La Nouvelle Edition défend le combat de coqs

Décidément, entre végéphobie primaire et spécisme aggravé, la Nouvelle Edition de Canal+ s’enfonce dans la défense de la maltraitance animale. En effet, ce midi, l’émission était fière de nous montrer le petit Charly Levy, 10 ans, “qui se bat pour faire vivre une tradition locale, le combat de coqs” . Une chose est sûre, quand la télé nous parle de défense d’une tradition, il s’agit toujours d’une tradition qui maltraite les animaux, comme celle de la corrida.

Bien sûr dans ce mini-reportage, pas question de montrer l’atrocité des combats de coqs, non non. L’émission préfère montrer un coq qui essaye de s’échapper du lieu de combat, terrorisé, mais ça fait rire tout le monde, ou presque.

Utiliser un enfant de 10 ans pour défendre l’indéfendable

Ici l’enfant Charly Levy est clairement utilisé par son père (qu’on ne verra jamais dans le reportage) et par les médias pour défendre l’indéfendable. Charly nous dit en parlant des coqs : “Je les aime bien, je leur donne à manger, c’est mes petits” . J’espère que la DASS est au courant et qu’elle interdira à ce garçon d’avoir des enfants, car s’il s’occupe aussi bien de ses petits que de ses enfants, cela signifie que plusieurs d’entre eux trouveront la mort suite aux blessures engendrées dans un combat. En France des parents lobotomisent leur enfant (ici le petit Charly Levy) pour défendre une maltraitance animale, les médias l’encensent, et il faudrait être fier ? Fier de faire du mal à des animaux ?

Pour information les combats de coqs sont interdits en France, sauf dans les régions d’outre-mer (la Réunion, la Martinique et la Guadeloupe) et le Nord-Pas-de-Calais. Les contrevenants s’exposent à deux ans de prison et 30 000 € d’amende. On ne souhaite qu’une chose, que les combats de coqs soient interdits PARTOUT, quelle logique voudrait à ce qu’on autorise dans certaines régions ce massacre ?

Bruno Gaccio et Ariel Wizman sauvent l’émission

Heureusement que le talentueux Bruno Gaccio et l’excellent Ariel Wizman sont sur ce plateau pour dénoncer tout ceci, et relever le niveau. Bruno Gaccio déclare : “Ça ne tombe pas sous le coup de la cruauté envers les animaux tout ça ? » , ce à quoi la bête Babeth (Elisabeth Lemoine) répond d’un air méprisant : “Non c’est légal, autorisé dans le Pas-de-Calais ” pour ensuite ajouter que “ça n’a pas l’air de le traumatiser le petit Charly » .

Pour finir, Bruno Gaccio résume bien la situation en disant : “quand l’être humain se sert de la cruauté entre deux animaux pour son propre plaisir, même si c’est une tradition, ça m’agace, je ne trouve pas ça très bien, je voulais que vous sachiez qu’ici autour de cette table, tout le monde ne ricane pas quand deux animaux se bagarrent” . Merci Bruno Gaccio.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !