“Les Bodin’s” : non, les animaux captifs ne sont pas un spectacle distrayant

Les Bodin’s est un duo comique qui met en scène une vieille fermière roublarde et autoritaire, Maria (jouée par Vincent Dubois), régissant la vie de son fils de 50 ans (joué par Jean-Christian Fraiscinet).

Depuis leur formation, ils ont présenté différents spectacles à succès, notamment Bienvenue à la capitale et Retour au pays, joués à l’Olympia, et ont tourné deux films.

Tous les étés depuis 2005, ils jouent dans une ferme de Touraine le spectacle Les Bodin’s Grandeur nature devant 20 000 spectateurs. Ce spectacle est actuellement adapté en tournée des Zénith avec effets spéciaux, bâtiments, machine à fromage et animaux.

Bref, les Bodin’s cartonnent. Le hic ? Cette énième fresque de la vie paysanne (avec le travestissement d’un homme en femme comme ressort comique) emmène avec elle sur les routes une vision des choses bien éloignée de la réalité

Les animaux que les Français peuvent voir sur la scène du Zénith sont les suivants (extrait du site des Bodin’s) : “ceux de la basse-cour, une chèvre, la petite chienne Ratatouille qui part à la chasse avec la Maria, un âne, un cochon…

Le spectacle présente une vision idyllique de l’élevage : la présence des animaux font rire le public, incitent à amener son enfant avec soi… Mais les spectateurs verront-ils, sur scène, des porcelets castrés à vifs ? De jeunes poulets, tout justes sortis de l’enfance, égorgés ? Des vaches à qui l’on arrache leur veau pour le faire monter dans le camion qui l’emmènera à l’abattoir ?

Car c’est cela, la réalité de l’élevage, qu’il soit traditionnel, bio, familial…

Nous nous insurgeons contre cette vision idéalisée et déformée de la réalité que l’on nous inflige à chaque salon de l’agriculture, dans des films comme le récent La Vache, et dans les spectacles prétendument comiques des Bodin’s.

Nous voulons réaffirmer ici qu’un cochon, une poule, un âne, une vache, sont des êtres sentients, qui possèdent un fort désir de vivre, des émotions, des besoins non seulement physiologiques mais aussi sociaux, une personnalité propre à chaque individu.

Ce ne sont en aucun cas des créatures mi-utilitaires mi-comiques créées par le Bon Dieu ou Mère Nature pour que l’humain en dispose à sa guise et les malmène.

On peut se demander, pour conclure, comment sont traités les animaux emmenés de Zénith en Zénith pour les besoins du spectacle. Gageons qu’ils ne voient pas souvent le soleil ni un coin d’herbe. Et pourtant, leur sort reste un brin plus enviable que celui de l’immensité de leurs congénères, égorgés à un âge tendre.

Pour exprimer votre point de vue aux Bodin’s, cliquez ici.

Je suis vivant

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !