Grave erreur, monsieur Hulot, de massacrer les loups…

Mais qu’ont-ils donc tous, au ministère de l’Environnement, à vouloir dézinguer du loup alpin ?
Après Ségolène Royal, qui a monté contre eux une sanglante chasse aux sorcières1234 — message reçu cinq sur cinq par des préfets, des maires, des ministres et députés au mépris même de la loi56 — c’est au tour de Nicolas Hulot de les persécuter.

Édit (15/06/17) : Une petite précision suite à un commentaire de lecteur : pour être précis, c’est un arrêté de 2015 qui est responsable des tueries de loups en France. Nicolas Hulot le laisse pour l’heure en l’état, ce qui conduira à un massacre de loups cette année encore, sauf coup d’arrêt de sa part. Coup d’arrêt peu probable : interrogé sur la question du loup quelques temps après sa nomination, Nicolas Hulot n’a pas pris position7.

Lors de sa nomination au sein d’un gouvernement capitaliste décomplexé, nous nous demandions s’il allait servir de contre-pouvoir au service de la nature, ou au contraire d’agent du greenwashing.

La réponse n’a pas tardé : fraîchement élu, notre nouveau ministre ne trouve rien de plus urgent à faire que de prévoir l’abattage d’au moins 36 loups, peut-être même 40…

Le projet d’arrêté ministériel est en consultation publique jusqu’au 3 juillet. Il y a urgence ! Dites votre opposition en déposant un message sur la page du ministère !

Une mesure idiote et scandaleuse

Selon CAP Loup, Collectif des Associations pour la Protection du Loup en France, ce projet d’arrêté “sacrifie, comme les années précédentes, des dizaines de loups pour contenter les lobbies agricoles et cynégétiques, sans résoudre aucune des difficultés des éleveurs et sans favoriser la cohabitation entre les loups et les activités humaines.

Et en effet, depuis que le loup est revenu en France, les années ont montré que beaucoup d’éleveurs ne font pas correctement leur travail. Des brebis non surveillées offertes en pâture aux loups, voilà un spectacle courant dans les alpages : c’est là le meilleur moyen de favoriser la prédation… puis d’incriminer le loup !

Crédits : ASPAS

Rappelons que clôtures et chiens de troupeaux ont fait leurs preuves pour protéger les ovins, et que l’Etat prend en charge lesdites clôtures, y compris parfois lorsqu’il faut acheminer du matériel par hélicoptère ! Surtout, l’Etat rembourse tous les animaux abattus, même lorsque l’éleveur n’a rien mis en oeuvre pour protéger ses bêtes89, et même lorsque, neuf fois sur dix, il est impossible de déterminer si le prédateur responsable est un loup ou un chien errant : l’Etat rembourse dans tous les cas…

Si le loup est presque toujours montré du doigt, les chiens errants sont, cent fois plus souvent responsables des dommages causés aux troupeaux (selon France Nature Environnement10 ).

Rappelons également que le loup est une espèce protégée, au niveau européen par la Convention de Berne (1979) transcrite dans le droit français en 1989, et par les annexes II et IV de la directive Habitats Faune Flore de l’Union européenne (92/43/CEE), au titre d’espèce prioritaire ; en France par l’arrêté ministériel du 22 juillet 1993 mis à jour le 23 avril 2007.

Qu’est-il arrivé au Nicolas Hulot qu’on connaissait, qui prônait et défendait la biodiversité ? Monsieur Hulot, qu’est-il arrivé à vos valeurs ?
Ressaisissez-vous, ne vous laissez pas corrompre par notre classe politique obsédée par les profits et insoucieuse du vivant !

La résistance s’organise

Heureusement, des personnalités hurlent avec les loups !

Yann Arthus-Bertrand, Hélène de Fougerolles (actrice que l’on a vue à la soirée de lancement du Parti animaliste11 ), Guillaume Meurice, Aymeric Caron, Jeanne Mas (végétarienne, dont nous vous avions parlé ici12 ), Res Turner (rappeur vegan et engagé), Fabrice Nicolino (journaliste à Charlie Hebdo) et bien d’autres encore brandissent la pancarte “STOP AUX TIRS DES LOUPS” et ont signé le manifeste :

Vous aussi, agissez pour sauver les loups

Vous pouvez, vous aussi, rejoindre ce mouvement pour maximiser son impact médiatique, en publiant votre photo avec le !

Pour cela, faites un selfie avec la pancarte « Stop aux tirs des loups » et postez-la sur Facebook et Twitter avec le #SOSloups en mode public.

Vous pouvez l’envoyer (en message privé) sur la page Facebook de CAP Loup qui la publiera.

https://twitter.com/CAPLoup/status/874665976192790528?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.vegactu.com%2F%3Fp%3D25218

Vous pouvez aussi :

>> … dire NON à l’abattage des loups en signant la pétition,

>> écrire votre indignation sur la page du ministère.

Merci pour les loups !

Précisions :

  1. Vegactu – Loup : l’expérimentation de Ségolène Royal tourne à la boucherie []
  2. Vegactu – Après les bouquetins, le juge laisse prélever 6 loups en Savoie ! []
  3. Vegactu – 36 loups morts, ça suffit ! []
  4. Vegactu – Écologie punitive : Royal : tuez un max de loups avant la trêve !  []
  5. Vegactu – Chasse aux loups : le préfet du Var encore hors la Loi ! []
  6. Vegactu – Appel à braconner les loups : pour l’ASPAS ça ne passe pas []
  7. Le Dauphiné – Nicolas Hulot vante le bio mais ne se mouille pas sur le loup []
  8. Circulaire d’indemnisation []
  9. Quand le berger n’est pas là, les brebis trinquent : épisode 1, épisode 2, épisode 3 []
  10. Reportage.loup.org – Indemnités aux éleveurs victimes du loup []
  11. Vegactu – Lancement du Parti animaliste []
  12. Vegactu – Jeanne Mas []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • lol

    Article intéressant, une légère coquille cependant, la responsabilité de la protection des troupeaux est entièrement dévolue à l’Etat et non à l’éleveur (Art.113-1 du code rural). Ce ne sont donc pas “les bêtes mal défendues” qui sont indemnisées, mais bien d’une défaillance de l’Etat (chien errant ou loup, aucune importance -pour la brebis tout autant-) qu’est indemnisé l’éleveur. Un peu comme pôle emploi est sensé indemniser les personnes auxquelles l’Etat n’a pas trouvé de travail (pu…., ils ont qu’à se bouger le … disiez-vous ?).

  • Ablia

    Compte tenu du fait que le Loup est une espèce protégé, n’y a-t-il pas moyen d’attaquer l’état français en justice?

    • couba

      si certainement, avec un bon avocat, très motivé…

      • Chistian S. RICHARD

        Pas uniquement l’avocat. Le peuple de la Nation toute entière. N’oublions pas la devise Belge “L’Union fait la Force”.

    • Chistian S. RICHARD

      Ce serait une excellente idée. Le problème c’est que la justice humaine laisse à désirer. La Magistrature a le pouvoir de la protection des fonctionnaires, pas le particulier où ces Magistrats judiciaires n’ont rien à cirer du peuple d’en bas.

  • Anne

    Bon ça fait trop d’articles que je vois passer avec de fausses informations au sujet des éleveurs, je me lance :

    Avant tout, je tiens à dire que je suis 100% pro retour du loup dans les écosystèmes français et européens. Je suis d’accord avec le fait que ce nouvel arrête est un énorme pas en arrière pour le rétablissement nécessaire des écosystèmes complets dans les régions où l’espace le permet. Les régulations de loups par les tirs, c’est une terrible idée, tuer des individus de meutes déjà en place ne fera qu’aggraver le problème rencontré par ses opposants :

    En tuant des Alphas ou membres importants des meutes on détruit l’équilibre, une hiérarchie, un savoir des loups transmis des aînés aux plus jeunes et on bascule vers des meutes instables avec des membres plus jeunes qui prennent les rennes sans avoir eu d’apprentissage correct. (Pour qu’une meute ait un comportement ‘équilibré’ cela peut prendre jusqu’à 10 ans sans interférer dans leur hiérarchie). Les jeunes qui reprennent les rennes tuent n’importe comment, ils tuent en sur-quantité des proies faciles, les brebis, pour avoir des réserves, démesurées pour la meute.

    Erreur suivante – en suivant la logique du loup – c’est qu’une fois qu’il a tué en sur-abondance pour ses réserves, on lui enlève les carcasses, donc on lui enlève sa réserve. Résultat, il n’a plus qu’à recommencer, en plus, c’est si tentant de tuer ces proies qui n’ont pas ‘vu le loup’ depuis tant d’années, c’est un jeu d’enfant dont il est difficile de se priver pour de jeunes loups. Le cercle continue ainsi.

    Là dessus on est d’accord que ce nouvel arrêté est une décision terrible pour les partisans de la ré-habilitation du loup mais aussi pour ses plus fervents opposants, les éleveurs. Par contre il faut arrêter de donner de fausses informations sur ces derniers :

    Contrairement à ce qui est avancé beaucoup d’éleveurs ont joué le jeu et ont mis en place l’intégralité des mesures proposées, ils combinent donc : plusieurs chiens de défense, une double barrière électrique de plusieurs mètres de haut, un abri complètement fermé pour la nuit, une présence humaine quasi omniprésente,…

    Mais il y a une réalité à prendre en compte c’est que le loup est très intelligent et que malgré tous ces moyens il apprend à déjouer tour à tour les obstacles et trouve rapidement un moyen d’attaquer.

    Le matériel et les chiens de défense sont pris en charge par l’Etat, mais pas le coup de la main d’oeuvre et le rythme de vie imposé par la surveillance du loup, c’est à dire :

    – l’inspection quasi quotidienne des très longues barrières pour s’assurer de leur bon fonctionnement,
    – la conduite et reconduite des brebis depuis-vers leur abri de nuit et leur lieu de pâturage, (souvent à plusieurs centaines de mètres de dénivelés)
    – le nettoyage régulier du lieu de confinement nocturne,
    – l’alimentation plus coûteuse en foin des brebis qui doivent rester plus longtemps enfermées (certains éleveurs avancent de 3 mois la rentrée des brebis l’hiver à cause du loup)
    – les problèmes d’agressions des chiens de défense sur des randonneurs, cyclistes, etc

    en plus des charges classiques de l’éleveur. ça devient une charge de temps (et donc d’argent) impossible pour un rendement lui aussi changeant (moins de rendement et d’agneaux car brebis stressées par les attaques, agneaux moins gros car les brebis mangent moins comme elles veulent et font beaucoup de kms, maladies qui apparaissent à cause du confinements nocturne, etc).

    Aussi il faut savoir que les éleveurs sont remboursés 200 euros par brebis, alors qu’une brebis doit lui rapporter 1500 euros dans sa vie. L’avortement des brebis crée par le stress des attaques est rembourse 70 ct pour un agneau qui devrait être vendu 150 euros. Donc le remboursement proposé n’est pas du tout à la hauteur de la perte essuyée.

    Les petits éleveurs qui élèvent leurs brebis de façon traditionnelle subissent des pertes immenses malgré tous leurs efforts, la profession est en chute libre, ça devient impossible de survivre, au contraire les élevages industriels n’ont rien à craindre du loup.

    Personnellement je ne consomme pas de produits de brebis mais quitte à ce que des personnes en consomment (oui parce qu’il faut pas rêver c’est pas parce qu’on veut ré-introduire le loup et par conséquent arriver à faire disparaître le métier d’éleveur traditionnel que la France entière va s’arrêter de consommer du brebis) je préfère que ça vienne d’éleveurs traditionnels, plus respectueux de leurs animaux et de l’environnement, plutôt que d’usines industrielles.

    Bref l’équilibre loups-éleveurs serait déjà long à mettre en place si on ne venait pas tout saboter en tuant, mais c’est pas en accablant les éleveurs qu’on va y arriver non plus. Essayons plutôt de trouver des solutions avec eux au lieu de les accuser de la situation actuelle et peut être en feront-ils de même.

    Nous nous sentons lésés par une décision du gouvernement qui régule la population des loups par le tir, les éleveurs se sentent lésés en voyant que les loups prolifèrent et frappent uniquement leurs commerces, ils ont le sentiment (qu’on peut imaginer légitime) qu’on veut les éradiquer pour laisser place à du 100% industriel . Ils se réjouissent certainement de ce nouvel arrêté, pourtant il fera encore plus de dégâts ..

    De notre côté, lançons des actions anti-tirs mais stop aux amalgames, ça dessert la cause, on arrivera à rien de constructif comme ça. Le véganisme est motivé par un esprit critique, ayons un esprit critique sur la situation, ne nous rangeons pas vers la facilité du manichéisme, et transférons l’énergie que nous mettons à combattre les ‘méchants éleveurs’, vers une solution où l’humain et l’animal sont respectés.

    J’ai pas la solution et j’ai pas tout compris à la cause, je souhaite juste ré-orienter le débat avec des informations correctes parce que trop de fois, à cause de ces fausses informations, le débat s’arrête sur la conclusion ‘c’est la faute des éleveurs’, du coup on ne cherche pas de réelles solutions au problème. Ce serait bien que le débat aille enfin dans le bon sens et que des gens avisés puissent – les vraies informations en main – se creuser la tête pour trouver de vraies solutions.

  • Anne

    Bon ça fait trop d’articles que je vois passer avec de fausses informations, je me lance :

    Avant tout, je tiens à dire que je suis 100% pro retour du loup dans les écosystèmes français et européens. Je suis d’accord avec le fait que ce nouvel arrête est un énorme pas en arrière pour le rétablissement nécessaire des écosystèmes complets dans les régions où l’espace le permet. Les régulations de loups par les tirs, c’est une terrible idée, tuer des individus de meutes déjà en place ne fera qu’aggraver le problème rencontré par ses opposants :

    En tuant des Alphas ou membres importants des meutes on détruit l’équilibre, une hiérarchie, un savoir des loups transmis des aînés aux plus jeunes et on bascule vers des meutes instables avec des membres plus jeunes qui prennent les rennes sans avoir eu d’apprentissage correct. (Pour qu’une meute ait un comportement ‘équilibré’ cela peut prendre jusqu’à 10 ans sans interférer dans leur hiérarchie). Les jeunes qui reprennent les rennes tuent n’importe comment, ils tuent en sur-quantité des proies faciles, les brebis, pour avoir des réserves, démesurées pour la meute.

    Erreur suivante – en suivant la logique du loup – c’est qu’une fois qu’il a tué en sur-abondance pour ses réserves, on lui enlève les carcasses, donc on lui enlève sa réserve. Résultat, il n’a plus qu’à recommencer, en plus, c’est si tentant de tuer ces proies qui n’ont pas ‘vu le loup’ depuis tant d’années, c’est un jeu d’enfant dont il est difficile de se priver pour de jeunes loups. Le cercle continue ainsi.

    Là dessus on est d’accord que ce nouvel arrêté est une décision terrible pour les partisans de la ré-habilitation du loup mais aussi pour ses plus fervents opposants, les éleveurs. Par contre il faut arrêter de donner de fausses informations sur ces derniers :

    Contrairement à ce qui est avancé beaucoup d’éleveurs ont joué le jeu et ont mis en place l’intégralité des mesures proposées, ils combinent donc : plusieurs chiens de défense, une double barrière électrique de plusieurs mètres de haut, un abri complètement fermé pour la nuit, une présence humaine quasi omniprésente,…

    Mais il y a une réalité à prendre en compte c’est que le loup est très intelligent et que malgré tous ces moyens il apprend à déjouer tour à tour les obstacles et trouve rapidement un moyen d’attaquer.

    Le matériel et les chiens de défense sont pris en charge par l’Etat, mais pas le coup de la main d’oeuvre et le rythme de vie imposé par la surveillance du loup, c’est à dire :

    – l’inspection quasi quotidienne des très longues barrières pour s’assurer de leur bon fonctionnement,
    – la conduite et reconduite des brebis depuis-vers leur abri de nuit et leur lieu de pâturage, (souvent à plusieurs centaines de mètres de dénivelés)
    – le nettoyage régulier du lieu de confinement nocturne,
    – l’alimentation plus coûteuse en foin des brebis qui doivent rester plus longtemps enfermées (certains éleveurs avancent de 3 mois la rentrée des brebis l’hiver à cause du loup)
    – les problèmes d’agressions des chiens de défense sur des randonneurs, cyclistes, etc
    – charges classiques de l’éleveur

    ça devient une charge de temps (et donc d’argent) impossible pour un rendement lui aussi changeant (moins de rendement et d’agneaux car brebis stressées par les attaques, agneaux moins gros car les brebis mangent moins comme elles veulent et font beaucoup de kms, maladies qui apparaissent à cause du confinements nocturne, etc).

    Aussi il faut savoir que les éleveurs sont remboursés 200 euros par brebis, alors qu’une brebis doit lui rapporter 1500 euros dans sa vie. L’avortement des brebis crée par le stress des attaques est rembourse 70 ct pour un agneau qui devrait être vendu 150 euros. Donc le remboursement proposé n’est pas du tout à la hauteur de la perte essuyée.

    Les petits éleveurs qui élèvent leurs brebis de façon traditionnelle subissent des pertes immenses malgré tous leurs efforts, la profession est en chute libre, ça devient impossible de survivre, au contraire les élevages industriels n’ont rien à craindre du loup.

    Personnellement je ne consomme pas de produits de brebis mais quitte à ce que des personnes en consomment (oui parce qu’il faut pas rêver c’est pas parce qu’on veut ré-introduire le loup et par conséquent arriver à faire disparaître le métier d’éleveur traditionnel que la France entière va s’arrêter de consommer du brebis) je préfère que ça vienne d’éleveurs traditionnels, plus respectueux de leurs animaux et de l’environnement, plutôt que d’usines industrielles.

    Bref l’équilibre loups-éleveurs serait déjà long à mettre en place si on ne venait pas tout saboter en tuant, mais c’est pas en accablant les éleveurs qu’on va y arriver non plus. Essayons plutôt de trouver des solutions avec eux au lieu de les accuser de la situation actuelle et peut être en feront-ils de même.

    Nous nous sentons lésés par une décision du gouvernement qui régule la population des loups par le tir, les éleveurs se sentent lésés en voyant que les loups prolifèrent et frappent uniquement leurs commerces, ils ont le sentiment (qu’on peut imaginer légitime) qu’on veut les éradiquer pour laisser place à du 100% industriel . Ils se réjouissent certainement de ce nouvel arrêté, pourtant il fera encore plus de dégâts ..

    De notre côté, lançons des actions anti-tirs mais stop aux amalgames, ça dessert la cause, on arrivera à rien de constructif comme ça. Le véganisme est motivé par un esprit critique, ayons un esprit critique sur la situation, ne nous rangeons pas vers la facilité du manichéisme, et transférons l’énergie que nous mettons à combattre les ‘méchants éleveurs’, vers une solution où l’humain et l’animal sont respectés.

    J’ai pas la solution et j’ai pas tout compris à la cause, je souhaite juste ré-orienter le débat avec des informations correctes parce que trop de fois, à cause de ces fausses informations, le débat s’arrête sur la conclusion ‘c’est la faute des éleveurs’, du coup on ne cherche pas de réelles solutions au problème. Ce serait bien que le débat aille enfin dans le bon sens et que des gens avisés puissent – les vraies informations en main – se creuser la tête pour trouver de vraies solutions.

  • Cyril Blot

    c’est pas l’état qu’il faut attaquer, c’est ceux qui partent les chasser

    • Chistian S. RICHARD

      Les chasseurs sont des idiots, comme d’habitude. Leur devise c’est comme l’armée, police, gendarmerie: “Le pouvoir au bout du canon”.

  • Nathalie Guillen

    je daai fan les loups que les loups soi protege ques lesse les loups vivre surtou les loups leur place dans la fore

  • Chistian S. RICHARD

    Il est très bizarre ce ch’ti. Il a fait de l’aventure dans la Nature, il prétend aimer la Nature et en fin de compte, il n’a rien compris à la Vie de la Nature. Veut-il la protéger (la Nature) ou protège-t-il le plus dangereux des prédatrices qu’est l’espèce humaine? A suivre… .

  • Balika

    Dans la source n°10 de l’article, il est indiqué “Pour 272 moutons tombés sous leurs crocs et 169 blessés, 5000 sont morts tués par la foudre et 700 000 par des chiens errants, sans compter les diverses maladies”. A vérifier.

    Des chiens errants attaquent des troupeaux, tuent 700 000 animaux d’élevage et c’est le loup qui trinque. D’où viennent ces chiens errants ? Avec 1000 abandons d’animaux par jour durant l’été et tous les chiens de chasse qui se barrent, on a peut-être un début de réponse …

    – Et si on interdisait l’élevage ?
    – Et si on interdisait les salons du chiot et la vente d’animaux de compagnie ?
    – Et si on interdisait la chasse ?

    Est-ce que les loups auraient enfin la paix et cesseraient d’être des boucs émissaires de problèmes que l’homme a lui-même créé ?

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer