1. http://www.viande.info/elevage-viande-sous-alimentation []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !