L’association Assiettes Végétales oeuvre pour la planète auprès des cantines et restaurants universitaires

60 % des populations d’animaux sauvages ont disparu en 40 ans. Les pics de température pourraient dépasser les 50 °C en France d’ici à 2050, date à laquelle le niveau de la mer pourrait avoir augmenté de 2 mètres et la Banque mondiale prévoit plus de 140 millions de migrants climatiques. Dire qu’il y a “urgence à agir” pour la planète semble presque timide.  

Photo de Harrison Moore sur Unsplash

Or, nos régimes riches en viande produisent 150 % de gaz à effet de serre en plus qu’une alimentation d’origine végétale. En effet, produire un kilo de beurre émet 111 % de gaz à effet de serre en plus que de produire un kilo de légumineuses, 414 % pour les œufs, 524 % pour le poulet, 1242 % pour le fromage, 4253 % pour le bœuf. Plus largement, saviez-vous que selon l’ONU, l’élevage est l’une des causes majeures des problèmes environnementaux comme, en plus du réchauffement climatique, la dégradation des sols, la pollution de l’air et de l’eau, ainsi que la perte de la biodiversité ?

Photo de Lewis Parsons sur Unsplash

Cela a été écrit sur les panneaux des marches pour le climat : « il n’y a pas de planète B ». Mais il y a des menus végé.
Plus de 13 000 scientifiques du monde entier sont signataires d’un appel commun face l’urgence climatique. Il n’est pas étonnant que végétaliser nos assiettes fasse partie des mesures préconisées. De plus, le rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) de 2019 sur le rapport entre changement climatique et l’utilisation des terres indique avec une « certitude élevée » que :

Les régimes équilibrés, à base de plantes comme ceux basés sur des céréales compètes, des fruits et légumes, des noix et graines et des produits animaux issus de systèmes résilients, soutenables et à basses émissions de gaz à effet de serre présentent des opportunités majeures pour l’adaptation et l’atténuation tout en générant des co-bénéfices significatifs en matière de santé humaine.

Chez Assiettes Végétales nous sommes réuni·e·s par notre envie de faire notre maximum, en tant qu’habitant·e·s de cette planète pour contribuer à atténuer la crise écologique. Mais comment faire à notre échelle pour nous attaquer à cette menace si colossale ? Nos efforts ne sont-ils pas dérisoires ? Assiettes Végétales agit dans la restauration collective pour avoir un maximum d’impact.

Au quotidien, grâce aux personnes qui nous soutiennent, nous œuvrons pour changer l’offre alimentaire dans les cantines et les restaurants universitaires et d’entreprise en mobilisant les usagers, en prenant contact avec les responsables et en leur apportant des solutions concrètes. Ainsi, des millions de gens pourraient avoir accès à une alimentation respectueuse de l’environnement (mais aussi des animaux et de leur propre santé), donc végétale, sans même avoir à y penser.

Julien Ledogar, directeur du restaurant universitaire Paul Appell du CROUS de Strasbourg nous parle du succès de son offre “100% végétale”. Cette initiative concerne aujourd’hui 400 à 500 plats par jour, soit entre 25 et 30% du total. Il raconte comment et pourquoi il a mis en place ce choix végétal appétissant et bon pour la planète.

Ce restaurant universitaire pionnier l’a compris : les assiettes végétales font partie du futur de l’alimentation. À nous de le faire advenir !

Vous aussi, rejoignez ce mouvement et contribuez efficacement à lutter contre la crise écologique.

A propos de Cyril Ernst

Cyril Ernst
Depuis Strasbourg, je travaille à faire progresser l'alimentation végétale dans la restauration collective en France, au sein de l'association Assiettes Végétales que j'ai co-fondée. J'essaye de faire ma part pour la planète et tou·te·s ses habitant·e·s.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !