Fanny Maurer contre la fourrure, le cuir, l’angora et la laine

Cette ancienne candidate de Secret Story 6, célèbre pour ses tatouages et végétarienne  — sur la voie du végétalisme, apparemment — apparaît dans une campagne glamour pour promouvoir la mode sans cruauté.

Fanny Maurer s’engage aux côtés de l’association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) à travers le slogan « Je pique ma peau, pas celle des animaux ».

PETA appelle la marque The Kooples à renoncer à la fourrure animale, elle qui avait déjà pris la décision de ne plus utiliser de laine angora sous la pression des campagnes de PETA et de ses affiliées.

Fanny Maurer n’hésite pas à se dénuder pour cette campagne ce qui, n’en doutons pas, attisera encore la polémique parmi les défenseurs de la cause animale : peut-on utiliser la nudité féminine pour promouvoir une juste cause ?

Il est vrai que le chanteur britannique Pete Doherty lutte contre la fourrure aux côté de PETA en diffusant, lui, une lettre ouverte adressée aux trois dirigeants de The Kooples1… Ce parallèle est un peu dérangeant à constater.

Le débat est lancé ; les réactions, on le sait, seront vives. On ne peut nier non plus qu’en utilisant l’image de Fanny Maurer, PETA va probablement sensibiliser un public adolescent à la souffrance animale, un public qui ne regarderait probablement pas un documentaire fouillé sur le sujet. TF1 et 50 minutes inside ont consacré un reportage aux coulisses de ce shooting pour PETA…

Quelle que soit votre position sur ce point, rappelons quelques vérités sur le commerce de la peau animale.

La fourrure, le cuir, la laine et l’angora sont autant d’industries qui utilisent les animaux pour le profit sans se soucier de leur bien-être ou de leur vie. La majorité de ces animaux sont emprisonnés dans de sordides élevages, privés de tout ce qui leur est naturel et important. Les lapins, renards, visons et autres animaux destinés à la fourrure sont enfermés dans des cages métalliques et étroites jusqu’à ce que l’on mette un terme à leur courte vie en les électrocutant par voie anale ou vaginale, en les gazant ou en les tabassant à mort. Quant aux animaux qui ont eu la chance de naître en liberté, ils sont cruellement piégés par des trappeurs qui utilisent des pièges à mâchoires en acier pourtant tellement barbares qu’ils ont été interdits dans plus de 80 pays.

« Chaque année des millions d’animaux sont massacrés pour leur peau ou leurs poils, après avoir subi une vie de souffrances, » déclare Fanny Maurer. « On peut faire de belles choses avec sa propre peau sans voler celles d’autres animaux. »

Des enquêtes menées en Europe, dans des pays qui sont éligibles à la certification « Origin Assured » censées garantir un traitement respectueux des animaux, ont démontré que les animaux d’élevage destinés à la mode souffrent de l’absence de soins vétérinaires, de déshydratation et de malnutrition. Nombreux sont ceux qui deviennent fous à cause de l’enfermement permanent, certains arrivant même à l’automutilation et au cannibalisme.

Dites NON à la fourrure, au cuir, à l’angora et à la laine ! Ces matériaux sont aujourd’hui reproduits à l’identique avec des composants synthétiques, il suffit de chercher un peu… La vie des animaux en vaut la peine.

Pour plus d’information, rendez-vous sur PETAFrance.com

PETA+Fanny+Maurer

Précisions :

  1. Huffington Post – Pete Doherty, PETA et The Kooples []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer