Message aux professeurs qui veulent faire disséquer une souris à nos enfants

Du temps (fort court) où la dissection de vertébrés a été interdite dans l’enseignement secondaire, plusieurs lecteurs nous ont sollicités, en quête de conseils face à des professeurs de SVT qui n’appliquaient pas ce règlement.

Aujourd’hui, les dissections sont à nouveau autorisées. Voici un message-type que vous pourrez envoyer au SNES-FSU, premier syndicat des enseignants du secondaire et à qui l’on doit ce retour en arrière (voici leur mail). Si vous êtes enseignant, surtout mentionnez-le… Mais si vous êtes parent également. Et si vous n’êtes ni l’un ni l’autre, écrivez quand même !

Ce mot vous sera aussi utile pour expliquer au professeur de votre enfant, ou à son proviseur, pourquoi vous l’avez retiré du cours le jour de la dissection… Il est assez court pour être rapidement recopié dans un cahier de liaison.

***

Bonjour,

Je vous écris pour vous faire part de ma surprise. Je viens de voir que la dissection des animaux en classe est de nouveau autorisée et que le SNES-FSU en est à l’origine ! Je n’ai pas de mot pour exprimer mon indignation. L’interdiction des dissections des animaux en classe était une avancée majeure pour le droit des animaux. L’éthique animale est en évolution, notre rapport aux animaux change, nous devons en tenir compte dans nos pratiques pédagogiques. Ainsi, l’éducation nationale va une fois de plus à rebours de l’évolution de la société. Je suis vraiment scandalisé(e).

[signature]”

***

Pour écrire au SNES-FSU :

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !