Qui entendra les cris de souffrance des orques et des dauphins ?

Le Conseil d’État annule l’arrêté protégeant les cétacés en captivité

Nous vous parlions en mai 2017 de la dernière mesure de Ségolène Royal en tant que ministre de l’écologie : à la surprise générale, à l’extrême fin du mandat Hollande, elle avait durci par un arrêté les règles de fonctionnement des établissements détenant des cétacés, suite à une prise de conscience des effroyables conditions de détention de ces derniers.

Ce que cela devait changer : l’interdiction des échanges entre parcs et des importations d’animaux marins capturés dans la nature ; des bassins plus grands et sans chlore ; l’interdiction des interactions directs entre public et animaux (extrêmement stressantes pour les cétacés, par ailleurs fréquemment drogués pour supporter ces contacts sans broncher) ; des soigneurs plus nombreux et mieux formés ; et surtout l’interdiction des naissances au sein des parcs aquatiques (en général par insémination artificielle).

Hélas, après un recours des parcs français, l’arrêté Royal a été annulé12. Incroyable mais vrai : la plus haute juridiction administrative a également condamné l’Etat à verser 3 500 euros à Marineland et 1 750 euros aux deux autres parcs qui s’étaient pourvus en justice. Les dauphins et orques sont donc condamnés, comme par le passé, à naître et à mourir au sein de ces établissements qui ne répondent à aucun de leurs besoins les plus fondamentaux (liberté, calme, espace de vie conséquent, contacts avec leurs semblables…)

Bien que l’annulation de l’arrêté ait porté sur une « procédure irrégulière », donc sur la forme et non sur le fond, comment espérer une nouvelle formulation des mêmes directives quand Nicolas Hulot fait un peu plus la preuve, chaque jour, qu’il n’est qu’une marionnette au service du capitalisme ?

Un dernier espoir dans le cœur des défenseurs des animaux : que l’arrêté Royal, malgré sa brève durée de vie, soit malgré tout le signe d’une nouvelle prise de conscience des droits des animaux. De nombreuses avancées éthiques connaissent des avancées suivies de régressions avant de parvenir à se maintenir (que l’on pense seulement au rétablissement de l’esclavage en France) ; elles finissent pourtant par devenir la nouvelle norme d’une société un peu plus progressiste qu’avant. Souhaitons cela aux cétacés, ainsi qu’un avenir plus clément.

Précisions :

  1. Le Monde – Le Conseil d’Etat annule l’interdiction de la reproduction des dauphins en captivité []
  2. France Soir – Les dauphins continueront à se reproduire dans les parcs aquatiques, déception des associations []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer