Le premier ministre facilite l’ouverture des “usines à cochons”

Le mois dernier, Jean-Marc Ayrault annonçait un allègement des procédures d’autorisation d’élevages porcins en France. Outre le problème de la maltraitance de ces pauvres bêtes confinées dans des cages, tous s’accordent à juger ce type d’élevage extrêmement pollueur : on pensera notamment à la Bretagne, empoisonnée aux nitrates.

Selon le journal Marianne :

Lors de son bref et houleux passage, sous les huées, au Salon international de l’élevage, à Rennes, le Premier ministre s’est livré à un numéro d’impuissance politique. Ne sachant quelle perspective proposer aux éleveurs de porcs industriels dont il a reconnu « la situation difficile », il s’est contenté de céder sur l’une de leurs revendications pour poursuivre leur fuite en avant.

En effet, les éleveurs réclamaient un allègement des contraintes d’environnement… pourtant destinées à lutter contre l’épandage des déjections porcines, donc à préserver l’environnement.

Jean-Marc Ayrault leur a benoîtement mangé dans la main en annonçant un « choc de simplification » de la réglementation environnementale qui contrarie l’élevage industriel. En résumé les procédures d’agrandissement ou d’ouverture des usines à cochons » (le terme est de Marianne) sont désormais largement facilitées.

Porc sur pailleSuite à cette décision, l’ONG France Nature Environnement vient de claquer la porte des Etats Généraux de la Modernisation du Droit pour affirmer son désaccord.

Quant à René Louail, conseiller régional Vert et agriculteur lui-même, “faute de vraies perspectives, cet encouragement donné à un système condamné est absurde”.

Sources :
http://www.marianne.net/Apres-le-Diesel-Ayrault-cale-sur-le-porc-de-l-angoisse_a231983.html
Le Nouvel Observateur, n°2550.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !