José “Pepe” Mujica, président de l’Uruguay et guérillero végétarien

Alain, un lecteur, nous suggère à l’occasion de notre article sur l’ex-président slovène, végan engagé, d’évoquer également José Mujica, chef d’Etat de l’Uruguay et qui serait végétarien. Merci Alain pour cette incitation !

Après une (très longue) recherche sur le web hispanophone, anglophone et francophone, il se trouve que les avis divergent fortement quant à son végétarisme… Il est dit végétarien sur un nombre incalculables de sites, y compris des journaux d’Amériques du Sud, mais il s’en trouve d’autres pour affirmer que des paroles venant de lui ont été mal comprises. Ainsi, dans une récente réunion avec des businessmen d’Uruguay et d’Argentine, Mujica s’est décrit comme “un chat sauvage qui s’est transformé en un végétarien”, ce que certains disent n’être qu’une métaphore, Mujica voulant exprimer par là qu’il n’est ni de gauche ni de droite, ou qu’il est un ancien guerillero à présent pacifiste.

Si des lecteurs ont plus d’information sur le sujet… En attendant, il n’en reste pas moins que Mujica, parfois surnommé “le Mandela d’Amérique du Sud” (mais aussi “Pepe”) mérite bien un portrait sur Vegactu.

Cet ancien guérillero qui a passé quinze ans de sa vie derrière les barreaux de la dictature fait maintenant preuve d’une probité inédite à la tête de son pays. José Mujica loge dans la petite ferme de sa femme, dans la banlieue de Montevideo, où il pratique toujours en parallèle de ses fonctions son métier de fleuriste. Non content d’être (probablement) végétarien sur un continent où la consommation de viande est débridée, Pépé a toujours déclaré ne pas croire en Dieu. Deux convictions qui font de lui un OVNI aux yeux de ses compatriotes qui, néanmoins, l’adulent. Il donne 90% de son salaire de président à des actions publiques dont l’éducation, l’aide au logement, et n’a remplacé son scooter par une coccinelle que peu de temps avant sa prise de fonction en 2010. 

Le chef d’État le plus pauvre du monde a aussi bousculé des certitudes que l’on pensait immuables sur tout le continent : il a notamment dépénalisé l’avortement. « Grâce à cette loi, de nombreuses vies de femmes seront épargnées », dit-il.

Autre dépénalisation en vue, celle de la marijuana : le président uruguayen veut nationaliser son commerce pour mieux contrôler la délinquance et mieux s’occuper des toxicomanes. « Le problème ce n’est pas la marijuana, mais le narcotrafic », a-t-il déclaré pour justifier son initiative.

mujica (1)

Ses idées sur notre société de consommation sont admirables de sagesse : “Comment est-il possible que nous passions nos vies empoisonnés de désespoir pour acheter une nouvelle voiture tous les deux ans ? Si je le pouvais, je vivrais beaucoup plus simplement. (…) Je ne prône pas la pauvreté, je défends la sobriété. » Il ajoute : « C’est une question de liberté. Si vous n’avez pas beaucoup de biens, alors vous n’avez pas besoin de travailler toute votre vie comme un esclave pour les garder, et donc vous avez plus de temps pour vous-même ».

Un journaliste du quotidien espagnol El Mundo raconte qu’il l’a vu se rendre dans une droguerie de quartier pour acheter un siège de toilettes, et qu’il a accepté sur-le-champ une invitation des jeunes du petit club de foot local.

Pepe sait aussi parler franc. Après l’assassinat d’un pizzaiolo, père de cinq enfants, il s’adresse publiquement aux délinquants : « Ne vous comportez pas comme des petits cons, des nains de merde. Vous allez finir comme des rats de prison. »

Enfin, Pepe a toujours refusé de porter une cravate, y compris lors des sommets internationaux. Il a fait campagne en utilisant les transports en commun, et en portant un sac à dos.

Le président est aussi un admirateur de la nature, qui parle du bonheur de boire un mate en regardant le soleil se coucher sur les champs, plante ses propres légumes à côté des fleurs de sa ferme, s’occupe de son chien à trois pattes et s’extasie sur l’âne, “un animal intelligent car il n’oublie jamais où il peut manger“.

Jose-Mujica.4

Au terme de chaque journée de travail, Pepe Mujica, bientôt octogénaire, tourne le dos au palais présidentiel, parcourt les routes puis un chemin de terre pour rejoindre son domicile et y retrouver sa femme (qu’il appelle affectueusement “la vieille”), les caresses de son chien, le confort de son divan fané et ses livres.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • kindy

    Très intéressant !

  • Julie

    Il est vraiment génial cet homme !!!

  • Cha

    Végétarien ou pas (s’il l’est pas il en est probablement respectueux), ça donne envie de vivre un Uruguay un président comme ça …!

    • mathias

      surtout qu’il légalise le cannabis à la fin de l’année c’est du jamais vu en amérique du sud, quand on auras un président comme ça en france les poules auront des dents..

  • Chantal Hourdeau

    Ah si nos politiques pouvaient prendre ne fusse qu’un petit peu exemple!

  • Pingback: Vladimir Jirinovski, chef du parti LDPR, est végétarien et veut convertir l’ensemble de son parti | Vegactu()

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer