Et si on installait des webcams dans les élevages ?

Aux Etats-Unis, des débats virulents opposent les défenseurs des animaux aux éleveurs. En cause ? Les nouvelles lois ag-gag.

Ag-gag, késako ?

On pourrait traduire ag-gag par agriculture bâillonnée. C’est un terme inventé en 2011, par le journaliste Mark Bittman du New York Times pour désigner les propositions de lois-bâillons déposées dans plusieurs États des États-Unis et qui ont pour objectif de rendre illégales les enquêtes secrètes dans les installations de production agricole.  Ces lois ont donc pour unique but d’interdire et de punir toute personne filmant ou prenant en photos les élevages et révélant ainsi les conditions de maltraitance.

undercover_man[1]Ces lois sont actuellement débattues dans les Etats de l’Arkansas, la Californie, l’Indiana, le Nebraska, la Pennsylvanie, le Tennessee et le Vermont et ont déjà été votées dans l’Iowa, l’Utah et le Missouri fin 2012.

Cependant certains Etats comme le New Hampshire, le Nouveau-Mexique et le Wyoming ont reporté le vote de ces lois à cause en partie de l’opposition des défenseurs du droit des animaux.

Le New York Times s’oppose aux lois ag-gag

“Les fermes industrielles, comme toutes les maisons et entreprises, sont déjà protégées par la loi contre les intrusions. Les lois “ag-gag” n’ont en réalité rien à voir avec la protection des biens, dénonce le New York Times dans un éditorial engagé, mardi 9 avril. Leur seul but est de maintenir les consommateurs dans l’obscurité, afin de s’assurer qu’ils en savent le moins possible sur le fonctionnement sombre de l’élevage industriel. Ces projets de loi sont poussés par le lobbying intensif des sociétés de l’agrobusiness. A la place, nous avons besoin de lois qui garantissent notre droit de savoir comment notre nourriture est produite.”

Une solution radicale : installer des caméras de surveillance dans les élevages

C’est alors qu’un lecteur du New York Times a proposé, pour éviter ces débats, d’installer obligatoirement des webcams dans tous les lieux d’élevage (comme on peut le faire en ville en installant des caméras de surveillance) afin de s’assurer du bon traitement des animaux. Une idée très intéressante mais malheureusement le pouvoir est du côté des grands élevages.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien, grand fan de Morrissey, et actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement d'images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer