La viande en accusation ? Ou plutôt le végétarisme en accusation sur France 5

France 5 ce n’est pas Arte, et on en a eu encore une fois la preuve ce mardi soir. La chaîne a diffusé une enquête spéciale santé intitulée La viande en accusation. Pour être honnête on a plutôt eu l’impression que c’était le végétarisme qui était mis en accusation hier soir tant le reportage était de parti pris.

Le documentaire était suivi et relayé par le twitter de La-viande.fr, site officiel du lobby de la viande nommé INTERBEV (pour inter-professionnelle du bétail et des viandes) et ce n’est pas pour rien car l’éleveur Bruno Dufayet présent sur le plateau n’est autre qu’un membre de cet organisme.

Un débat qui vole très bas

Le reportage était suivi d’un débat désastreux entre plusieurs carnistes (adeptes de l’idéologie “carnisme” selon laquelle il est considéré comme normal de tuer des animaux pour se vêtir, se nourrir ou se divertir) et une végétalienne qui même en répondant parfaitement ne peut rien faire face à des gens qui ne veulent pas évoluer : “Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir“.

Sur le plateau il y avait Bruno Dufayet, un éleveur non bio (mais qui a un voisin éleveur bio, merci pour cette information Bruno), Jean-Michel Cohen ce nutrimenteur comme on aime l’appeler, Bruno Comby ,spécialiste de la consommation d’insectes, et Elodie Vieille Blanchard, présidente de l’Association Végétarienne de France qui a su fait preuve de calme face à des interlocuteurs sourds et de mauvaise foi.

La perle : nous faisons du prosélytisme selon Cymes…

La question la plus malhonnête revient tout de même à Michel Cymes qui ose interpeller la présidente de l’AVF sur son soit-disant prosélytisme :

On comprend que des éleveurs ou des spécialistes de la viande aient besoin de faire la promotion de leur produit parce qu’ils en vivent, quel est l’intérêt pour des végétariens de faire du prosélytisme ?

Défendre le végétarisme c’est faire du prosélytisme, mais défendre le meurtre et la consommation des animaux c’est faire quoi alors ? L’un comme l’autre défendent une idéologie. Pour les véganes, c’est l’idéologie selon laquelle il n’est pas normal et nécessaire de tuer des animaux pour se nourrir. Les autres, comme Michel Cymes ou Jean-Michel Cohen, défendent une idéologie (appelée carnisme) selon laquelle il est normal de tuer certains animaux (oui, il est hors de question de tuer des chiens ou des chats pour les consommer en France).

L’émission se conclut en toute beauté par une réplique de Michel Cymes :  “Mais le tofu ça n’a aucun goût” . Merci au médecin pour cet avis personnel de qualité digne d’un vrai médecin français. On l’invite à se rendre aux nombreux ateliers de cuisine végétalienne. C’est à se demander comment le tofu peut autant plaire chez les végétaliens et au Japon…

Un grand merci à Elodie Vieille Blanchard d’avoir fait face à tous ces mensonges et d’avoir mené à bien ce débat biaisé dès le départ.

Sur Tweeter, les végés ont aussi été indignés par ce reportage et ces mensonges. Avec le hashtag #santef5, les tweetos ont pu répondre en direct, voici quelques uns de ces tweets :

>> Voir le reportage et le débat

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !