L’Europe veut autoriser des pesticides dans les produits bio

Une nouvelle choquante : l’Europe veut autoriser les pesticides dans la filière biologique et y réduire les contrôles qualité.

Un texte en projet

Un projet de modification du règlement européen sur l’agriculture biologique, lancé en 2014 par la Commission européenne, est à l’examen ces jours-ci1.

Ce projet, présenté ce jour aux ministres de l’agriculture européens, doit « définir les modes de production, de transformation, de conservation et de commercialisation dans toute l’Europe »2 S’il est adopté, chaque Etat pourra en décider et fixer son propre seuil de contamination.

Les distributeurs français de bio, dénoncent une « régression inacceptable », et l’ont fait savoir à notre nouveau ministre français de l’agriculture, Jacques Mézard3.

Voici quelques uns des tweets alarmés de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) :

Quels sont les risques ?

Autoriser les pesticides en agriculture biologique représenterait une incroyable nuisance pour les consommateurs souhaitant dispenser leur organisme des perturbateurs endocriniens présents dans les pesticides, et montrés du doigts comme responsables de nombreux cancers. Pour en savoir plus sur l’impact des pesticides sur la santé, vous pouvez lire notre article Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les pesticides.

Réduire les contrôles qualité dans le bio porterait aussi un sérieux coup à la confiance des consommateurs, assez légitimement d’ailleurs, dans ce marché en plein boom porté par une croissance de plus de 22 % l’an dernier.

Elle est belle l’Europe…

On remarquera que l’idée selon laquelle chaque Etat fixerait le seuil de contamination acceptable sur son sol risque d’être lourde de conséquences : un Etat qui permettra de lourdes charges de pesticides dans ses végétaux soi-disant bio pourra-t-il les exporter à ses voisins ? Que devient le label AB, repère de plus en plus connu des consommateurs, si chaque pays danse au son d’une musique différente ? Avons-nous fondé l’Union Européenne pour que des règles différentes s’appliquent dans des pays différents, concernant cette chose si précieuse et universelle que la santé ?

Epandage de pesticides sur un champ de maïs

Précisions :

  1. 20 minutes – Agriculture bio: L’Europe veut autoriser les pesticides et réduire les contrôles qualité dans la filière []
  2. Le Parisien. []
  3. Femme Actuelle – L’Europe veut mettre des pesticides dans les produits bio []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Police des sophismes

    Le label bio est un label exclusivement français qui était plus contraignant que le label bio de l’UE à l’origine, mais le premier est aligné sur le second depuis 2009.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Label_Agriculture_biologique

    En réaction à ce changement, un label privé avait été lancé en 2010. Si nécessaire, il pourrait être une partie de la solution.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bio_Coh%C3%A9rence
    (Même si la non contamination absolue par des OGM est très difficile à obtenir, il suffit d’avoir un concurrent voisin indélicat, et on ne peut rien y faire)

    Sinon, la seule solution serait de lancer un nouveau label (privé) au niveau européen, autant dire que ça n’est pas gagné, et qu’il y aurait un bon moment de flottement. Bref, le plan de contre-attaque est là, mais l’idéal serait de ne pas avoir à contre-attaquer.

    • MATHIEU

      Je n’ai encore jamais vu ce label BIO COHERENCE, je vis dans l’Essonne. Est ce dans certains magasins BIO?

      • Police des sophismes

        Malheureusement Il me semble que moi non plus. Mon raisonnement est que si le label AB se retrouvait à la baisse tel que décrit dans l’article, un tel label concurrent pourrait alors décoller, d’autant plus qu’il existe, qu’il est prêt.

        Ceci dit, je vais faire plus attention à l’avenir, car le logo est somme toute très discret, par obligation légale ! http://www.biocoherence.fr/Qu_est-ce_que_c_est_/Questions_frequentes (la première question)

        • SirDef11

          Police des sophismes : Comme mon message est encore considéré comme spam sur l’autre page, je vais essayer de l’inscrire ici (si tu vois ce message c’est que ça a fonctionné ^^). Essaie de te souvenir de ta réponse juste avant, voici la mienne :

          – C’est précisément ce que je te reproche : la mauvaise foi et la lâcheté. Dire que 2013 est une vieille date, c’est le comportement du déni, du refoulement, et tout un tas d’autres termes psychiatrologiques.
          Et ce n’est pas une insulte, ni du mépris, et ma colère est justifiée par les événements qui se déroulent en cet instant dans les fermes, tandis que vous tous faites comme si de rien n’était en esquivant toujours le sujet…
          – Se focaliser sur des chiffres d’études en prétendant des choses bizarres est un comportement illogique, comme ces soi-disant chasseurs qui passeraient selon toi leur temps à demander plusieurs permis (il y en a moins d’un millième qui le fait, puisqu’ils n’ont aucun intérêt à le faire), c’est le scepticisme des lâches et des idiots (sans vouloir être vexant, lis la suite), c’est exactement le même raisonnement que les “climato-sceptiques” qui arrivent à se soulager en se basant sur deux ou trois données, en oubliant tous les autres chiffres, tous les raisonnements, et tous les avis logiques. Je te cite : “la seule chose dont je suis à peu près sûr, c’est que l’évolution du nombre de chasseurs est probablement lente”, et hop là, pirouette émotionnelle, comme un petit enfant qui refuse de se séparer du père noël au mépris des explications logiques. Pour ces chiffres de chasseurs, disons pour te faire plaisir que 10% d’entre eux ont demandé plusieurs permis, ils n’en restent pas moins de 1 million de français ayant un permis de chasse. Et fatalement, tu n’as pas pris en compte le prix de ces permis : 225,43 euros par an, 18 euros pour 3 jours. Avoir de l’argent à perdre ok, mais je doute qu’ils soient beaucoup à gaspiller leur argent pour augmenter artificiellement le nombre de chasseurs… Ton comportement est exactement celui des “climato-sceptiques”, bannir la logique et se focaliser sur les informations qui correspondent à leurs désirs.
          Tu cherches à te soulager à tout prix, et lorsque tu dis “1,141 million est un nombre précis, mais il s’agit du nombre de permis, pas du nombre de chasseurs”, c’est du déni.
          Un français sur 70 a un permis, bam, cash, clair et net, et beaucoup beaucoup plus ont déjà essayé sans avoir demandé de permis, disons 1 sur 40 au minimum, – chose invérifiable, donc ton specticisme arrivera une nouvelle fois à te soulager. Tous ces chasseurs sont bel et bien réels, mr sceptique, et il y en a PLUS que le nombre de permis. La mentalité ne change pas, un fils de chasseur sera chasseur, il ne pourra jamais devenir vegan sans perdre toute sa famille, et les arguments irrationnels des chasseurs sont très populaires.

          – Tu décides “de ne pas rebondir à mes réflexions” par déni et mauvaise foi : critiquer ces autres faux vegans n’est pas dans ton intérêt, puisque tu en fais partie, et puisque tu cherches à tout prix à te soulager et ne jamais prendre une position sincère/ne jamais prendre ne fut-ce que le risque de te faire détester. “Je ne me ferai pas détester POUR SI PEU”, voilà la mentalité actuelle. En attendant, tous ces animaux sont bel et bien réels, tous en train d’être mutilés et de devenir FOUS dans ces cages et ces enclos.
          Tous ces vegans sur youtube qui s’OPPOSENT A L’ABOLITION sont réels aussi, même si tu refuses catégoriquement d’en parler, ils sont effectivement en train de guider le peuple CONTRE l’abolition, qu’ils estiment être de l”extrémisme”, tout simplement pour eux aussi éviter de se faire détester. Gurren, chandouidoui, absol, antastesia sont très populaires, or ils n’insistent JAMAIS sur les souffrances, ils sourient aimablement pour se faire aimer, ils font de l’humour et du sarcasme, et ils ne parlent jamais de la folie qu’on ressent dans une cage, ils ne parlent jamais de mutilations et autres tortures que leurs spectateurs bien-aimés sont en train de causer, pourtant TOUT ÇA EST BIEN RÉEL ET GRAVISSIME, contrairement à ce que votre cerveau pense !!! Je suis le seul à avoir une mémoire, vraisemblablement, moi ces images de fermes me restent dans la tête et me terrifient, je ne peux pas sourire et faire semblant de rien à côté de ces atrocités, JE REGRETTE ! Ne vous considérez pas gentils et moraux tout en faisant comme si de rien n’était ! Détourner le sujet vers des statistiques accessoires permet d’oublier la gravité du sujet principal…

          – Bien sûr que tu ne vas pas réagir à tout ce que j’ai tenté de te faire comprendre, puisque ces informations te sont insupportables à l’heure actuelle, tu veux te persuader que “les choses vont bientôt changer, il suffit de rester tranquille”, or mon coco (surnom amical et condescendant), je t’affirme qu’il y a déjà plus d’un français sur deux qui s’opposera à vie au veganisme, ils ne pourront jamais critiquer leurs ami/père/mari fermier/chasseur/pécheur/boucher et ils les défendront à jamais contre ces connards de vegans intolérants. Ils sont condamnés à justifier leurs erreurs, pour ne pas se sentir extrêmement honteux dès l’instant où ils accepteraient le fait que ces animaux sont effectivement conscients et dotés de la même souffrance que nous. Mais faire l’effort de parler de souffrances n’amène qu’une chose de la part de ces gens condamnés : la colère. Et vous ne voulez pas les mettre en colère, persuadés que “ils finiront par changer d’avis si on leur laisse le temps”, et d’autres raisonnements enfantins et impressions émotives. Bien entendu, dans l’histoire, c’est moi le problème right ? of course, je sais comment votre cerveau fonctionne.
          Et bien sûr, dans notre échange, c’est moi qui ai été irrespectueux en premier, d’avoir ignoré 95% des explications de l’autre, pas vrai ? N’était-ce pas de l’irrespect à ton avis ? Devais-je vraiment faire semblant de rien ? Ou vas-tu remarquer à quel point j’ai été vexé par cette négligence, et ton tempérament dédaigneux ? Me consacrer 5 minutes aurait été respectueux. Après tout, c’est toi qui me demandait courtoisement plus d’explications, mais sur les deux heures que j’ai passées à écrire et à revenir sur le site pour voir si ça n’avait pas une nouvelle fois disparu, tu aurais pu en retour me consacrer 10 minutes pour développer tes avis, mais je n’ai eu droit qu’à trois phrases qui nient absolument tout ce que j’ai voulu te faire comprendre. On a tous mieux à faire, mais je tiens à ce respect, et je m’indigne contre la négligence dédaigneuse, cette faculté humaine qui pourrit le monde. Bien sûr que tu as été irrespectueux, et ton point “0)” est gravement irrationnel, tu me reproches à moi de te manquer de respect :S Alors que tu me consacres 30 secondes sur les 2 heures que je t’ai consacrées, il faudra bien que tu le réalises, j’en ai été vexé ! Maintenant, c’est peut-être un de tes plaisirs d’être vexant, que sais-je, mais ne te considère pas moral dans ce cas.
          – Enfin soyons clairs : tu ne veux pas abolir la torture toi non plus, sauf 1% du temps. Voilà pourquoi tu “refuses de réagir” à mes réflexions, puisque tu fais précisément partie de ceux dont je parlais.
          Ne pas vouloir prendre position est explicable par les émotions, c’est même justifiable si tu as toi-même des enfants, mais ce n’est pas à ton honneur.

          Il me fallait être clair, mais je pense être beaucoup trop complexe pour être limpide ^^

        • MATHIEU

          Merci pour le lien. J’ai pu ainsi voir qu’il n’y a qu’une seule boutique(biocoop) dans l’Essonne dans laquelle il est possible de trouver ces produits.

  • couba

    bon ben plus qu’à faire son propre potager…

    • MATHIEU

      Tu as raison, pour ceux qui en ont la possibilité, c’est la seule façon de mieux se nourrir.

  • délicat

    Je comprends pas, qui croit encore que l’UE est dans l’intérêt des peuples, des animaux et des pâquerettes et du/de la “bio” ??
    Tout standardiser est dans l’intérêt du capital puisque c’est lui qui contrôle l’UE, tout ceci étant décidé loin des peuples dans des bureaux, donc ce n’est pas qqchose de souhaitable, même si ça concerne parfois des miettes arrangeantes pour les petites gens … (langue locale, interdire un pesticide…) le mauvais est supérieur au bon dans cette affaire.

  • Julot

    Sérieusement sur un site comme vous croyiez que bio veut dire pas de pesticides?!
    Ce que l’article veut dire c’est que l’UE veut autoriser des pesticides conventionnels dans le bio, car en effet tous les produits bio utilisent déjà tout autant de pesticides soit disant “naturels”, pesticides qui ne se montrent pas forcément moins toxiques dans les analyses toxicologiques…

    http://alerte-environnement.fr/2016/03/23/un-francais-sur-deux-ignore-que-lagriculture-biologique-utilise-des-pesticides/

    Une agriculture sans pesticides ca n’existe pas ou seulement occasionnellement.

    De plus halte a la panique, les liens significatifs entre pesticides et problèmes de santé dans les études existent seulement pour les gens qui travaillent dans les agricultures et sont exposés a des hautes doses, pas seulement les doses micro-traces qui se retrouvent sur les aliments~

    • SirDef11

      Ah ben shit alors. Avec mes 850 points de QI (minimum), moi aussi j’étais persuadé que BIO signifiait CULTURE NATURELLE. Monde de débiles. Donc si je comprends bien, le seul intérêt du bio est de ne pas intoxiquer la terre cultivée, sauf que les cultivateurs sont autorisés à utiliser du cuivre et sulfate (qui vont bel et bien intoxiquer la terre, ben ouais !).
      Et le bio alors, c’est placer des bestioles vivantes pour s’occuper des autres parasites, mais ces bestioles s’entre-dévorent entre elles avec une violence démoniaque, et celles utilisées seront quand même tuées lors de la récolte… est-ce bien ce que veulent les vegans en fin de compte, plus de morts d’insectes pour la même récolte ? Paradoxe moral.
      Il y a une bien grande différence entre mourir naturellement et mourir par empoisonnement, mais tout de même, il n’en reste pas moins vrai qu’une culture BIO cause beaucoup plus de morts, ainsi que d’EXPLOITATION ANIMALE (puisque les larves utilisées sont exploitées et sont bel et bien des animaux). C’est paradoxal tout ça, dilemme dit l’aime.
      Vive la culture indoor les zamiches, en aéroponie, là on sera tranquilles (normalement), aucune bestiole, et des récoltes bien proprounettes.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer