Horreur dans les jouets : des peluches en vraie fourrure

Nous découvrons avec retard que la marque Histoires de bêtes commercialise des peluches confectionnées en fourrure animale1.

“Peluches de luxe” selon la marque, ces doudous sont indiqués comme ayant “un supplément d’âme et de douceur”. Le cynisme est porté là à son plus haut degré : ils sont faits de cuir, laine et fourrure. Les nounours ci-dessus sont par exemple faits de fourrure de vison…

Cruauté

La production de fourrure est extrêmement cruelle pour les visons, renards, coyotes (et même les chiens et les chats) qui sont confinés dans des cages insalubres avant d’être gazés, électrocutés et écorchés, parfois vivants.

Les nounours qu’un enfant serrera contre son cœur sont l’aboutissement d’une vie entière de douleur, d’angoisse, de souffrance et d’ennui, qui ne s’achèvera que par une mort atroce.

Toxicité

La fourrure pose également de graves risques de santé, aux enfants tout particulièrement. Une étude2 du Bremer Umweltinstitut a révélé que la fourrure animale contient en quantités importantes des substances toxiques potentiellement cancérogènes, telles que le formaldéhyde, qui provoque des réactions allergiques et qui est considéré comme un carcinogène, ainsi que les éthoxylates, qui peuvent nuire à la production d’hormones et aux organes reproducteurs.

Réagissez !

Compte tenu de la cruauté inhérente à la production de fourrure animale et du fait qu’elle pose des risques de santé aux enfants, qui sont particulièrement sensibles aux substances toxiques, il est complètement irresponsable que la marque Histoires de bêtes produise et vende des peluches en vraie fourrure.

La page “Nos matières” de la marque montre bien qu’Histoires de bêtes est régulièrement la cible de consommateurs qui se soucient des animaux . Vous aussi, écrivez à cette maison de la honte ! Plus nous serons nombreux à le faire, plus la marque réfléchira à troquer la fourrure, la laine et le cuir pour des matières végétales ou synthétiques, tout aussi douces sous la joue de nos enfants. Vous pouvez par exemple copier-coller dans votre message le paragraphe ci-dessus.

Quelques liens utiles

Pour en savoir plus sur la barbarie du commerce de la fourrure, rendez-vous sur le site de l’association PETA.

Pour être chic et éthique, rendez-vous sur Mode sans fourrure.

Enfin, trouvez facilement des associations diffusant des informations et organisant des actions anti-fourrure grâce à L214.

Précisions :

  1. Histoires de bêtes []
  2. Etude scientifique sur la toxicité des fourrures []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • jany cassandre

    Voilà c’est fait :

    Madame, Monsieur,

    Compte tenu de la cruauté inhérente à la production de fourrure animale et du fait qu’elle pose des risques de santé aux enfants, qui sont particulièrement sensibles aux substances toxiques, il est complètement irresponsable que la marque Histoires de bêtes produise et vende des peluches en vraie fourrure.

    Je comprends votre souhait de ne pas vous tourner vers la pétrochimie, mais il existe aujourd’hui des matières nobles totalement naturelles (lin, chanvre, cuir d’ananas, coton biologique, fibre d’ortie, bambou, etc…) qui vous permettrait de rester dans le “luxe” tout en étant sans cruauté.

    De plus, à titre personnel, il me parait aberrant d’associer l’innocence des enfants et des peluches si cruelle…

    Cordialement,

  • Mela

    J’ai aussi écrit et signé des pétitions… Ils osent parler d'”un supplément d’âme” ! C’est scandaleux d’associer l’enfance à la cruauté envers les animaux.

  • lappelducrayon.wordpress.com

    Ça me dépasse…Comment peut on vouloir à ce point transmettre le carnisme aux enfants ?!!
    Et qu’on ose parler de “supplément d’âme et de douceur” pour un produit ayant nécessité la mort de quelqu’un, ça me paraît particulièrement déplacé !
    Mais malheureusement je doute que nos plaintes soient entendues, car il s’agit d’un commerce de luxe qui ne s’intéresse qu’aux chiffres. Tant que ce type d’entreprise sera légal et engrangera des milliers, la morale fera peu le poids…

  • Christine Speroni Galdos

    attention si on clique sur histoires de bêtes , on arrive sur un site de vente de fourrure en ligne !!!!

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer