La Dépêche fait l’apologie de la cruauté sur animaux : mobilisons-nous !

La Dépêche, un torchon qui publie régulièrement des articles promotionnels sur les tueries organisées, fait une nouvelle fois la promotion INACCEPTABLE du déterrage, pratique qui consiste à assassiner des renards et des blaireaux directement dans leur trou, parfois en présence de leurs petits, et de la manière la plus barbare qui soit.

Voici à quoi cela ressemble :

Déterrage

Face à ces atrocités, MOBILISONS-NOUS !

J’ai rédigé un courrier pour La Dépêche. Je vous le propose ci-dessous.
Si vous prenez 5 minutes de votre temps pour le copier-coller simplement dans un mail à la Dépêche, et si vous êtes nombreux à le faire, La Dépêche Aveyron n’aura pas publié son odieux article en toute impunité…

Je pense qu’il serait bien aussi de le copier-coller massivement sur la page Facebook de La Dépêche.

Voici le message (n’oubliez pas de signer) :

A : courrier@ladepeche.fr;henri.amar@ladepeche.fr;jean-claude.soulery@ladepeche.fr;herve.boucleinville@ladepeche.fr
Objet : Article inadmissible faisant l’apologie de la cruauté

Bonjour,
Je viens de lire l’article intitulé « La chasse, c’est aussi sous terre que ça se passe », publié le 21 mai 2015 sur le site de La Dépêche (section Aveyron) dans la rubrique Patrimoine.
« Cueillir », « acculer », « extraire », « prélever », « déterrer »… Votre journaliste (Daniel Montarry) multiplie les euphémismes pour ne pas avoir à dire explicitement qu’il s’agit de tuer de façon violente et barbare les renards et blaireaux dont il est fait mention… Dans un article supposé mettre à l’honneur cette pratique, on constate qu’elle n’est absolument pas assumée.
Et il y a de quoi ! Il s’agit ni plus ni moins que de lâcher des chiens pour acculer le mammifère au fond de son terrier, de lui faire endurer de longues heures de stress pendant le creusage, puis de l’extirper à l’aide d’énormes pinces métalliques qui lui infligent des douloureuses blessures, avant de l’achever ou de le donner vivant aux chiens qui finissent le travail en l’éviscérant.
Ces pratiques d’un autre âge sont honteuses, ne relèvent d’aucun patrimoine culturel et doivent cesser ! Je vous demande instamment de retirer l’article en question, et de vous engager à ne plus faire de publicité pour les criminels qui se livrent à ce genre d’exactions ! Vous vous exposerez, sinon, à la colère des nombreux internautes défenseurs des droits des animaux.
Vous pouvez en revanche partager la pétition demandant l’interdiction de ce genre de chasse : http://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-deterrage-blaireaux/12123
En l’attente de la suppression de l’article,
(signature)

Les emails en question  correspondent à l’adresse générale de La Dépêche (courrier@ladepeche.fr), au médiateur de La Dépêche (henri.amar@ladepeche.fr), au rédacteur en chef (jean-claude.soulery@ladepeche.fr) et au responsable départemental de l’Aveyron (herve.boucleinville@ladepeche.fr).
D’autres adresses sont disponibles sur la page “contact” si certains lecteurs ont envie de diffuser notre colère face à cet article auprès du plus grand nombre de responsables de La Dépêche.

Au nom des renards, des blaireaux et de leurs petits, merci.

 

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !