“Ma petite crèmerie vegan” : le livre qu’on attendait tous (roquefort, œufs au plat, et l’incroyable plante-fromage…)

Après “Ma petite boucherie vegan“, Sébastien Kardinal — qu’on ne présente plus — récidive. A nouveau l’innovation, à nouveau le talent et l’audace, à nouveau les magnifiques photos de Laura Veganpower, à nouveau la provocation amusée : le titre, l’image d’Épinal de la couverture, la prise d’assaut des derniers bastions carnistes.

On aime :

  • La diversité des recettes : loin d’avoir mis au point une base unique de fromage végétal qui serait déclinée en multiples versions, Sébastien Kardinal propose des fromages dont l’ingrédient principal peut être le lait de soja (pour la brousse ou le cream cheese), le tempeh (pour la bûche de chèvre), le tofu soyeux et lactofermenté (pour le simili-Boursin), les amandes (boulettes d’avègne), la pomme de terre (Münster), le riz basmati (fromage fumé d’Amérique du Sud), les noix de cajou (simili-roquefort ou gouda)… Dans les ingrédients secondaires, mais néanmoins indispensables pour obtenir le goût si fort en bouche qui est le dénominateur commun de n’importe quel fromage, comptez le miso, le raifort, le wasabi, la bière de garde ou encore le clou de girofle.
    Simili-féta
Simili-Boursin
  • La judicieuse utilisation de la plante-fromage : cette incroyable Paederia lanuginosa, que nous n’avons pas encore pu tester — victime de son succès, elle est pour l’heure en rupture de stock chez Alsa Garden qui la commercialise — aurait des feuilles à la saveur et à l’odeur proche des fromages type maroilles… “Ma petite crèmerie vegan” ne s’en sert pas seulement comme ingrédient, mais vous propose par exemple d’envelopper votre bleu de Bresse végétal dedans et de le laisser patienter quelques jours au réfrigérateur pour laisser le temps à la saveur si typique d’infuser à l’intérieur !
    Paederia lanuginosa, ou plante-fromage
  • Les conseils techniques, précis et efficaces, qu’il s’agisse du nombre d’unités de Lactobacillus acidophilus dans le dosage des probiotiques, du matériel, ou des sites internet spécialisés où se procurer les quelques ingrédients sortant de l’ordinaire.
  • Les recettes crémières ou façon “œufs” : bien que nous soyons tous en train de nous ruer sur cet ouvrage pour ses recettes de fromages, il n’est pas désagréable de faire une fois dans sa vie sa propre crème fraîche épaisse, ses propres équivalents des Danette (“tout le monde se lève pour…”) ou du Flanby de son enfance (mais si rappelez-vous… la publicité avec le zèbre…) ; et il est carrément chic et classe de concocter pour la première fois en version 100% végétale ses œufs au plat, cocotte ou pochés.
    Flanby, sans sous-produit de zèbre ni d’autre animal d’ailleurs

Ce qui nous a vraiment emballé, dans le principe de ce livre, c’est l’idée que, pour une fois, nous ne sommes pas en train d’adapter ou de réinventer les recettes de nos parents ou amis en version vegan. En effet, les carnistes et végétariens autour de nous ne fabriquent pas leurs fromages ! Combien en connaissez-vous qui ait une seule fois dans sa vie cuisiné, à partir de lait animal, son crottin de chèvre ou son morbier ? Ou quand le véganisme dépasse le carnisme, et sublime la tradition, au lieu de simplement l’égaler…

Et, entre nous, n’est-il pas beaucoup plus agréable de penser que les magnifiques rainures bleu-vert sur son roquefort fait maison sont des graines de courges torréfiées et mixées, riches en oméga-3, et non des souches de moisissures ? 😉

>> “Ma petite crèmerie vegan”, 72 pages, 9€95

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa

Professeur des écoles à Toulouse, j’adore l’archéologie, l’histoire de l’art et la littérature.
Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

  • fromcru

    Ola Li’ Gondawa,
    Pour qui pratique de la crusine, penses-tu que les recettes sont majoritairement composées à base de soja -lait tempeh tofu-, de patates et riz ou les oléagineux, racines ou autres ont une bonne place ?

  • Laurence Gil Veg

    Ayant déjà un livre de recettes de fromage vegan j’aimerai savoir si, dans cet ouvrage également, la noix de cajou (ou autre produit vraiment onéreux) est beaucoup utilisée. Sinon ça me tente beaucoup.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer