Les Égyptiens de l’Antiquité étaient végétariens

Plusieurs examens réalisés sur des momies vieilles de 5500 ans et d’autres plus récentes ont montré que le régime alimentaire le plus courant dans l’Egypte antique était le régime végétarien. Les chercheurs qui ont publié leur étude Inside Science1 ont analysé les cheveux de momie égyptiennes pour en venir à ses résultats. En raison de l’abondance des ressources à l’époque, on peut en conclure que le régime végétarien était un choix et non une nécessité.

Un régime végétarien jusqu’à 600 de notre ère

Les recherches ayant été effectuées sur des momies à différentes période de l’histoire ont montré que l’absence de viande dans l’assiette est restée la norme jusqu’en l’an 600 de notre ère. Ces nouvelles informations étonnent car la région était devenue très aride et les populations se seraient rapprochées des bords du Nil pour la pêche, mais les chercheurs n’ont trouvé que des traces qui montrent une consommation importante de fruits, légumes et diverses graines, et non de consommation de quelconque animal.

Comme on peut le lire sur le site du CNRS2 :

La consommation de protéines animales a pu être estimée grâce aux  δ13C (entre -20,4 et -19,2‰) mesurés dans les cheveux des momies : elle est de l’ordre de 30%, similaire à celle des ovo-lacto-végétariens actuels (en Europe : -19,5‰ pour les végétariens contre -18,5‰ pour les omnivores, Macko et al., 1999). Ceci est en accord avec les données de documents historiques décrivant le salaire en nature des ouvriers égyptiens, constitué principalement de céréales, de légumes et de légumineuses, et comprenant plus rarement de la viande ou du poisson. Les rapports isotopiques de l’azote ( δ15N de 9 à 15‰) et du soufre δ34S de 7 à 11‰) indiquent en outre que la consommation de poissons (tels que la perche du Nil) était rare.

  1. http://www.insidescience.org/content/what-did-ancient-egyptians-really-eat/1630 []
  2. http://www.insu.cnrs.fr/node/4807 []

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !