Le Guardian accuse Burger King d’être responsable de la déforestation

Un nouveau rapport, émanant de l’organisation environnementale Mighty Earth, a récemment accablé le géant de la malbouffe Burger King. Le Guardian relaie cet édifiant rapport (disponible en français également).

Pourquoi Burger King ?

Burger King est la deuxième chaîne de fast-food au monde, et commercialise tous les jours environ 11 millions de burgers et autres produits carnés, en maintenant une totale opacité quant à la manière dont sa viande est produite.

Comme le précise Mighty Earth :

Bien sûr, Burger King n’est pas la seule société dont l’absence de politiques et de bonnes pratiques provoque à grande échelle des problèmes environnementaux. (…) Mais étant donné la taille et l’envergure de cette entreprise, ses connections étroites avec d’autres géants de l’agro-industrie, et au vu de son manque manifeste de volonté de même commencer à relever le défi, elle constitue un exemple éloquent.

L’impact de la viande Burger King

Comme le résume l’article du Guardian, il s’avère que la nourriture destinée au bétail qui finira en steak haché — les animaux qui seront abattus pour cinq minutes de plaisir gustatif dans la bouche d’un client — est massivement cultivée dans les forêts tropicales et les savanes boliviennes et brésiliennes, après que les arbres et la végétation aient été brûlés à cet effet.

Ces destructions ont été mises en évidence par Mighty Earth à l’aide de drones, d’images satellites et d’enquêtes de terrain (entre autres), en utilisant des modèles systématiques d’incendies de forêt.

Déforestation, vue satellitaire

Ainsi, Burger King ne cause pas seulement la mort directe de millions et de millions de vaches, bœufs et poulets, il est aussi responsable de la disparition du jaguar, du paresseux, du tamanoir géant, et de tous les animaux sauvages qui voient leur habitat ainsi menacé.

L’an dernier, presque 2 millions d’hectare ont été déforestés au Brésil et 865 000 en Bolivie — des dommages encore plus importants qu’en 2015.

Un paresseux et son petit. Flickr de Nicolas Karasiak.

Les dessous d’un désastre

Le Guardian décortique le problème pour remonter jusqu’aux responsables directs : Burger King se fournit auprès de Cargill et Bunge, deux traders agricoles absolument insoucieux de la biodiversité.

Bunge en particulier permet à Burger King de s’approvisionner en fourrage cultivé sur brûlis dans le Cerrado, la savane néotropicale la plus riche avec plus de 160 000 espèces de plantes et animaux. C’est une région reconnue internationalement pour son rôle de collectionneur et distributeur d’eau. C’est aussi le biotope le plus menacé de l’Amérique du Sud à cause de l’expansion de l’agriculture : 50 % du Cerrado est actuellement utilisé pour l’homme (Klink et al 1995 ; Ratter et al 1997) .

La région du Cerrado, et l’un de ses habitants

Les conflits d’intérêts sont patents avec le trader Cargill, qui a financé la convention annuelle de Burger King en 2015, après avoir fait un don financier à la fondation Burger King McLamore Foundation l’année précédente.
Cargill aurait par ailleurs illégalement construit son propre aéroport au cœur de l’Amazonie pour expédier directement les productions agricoles vers son terminal de Liverpool, en Angleterre.

Il est plutôt incroyable de lire dans l’article du Guardian l’avis de Sharon Smith, une scientifique qui conseille benoîtement à Burger King de suivre l’exemple de McDonald’s en intégrant la non-destruction des forêts tropicales à son business model. Peut-être ne parlons-nous pas de même McDonald’s… Car la plus grande chaîne de restauration rapide du monde se fournit elle aussi auprès du trader agricole Cargill.
Chaque fois que vous mordez dans un Chicken McNugget, vous mordez dans un morceau d’Amazonie », indique Gavin Edwards, coordinateur des campagnes Greenpeace sur la forêt1.
Pour plus de détails sur les méfaits de McDo dans les forêts tropicales, vous pouvez lire le rapport “Eating up the Amazon”2.

Un hamburger McDonald’s

Comment agir

Si cette situation vous interpelle, choisissez de ne plus vous rendre dans l’une de ces destructrices chaînes de fast-food. Si vous vivez à Paris, Hank Burger ou East Side Burgers se chargera d’assouvir sainement, éthiquement, écologiquement votre besoin de junk-food.

Si votre ville n’en propose pas, achetez des pains à burger, un steak végétal et le fromage végétal qui va avec, grillez, composez, dégustez ! On peut (mieux) vivre sans McDonald’s, Burger King et consorts…

Burger aux noix de cajou et haricots noirs, de la marque bio Soto

Une pétition contre la politique de déforestation menée par Burger King existe, vous pouvez la signer.

Précisions :

  1. Greenpeace — McDonald’s []
  2. Eating up the Amazon []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa

Professeur des écoles à Toulouse, j’adore l’archéologie, l’histoire de l’art et la littérature.
Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer