Les sens révélés des cétacés

Communiqué de presse – CNRS & Université de Montpellier

Des chercheurs du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier ont montré que les baleines à bosse sont capables de percevoir les goûts et/ou les odeurs alors que l’on pensait ces cétacés dépourvus de capacités gustatives et olfactives.

Comment les cétacés trouvent-ils leur nourriture dans le vaste espace des océans ? Jusqu’à présent les scientifiques pensaient que ces seigneurs du monde du silence utilisaient essentiellement l’audition et la vision pour repérer leurs proies et notamment le krill qui constitue l’aliment principal des baleines à bosse.

Les chercheurs du CEFE de Montpellier sont à l’origine d’une grande avancée dans la connaissance des cétacés : ils ont montré que les baleines à bosses perçoivent également les signaux chimiques. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue scientifique PLOS ONE.

Nous avons mesuré les réponses comportementales des baleines à bosse face à deux stimuli chimiques liés à leur alimentation : la poudre de krill et le diméthyle sulfure ou DMS, un composé chimique émis à la surface des aires de forte productivité marine qui pourrait constituer un indice indirect de présence de nourriture, explique Aurélie Célérier, enseignante-chercheuse au CEFE.

Sauvegarde des mammifères marins

Les biologistes ont constaté que ces substances chimiques engendraient des modifications de comportement chez les cétacés : les baleines à bosse sont attirées par la poudre de krill et réalisent une exploration sensorielle approfondie. Par ailleurs la poudre de krill et le DMS provoquent tout deux une modification de leurs vocalisations.

C’est la première fois que l’on montre que ces cétacés répondent à des stimuli chimiques, complète Aurélie Célérier.

Des travaux qui pourront notamment être utilisés pour la sauvegarde des mammifères marins :

Ils permettront par exemple d’identifier des molécules auxquelles répondent les baleines que l’on pourra utiliser pour les maintenir à distance des zones où elles sont confrontées à des dangers comme les filets de pêche ou un trafic maritime intense.

Bouchard B, Barnagaud J-Y, Poupard M, Glotin H, Gauffier P, Torres Ortiz S, et al. (2019) Behavioural responses of humpback whales to food-related chemical stimuli. PLoS ONE 14(2): e0212515.
https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0212515

>> Retrouvez le communiqué de presse sur le site de l’université de Montpellier

Lili Gondawa

Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Disqus Comments Loading...
Share
Publié par
Lili Gondawa

Recent Posts

Les champignons à l’honneur dans le dernier livre de recettes de La Plage

Le champignon, allié des plats vegans : sa texture et sa gamme de goûts incitent à l'utiliser comme un simili-carné…

12 octobre 2019

Enfin ! Démarrage de l’écocirque sans animaux d’André-Joseph Bouglione

En mai 2017, nous vous annoncions que Sandrine et André-Joseph Bouglione, le petit-fils du fondateur et son épouse, avaient décidé…

3 octobre 2019

L’enfer des poules pondeuses

Chaque année, 45 à 50 millions de poules pondeuses sont élevées en France. La plupart d'entre elles sont issues de…

22 septembre 2019

Le cirque, une tradition vouée à disparaître

Mowgli (désignant un bâton muni d'un crochet) : "Ca sert à quoi ça ?" Baghera : "Ca a été conçu…

2 juillet 2019

Manger vegan à Barcelone

Barcelone est une ville très connue pour sa gastronomie, notamment pour ses tapas. Et ces derniers existent en de nombreuses…

26 mai 2019

Manger vegan à Rome : les bonnes adresses

L’Italie est un pays très connu pour sa gastronomie. Des plats à base de pâtes aux différentes variétés de pizza,…

14 mai 2019