Les végétariens ont un risque de décès inférieur de 12% à celui des omnivores

Une nouvelle étude de chercheurs de l’Université de Loma Linda en Californie suggère que les végétariens et végétaliens peuvent survivre à leurs compatriotes omnivores.

Un groupe de 70.000 personnes a participé à l’étude (ce sont des adventistes, un mouvement chrétien où il est préconisé d’être végétarien), et les résultats ont montré que ceux qui se passaient de viande avaient un risque de décès réduit de 12%. L’étude, publiée dans le JAMA Internal Medecine, ne tire pas de conclusions hâtives, mais force est de constater les innombrables autres études qui montrent que les végétaliens et les végétariens ont un risque plus faible de maladies cardiovasculaires, accidents vasculaires cérébraux, diabète de type 2, hypertension, entre autres problèmes de santé.

food-plate-vegetarian-food-pyramid-alternative-490x359

Michael J. Orlich, directeur du programme de la résidence en médecine préventive à l’Université de Loma Linda, a déclaré :

Nous ne pouvons pas établir de certitudes à partir de cette étude, mais l’une des raisons les plus plausibles qui contribuent à ce bénéfice [une mortalité inférieure] est peut-être l’absence ou réduction de la consommation de viande. (…) Il se pourrait aussi que la consommation de divers aliments d’origine végétale soit clairement associée à une mortalité réduite, donc nous voulons vraiment examiner les choses sur le plan alimentaire à l’avenir.

Une partie intéressante de l’étude suggère que les hommes ont plus à gagner que les femmes à devenir végétariens ou végétaliens. Orlich ne sait pas pourquoi les hommes ont un risque plus faible de maladie cardiaque mortelle que les femmes, mais dit :

Je n’ai pas de véritables explications, mais il se pourrait que l’alimentation ait un impact un peu différent en fonction de facteurs biologiques chez les hommes et femmes.

Quoi qu’il en soit, cette étude renforce les nombreuses autres études préexistantes : il existe de nombreux avantages pour la santé à arrêter la consommation de produits d’origine animale. La promesse de voir diminuer ses risques de maladie et donc de profiter d’une vie plus longue pourrait bien convaincre certains omnivores d’abandonner le steak et d’adopter un régime alimentaire plus végétal.

Food

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !