Être végétarien, un livre parfait à (s’) offrir

Être végétarien est un guide paru le 5 février aux éditions du Chêne. Il s’agit d’un guide alternatif, esthétique et plein d’humour pour les végétariens confirmés ou en devenir.

Comment devient-on végétarien ? Pourquoi adopter le mode de vie veggie ? Comment faire au quotidien ? C’est à toutes ces questions que répond la conceptrice-rédactrice et enseignante de yoga Alexandra de Lassus, végétarienne confirmée, avec l’aide de l’excellent illustrateur Simon Sek, que je ne connaissais pas avant.

Rien que les dessins valent la peine d’acheter ce livre, 50 illustrations, toute plus drôles les unes que les autres. Le cri de la carotte, une truite qui pousse, une vache et un être humain sur un canot… Bref c’est fun, c’est percutant, ça fait du bien !

Pour la partie écrite, c’est agréable à lire et quasi exhaustif, bref c’est à avoir dans sa bibliothèque et c’est à offrir à toutes personnes s’intéressant à ce sujet. Le guide “Être végétarien” ne vous cachera pas les conditions d’élevage des poules, mais petit bémol selon nous, il fait l’impasse sur les conditions d’obtention du lait animal, sujet trop méconnu du grand public encore aujourd’hui. Dommage.

Sinon rien n’a été oublié, l’écologie, la déforestation, la pollution, la souffrance animale, la taille ridicule des cages des poules pondeuses, les atouts santé, tout est passé au crible.

Une illustration de Simon Sek pour le  livre "Être végétarien"
Une illustration de Simon Sek pour le livre “Être végétarien”

Vous trouverez des conseils pour mener votre végétarisme au quotidien comme quels sont les pièges à éviter avec la gélatine, la présure, quelques conseils pour les fromages (les fromages casher ne contiennent pas de présure animale), comment annoncer son végétarisme à son entourage. Vous connaissez quelqu’un d’indécis ou vous souhaitez vous confortez dans votre végétarisme ? Alors ce guide est là pour ça, mais si vous souhaitez avoir un livre de recettes passez votre chemin.

Un coup de cœur pour les pires répliques végéphobes avec leurs réponses. Ce chapitre vous permettra de ne pas être surpris si vous entendez les plus grandes idioties du monde comme “Si on mettait sur un canot de sauvetage un être humain et une vache, et que l’un d’eux devait mourir, lequel épargnerais-tu ? ” .

Nous avons sélectionné un petit extrait sur le spécisme :

“Un poulet c’est con”, “les animaux sont là pour ça”, “mon chien c’est différent” : pour certains, il paraît acceptable d’infliger à certaines espèces d’animaux ce qu’on ne supporterait jamais de faire subir à une autre… On coiffe nos chihuahuas de capuches en skaï et on voue un culte aux chatons sur Internet tout en restant totalement indifférent à la souffre des animaux d’élevage.

Et si ce dénigrement de certaines espèces n’était qu’une bonne excuse pour justifier le fait que leur exploitation et leur mort nous sont profitables ?

Le livre est disponible à 16,06€ sur Amazon, ou rendez-vous chez votre libraire préféré !

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !