Manif anti-corrida à Rodilhan, récit d’un état de guerre

Un lecteur qui souhaite rester anonyme nous a transmis son compte rendu de la manifestation anti-corrida du 27 Octobre 2013 à Rodilhan. Merci à lui pour son récit et ses photos.

“L’appel du CRAC a été bien entendu, des manifestants sont venus de toute l’Europe et une délégation américaine a traversé l’atlantique pour se joindre à nous.

Nous étions 750 pour dénoncer un scandale monstrueux.

Rodilhan est une zone de non-droit dans laquelle les délinquants, les êtres les plus sadiques et pervers peuvent agir sans être inquiétés le moins du monde, ce dimanche, 27 octobre, nous en avons eu une preuve supplémentaire.

Avant tout, pour savoir à qui nous avons à faire, un petit rappel de ce qui s’est passé en 2011 : des personnes ont assisté au supplice, la torture et l’agonie de plusieurs taureaux. Le fait, banal pour eux, est déjà particulièrement ignoble en lui même mais ils l’ont fait juste après avoir violemment lynché et agressé sexuellement des militants pacifiques.

C’est dire quel point de décrépitude mentale ces individus ont atteint.

260 gendarmes étaient présents. Le bon sens aurait pu nous faire croire que c’était pour assurer notre sécurité face à ces barbares sans éthique qui se préparaient récidiver.

En réalité nous nous sommes retrouvés, après avoir été fouillés, face à des murs d’hommes surarmés dont certains étaient visiblement impatients de se défouler sur nous.

Nous ne pouvions que reculer face à ce déchaînement de violence et de haine, certains n’ont pas hésité à frapper des militants à terre déjà fortement blessés par les gaz lacrymogènes lancés à bout portant dans le visage. Des flashball ‘superpro’ ont été utilisés et blessé au moins quatre militants.

 

 

À la tombée de la nuit, des grenades fumigènes et lacrymogènes ont allongé la liste des blessés.

Il est clair que, dans des communes comme celles de Rodilhan, nous ne sommes pas dans un état de droit et de bon sens éthique. Les militants pacifiques sont délogés des sit-in par l’ultra-violence policière pendant que des personnes dépourvues de toute morale peuvent s’adonner à leur vice en toute quiétude.

Que devons et pouvons nous faire pour que la torture ne soit plus considérée comme un divertissement, que ces délinquants ne puissent plus agir librement ?

La libération animale rassemble de plus en plus de personnes de tous horizons, de plus en plus déterminées pour faire reculer la barbarie.

Une fois de plus à Rodilhan, malgré les coups et les blessures, la morale a gagné sur la barbarie, le monde ‘taurin’ tremble et sait que sa fin est proche.

Rejoignez le mouvement pour accélérer la chute de la corrida.

Cliquez ici: http://www.anticorrida.com/

Une petite digression sur les armes à feu employées contre nous : Dans une étude datée de 2009, la Commission nationale de déontologie de la sécurité précise :

Compte tenu d’une part de l’imprécision des trajectoires de tirs de flash-ball qui rendent inutiles les conseils d’utilisation théoriques et, d’autre part, de la gravité comme de l’irréversibilité des dommages collatéraux manifestement inévitables qu’ils occasionnent, la CNDS recommande de ne pas utiliser cette arme lors de manifestations sur la voie publique, or les cas très exceptionnels qu’il conviendrait de définir très strictement.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !