Exprimez-vous contre le classement des espèces “nuisibles” !

Consultation publique – Urgent

La Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie consulte le public sur le projet d’arrêté fixant les listes et les modalités de destruction des espèces « nuisibles » dans chaque département.

Envoyez votre avis via ce formulaire, insérez« Votre message » dans l’encadré en bas de la page.

Attention, la consultation n’est ouverte que jusqu’au 21 juin 2015 inclus.

unnamed

Le contexte:

Une espèce peut être classée « nuisible » dans un département pour protéger :
la santé et la sécurité publiques, la faune et la flore sauvages, les activités agricoles, forestières et aquacoles et la propriété en général.

Depuis 2012, les espèces classées « nuisibles » sont réparties en 3 listes distinctes :

  • les espèces artificiellement introduites dans le milieu naturel français
  • les espèces que les chasseurs souhaitent continuer à « gérer » (sanglier, lapin de garenne et pigeon ramier)
  • et les espèces indigènes qui ne présentent pas d’intérêt cynégétique.

Ce projet d’arrêté porte sur ce dernier groupe et concerne renard, belette, putois, martre, fouine, corbeau freux, corneille noire, pie bavarde, étourneau sansonnet et geai des chênes. Il fixe les listes départementales pour 3 ans, et va donc s’appliquer du 1er juillet 2015 au 30 juin 2018 !

L’ASPAS vous invite à prendre connaissance de la liste fixée dans votre département (toutes les listes par département sont en annexe du projet d’arrêté).

Pour connaître les modifications apportées, téléchargez le tableau récapitulatif de l’ASPAS ICI.

Pour effectuer votre propre rédaction, vous trouverez ci-après les demandes, analyse et position de l’ASPAS.

L’ASPAS s’oppose de manière générale à la destruction illimitée d’espèces animales autochtones que permet leur classement parmi les « nuisibles » d’un département.

Concernant ce projet en particulier, l’ASPAS demande :

  • l’abandon de la notion d’espèce « nuisible »,
  • l’interdiction du déterrage du renard,
  • la reconnaissance du rôle bénéfique de ces espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines,
  • à ce que les espèces ne soient classées qu’à proximité immédiate des activités sensibles à leur présence,
  • à ce que les espèces ne puissent être détruites qu’après étude et mise en œuvre de méthodes alternatives telles que la protection des installations sensibles et l’effarouchement, et que cette mise en œuvre soit constatée par une personne indépendante,
  • à ce que les intérêts cynégétiques ne puissent pas justifier la destruction d’une espèce animale.

Vous pouvez exprimer votre opinion en vous inspirant de ces éléments, mais un point de vue personnalisé aura plus de poids que plusieurs avis reprenant le même modèle, au mot près.

Nous comptons sur votre mobilisation,
merci d’avance pour votre participation.
L’équipe de l’ASPAS
ASPAS

A propos de ASPAS

ASPAS
L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages est une organisation non gouvernementale (ONG) 100% indépendante qui a fait le choix de ne percevoir aucune subvention publique pour préserver son autonomie et sa liberté d’action.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !