(dessin d'Insolente Veggie)

La végéphobie qui ne s’avoue pas : critique d’un article

Le site du journal Paris-Normandie s’intéresse aux quelques végétariens de la ville d’Evreux, Haute-Normandie… Attention mesdames et messieurs, l’article “Végétarisme à tendance vegan à Evreux: les animaux d’abord !” se rend coupable de maladresses aggravées et mensonges éhontés.

Il nous présente d’abord Dimitri, 40 ans, qui a découvert le véganisme en fréquentant le monde de la musique hardcore. Heureusement, se félicite le journaliste, “contrairement aux puristes du véganisme, Dimitri, lui, s’est fixé des limites” puisqu’il mange des œufs et des produits laitiers. Si Dimitri n’est pas puriste, il n’est pas non plus un ennuyeux prêchi-prêcha puisqu’“il ne lui viendrait pas non plus à l’idée d’inciter son entourage à marcher dans ses pas”.

(dessin d'Insolente Veggie)
(dessin d’Insolente Veggie)

Voilà les gentils lecteurs omnivores rassurés. Et confortés dans leurs idées préconçues sur la monotonie du végétalisme, lorsque Dimitri se charge d’expliquer qu’il ressentait un sentiment de privation en tant que végétalien : les pâtisseries lui manquaient (c’est sûr, il n’existe pas une infinité de gâteaux et douceurs végans…)

Nous rencontrons ensuite Virgile, 32 ans, végétarien qui trouve que c’est trop compliqué d’être végan et de tout vérifier. Alors, acheter un canapé en cuir : non ; manger des plats à base d’œufs par commodité : oui. Merci Virgile pour ce témoignage prouvant que tu as su te garder de basculer dans l’extrémisme.

Dimitri parle ensuite de sa bonne santé. Comment ? Un végé ni fragile ni carencé ? Le lecteur lambda fronce les sourcils. Heureusement, Paris-Normandie a contacté des nutritionnistes pour leur demander leur avis sur la question. Ou bien pour rassurer les omnivores sur le bien-fondé de leur consommation de viande ?

Si la nutritionniste d’Evreux interviewée indique que le végétarisme est possible, à condition d’être bien accompagné (aucune mention du végétalisme), un médecin de la même ville met en garde contre la “déviance sectaires” des végétariens, qu’il “ne cautionne pas du tout”.

Je pars du principe que nous sommes tous à la base des animaux carnivores. Il faut garder cette idée en tête.

Après quelques précisions sur la “mauvaise qualité” des protéines végétales, ce médecin visiblement très bien renseigné suggère à la société de punir les parents qui nourrissent leurs enfants de manière végétarienne.

Bref, sous couvert de réaliser le portrait de deux habitants de la bonne ville d’Evreux, Paris-Normandie se charge brillamment d’attaquer le végétarisme par des affirmations malhonnêtes et des insinuations malveillantes. Et nie le bien-fondé d’un régime alimentaire recommandé par l’American Dietetic Association comme par l’Organisation Mondiale de la Santé.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !