Flexitarisme : la fausse concession du lobby viandard

Il y a quelques semaines se clôturait la 56ème édition du Salon de l’Agriculture au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Outre la traditionnelle visite du Président de la République, ce qui a particulièrement attiré l’attention du public et des médias fut la nouvelle campagne de communication lancée par certains des acteurs du secteur.​

Imaginez-vous flâner tranquillement dans les allées du Salon, quand, soudain, vous tombez museau à museau (pardon) avec un stand tout plein de couleurs chatoyantes qui séduit l’enfant qui sommeille en vous. Attendez… Interbev, le lobby pro-viande, qui vous fait les yeux doux, est-ce possible ? Mais oui, c’est bien lui. La couleur qui prédomine est le vert (une sorte de greenwashing de la part d’Interbev, pourquoi pas). Comme pour McDo, on troque le traditionnel rouge pour le vert, plus à la mode.​

Mais ce sur quoi le regard du flâneur que vous êtes s’arrête c’est ce mot : « flexi ».Vous ne rêvez pas, Interbev fait la pub du flexitarisme. Là on se dit « super, les choses évoluent gentiment ». Mais en y regardant de plus près, vous déchantez vite. Le flexitarisme promu par Interbev est un flexitarisme à la sauce Interbev : il a quand même un sacré goût de viande.​


Revenons sur la définition de ce qu’est le flexitarisme. Wikipédia donne la définition suivante : « Ce terme désigne la pratique alimentaire de personnes qui sont principalement végétariennes mais qui, parfois, mangent viande, poisson et autres “produits animaux” ».​
Venons-en maintenant à la définition, ou plutôt à la vision qu’Interbev a du flexitarisme. On se rend alors compte qu’il s’agit manifestement d’une redéfinition libre (mais calculée) du mot. Pour se faire une meilleure idée, allons jeter un œil sur le site que le lobby a mis récemment en ligne, naturellement-flexitariens.fr, qui a la noble ambition de vous apprendre à « mieux » manger.​
Dès le début, on vous suggère d’ « aimer la viande ». Pour un « flexi » par définition « principalement végétarien », avouez que ça a le don de surprendre. Mais passons. Vous allez dans le menu du site, et vous cliquez sur « Être flexitarien ». Voilà qui devrait éclaircir les choses. Ah bah non… On vous montre brièvement ce qu’est une « bonne » portion de viande. On repassera pour une définition claire du flexitarisme.​

Un petit tour sur la page des recettes, et sans surprise, les petits plats « flexitariens » concoctés par nos amis lobbyistes contiennent tous de la viande. D’ailleurs, si vous cherchez une recette de pizza à l’agneau (si, si), ils vous en proposent gentiment une.​

La désillusion vous gagne. Vous vous dites que tout ça est bien décevant. Mais dans ce ciel morose apparaît soudain une petite éclaircie : l’unique « spécialiste en nutrition » sollicité par Interbev pour son site reconnaît quand même qu’on peut « vivre sans en manger [de viande] ». Certes, celui-ci s’empresse d’alerter sur les difficultés et les dangers supposés d’un tel choix. C’est vrai quoi, manquerait plus que le consommateur se détourne du flexitarisme d’Interbev pour aller vers le végétarisme… Interbev ferait les gros yeux. Mais tout de même.​ Toute petite concession est bonne à prendre, surtout venant d’un site du lobby pro-viande.

Bref. Pour résumer la “pensée” du lobby, le message qu’il affiche est que leur flexitarien est, je le cite, « l’omnivore du 21ème siècle ». Donc ne changez rien, faites ce qu’on vous dit et vous serez “in”.​
Et tant pis pour la vraie définition du flexitarisme.​

Sources :​
Article du Monde
Article du Huffington Post

A propos de Sebastien D.

Sebastien D.
Étudiant en Master 2 d'Anthropologie, Philosophie et Éthologie, je suis un peu touche-à-tout, comme l'indique l'intitulé de ma formation (j'ai aussi fait un peu de linguistique et d'archéologie). Curieux et sensible aux questions d'éthique, d'écologie, de cohérence (il y a quelque chose d'éminemment esthétique dans la cohérence, enfin je crois), je m'intéresse notamment à ce que l'animal humain fait des autres (animaux). Et il y a beaucoup à dire !

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !