Le bio à travers le monde : la France en retard

Nous vous avons parlé il y a peu du très récent ouvrage “L’atlas de la viande” : un vaste recueil franco-allemand d’études sur l’industrie et le commerce de la chair animale, doublé d’un farouche réquisitoire contre l’alimentation carnée.

Dans cet atlas, disponible gratuitement en ligne, on trouve entre bien d’autres choses une intéressante carte du bio dans le monde (chiffres de 2009). La voici :

Bio dans le monde

Qu’apprend-on ?

D’abord que la France est loin d’être en pôle position. En 2009 elle faisait partie des pays pour qui l’agriculture biologique représentait entre 0,49 et 3% de l’agriculture totale.

Précisons que l’Espagne et la Grèce, deux pays en récession et confrontés à de graves problèmes économiques, font mieux que nous. Cela peut prouver un manque de volonté politique en France, ou encore qu’acheter bio n’est pas un truc de bobos ou de nantis comme certains aiment à le faire croire.

Deuxième constat, l’Europe prise globalement se classe championne du monde du bio : 5,76% d’agriculture bio contre un lamentable 0,94% en Amérique (du Nord, du Sud et centrale).

A l’échelle du monde entier, l’agriculture biologique représente moins d’1% de l’agriculture totale…

A noter que selon l’Agence Bio((http://www.agencebio.org/la-bio-en-france)) , la France est passée à 3,82% de surface agricole bio en France fin 2012, c’est-à-dire dans la catégorie supérieure.

Une progression ?

Certes, la part du bio dans le monde ne cesse d’augmenter1 . Mais elle est encore si faible…

D’autre part, peut-on voir dans cette augmentation un véritable succès ? Il y a encore un siècle, avant l’usage des pesticides, par définition 100% de l’agriculture était biologique (bien que ce label, forcément, n’ait pas encore été inventé…) Il est bien désolant de se voir reléguer à moins d’1% aujourd’hui. La progression du bio n’est qu’un faible et lent retour à l’état initial, à une époque où manger des fruits et des légumes était pur bénéfice pour la santé et rien d’autre…

Dans ce domaine, le progrès n’est rien d’autre qu’un retour en arrière.

stop_pesticides

  1. http://www.agencebio.org/sites/default/files/upload/documents/4_Chiffres/BrochureCC/CC2012_partie1.pdf []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !