L’Education nationale corrompue, épisode 2

Nous vous avons parlé, il y a peu, de l’ingérence et du lobbying que fait Nestlé auprès de l’Education nationale française. Des accords mis en place sous l’égide de Xavier Darcos, et poursuivis avec la bénédiction des ministres suivants : Luc Chatel puis Vincent Peillon.

L’association L214 m’a alertée il y a peu sur l’importance de ces pratiques, bien plus répandues encore que ce que je pensais… L’infiltration pure et simple des écoles par des entreprises de la grande distribution, défendant des intérêts privés, et uniquement soucieuses de s’assurer une publicité précoce auprès des jeunes publics, se fait par le biais d’agences spécialisées dont Junium est un bon exemple.

De quoi parle-t-on ?

Junium Diffusion est un prestataire de services qui propose des interventions pédagogiques gratuites (et, à les en croire, “innovantes”) auprès des jeunes de la maternelle à la Terminale. Il propose aussi de former les enseignants du secondaire, et d’offrir des kits pédagogiques… Que de générosité…

Sur leur site, on peut lire ceci : “Nous sommes mandatés par nos clients pour intervenir gratuitement dans toute la France auprès de jeunes (au sein d’établissements privés et publics) et d’adultes sur des sujets au cœur des débats de société : citoyenneté, santé, environnement et développement durable”.

200904020892

Qui sont ces clients qui font passer leurs idées dans les écoles ?

logo-civlogo-kellogsAu bas de la même page, la rubrique “Nos partenaires” est édifiante. Dans la rubrique qui nous occupe, retenons le CIV (Centre d’Information des Viandes) et Kellogg’s, entre bien d’autres entreprises privées.

On ne s’étonnera pas, alors, de constater que les interventions santé proposées tournent autour de la nutrition.

Quelles idées sont véhiculées auprès de nos enfants ?

Affiche de "Bien dans mon assiette, bien dans mes baskets"
Affiche de “Bien dans mon assiette, bien dans mes baskets”. Notez le logo du CIV en bas à droite…

Deux interventions nutrition sont proposées. La première concerne les écoles primaires, elle s’intituleBien dans mon assiette, bien dans mes baskets  ».

Descriptif : “Ce kit apporte toutes les informations essentielles sur le rôle de l’alimentation et de l’activité physique dans le maintien d’un bon état de santé.
Ce kit bénéficie du logo PNNS (Programme National Nutrition Santé) et est labellisé PNA (Programme National pour l’Alimentation), un logo qui atteste de la reconnaissance de l’intérêt de la démarche par le gouvernement.”

Vous avez bien lu : notre gouvernement approuve, cautionne et encourage l’ingérence des intérêts privés et commerciaux dans l’éducation de nos chères têtes blondes. Même si l’on n’est pas végétalien ou végétarien, même si l’on n’a jamais réfléchi à la question, est-il vraiment agréable pour un parent de constater cette intrusion ?

En préparant cet article, j’ai commandé le kit en question, pour voir à quoi il ressemble et quelles idées sur une alimentation équilibrée il propage. J’en ferai un compte-rendu ici. En attendant, il est possible de voir que le poster inclus dans le kit détaille les catégories nutritionnelles en mentionnant, bien sûr, “produits laitiers” (et non “calcium”), “viande, poissons et œufs” (et non “protéines”).

Affiche de "
Affiche de “Viande et élevage : tout est question d’équilibre”. Toujours le logo du CIV…

La seconde intervention santé est proposée aux collégiens et s’intitule habilementViande et élevage : tout est question d’équilibre  » (balayant d’entrée de jeu les arguments scientifiques avérés sur la nocivité de la consommation de viande, son lourd impact écologique…)

Descriptif : “Faire découvrir la filière viande sous l’angle de la production, de l’environnement, de l’équilibre alimentaire ou encore de l’expérience sensorielle.
Ce kit est labellisé PNA (Programme National pour l’Alimentation), un logo qui atteste de la reconnaissance de l’intérêt de la démarche par le gouvernement.
Et le livret dédié à la nutrition bénéficie du logo PNNS (Programme National Nutrition Santé).”

Là encore, je vais me procurer le kit en question par le biais d’une collègue enseignant en collège, et vous en tiendrai informés…

Un lavage de cerveau bien rodé

BrainOn ne le répétera jamais assez : il n’est pas légitime, quel que soit le sujet, de confier un apprentissage à des intervenants qui ont des avantages financiers à implanter quelques idées bien précises dans la tête des consommateurs de demain…

Et ces intervenants sortent le grand jeu : sur le site de Junium Diffusion, ce sont moult CD-ROM, fiches interactives, activités ludiques en tous genres et livrets personnalisés qui sont proposés pour mieux appâter les enseignants.

Il y a quelques années, j’ai pu observer en situation les techniques de brainwashing sur élèves… EDF faisait une intervention dans l’école primaire où j’enseignais, et je m’étais laissée bêtement persuader de les faire entrer également dans ma classe. L’intervenante de “Branche-toi sécurité  », très bonne oratrice, a démarré de façon inoffensive et véridique sur les dangers de l’électricité dans la maison (à grand renfort de posters et autocollants) avant d’enchaîner sur les sources d’énergie
Là, au mépris de la réalité de la production d’énergie chez EDF, éoliennes et turbines hydrauliques étaient bien mises en avant et présentées en grande pompe ; quant à l’énergie nucléaire, en bout de liste, elle n’était même pas citée sous ce nom (“énergie de l’atome”, ou quelque chose du genre) et un petit encart dans le livret des enfants se contentait de se féliciter qu’elle ne produise aucun gaz à effet de serre !

Origine de l'électricité commercialisée en 2012. Source : EDF.
Origine de l’électricité commercialisée en 2012. Source : EDF.


Une belle prestation, une belle leçon d’hypocrisie également, une belle résolution du problème suivant : comment déformer complètement la réalité pour servir ses propres desseins, sans mentir tout à fait ? Bref, de la propagande.

Que faire ?

Dans le cas de Junium Diffusion, du CIV et de Kellogg’s, la lecture de leur site s’avère déprimante : comment lutter contre  « 50 animateurs/conférenciers, 7 900 interventions par an en primaire/collège/lycée, 200 000 jeunes rencontrés chaque année, un réseau fidèle de conférenciers : des postes salariés pérennisés” ?

Quelques pistes : si vous êtes enseignant, vous pouvez commander ces kits pour les détruire (soyez le grain de sable dans la machine), mais aussi et surtout sensibiliser vos collègues à ce problème pour les convaincre de ne pas adhérer à ces pratiques douteuses.

Si vous êtes parent (ou simple citoyen), vous pouvez écrire à l’Education nationale pour lui exprimer votre indignation devant cette corruption manifeste à grande échelle.

  • Ecrivez à Vincent Peillon, envoyez des mails à l'Education nationale ou appelez le rectorat de votre académie...
    Ecrivez à Vincent Peillon, envoyez des mails à l’Education nationale ou appelez le rectorat de votre académie…

    Adresse postale de Vincent Peillon : Ministère de l’éducation nationale, 110, rue de Grenelle, 75357 Paris 07 SP

  • Au niveau national, pour contacter l’Education nationale concernant l’enseignement au primaire, collège et lycée : info-dgesco@education.gouv.fr
  • Au niveau local, retrouvez sur cette carte les coordonnées des rectorats et services départementaux, à qui vous pouvez également exprimer votre mécontentement.

Enfin, si vous apprenez que votre enfant doit assister à une intervention de lobbyistes du même style que celles décrites plus haut, peut-être pouvez-vous le retirer de son établissement ce jour-là, en expliquant les raisons de votre décision auprès du chef d’établissement ou de l’enseignant.

Ne nous laissons pas faire ! N’oublions pas que depuis 2010, un partenariat signé entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants…

Campagne d'affichage de 2010...
Campagne d’affichage de 2010…
Cet article a été écrit par une enseignante qui souhaite rester anonyme.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !