L’insecticide néonicotinoïde responsable de la disparition des abeilles ?

Après deux étés à étudier les champs, un Canadien Olivier Samson-Robert chercheur à l’Université de Laval est convaincu que le responsable de la disparition massive des abeilles à travers le monde se trouve dans les flaques d’eau des champs.

Du néonicotinoïde dans les flaques d’eau

Les néonicotinoïdes sont une famille d’insecticides et ils sont parmi les plus utilisés au monde. L’insecticide se répand dans le sol et dans la plante par la sève.

Olivier Samson-Robert a eu l’idée d’analyser les flaques d’eau vitales pour les abeilles. En effet elles sont plus chaudes que les cours d’eau, ce qui permet aux abeilles de maintenir leur température corporelle1 .

Or, la totalité des flaques étudiés dans les champs de maïs de la région de Montérégie (province au Sud de Montréal) contient des néonicotinoïdes à des taux dépassant parfois 100 fois la dose mortelle.

1361221194-F9u[1]

80% des thés et 45% des courgettes contaminés

Certains pensent encore que le fait de laver les fruits ou les légumes suffit pour enlever les traces de pesticides. Outre le fait de polluer l’environnement global, les pesticides comme les néonicotinoïdes pénètrent par la sève dans la plante, ce qui fait qu’on retrouve des traces de néonicotinoïdes dans 45% des courgettes et dans 80% des thés2 .

Selon Jean-Pierre Chapleau, porte parole de Fédération des apiculteurs du Québec «Les néonicotinoïdes ont changé la façon dont nous sommes exposés aux pesticides. Ils ne sont plus juste sur la pelure, ils sont à l’intérieur

L’Europe avait limité les néonicotinoïdes

L’Europe avait pris un moratoire en 2012 pour limiter l’utilisation des néonicotinoïdes, mais Générations Futures “exhorte le Gouvernement Français et l’UE à prendre des mesures d’interdiction plus fermes que les récentes décisions européennes.” . Car s’il y a deux ans, ce moratoire voulait répondre aux demandes écologiques, c’est un véritable constat d’échec aujourd’hui.

François Veillerette, porte-parole de Générations Futures déclare :

Ces résultats montrent que malgré les premières décisions prises par la Commission Européenne, des néonicotinoïdes vont continuer à être déversés en grandes quantités dans l’environnement ou utilisés en enrobage de semences malgré cette première interdiction…ils pourront donc continuer à contaminer et à menacer les pollinisateurs, mais aussi à contaminer les êtres humains par l’air, les aliments, l’eau…. Ce dernier point est particulièrement préoccupant alors que de très récentes études montrent que ces molécules peuvent nuire au développement du cerveau et montrent un potentiel génotoxique.

Face à cette double menace nous n’avons qu’une seule demande : l’interdiction de cette famille d’insecticides 3

  1. http://www.journaldemontreal.com/2014/03/31/un-tueur-dabeilles-croupit-dans-les-flaques []
  2. http://www.generations-futures.fr/pesticides/alerte-aux-insecticides-neonicotinoides-dans-nos-aliments/ []
  3. http://www.generations-futures.fr/pesticides/alerte-aux-insecticides-neonicotinoides-dans-nos-aliments/ []

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !