Festival de Cannes : des animaux tués en pagaille…

Les cinéastes ne se gênent plus à tuer des animaux pour les besoins d’un film. Festival de Cannes oblige, les réalisateurs ne se privent pas pour faire parler d’eux de quelques scandales. Ainsi, entre un rat, deux chèvres, deux chiens, des vaches, une sardine ont été tués dans la plus grande maltraitance pour réaliser des films présentes à Cannes 20141 .

Rat, chèvre, vache, lapin, sardine…

Le célèbre Ryan Gosling, pour son premier film en tant que réalisateur n’y va pas par quatre chemins. En effet il a  fait décapiter aux ciseaux un rat apprivoisé, sous les yeux médusés de l’héroïne de Lost River

Dans le film Still The Water,  ce sont deux chèvres qui ont été égorgées sans anesthésie ni rien… Comme le rapport Metro News : “Quelques sièges ont d’ailleurs claqué à cet instant, devant le filet de sang s’écoulant de la gorge des victimes hurlantes.

Il y a eu aussi des cadavres de vaches dans le film The Search, une sardine brutalisée dans Les combattants ou un lapin maltraité dans Xenia… Des réalisateurs fous, qui mériteraient tout simplement d’être poursuivis pour maltraitance et meurtre.

Des chiens tués…

Le film français en hommage à Saint Laurent, bien placé pour la palme d’or, a laissé agoniser un bouledogue. Le malheureux chien a eu le malheur d’avaler les cachets de drogues de son maître, le bouledogue s’effondre alors, bave au sol, condamné à une terrible mort… Enfin, dans le film Maps to the Stars, un jeune adolescent tire tout simplement une balle dans la tête d’un chien, ignoble…

A croire que le tapis rouge du Festival de Cannes n’est que le reflet de tout le sang versé pour ces films…

Espérons que les animaux utilisés soient des animatroniques, c’est-à-dire des créatures animées ou robotisées qui ressemble à de vrais animaux.

Pour aller plus loin :

  1. http://www.metronews.fr/festival-de-cannes/cannes-2014-les-morts-d-animaux-ne-se-comptent-plus/mneu!scmb7ImWuU5/ []

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !