Les Pays-Bas interdisent les animaux sauvages dans les cirques

Une bonne nouvelle en cette période de fêtes ! En 2008, le parlement néerlandais avait tenté de faire interdire la présence d’animaux sauvages dans les cirques. Il y a quelques jours, cette mesure vient enfin d’être prise.
David van Gennep, directeur de la Fondation AAP pour la défense des animaux (une association qui vient notamment de faire interdire aux Pays-Bas les expériences biomédicales sur les grands singes), a déclaré :

Nous félicitons nos organisations partenaires pour leur immense engagement envers les éléphants, les singes, les tigres et les autres animaux sauvages qui ont participé et continuent de participer à des spectacles dans les cirques aux Pays-Bas.

Contre les animaux dans les cirques
Au sein de l’Union Européenne, notons que la Grèce, la Bulgarie et la Slovaquie bannissaient déjà ces pratiques, ainsi que plusieurs villes espagnoles.  Il en va de même pour le Pérou, la Bolivie, le Paraguay.
Le débat est en cours au Royaume-Uni et en Allemagne, mais aussi en Colombie, au Brésil, en Chine… La Scandinavie, le Portugal, la Croatie et l’Autriche interdisent quant à eux les animaux sauvages prélevés dans la nature ou en voie d’extinction.

Pour voir la carte du monde en fonction des législations en vigueur, concernant la dressage et la détention des animaux sauvages, vous pouvez vous reporter à cet excellent site.

La France reste pour l’heure bien à la traîne. Récemment, des propositions communes aux différentes associations et fondations de protection animale concernant la révision de l’arrêté du 21 août 1978, sur les installations mobiles (cirques), ont été envoyées au Ministère de l’Ecologie. Elles restent pour le moment toujours sans réponse.

Aujourd’hui ce sont plus de 200 cirques qui parcourent la France en détenant des animaux sauvages, près de 1 200 animaux d’espèces diverses : éléphants, tigres, lions, girafes, hippopotames, ours, singes, zèbres, otaries…

L’association PETA France rappelle :

Tous les animaux détenus dans les cirques ont des besoins spécifiques. Certains, comme les lions, ont besoin d’un climat chaud ; d’autres, comme les ours, d’un climat plus frais. Tous ont besoin d’espace, d’activités, de liens sociaux, d’eau et de nourriture en quantité suffisante. (…) Pendant la morte saison, les animaux restent dans des boxes de transport, des étables voire même dans des camions ou des remorques.

Et à propos du dressage :

Aucune loi n’encadre les méthodes de dressage en France, et la punition physique demeure la technique la plus utilisée.

Tout cela dans quel but ? Quel intérêt à voir un animal hors de son milieu naturel, se livrer à des comportement artificiellement inculqués ?

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !