Les dauphins capables de s’appeler par leur nom et de se reconnaître

Une nouvelle étude montre que les dauphins sont capables d’appeler un autre dauphin par son nom.

Une étude récemment publiée dans les Proceedings of the Royal Society B a révélé un comportement surprenant à propos de nos cousins ​​mammifères marins. En effet les dauphins reconnaissent les sifflements et les cliquetis des autres dauphins (comme nous avec la voix) et ils peuvent même imiter la voix d’un congénère.

Les chercheurs ont constaté que les dauphins peuvent “extraire des informations d’identité des sifflements». Cela leur permet de former différents types de relations sociales. Lors de l’appel d’autres dauphins par leurs «noms», les chercheurs ont noté des variations, y compris des qualités personnelles du dauphin criant, ce qui pourrait suggérer qu’ils partageraient des informations supplémentaires. C’est comme si vous fermiez la voiture en oubliant les clés dedans, si vous appelez votre conjoint ou un ami, il comprendra à votre ton qu’il y a quelque chose. Il y a plus d’informations dans la façon d’appeler quelqu’un que dans le nom lui-même.

Les chercheurs pensent qu’il y a encore plus à étudier, et ils ne croient pas que ce qu’ils ont observé est rare dans le monde animal. La capacité des animaux à communiquer des informations adressées à quelqu’un en particulier à travers le langage est une découverte assez importante.

Et ce que cela signifie, bien sûr, c’est qu’il y a probablement une myriade de relations complexes entre les animaux que nous ne pouvons pas comprendre, comme avec les abeilles et leur “esprit de ruche” , comme avec les fourmis qui envoient des signaux ou les éléphants qui pleurent la mort d’un des leurs.

Comme nos régimes alimentaires reposent davantage sur les animaux que jamais auparavant dans l’histoire, il est important de réaliser le potentiel et l’intelligence de ces animaux. Le porc par exemple est plus intelligent qu’un chien moyen.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !